Entre réalités et mises en scènes

l'Ile de la Tentation
l'Ile de la Tentation

Après les festivités, l’administration se serre la ceinture.  Oh oui, elle est bien obligée sous prétexte de ne pas vouloir entraver l’élaboration de la loi des finances rectificatives.
.
Il fallait s’y attendre, non ? Nous savons tous qu’il ne reste plus que des miettes dans la caisse de l’État alors pourquoi organiser cette fête ridicule qui, depuis le début, n’a pas fait l’unanimité ? Bouder la levée de drapeau montrait bien que les Tananariviens n’étaient pas branchés pour une fête pareille. Mais l’entêtement de la HAT l’a emporté face aux contraintes budgétaires auxquelles notre administration se heurte actuellement.
.
La réduction des dépenses ministérielles par la HAT signifierait-elle que les dépenses engagées lors de la fête de l’indépendance ne figuraient pas dans le budget de l’État pour l’année 2010 ? C’est plus que probable vu la façon dont les dirigeants dépensent les deniers publics en s’engraissant de la sueur d’autrui, surtout les contribuables. Aucune logique ni de bon sens. C’est à se demander parfois si le mot patriotisme n’était que vain mot pour ces gens-là.
.
Sinon, où sont les autres recettes provenant des soi-disant investisseurs potentiels pro-HAT dont, entre autres, WISCO ? Si les 100 millions de $ étaient effectivement injectés dans le budget de l’État pour cette année, la réduction des engagements ministériels serait-elle justifiée ? Bien sûr que non ! Si l’État prévoyait d’intégrer cette fameuse somme dans la loi des finances rectificative, il serait tout à fait logique que cela augmente les dépenses publiques et ne devrait donc, en aucun cas, avoir des impacts négatifs sur la trésorerie comme la réduction des dépenses ministérielles. Et on dirait bien que ce n’est pas le cas.
.
Pratiquement, rectifier une loi des finances ne signifie pas forcément réduire les dépenses ministérielles. Au contraire et dans la plupart des cas, c’est augmenter ces dépenses pour plusieurs raisons dont, entre autres, l’intégration des dons en numéraires non prévus par la loi des finances initiale. A priori, il est très rare de constater qu’un État réduise ses dépenses pour une période donnée sauf peut-être, dans le cas où celui-ci serait obligé d’engager des dépenses exceptionnelles l’année en cours. Et il a été démontré pendant le régime Ravalomanana, surtout à partir de 2004, que les dépenses publiques annuelles étaient revues à la hausse dont la preuve tangible étant l’augmentation presque annuelle des salaires des fonctionnaires due aux excédents budgétaires. Alors que cette HAT cesse d’empoisonner notre vie quotidienne avec toutes ces mises en scènes. C’en est trop ! A suivre.

6 pensées sur “Entre réalités et mises en scènes”

  1. Le schema de financement de la HAT se fait en ce moment comme en Birmanie ,des Sociétés Privées Chinoises donnent de l’argent aux entreprises Françaises ,qui à leur tour financent la HAT .
    C’est pourquoi ;il y a de l’argent pour les festivités et autres mais pas pour des elections ,car les chinois s’en foutent des elections .Ce n’est pas du financement paralelle ,mais c’est tout comme ,à la difference que les appels d’offre ont été deja emis avant le putsch pendant la periode legale .

  2. financements occultes comme dans tous pays condamnés par la communauté internationale :
    associations de malfaiteurs.

  3. …alors pourquoi organiser cette fête ridicule…?
    Pour se comporter comme étaient les esclaves français de jadis: fête je dirais même volupté éphemère dès la nuit tombante pour essayer d’oublier, PLUTÔT se faire oublier des malheurs que la HAT a engendré à la nation toute entière!

  4. Hoaiza
    Les jeux du cirque avaient été le plus exploité lors du début de la décadence de l’empire romain, par l’empereur Comode .
    Amusez le peuple et le peuple oubliera la politique …jusqu’à en crever.

  5. Amusant
    JOYANDET coincé pour dépenses inconsidérés de DENIERS PUBLICS(caprice de location de jet privé) , acculé , il démissionne…
    SUIVEZ MON REGARD……………

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *