Investir… pour monopoliser ?

Investir
Investir

Les « accords politiques » s’accumulent, la HAT monopolise le pouvoir… Peu importe le reste quitte à dépenser une fortune pour « légitimer » un coup d’État, la politique est devenue une affaire bien lucrative de nos jours.
.
Pas de reconnaissance
.
Eh oui, la HAT n’a pas besoin de la reconnaissance internationale. C’est confirmé ! Alors pourquoi ces «dinika», ces «dialogues» et ces «ateliers» ? Les appellations varient, mais l’objectif reste le même : «légitimer» le coup d’État aux yeux des compagnons de lutte de la Révolution Orange et du peuple qui attendent impatiemment cette fameuse reconnaissance internationale. Pour cette catégorie de pro-HAT, ils se mettent le doigt dans l’œil car il n’y aura pas de reconnaissance tant que les accords de Maputo ne seront pas appliqués. Quant au peuple, la HAT est réduite à une simple marionnette et ne lui inspire pas confiance.
.
Des méfaits
.
D’ailleurs, de quels crédits, ces politiciens pro-HAT réunis à Ivato le week-end dernier se disent-ils être «les bienfaiteurs» de la Nation ? Quelles garanties, ces accords «bidons» apporteraient-ils au peuple ? Aucune sinon les effets néfastes d’une économie fermée et Rajoelina à la tête du pouvoir. Désormais, les censures, la prison seront les lots quotidiens des opposants politiques. Les abus de pouvoir en tout genre ainsi que les trafics d’influence feront bon train. Tous les méfaits commis par Rajoelina et sa clique continueront et nous nous enfoncerons davantage dans le gouffre de la pauvreté sans les aides internationales.
.
La force et les armes
.
«La HAT» entend diriger cette Transition toute seule et ce, par la force et les armes en isolant Madagascar mais l’histoire nous a suffisamment démontré que cette méthode a une limite. L’on ne peut pas réduire éternellement l’opposition au mutisme de gré ou de force car Madagascar a un peuple et tout peuple aspire aux mêmes idées de liberté, de développement et, par extension, de changements. Si, par exemple, toutes les dépenses affectées à l’organisation de ces «dialogues» avaient été utilisées à bon escient, ces différentes manifestations auraient été évitées. En parlant de manifestations, la HAT ne cédera pas un pouce pour cacher ces ongles en deuil, Vontovorona en est la n-ième preuve.

1 pensée sur “Investir… pour monopoliser ?”

  1. Constater c’est un bon début dans la résolution d’un système-de-fait.

    Bloquer tout est une solution pour ne pas avancer, parce qu’il parait que vos mieux semble-t’il laisser pourrir les choses jusqu’à l’adoption d’un accord de … consensus.

    Avancer dans le sens du HAT c’est reculer pour certains aussi. Et c’est vrai dans l’absolu. Il y en aura qui auront des chiffres d’affaire en baisse. Donc c’est un recul pour eux, et in-fine pour le pays aussi …

    Ne serait-il pas plus audacieux de gagner contre le HAT avec leurs propres cartes et le terrain de leur choix?

    Jusqu’à quand les 3 « outsiders » vont attendre avant de monter sur le ring, par la porte ou par la fenêtre peu importe.
    [oups!!! pas de porte: il faut passer entre les cordons … pour un ring].

    Maintenant, c’est plus la reconnaissance des 3 « mouvances » qu’on appelle reconnaissance internationale. N’est-ce pas!

    Jamais, la communauté internationale n’a été représentée par 3 « teratany ».

    Mais que faire ?

    Appliquons l’akôry-atao de Maputo 5!!! oui et ça avancera plus vite. Plus vite que le TGVite.

    Yes we can! (rêve toujours, on peut attendre)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *