Quand la concurrence « déloyale » et la politique font la paire !

Concurrence déloyale
Concurrence déloyale
Concurrence déloyale

« L’entrave à la concurrence » si on pouvait le dire ainsi, dont le pouvoir actuel semble être un pratiquant fervent, ternit l’image de notre environnement économique et nous appauvrit davantage.

En effet, notre environnement de proximité ne présente aucune sécurité ni assurance pour les nouveaux investisseurs, tant nationaux qu’internationaux sauf peut-être dans le cas où les sociétés nouvellement créées ressembleraient à WISCO. De ce côté-là, il n’y a rien à dire ! Chapeau !

Or ce qui se passe chez nous à l’heure actuelle, c’est que les sociétés comme NBM ou Madamobil qui ont d’ores et déjà investi d’énormes sommes d’argent n’ont pas pu démarrer leurs activités. C’est hallucinant ! Pour l’instant, l’on ne sait pour quelles raisons administratives valables ces deux sociétés ont été écartées du circuit mais les faits sont bel et bien là. Elles ne peuvent pas démarrer leurs activités sereinement alors qu’elles promettent une rude concurrence qui, à priori, sera avantageuse pour les consommateurs dans la mesure où elles engendreraient une baisse des prix conséquente en termes d’offres.

D’une part, les offres commerciales seront diversifiées et les « varotromby anaty ambiaty » (qui signifie vendre des choses qui n’existent pas réellement) seront, à coup sûr, atténués en sous-entendant certaines pratiques malsaines de certains opérateurs de télécommunication proposant des offres qui ne correspondent pas du tout à la réalité. D’autre part, les marges de manœuvres de certaines sociétés qui useraient de leur « ancienneté » et de leur influence (politique ?) sur le territoire pour une question de visibilité, seront limitées. Pour ce dernier cas, l’on ne saurait dire comment ces sociétés réagiront face à une vraie concurrence mais apparemment, elles essayent tant bien que mal d’assoir leur monopole sur le marché.

D’autres avantages sont aussi au menu. Ces sociétés contribueront au développement car, elles créeront des emplois et donc re-dynamiseront les marchés relatifs aux secteurs d’activités concernés. Bien sûr, c’est mieux que rien vu que le taux de chômage n’a cessé de croître depuis les fermetures successives des zones franches dues à cette crise.

Enfin, les manques à gagner en matière fiscale à n’en parler que de la TVA constitueraient un élargissement de l’assiette fiscale. Bien entendu, l’État pourrait renflouer sa caisse vide s’il le voulait. Mais ce n’est pas le cas et ce ne sera jamais le cas tant que ces TGV-istes restent au pouvoir. Avec la crise politique qui risque de s’enliser, l’environnement de proximité du secteur privé se détériore et les 3P (partenariat-public-privé) initiés par le régime Ravalomanana ne sont plus d’actualité.

9 pensées sur “Quand la concurrence « déloyale » et la politique font la paire !”

  1. Détrompez-vous l’ami Rakoto !!
    Les 3P sont toujours d’actualité ! Partenariat-Putschistes-Potes !!!!

  2. c’est vrai, on le crie partout mais il n’y a rien de concret! A part Wisco, quels autres investissements d’envergure avez-vous entendu parler ? D’ailleurs, est-ce que WIsco constitue-t-il un partenariat issu des 3P ?

  3. désolé KintanaMananDrambo ! j’ai pas entièrement lu votre post! C’est pas grave, c’est destiné pour « foza » alors 🙂

  4. C’est vrai que quand il y avait des menaces sur les emplois sur l’AGOA les putschsites disaient que de nouveaux emplois seraient crées par de nouvelles sociétés de communication ,Madamobil n’a pas fait long feu et Mada tout court est en flamme .
    Au secours !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *