La politisation syndicale continue de plus belle !

division

division
division
Les avis de nos fonctionnaires semblent être divisés après l’annonce du SFDM selon laquelle il ne participera pas à la grève du F3M qui se tiendra demain. Le « diviser pour régner » est plus que jamais d’actualité et la politisation syndicale continue de plus belle.
.
C’est comme si les grilles indiciaires des fonctionnaires issus du SFDM étaient différentes de celles du F3M. Eh oui, cette réaction qui survient au dernier moment de la part du SFDM désole plus d’un car le mouvement engagé par le F3M illustre bien la lutte que les fonctionnaires ont mené depuis belle lurette.
.
Effectivement, avec la hausse incessante du coût de la vie, ces derniers temps, cette grève se trouve justifiée dans la mesure où les fonctionnaires pourront enfin retravailler dans de conditions relativement « acceptables » comme c’était le cas durant le régime Ravalomanana avec les avantages sociaux et les augmentations salariales presque annuelles de 10%. Et affirmer le contraire n’est que mensonge.
.
Politisation à outrance.
.
Pour rappel, au début des années 80, les syndicats de l’administration publique se sont vu politisés à outrance. Jusqu’à présent, l’on récolte les méfaits de cette manipulation à grande échelle et si nous avons de bonnes mémoires, les fonctionnaires étaient obligés d’appartenir à un tel ou tel groupement syndical pour ne pas dire adhérer à l’unique parti politique dominant de l’époque.
.
Cette mauvaise pratique laisse encore des séquelles de nos jours et au lieu de considérer les problèmes le plus objectivement possible, certains syndicats jouent au mariol en se désolidarisant avec leurs collègues qui n’arrivent plus à arrondir leurs fins de mois, comme la majorité des Malgaches d’ailleurs. Et ce manque de solidarité résulterait de la tendance politique que certains syndicats ont manifesté depuis le début de cette crise.
.
Et comme à l’accoutumée, toutes les demandes formulées lors des assises nationales des fonctionnaires au début de l’année 2010 par le SFDM, n’ont eu aucune suite favorable jusqu’à maintenant. De ce fait, il est tout à fait normal que le F3M continue de revendiquer ce que l’État leur doit et rester les bras croisés devant les aléas sociaux qui sont aux mains d’une administration fantoche ne signifierait-il pas trouver en ce pouvoir les meilleurs avantages sociaux et conditions salariales qui soient sur terre ? L’avenir nous le dira.
.

4 pensées sur “La politisation syndicale continue de plus belle !”

  1. etre vrai foctionnaire c est avoir une conscience nationale .donc revennons à l essence meme du fonctionnariat qui doit RENNONCER A L ILLEGALITE pour remettre L ORDRE dans l ‘affaire de l’état .
    il faut sortir de la complicité avec le pouvoir illegal ,corrompu par la france ,et la mauvaise gouvernance .

  2. politisation ou pas n est plus la question ,le probléme actuel est un probléme de survie de la nation de tout un chacun malgache.

  3. Le pays ne s’en sortira pas, tant que des attitudes du genre « chacun pour soi et Madagascar pour tous » demeurent, restent ancrés dans le crâne des malgaches.
    En 50 ans, les malgaches ont essayé d’appliquer aussi bien le système capitaliste que marxiste ! Ils n’ont su garder que le pire, les mauvais côtés des deux, surtout celui de l’ère Ratsiraka.
    Ce que nous vivons actuellement, ne sont que les conséquences des mauvaises pratiques de cette époque. Les putschistes viennent d’en remettre des couches et des couches !!!
    Où est-il ce patriotisme tant clamé ?

  4. Mba azo adika ve izao raha manao grevy sy hetsika ny fôksiônera ?
    « CST des couilles en or, nous fonctionnaires le manioc encore ! »
    Banderole sendra mba hitako, no nalaiko tahaka io !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *