Au pire des cas, la « justice populaire » n’est-elle pas efficace ?

Anosy
Anosy
Anosy

La « justice populaire » pourrait-elle un jour se substituer à la Justice officielle pour lutter efficacement contre l’insécurité ? Eh bien, ça en a tout l’air ! Les faits divers en parlent !

En effet, face aux manques de moyens qui handicapent les forces de l’ordre dans les zones dites « chaudes » du pays en matière de vols de bœufs, les populations concernées semblent trouver une autre manière plus efficace pour y faire face. Et pas plus tard que la semaine dernière, la justice populaire a encore fait parler d’elle concernant le cas d’un « dahalo » qui aurait été pris en flagrant délit et qui avait été ensuite décapité.

Cependant l’on ne sait si ce fait divers demeure un cas isolé mais les faits et la presse en parlent. Effectivement, dans la majorité des cas, les « dahalo » qui mènent un peu partout des opérations dans les zones éloignées des postes avancés opèrent en groupe. Et parfois même, la population et les forces de l’ordre se trouvent impuissantes face à des groupes qui, notons-le, sont lourdement armés. Et le comble dans tout ça, c’est que ces bandits se retrouveraient en liberté par on ne sait par quelle magie après avoir été déférés au parquet ou après avoir demandé des mises en liberté provisoire.

Devant ces faits qui ne datent pas d’aujourd’hui, la principale victime qui n’est autre que la population avec le peu de moyens qui sont à leur disposition, essaye tant bien que mal de s’en sortir, ce qui expliquerait cette « justice populaire ». Les « dina » et toutes sortes de deals d’ordre sécuritaire pourraient éventuellement apporter un plus puisque dans la plupart des cas, les « dahalo » se trouvent eux-mêmes dans la localité ou celle environnante. Et cette « justice populaire » pourrait être vue sous cet angle sans entraver ou outrager les travaux de la Justice. Au contraire, elle allégerait les charges de travail qui incombent aux Magistrats ainsi qu’aux forces de l’ordre puisque ces derniers ont beaucoup de mal à assumer leurs tâches faute de moyens et surtout au moment où les budgets ministériels se trouvent réduits presque de moitié. En tous cas, l’adage qui dit que « l’on n’est jamais mieux servi que par soi-même » s’avère être d’actualité. Bref, à quoi servent donc les contribuables dans ce cas ? Au pire, la charia pourrait être, elle aussi, une autre option plus efficace.

1 pensée sur “Au pire des cas, la « justice populaire » n’est-elle pas efficace ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *