Hausses de prix vertigineuses et négociations tardives !

Prix à la pompe
Prix à la pompe
Prix à la pompe

A ma grande surprise hier, le prix du gasoil à la pompe vient de connaître une hausse dans certaines stations services. Et ce qui est regrettable, c’est qu’aucune info précise concernant le taux d’augmentation du prix à la pompe n’a été émise jusqu’à hier. Bref, c’était à l’insu des consommateurs !

Bah certainement d’autres automobilistes auraient constaté cette hausse toutefois ne connaissant pas le cas de l’essence tourisme, le seul fait que l’on puisse émettre ici, c’est que le prix du gasoil qui était de 2450 Ar était devenu 2540 Ar dans une station service dont je ne mentionnerai pas l’identité ici. A la limite, tout le monde s’accorderait à dire qu’une hausse des prix à la pompe soit prévisible vu la conjoncture tant nationale qu’internationale mais la moindre des choses ne serait-elle pas de préparer l’opinion en précisant une fourchette bien précise d’un éventuel taux d’augmentation ? Ne serait-ce qu’à l’égard des honnêtes contribuables ? D’ailleurs, pourquoi la presse ne s’y est pas mise et ce, tant sur la toile que sur la presse papier ?

C’est vrai que cette tâche incombe à la HAT et il ne suffit pas de crier sur tous les toits que la HAT est actuellement sur le pied d’œuvre pour négocier avec les compagnies pétrolières tandis que ces dernières, à l’insu de tous, procèdent déjà à l’augmentation des prix. Eh ben, c’est quoi ça ? Serait-ce encore une mise en scène de plus de la part de la HAT ? Ou un semblant de scènes de ménage de certains pétroliers et Rajoelina pour que la cote de ce dernier puisse remonter au moment où la flambée des prix des PPN serait sur le point de dépasser les limites de l’acceptable ? De l’autre côté, la dépréciation de l’Ar qui sera au rendez-vous cette année n’augure rien de bon.

Grosso modo, en attendant que la période de soudure prenne fin, tout le monde doit se serrer la ceinture. La situation empire chaque jour et pour certains ménages, elle est déjà intenable. Sur ce, les Malgaches ne devraient-ils pas maintenant penser à modifier leurs habitudes alimentaires vu le prix du riz et ceux des autres denrées alimentaires  d’accompagnements dont principalement les viandes ? Et au passage, le gars qui chantait à une certaine époque « inona ny vaovao manerana ny tany ?… tsy takatry ny kely vola izao ny atody e » est dans les hautes sphères du pouvoir et semble ne rien faire alors que les œufs connaissent, eux aussi, une hausse de prix vertigineuse. Bizarrement, le gars ne chante plus et l’on dirait bien qu’il a changé son fusil d’épaule. C’est drôle ! Et fautes d’artistes dignes du renom, les générations actuelles manquent de « chanteurs » à cause de la censure !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *