Le terme « radio pirate » aurait-il un sens ?

Radio Pirate
Radio Pirate
Radio Pirate

« Améliorer l’audiovisuel » nécessiterait un tas de critères qui, notons-le, dépendrait donc du régime en place. La raison principale évoquée est la « mise en conformité » de l’émetteur pour éviter toutes sortes de perturbations de fréquence. Si ce n’était que ça, le terme « radio pirate » aurait-il un sens dans la mesure où une station pirate éviterait par tous les moyens de brouiller les fréquences au risque d’être interceptée et qu’elle aurait intérêt à se « conformer » aux dispositions légales régissant le pays, ne serait-ce qu’au niveau des diffusions de pub ?

Mais non ! Ça ne se fait pas comme ça ! Ça aurait été plus simple ! Ce régime transitoire voudrait coûte que coûte contrôler la communication dont l’audiovisuel. Dans ce cadre, la suspension des autorisations de diffusion accordées entre 2009 et 2010 marquait un tournant dans le domaine de l’audiovisuel puisque si avec de telles dispositions qui changent perpétuellement à l’avantage de la HAT, aurions-nous une chance d’avoir, un jour, des informations fiables ? Parce qu’à l’heure présente, la HAT voudrait avoir la main mise sur toutes les informations qui sont véhiculées à travers les stations audiovisuelles restantes. Et pour couronner le tout, les bras musclés du pouvoir sont là pour faire le sale boulot avec le tandem DST et FIS.

L’avenir de l’audiovisuel s’assombrit de jour en jour ne serait-ce qu’en terme de concurrence. Elle est plus que jamais compromise car à chaque fois qu’une ligne éditoriale mute de façon à ce que la station puisse s’adapter à la conjoncture, elle risque à tout moment de recevoir une lettre de mise en demeure, voire même une fermeture définitive. Enfin, interpréter la conjoncture qui va à l’encontre de la « liberté HAT-ienne » pourrait être traduit comme étant des actes portant atteinte à la sûreté de l’Etat selon le directeur des FIS. Quid de la sûreté de l’Etat et du nombre de stations fermées durant l’ère Rajoelina ?

Apparemment, la HAT s’inquiète des infos qui sont véhiculées à travers l’audiovisuel et elle essaye de montrer un semblant de rigueur, caractérisée par les « deux poids, deux mesures ». Dans ce cas, comment voulez-vous que toutes les stations existantes s’y soumettent ? D’ailleurs, la PUI et nos vies privées ne vous disent pas quelque chose ? Une autre paire de manches !

2 pensées sur “Le terme « radio pirate » aurait-il un sens ?”

  1. Faut-il s’étonner si il y a des radios « PIRATES », selon les termes de ces tenants de pouvoir illégal??? Tous les médias qui ne sont pas acquis à leur cause sont réduits au silence, démentelés, on est dans un temps de pérsécution voir même de l’inquisition!!!
    Un pouvoir qui n’a ni âme, ni conscience.
    La liberté d’expression et le droit d’être citoyen même sont piétinés, bafoués.

    C’est personnes qu’ils accusent n’ont absolument pas du tout proférer de propos tribalistes!!!!! comme ces résponsable omert et fis aiment à le faire entendre! Non!. Ce sont ces ésprits accusareurs, semeurs de zizanies, et de mensonges qui sont les valets « des diviseurs pour régner ».

  2. INTERVIEW DE TTOM au leader du parti Hasin’i Madagasikara: Sarah Georget Rabearisoa

    Question: Vous êtes favorable à la feuille de route proposée par le Dr Simao ?
    – Réponse de Sarah Georget Rabearisoa: « …Nous approuvons par exemple l’article qui stipule que =la transition ne doit pas effectuer un engagement à long terme comme celui d’exploiter les ressources minières.= »

    Queston: Néanmoins, vous avez d’autres points à soulever.
    – Réponse de SGR: « Evidemment. … D’autres mesures d’apaisement sont à prendre en compte…l’ouverture des stations audio-visuelles pour plus de variétés d’informations, … »

    Question: Vous avez évoqué la liberté de presse. La hat a parlé récemment de l’émission d’un certificat, votre avis ?
    – Réponse de SGR: « … Ce n’est pas parce qu’on n’observe pas les mêmes points de vue qu’on est systématiquement des opposants encore moins des incitateurs aux troubles.
    La Radio Fototra a été fermée. Pourtant, elle n’a jamais incité à la haine comme le font certaines stations ENCORE EN MARCHE AUJOURD’HUI. Aussi nous exigeons l’ouverture des stations fermées, …, ainsi que la liberté de la presse au pays. »

    Question: Vous avez votre mot à dire sur l’éventuel retour de Marc Ravalomanana au pays ?
    – Réponse: « Pour nous, parti vert, chaque citoyen a le droit de circuler librement dans son propre pays. C’est une autre mesure d’apaisement »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *