Lutter pacifiquement ? Oui, mais comment ?

Lapan'ny Fitsarana Anosy 25 Janv 11

Lapan'ny Fitsarana Anosy 25 Janv 11
Lapan'ny Fitsarana Anosy 25 Janv 11
Voici une nouvelle contribution de Alidera_AR que nous vous livrons. Bonne lecture !
.

Deux ans ont passé depuis le coup d’Etat du 17 mars 2009. Deux longues années pendant lesquelles les malagasy ont étalés tous leurs savoir-faire pour aboutir à une situation qui reste la même depuis la même date du 17 mars 2009. Des mots par ci, des gesticulations par là, négociations, tractations, etc., le tout pour arriver à un seul et même constat d’échec. Échec pour tous puisque personne ne semble être dans une position qui lui soit confortable. Ce qui risque d’ébranler fortement toutes les idées que les malagasy sont faites d’eux-mêmes.

La violence, dans laquelle a été menée la fronde contre la 3ème République et le Président qui fut celui qui a été élu démocratiquement pour la conduire, a du traumatiser le peuple malagasy sans distinction, peu importe son camp politique, que tous ont adopté un comportement plus ou moins raisonnable. Aussi, est-on loin des actes violents des premiers mois qui ont suivi ce coup d’État. Tous semblent adopter une attitude « pacifique ». Du moins, et certainement, l’attitude qui est adoptée par ceux et celles qui réclament à ce que les choses se fassent selon le Doit et rien que le Droit. Ceux-là même que l’on peut appeler « légalistes ».

Attitude « pacifique » ou « lutter pacifiquement », qu’est-ce que ça veut dire réellement ? Pour des gens comme moi, pour des raisons totalement personnelles, c’est au chaud et devant l’ordinateur comme dirait l’autre qui lui était peut-être sous la pluie avec une machine à écrire antédiluvienne avec laquelle il n’aurait pas pu publier ses articles sur le net. Pour d’autres c’est alimenter les conversations et les papotages, étaler son savoir et ses grandes idées par ci et par là. Et, il y a ceux et celles qui viennent assister tous les jours, contre vents et marées, à tous les meetings des légalistes aux « Magros » pour espérer qu’un jour le Droit sera respecté et servira leur cause. A ce stade, il n’y a rien à dire, tout est pacifique et même paisible.
Mais, le concept « pacifique » et/ou « lutter pacifiquement » ressemble plus à notre façon habituelle des choses, il entre dans le rang des mots « géniaux » comme démocratie, liberté, république, etc. En effet, qui dit lutte dit toujours avoir les moyens de se battre, autrement que les armes et l’usage de la force. Pacifisme oblige.

Les aveux du Commandant Charles Andrianasoavina constituent un évènement majeur du mois de décembre dernier car c’est pour la première fois que de telle chose s’est produite dans ce pays. Des aveux qui en ont fait succéder d’autres, aussi significatifs, les uns que les autres, qu’importants puisqu’ils ont provoqué une cascade de réactions plutôt inattendues et d’autres surprenantes.

D’abord, il y a les plaintes déposées par SEM Marc Ravalomanana. Diversement appréciées, ces plaintes sont logiques si l’on ne s’en tient qu’à la position qui est la sienne depuis le début de cette crise. Il aurait été surprenant et curieux si ces plaintes n’avaient pas été faites. Car, non seulement, il était la première victime et le premier concerné dans ces aveux. Mais, de plus, il est le chef de file des « légalistes ». Un qualificatif qui prend tout son sens ici d’autant plus qu’il n’a demandé à personne dans la rue pour faire valoir ses droits mais est allé saisir lui-même la « Justice Républicaine ».

Les leçons de ces plaintes sont multiples.
1- Le Dorit est l’arme le plus pacifique qui soit, car il est le ciment de la convention sociale signée démocratiquement par le peuple.
2- Ravalomanana met au mur ceux et celles qui ont démontré, par simple présomption, sa culpabilité.
3- Il oblige donc les tentants de la Justice à ce que la morale de la Justice ne soit mêlée à des intérêts personnels.
4- Il montre une nouvelle fois la ligne de conduite qui est la sienne depuis longtemps en insistant sur le fait que la rue ne peut à elle seule constituer l’unique endroit pour l’expression de la démocratie et ne peut jamais être la tribune de la république.
5- Il insiste sur le fait qu’il n’y a pas de démocratie sans Justice.
6- Il piège ses contradicteurs à ne pas justifier leurs propres erreurs par les erreurs qu’il aurait pu faire.

Ce qui est par ailleurs incompréhensible et inattendue voire surprenante, c’est la réaction de ce qui se revendiquent «légalistes ». La leçon et le chemin à suivre ont été donnés par leur chef. Si il n’y a rien à attendre des AREMA/CRN/ MFM/TEZA/etc. c’est que eux n’ont jamais compris ce qu’est la démocratie. Leurs habitudes démocratiques se résument à la rue. D’ailleurs, ils sont tous à l’origine de cette crise (cf. site « soa ho an’i Madagasikara »). Toutefois, l’on se demande à quoi sert la CNOSC et autres associations/collectifs, ces supposés « société civile » ? Faut-il considérer qu’ils ne servent à rien d’autres à part se noyer dans la politique ? Où sont-ils passés ces citoyens qui se sont faits spoliés leurs votes ? N’est-ce pas à eux de défendre leur choix ?

Enfin, si la leçon a été donnée par SEM Ravalomanana, la HAT continue dans son làlan-hitan-kisoa. Aussi, si le silence des accusés dans les aveux qui se sont succédés sont assourdissants, car des plaintes pour diffamation auraient du être déposées si les faits n’étaient pas avérés, la sortie de Christine Razanamahasoa ne manque pas d’intérêts. En tant que Garde des sceaux de la HAT, elle n’avait pas à se prononcer sur ces aveux puisqu’en le faisant, elle s’est substituée aux juges. Le pire, en déclarant le Commandant Charles Andrianasoavina comme un cas psychiatrique, madame est à la fois juge d’instructions, juge, juge d’application des peines mais en même temps un médecin psychiatre. La ressemblance avec les décisions de la HCC en 2009 n’est pas fortuite, on y voit les mêmes méthodes de travail.

Pour finir, les plaintes déposées par SEM Marc Ravalomanana sont utiles et nécessaires. Mais, la Hat peut très bien déclarer l’insuffisance pour ne pas ouvrir le dossier. Par ailleurs, si il y a au moins 100 plaintes comme celles faites par SEM Marc Ravalomanana, la HAT aura du mal à tenir. Aussi, j’invite les avocats, juristes qui sont avides de légalités à inciter les citoyens ayant voté SEM Ravalomanana en 2007 à porter plainte. Où sont ces milliers de citoyens que l’on avait vu à Mahamasina à l’époque ? OSEZ!

20 pensées sur “Lutter pacifiquement ? Oui, mais comment ?”

  1. qu’est ce que le droit

    pour des putschistes ?

    dans un Etat de non droit règne le NIHILISME JURIDIQUE

    la lutte est à envisager autrement.

  2. gbd,

    Un taxi n’est rentable et ne marque que s’il y a des clients.

    La Hat continuera à agir tel qu’elle le fait aujourd’hui tant qu’on la laisse faire. La multiplication des plaintes peut la forcer à agir autrement.
    Ravalomanana lui même est conscient que la justice de la HAT ne fera rien quant aux plaintes qu’il a déposée. Mais, il le fait pour les raisons que j’ai évoquées dans cet article. La HAT ne pourra pas toujours sortir des décisions fallacieuses.

  3. Alidera
    tu sais ce que j’en pense ,
    mais je ne voudrais pas insister pour te contredire.
    Démocrate j’accepte la différence de vue qui est d’abord tactique.

  4. Raha hy hevitro aloha, dia mety sy ara-dalàna ny miandry izay hevitr’i SEM Ravalomanana, ary tokony hisy mihitsy ny rotaka toa ny Tunisie sy Algerie, sy Egypte…..fa saingy, efa maty lolo ny malagasy kely,

    ka izay mipoitra dia indro fa TSY MAINTSY arahina.

    Amiko, dia ny miaramila ihany no antony. Raha ny miaramila no misy manao fanambaràna toy ny SousOfficeirs, dia hazoto hirotsaka ny vahoaka :
    – mba rahoviana ny miaramilantsika no hilaza hoe : Tena Legitime ny zavatra angatahin’ny vahoaka, ka tsy hampiasa hery mihitsy izahay, toa ny any Ejipta ?


    Mifohaza ianareo miaramila, fa aza mety vidiana sahala amin’izao !

    Ny tena mahazo ny vola anie dia i Ndrianarijaona sy Fidimalala e ! ny anareo dia ny sisa sisa no omena anreo mba hanatanteraka ny famonoana olona ! ny Fampigadràna, ny Fisamborana tsy ara-drariny !

  5. « Lutter pacifiquement ? Oui, mais comment ? » (dixit Alidera A.R.)

    Tout simplement en s’inspirant de ce que j’ai essayé d’expliquer depuis plus d’un an !!!

    … seulement avec des « zanak’i Dada » à la tête brulée c’est quasiment impossible de les faire entendre raison, à moins d’un passage chez leur comorien (ou mahorais) de palier.

    MDR

  6. « Démocrate j’accepte la différence de vue qui est d’abord tactique. (dixit gbd)

    Démocrate ? Je dirais plutôt « borné » ! C’est l’effet du « betsabetsa » après avoir fumé la moquette ! MDR

  7. *Iarivo

    tu passes ton temps à répéter COMME UN PERROQUET des arguments avancés par les uns ou les autres

    De plus tu aimes t’en arroger le mérite , même « répéter » bêtement les expressions des uns et des autres

    Tu n’as vraiment aucune personnalité , vieux petit père…

    Délire ou fantasme de l’insignifiant qui aimerait tant qu’on le prenne pour un grand penseur ????

    pauvre Iarivo martèle bien dans ta petite tête que TOUS LES INTERNAUTES lisent les posts depuis 2009 et de plus SAVENT LIRE et identifier tes « perroqueteries  » qui fatiguent plus qu’elles n’impressionnent.

  8. Je me demande bien qui de nous deux est le plus à plaindre !

    « TOUS LES INTERNAUTES lisent les posts depuis 2009 » C’est tout ??? Les malheureux, je comprends bien maintenant pourquoi ils sont ainsi si « borné » et « limité » dans leur raisonnement !
    Je fais bien sûr allusion ici aux « zanak’i Dada » à la tête brulée !

    Il suffit de lire leurs « posts », en particulier ceux de Dr Celestin Robin, de GBD, de Mbola et consorts, …, toujours les mêmes rengaines !

    … des jérémiades sans fin,
    … des insultes, injures et autres vulgarités de ce g!enre,
    … des salamalecs à tout bout de champ pour leur gourou (qui doit d’ailleurs bien se fondre la poire en ce moment !)
    … des contradictions permanentes d’un commentaire à un autre !

    Qu’espérez-vous ? Une tête bien rempli n’est pas malheureusement suffisante pour raisonner intelligement, et la vulgarité n’est pas un signe de supériorité !

    Quand on est une « tête brulée », on ne peut plus réfléchir, on se contente de répéter COMME UN PERROQUET ce que dit son mentor, son maître, … et cela sans même comprendre ce que l’on débite aussi bêtement !!!

    Et bien sûr pour expliquer ses échecs il y a l’argument du « bouc émissaire », la

  9. Et bien sûr pour expliquer leurs échecs il y a l’argument du « bouc émissaire », la
    Françafrique, le vazaha, le comorien (ah, ce cher comorien de palier qui doit beaucoup vous manquer !), le karana, la HAT, les putschistes, telle ou telle personnalité, … bientôt ce sera le chien du quartier, la pute du coin de la rue, les morpions installés dans leur froc qui seront accusés de toutes leurs incompétences.

    Plus ils crient, plus ils insultes, plus ils ont l’impression d’être IMPORTANT et INTELLIGENT !!!

    C’est celà que vous appelez de la PERSONNALITE ??? Beurkkkkk !!! C’est plutôt digne d’un « zanak’i Dada » !!!

    Un chimpanzé vaut mieux que celà !!!

  10. Pourquoi ? Vous voulez me donner un cours de français ?

    J’ai écrit aussi plus haut : « … des insultes, injures et autres vulgarités de ce g!enre, » et vous ne l’avez pas signalé !!!

    Ou encore « Plus ils crient, plus ils insultes, plus ils ont l’impression… » et vous n’avez rien dit ???

    « n’est pas malheureusement suffisante pour raisonner intelligement » avec un seul « m » !!!

    Franchement, si vous pensez démontrer ainsi VOTRE intelligence de cette manière, de s’attarder sur des détails, des foutaises, alors là, vraiment, vous êtes à plaindre !!!

    Quant à la « vulgarité », je pense être encore très loin de votre niveau, regardez d’abord vos écrits, vous jugerez après !!!

    Bonne continuation !

  11. raha sahala amiko de tsy hirerehako mihintsy izany mahay teny frantsay izany ny teny malagasy anie ka mbola mila alalinina e!!!
    fa ela ry iarivo aza basivava fa ny vava no tsy atao be anie ka ny mamerina azy no tsy laitra e!
    « raha lava ny bozaka very ny kisoa ry iarivo, ary lava ny resaka lainga no sisa… »
    mazotoa ianao miaraka @ bitro lavanify e!!!!

  12. Alidera

    En voilà une très brillante idée ! Merci de nous avoir montrer la voie car pacifisme ne veut surtout pas dire croiser les bras et laisser faire, mais trouver un autre moyen de lutter. Nous sommes des légalistes intelligents, que diable ! on n’est pas des « sans-qualité » comme d’autres et les idées on en a, la preuve…

    Nous, les aînés, on vous approuve à 100% car nous n’avons plus la force ni la témérité nécessaire pour les sakoroka et autres parties de cache-cache grenade avec l’emmoreg. Votre idée a le mérite, au moyen, d’être à la portée de chacun et surtout de chaque électeur légaliste, qu’il a 18 ou 85 ans. Et puis il faut mettre la justice malgache en face de ses responsabilités et la pousser dans ses derniers retranchements.

    Nous, on va OSER !!!! On va le faire en groupe ou individuellement, le pire qu’on risque c’est de se faire traiter de fous par notre « Garde des Sots et Sottes » nationale et de se faire interner. Tentons le coup, ça ne nous coûtera pas plus cher que de se faire canarder comme des dahalo dans les rues de Tana.

  13. Bonjour,

    Alidera >>>>> « OSEZ! »

    Et je crois que tout est dit dans ces paragraphes. Oui, si tous ayant-droits/qui ont interet a agir sont identifies, informes,soutenus et encourages a agir, c’est deja une tres tres grande bataille de gagnee puisque la pression sera si forte qu’elle obligera les Fatys a « se devoiler ».

    J’ai ecrit sur un autre site que la resilience donne a tout etre un esprit creativif et audacieux!

    OSONS !

    Kitana

  14. Des preuves, chacun doit en avoir! rassemblez les et constituez-vous partie civile. Les journalistes qui se disent légalistes, il est temps que vous montriez ce que vous valez!

    Le tout n’est pas de dire qu’on lutte!

  15. Alidera,

    ce que l’on peut espérer , c’est un sursaut déontologique de nos magistrats.

    Le phénomène tunisien est une bonne leçon de prise de conscience et DE LUTTE COMMUNE pour la liberté .

    Les journalistes pourraient se joindre , il y en a tant d’emprisonnés arbitrairement !
    QU’ILS OSENT !!!!!!!!!!!!!!!!!!! ENSEMBLE.

    Les magistrats et les avocats tunisiens étaient main dans la main contre le dictateur Ben Ali …….

  16. partout c’est écrit tunisiens, j’y compris plus rien, est-dce que la crise malgache est finie ?
    c’est comme le suicide, on ne dit jamais rien MAIS on passe à l’acte

  17. gbd,

    Le cas des avocats/magistrats tunisiens parle de lui-même, faisons plus qu’eux!

    Si tu te souviens bien, je parlais déjà dès le lendemain du 17 Mars 2009 de porter des actions en justice par les « élus » en pensant que cela amènerait d’autres à le faire.

    D’ailleurs, je pense que les « élus » aussi devraient porter plaintes car eux aussi sont victimes de ce coup d’État! C’est la logiquement même surtout si l’on réclame être démocrate.

    Enfin, le sommeil profond de nos magistrats dans leurs « luxures » peut être dérangé par les bruits du nombre de plaintes pour que peut-être ils se réveillent pour trouver un minimum de déontologie… D’où la nécessité de multiplier les plaintes!

  18. 3 journalistes (France24)interpellés hier au Caire et détenus par les renseignements militaires Égyptiens. J’espère que CELLE qui filmait le Président Ravalomanana et les montagnes en 2009 à Iavoloha en fait partie !!!
    Son but était de faire croire au monde entier l’isolement du Président, abandonné par le peuple.
    Bien fait et Bravo Messieurs !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *