Médiations et consultations de la SADC, des détours pour rien !

Détours
Détours
Détours

A quoi bon négocier si, au final, l’on restait là où on était il y a un ou deux ans, peu importe. Le pays est dans le chaos ! Valider un coup d’Etat en Afrique dans un contexte politique international en pleine mutation rapporterait-il des crédits aux actions de la CI ?

En effet, la feuille de route que venait d’émettre la SADC reflète au moins deux choses, la confirmation de Rajoelina en tant que Président de la Transition et la non participation à la future présidentielle du dernier président élu démocratiquement de Madagascar.

Pratiquement, accepter Rajoelina en tant que Pdt de la Transition c’est tout simplement avaliser le coup d’Etat de 2009, ni plus ni moins. Qui plus est, déjà que ce dernier ait nié sa signature dans les Accords de Maputo, c’est comme si tout le monde sans distinction pouvait un jour être Président en Afrique. Par ailleurs, à travers cette nouvelle feuille de route, on pouvait facilement conclure que les dispositions sus énoncées seraient une synthèse des différents accords politiques entre foza dont principalement les accords d’ Ivato. Alors pourquoi la CI avait fait autant de détours pour finalement accepter les grandes lignes des résolutions issues de ces accords foza-foza ? Dans ce cas, à quoi servait-il de taxer les initiatives de la HAT de Rajoelina d’unilatérales sinon que de sacrifier le peuple par le manque de financements extérieurs dû aux sanctions ? bref, des détours pour rien !

Pire encore ! Le Président Ravalomanana ne pourra pas participer à la future élection présidentielle. Même son retour n’y serait accepté qu’après les élections. Comment pourrait-on accepter cela, ne serait-ce que le fait qu’il était élu démocratiquement ? Les efforts de médiations menées jusqu’à présent par la SADC n’étaient donc rien d’autres que des « passages obligés » pour finalement accorder d’énormes crédits à la HAT de Rajoelina ?

En réalité, cette feuille de route est trop simpliste pour qu’on y croie ! C’est vrai qu’elle résultait des consultations menées par la SADC mais franchement elle ne reflète en aucun cas un semblant d’équité. Sans parler de consensualité et d’inclusivité, les maîtres mots de la CI, qui signera un document pareil ? En passant, laisser à Rajoelina carte blanche pour choisir le PM renforce l’unilatéralisme de cette HAT bidon. Sûrement, cette feuille de route fera beaucoup couler d’encre dans les jours qui viennent. Wait and see !

7 pensées sur “Médiations et consultations de la SADC, des détours pour rien !”

  1. A mon avis, c’est ce peudo-calme (bien caractéristique des Malagasy) que certaines personnalités ont exploité, pseudo-calme qui est appuyé par la France, et d’un.
    Deux: si cette proposition est acceptée, on aura perdu 2 ans pour rien.

  2. Rendons nous à l’évidence :
    1)On ne veut jamais que Ra8 revienne.
    2) Les malagasy n’ont rien à dire sur leur pays et leur avenir; trop de cuisiniers vahiny ne gate jamais le bouillon,
    3) on avalise le coup d’Etat et ses auteurs, avis à tout le monde, vous serez appuyés par les francais, la CI, les américains et l’UA (le candidat gagnant sera tiré parmi les mauvais CV, à l’exemple du DJ),
    4) le temps passe et passe encore, la crise ne sera jamais résolu jusqu’en 2020. Eto foana isika niany !

  3. « …si cette proposition est acceptée, on aura perdu 2 ans pour rien. » (dixit Rama)

    Quelque soit l’aboutissement de cette proposition, nous avons déjà perdu au moins une année !

    Si certains d’entre nous n’avaient pas été aussi entêté et borné nous aurions pu obtenir une sortie de crise beaucoup plus rapidement et surtout beaucoup plus équitable et juste.

    Ces points bloquants ont été :
    – l’exigence du retour inconditionnel à la Présidence de SEM Marc Ravalomanana,
    – la volonté de rester accroché à tout prix aux Accords de Maputo et d’Addis-Abeba initiaux,
    – le refus obstiné d’accompagner le processus de sortie de crise par une participation aux différents débats passé, présent et futur avec les purschiste.

    Au bout d’un an de lutte pour le retour à l’ordre constitutionnel et à un Etat de droit à Madagascar, nous avions eu suffisament de recul pour nous rendre compte que la démarche (la manière) que nous avions suivie jusqu’à présent n’était pas la bonne.

  4. La frange méditerranéenne de l’Afrique connaît actuellement un bouillonnement et une multiplication de révoltes contre les différents visages de l’autocratie qui règne sur leurs teritoires depuis des dizaines d’années, et ce n’est que le commencement… La déclaration d’un citoyen égyptien est à retenir: « nous avons eu peur pendant 30 ans; aujourd’hui, nous avons cessé d’avoir peur ». Lorsque la coupe est pleine, elle ne peut que déborder!
    Des Etats africains, subsahariens et principalement ex-colonies de la France, subissent des coups de force inspirés et montés de toute pièce par l’ancienne puissance coloniale pour mater toute vélléité de se libérer du joug néocolonial, sous tous ses aspects et dans tous les domaines. La coupe est aujourd’hui pleine, elle va déborder!

  5. Face aux mouvements populaires qui se répandent dans différents pays arabo-musulmans (Tunisie, Egypte, Algérie, Jordanie, Yemen, …) séstabilisant toute la région périphérique de l’Europe méridionale, la Communauté internationale (sous entendue les pays du G8) sont contraint de se dégager des autres zones de crise devenue « mineure » (moins importante) comme Madagascar et la Côte d’Ivoire.

    La SADC pour Madagascar et la CEADEO pour la Côte d’Ivoire ont pour mission de stabiliser et normaliser dans les plus brefs délais la situation dans chacune de ces deux pays quitte à ne pas respecter les règles de déontologies habituelles.

  6. Si cette feuille de route de la SADC est véridique, et si LE sommet de l’Union africaine actuellement réunit à Addis Abeba l’adopte, alors elle sera applicable et imposé à toutes les parties en conflit !

    Ceux qui refuseront de la signe seront exclus par eux-mêmes du processus de résollution de la crise (mise en place des différentes Institutions transitoires)

  7. Pour ne citer qu’une SEULE « contradiction » dans cette feuille de route :
    – accords maputo,addis-abeba …ne sont plus à l’ordre du jour, OR :
    – c’était bien lors de ces rencontres que Rajoelina a été désigné pour être à la tête de la HAT, ET :
    – on lui reconnaît encore le mérite de conduire cette HAT.
    Cherchez l’erreur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *