Pour un rapport public, contradictoire, transparent, sans fard des évènements

Comite de soutien Fetison et autres prisoniers politiques
Comite de soutien Fetison et autres prisoniers politiques
Comite de soutien Fetison et autres prisoniers politiques

Nous recevons ce communiqué du Comité de Solidarité avec Fetison et d »autres Prisonniers Politiques. Bonne lecture !
.

POUR UN RAPPORT PUBLIC, CONTRADICTOIRE, TRANSPARENT

ET SANS FARD DES EVENEMENTS

La situation de non droit se manifeste de plus en plus à travers des pressions sur la Justice et des juges. De multiples interventions du pouvoir de fait sur l’appareil judiciaire à tous les stades de procédures sont évoquées et dénoncées par les justiciables.

Ce sont des atteintes graves au principe constitutionnel de Dépositaire des Sceaux de l’Etat, le Garde des Sceaux se doit précisément de veiller à leur bon usage et à sauvegarder toute la symbolique qu’ils représentent dans un Etat de droit au service du Peuple. Et, la Ministre de la Justice étant, quant à elle, en charge d’assurer l’effectivité de l’indépendance de la Justice.

Or, depuis le coup d’Etat du 17 mars 2009, la HAT a conçu comme règle l’instrumentalisation à outrance de l’appareil judiciaire, transformant la police judiciaire en un instrument de répression, ordonnant au Parquet toutes formes d’initiatives et de décisions contraires à son statut, et orientant le cours de la Justice en lui fournissant des éléments tronqués et en exerçant sur les juges des formes diverses de pression, tandis que les droits de la défense sont bafoués.

Il est rappelé à ces égards que la Commission des Droits de l’Homme des Nations Unies, le Conseil des Ministres de l’Union Européenne, le Parlement Européen, l’Assemblée Paritaire Union Européenne/Pays ACP, l’Union Africaine, la SADC, pour ne citer que ces organisations publiques internationales qui sont sources de normes internationales en matière de droits humains et de standards démocratiques, ont déjà toutes condamné la HAT dans ces domaines. Tout dernièrement, le Conseil d’Etat de la France a retiré Madagascar de la liste des « pays d’origine sûrs » pour ces mêmes raisons.

Quelle Justice nous juge? Il est aujourd’hui avéré que chaque décision de Justice des Juges et Magistrats est source d’appréhension et même d’angoisse. Pourquoi cette crainte ? L’avènement de la HAT a mis en place une véritable politique de la peur. Politique délibérément mise en œuvre depuis 23 mois maintenant au niveau de la Justice et des Forces de l’Ordre.

Le fonctionnement objectif de nos juridictions repose avant tout sur les Magistrats, la préservation de leur indépendance et le respect du contradictoire, il y a toujours au moins deux points de vue dans un procès.

De ces principes, il semble qu’aucune Autorité de fait n’en a cure et particulièrement la Garde des Sceaux qui, très régulièrement fait l’objet de suspicion dans le milieu du Parquet pour ses interventions de moins en moins discrètes dans les décisions des Juges.

Aujourd’hui, la situation des prisonniers politiques retenus dans les différentes prisons et autres lieux de détention relève du désespoir. Les vérités qui peuvent facilement être découvertes par les investigations et confrontées aux faits par la comparaison la plus complète et la plus libre des opinions contradictoires, sont ignorées et méprisées. Il est devenu systématique de requérir de leur emprisonnement à durée indéterminée.

Qui peut comprendre une mère, une épouse, un enfant lorsque le chef de famille est cible de peine d’emprisonnement pour des raisons politiques ?

Qui peut comprendre ce que ressentent les victimes de ces abus de pouvoir, de cette absence d’indépendance de la JUSTICE ?

Nous attendons avec effroi le prochain procès de nos camarades militants par la suspicion qui demeure vis-à-vis de certains Magistrats devenus des « fonctionnaires » aux ordres. Dans un Etat de droit, c’est l’équilibre entre les trois pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire qui assoie la démocratie. Et c’est dans ces conditions que la Magistrature est une Autorité indépendante, et que doit résider l’indépendance de la magistrature du siège comme du parquet.

Nous mettons toutefois tout notre espoir dans l’éthique et la déontologie de la majorité des Magistrats et Juges pour qui la JUSTICE a le devoir d’être JUSTE et EQUITABLE et de faire appliquer la loi dans sa rigueur et dans son humanité.

Le Comité de Solidarité à Fetison Rakoto Andrianirina et à toutes les victimes du non-droit dénonce avec autant de force de telles visées et saisissent l’occasion de ce communiqué pour rendre hommage au professionnalisme et au sens des valeurs d’une majorité de magistrats, du Parquet et du Siège, qui ne veulent prendre pour seules références d’action dans leur haute mission que celles dictées par leurs règles déontologiques et éthique. Elles seules, en effet, leur garantissent l’indépendance et la sérénité nécessaires et assurent une justice en faveur d’un rapport public, contradictoire, transparent et sans fard des événements.

Antananarivo, le 07 Février 2010

2 pensées sur “Pour un rapport public, contradictoire, transparent, sans fard des évènements”

  1. Je me demande à juste ttre si les magistrats à Madagascar ont encore le privilège de porter leurs habits de profession, signes de l’impartialité!… N’avez-vous pas honte de vous parader encore avec vos toques et bonnets et vous regarder dans la glace?…Est-ce que le pouvoir de l’argent est vraiment très fort pour que vous vous abaissiez à trahir et à fouler aux pieds votre éthique et déontologie?
    Honte à vous tous, Messieurs les Magistrats, je dis bien à vous tous, car jusqu’à présent, je n’ai vu ou entendu un magistrat dénoncer ces non-droits,… alors que pendant les évènements de 2009, le OLALA, .. pour ne citer que lui, se targuaient d’être les vrais défenseurs du peuple!..
    Où êtes-vous actuellement, Messieurs,.. ou avez-vous reçu votre denier de Judas pour ne plus défendre le peuple qui a besoin de vous?…

  2. Rendons nous à l’évidence de l’enrichissement sans cause qui fait tabac chez nous? C’est l’argent qui est maître mot pour se dévier de toute la bonne voie et principe directeur des hommes de loi! Alors à serait-ce la fin de ce macabre et quelle genre d »éducation adopterions nous pour faire face à cette hémorragie décadente de notre culture?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *