Prix des PPN, « un travail non réfléchi est un travail qui ne sera jamais fait » !

Riz Madagascar

Riz Madagascar
Riz Madagascar
Face à la hausse des prix des PPN, Rajoelina aurait voulu que les membres de l’exécutif concernés trouvent des solutions dans le plus bref délai. Cependant, sera-t-il entendu puisqu’il ne suffit pas de taper sur la table pour qu’un miracle se produise ? Il ne faut pas rêver ! La mauvaise gouvernance de la HAT vient d’être étalée au grand jour par les hausses successives de prix des PPN ces derniers temps. Dans l’ensemble, le cas du riz illustre bien les faits.

En ce qui concerne le riz, au lieu de considérer le problème au niveau du marché local comme nous en avons déjà parlé à travers ces lignes, la HAT s’est précipitée vers les importations sans trop réfléchir. Et avec le peu de moyens dont disposent les producteurs, ces importations n’ont fait qu’amplifier la rétention de stocks. En effet, il fallait inciter ces producteurs à écouler leurs produits sur le marché local mais faute aux prix très concurrentiels des produits importés, ils préféraient stocker leur produit pour ne pas subir tout simplement de pertes tout en tenant compte aussi des aléas climatiques.

Pratiquement, cette situation a provoqué les hausses de prix des autres PPN par effet de ricochet car rappelons-le, le riz demeure notre denrée alimentaire de base. Pour faire simple, tout s’achète et tout se vend pour s’en procurer. Et au final, c’est le consommateur qui paye l’ardoise occasionnée par ces importations par le fait que les importateurs conservent toujours leurs marges bénéficiaires en répercutant toutes les charges sur les prix de vente bien que ceux-ci soient plus abordables mais de basse qualité par rapport aux produits locaux.

Bref, la HAT nous donne en pâture aux importateurs de PPN et l’on ne s’étonnera pas que la situation va encore s’aggraver dans les jours à venir. Le mal est fait à tel point qu’un retour arrière est presque impossible. Et aux dernières nouvelles, le prix du riz aurait enregistré une baisse de 60 Ar sur les étalages mais c’est loin d’être suffisant. Et comme à l’accoutumée, c’est le peuple qui va encore payer les incompétences des dirigeants qui vont encore se rejeter la patate chaude. A qui la faute, aux Ministres ou à Rajoelina ? Cette question restera sans réponse du moins pour l’instant cependant on dirait que rien n’a été fait pour éviter ces hausses de prix. Enfin, l’adage qui dit qu’ « un travailbien réfléchiest à moitié fait » est toujours d’actualité et apparemment, la HAT n’a rien foutu.

3 pensées sur “Prix des PPN, « un travail non réfléchi est un travail qui ne sera jamais fait » !”

  1. Et dire que le litre d’huile vaut 30milles fmg à Toamasina: plus que le double du prix promis par ces putshistes sur la place du 13Mai, il y a deux années!

    Et jamais dans n’importe quelle situation difficile rencontrée par le pays tout au long de son histoire, le prix du riz n’a ainsi monté pour atteindre son double d’il y a deux ans!!

  2. Ny tsy fahaizana mitantana no anton’ izao na ekeny ny faty na tsy ekeny. Ao koa ny fitadiavana diso tafahoatra ny fidiran’ ny taxe, na hetra, hamatsiana 4X4 ny akama mbola tsy manana sy hanaova fety etsy sy eroa hampitaliana vonjy tavan’ andro ny vahoaka;ny mpitondra any amin’ ny faritra dia raisina sahala amin’ ny mpanajaka kely;

    ny filohan’ ny FAT dia ireny efa sahala amin’ ny mpanjaka taloha ireny; raha misy saina Andry Rajoelina sy ny manodidina azy dia sary , gazety boky toa ireny ve amin’ izao fotoana izao no entina hilaza ho fampiraisam- pirenena ; averin’i Rajoelina sy Ratsirahonana , ry Hypolite, ry Ramakavelo ny Fanjakana merina misaron-tava 4 ème République hono

  3. Rakotoson â

    avelao midanika ny kibony : mora kokoa no petahana azy ny anjarany !

    inon,a koa no vitany trôpy ny potsista eo ????

    NOFINOFY

    ANGANO ANGANO

    Araky ny teny tssotska hoe : LAISSONS LES CREUSER LEURS TOMBES !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *