Qui a peur de la démocratie à Madagascar ?

Voici un texte que nous avons reçu et que nous vous livrons. Bonne lecture !

Le 17 mars 2009 on a voulu tuer la Démocratie à Madagascar au moyen d’un coup d’Etat dont la réalité, le caractère sanglant et la fourberie de ses auteurs, aujourd’hui à la tête de l’Etat, sont désormais connus de tous, en particulier grâce aux récents aveux complets de généraux et militaires impliqués. Pour mieux asseoir une Haute Autorité de Transition en mal de légitimité, on a tout d’abord voulu édulcorer ce coup d’Etat à défaut de pouvoir le masquer en faisant condamner lourdement Marc Ravalomanana par un jugement inique du 25 juin 2010 et qui, pour cette raison, fait déjà date dans les annales nauséabondes d’une justice aux ordres. Mais aujourd’hui, se référant à des éléments de preuve accablants, le Président en titre de la République de Madagascar, toujours titulaire d’un mandat électif acquis fin décembre 2006 pour un second mandat présidentiel de cinq nouvelles années, établit sans contestation possible que l’exclusive responsabilité de la tuerie du 7 février 2009 incombe aux seuls auteurs du coup d’Etat.

Depuis près de deux ans, sur fond de violation constante des droits et libertés fondamentaux timidement dénoncés par la communauté internationale, la HAT va son chemin sûre de l’appui indéfectible d’une certaine France prompte à trouver toutes les astuces d’un « habillage démocratique » pourvu qu’elles aboutissent à pérenniser un régime qui réunit pourtant toutes les caractéristiques d’une dictature. Sa diplomatie, dont les défaillances s’affichent au grand jour à propos de la Tunisie et de l’Egypte, trouve pourtant encore à prospérer à Madagascar, là où la Démocratie souffre autant qu’au Maghreb, parce que sans doute la Grande Ile se situant à plus de 10.000 kilomètres, le peuple malgache est trop loin du coeur des Français.

Or, si les formes de la Démocratie peuvent être multiples, ses principes sont indivisibles ! La Démocratie doit être défendue avec la même ferveur en France et partout ailleurs, y compris à Madagascar ! Quand elle est bafouée, c’est le peuple qui souffre et le peuple malgache souffre depuis près de deux ans dans une quasi indifférence internationale !  Or, il faut savoir qu’à Madagascar la France appuie sans réserve un pouvoir putschiste au nom d’une soit disant stabilité politique et en affichant clairement sa volonté d’écarter définitivement de tout processus électoral un Président aimé des Malgaches, Marc Ravalomanana, dont le seul tort avait été de vouloir l’Indépendance économique de Madagascar. Plusieurs points de la feuille de route proposée récemment par le Dr. Simao dans le cadre des négociations de sortie de crise, qui se trouvent ostensiblement soutenue par la France sinon inspirée par elle, l’établissent avec évidence. Cette complicité qui va jusqu’à s’affirmer au grand jour, cette ingérence qui va jusqu’à envoyer sur place à Madagascar un ministre pour présenter « la » solution qui s’impose, cette arrogance qui veut ignorer le sentiment de tout un peuple, tout cela est intolérable !

C’est dans ce contexte explosif, et pour répondre à une quête éminemment légitime et urgente du peuple malgache, que Marc Ravalomanana a décidé son retour à Madagascar pour le 19 février 2011. Il s’en est expliqué suffisamment et l’a déclaré solennellement lors de sa conférence de presse du 17 février: pas question pour lui de se prêter à une quelconque provocation ou à une quelconque manoeuvre politicienne de déstabilisation, son seul but est, par sa main tendue, de faire avancer, comme l’implique le processus de sortie de crise, les négociations en cours par sa présence physique, ses propositions et ses bonnes dispositions.

Cette démarche responsable, digne et respectueuse n’a eu pour seule réponse que la panique, la vindicte et les insultes de la part d’une HAT agrippée à ses oripeaux. Toutes les routes aériennes à destination de Madagascar sont fermées. Pour l’anecdote et pour sourire, rappelons qu’il n’y a pas si longtemps cette même HAT réclamait martialement l’extradition d’Afrique du Sud du « repris de justice » qu’est pour elle Marc Ravalomanana…La preuve est faite: la HAT et ses soutiens ont peur de la Démocratie ! Elle et ses suppôts ne la tolèrent décidément pas.

L’Histoire a ses exigences qu’un peuple, quel qu’il soit, porte en lui sans relâche. Personne ne peut l’en priver. La Démocratie avec ses valeurs et les droits inaliénables qui en découlent est comme une vague déferlante qui emporte tout sur son passage. Cette évidence en forme de message constant que porte le peuple malgache depuis le coup d’Etat du 17 mars 2009, et qui se transforme en une leçon que nous donnent les peuples africains du Maghreb et arabes du Moyen-Orient, trouvera inévitablement à s’exprimer dans des formes insoupçonnées à Madagascar tant la frustration du peuple est grande et tant l’autisme de la HAT est pathétique.

Ce 19 février 2011, près de trois cents mille personnes pacifiques de toutes catégories sociales étaient présentes aux alentours de l’aéroport international d’Ivato à Antananarivo pour accueillir Marc Ravalomanana, son épouse et leurs accompagnateurs. Leur déception n’avait d’égale que leur espoir revigoré car elles savaient que ce rendez-vous manqué, dû à l’innommable peur panique de la HAT, qui a fait disperser la foule au moyen de gaz lacrymogène, n’est que partie remise. Franchement, comment peut-on avoir peur de la Démocratie à Madagascar ? Alors, laissez Marc Ravalomanana revenir dans son pays ! C’est son droit et le peuple le réclame !

Ranoisoa

3 pensées sur “Qui a peur de la démocratie à Madagascar ?”

  1. « La France n’a jamais suspendu ou diminué ses aides à Madagascar, que ce soit culturel, social ou économique ( militaire, occulté ) »
     » La France reconnaît les Etats, et non les régimes ! »
    Déclaration de H. de Raincourt.
    On joue sur les mots ; l’hypocrisie à son plus haut degré de paroxysme !
    Ce n’est plus de la langue de bois, mais d’acier !

  2. LA FRANCE, LAISSONS-LA DE COTE POUR NE PAS Y ACCORDER DE L’IMPORTANCE.
    POUR BEAUCOUP DE MALAGASY,IL S’AGIT MAINTENANT DE PERSEVERER DANS LA LUTE QUI A DEJA ETE ENGAGEE DEPUIS 2 ANS DEJA.
    SOUVENONS-NOUS DE L’ADAGE SUIVANT: « LE SUCCES DU MAL VIENT DE L’INACTION DES HOMMES DE BIEN ».
    DANS TOUS LES CAS: SAMEDI DERNIER ETAIT UN SUCCES POUR LES LEGALISTES (MISES A PART LES LACRYMOGENES)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *