L’interventionnisme « démesuré » de la HAT tue à petit feu notre économie !

prix plafond
prix plafond
prix plafond

On dirait bien que ce pouvoir de fait voudrait renforcer son interventionnisme sur le marché pour mieux agir sur les prix sans faire trop d’efforts. Décidément, certains politiciens ne veulent pas que le pays s’en sort puisque, à coup sûr, cet interventionnisme démesuré tue à petit feu notre économie.

En réalité, il y a une chose que les dirigeants actuels ignorent ou font semblant d’ignorer. Créer un nouveau Ministère qui planifiera le développement fermerait le pays du reste du monde et compromettrait le dynamisme de notre économie nationale dans la mesure où cette « planification » va à l’encontre du libéralisme économique, le moteur principal de développement.

Nous avons déjà parlé des effets néfastes de la fixation des prix au niveau des marchés par la baisse de la production locale à travers ces lignes, parlons maintenant des effets engendrés par cette baisse au niveau du secteur privé.

Psychose

La baisse de la production locale affecte certains paramètres économiques dont, principalement, le revenu et l’emploi. En effet, en fixant les prix du marché, les entreprises ne produiraient pas plus que le marché local demande au risque d’une surproduction vu que les revenus des ménages ont considérablement diminué à cause de cette crise. Il en est de même de l’interdiction d’exportation pour certains PPN. Les producteurs se limiteront à satisfaire le marché local qui se rétrécit de jour en jour.

Finalement, les activités productrices du secteur privé vont se ralentir car leurs chiffres d’affaires vont s’effriter. De ce fait, ce ralentissement va affecter les dépenses globales des ménages à cause d’un risque de chômage très élevé qui pourrait survenir à tout moment, telle une psychose. C’est un phénomène social que nous avions constaté durant cette crise et éventuellement, si chômage il y a, le revenu global des ménages va, lui aussi, diminuer.

Economie fermée

En ce qui concerne les exportations qui engendrent des entrées de devises considérables, son interdiction nous mettrait à l’écart du reste du monde puisque comment, par exemple, nos opérateurs économiques vont se procurer de monnaies étrangères pour importer des équipements de production ou tout simplement des PPN ? Ils seront obligés d’acheter les devises étrangères à prix forts et l’on ne s’étonnera pas qu’une nouvelle hausse de prix survienne. Et au vu de nos faibles revenus, certains opérateurs réduiront leurs importations. Pis, certains n’arriveront plus à s’adapter à cette conjoncture et fermeront leurs portes.

Ainsi le pays se trouvera isolé du reste du monde comme à une certaine époque où seule une catégorie d’opérateurs pouvaient importer de l’extérieur. Vous vous en souvenez ? Au pire, ceux qui voudraient voyager à l’étranger auront des difficultés pour s’en procurer si l’on continuait à ce rythme. Les faits en parlent, l’euro continue d’écraser notre monnaie nationale sur le marché des devises.

Système dépassé

C’est tout à fait logique ! Par conséquent, si l’on veut redynamiser le secteur privé, il nous faudrait une concurrence saine et loyale pour revitaliser nos marchés au lieu de fixer les prix ou d’interdire les exportations de certains PNN. Déjà que les financements extérieurs nous manquent cruellement, certains voudraient replonger le secteur privé dans le chaos total avec ces mauvaises idées.

Pour rappel, ces cycles catastrophiques ne datent pas d’aujourd’hui et nous l’avons déjà vécu dans les années 80. De nos jours, même les fervents défenseurs du socialisme se sont mis à œuvrer dans « l’internationalisation » de leur système économique pour pouvoir s’adapter aux contextes économiques mondiaux alors que nous, de notre côté, on se remet à « l’interventionnisme démesuré » par on ne sait pour quelles raisons. Bref, ça n’a jamais été bénéfique pour un pays donné et même les pays avancés ont mis du temps pour le comprendre et ce, au prix de nombreuses crises économiques et financières. C’est dommage car, à présent, certains politiciens voudraient remettre tout ça sur le tapis alors que la « planification » est totalement dépassée et qu’elle n’a plus sa raison d’être. Les signes d’une économie fermée refont surface petit à petit, à quand les vrais changements ?

14 pensées sur “L’interventionnisme « démesuré » de la HAT tue à petit feu notre économie !”

  1. MADAGASCAR est dans l’oeil du  » Cyclone  » …(Trou d’Ozone)
    http://www.theozonehole.com/ozonehole2008.htm

    l’Augmentation des uv-b entraine la secheresse et la stérilisation des végétaux …
    La Secheresse va gagner la Totalité du Pays
    et avec elle … La Pénurie alimentaire
    comme dans le reste du monde

    http://exp-studies.tor.ec.gc.ca/f/ozone/ozoneworld.htm
    La surveillance et la cartographie de l’ozone global

    Je pense que la priorité pour madagascar est… l’autonomie alimentaire …
    Sapa

  2. Savez-vous pourquoi on ne retrouve plus le « vary mora » auprès des détaillants ? Ces derniers ont trouvé une astuce pour ne pas effectuer des ventes à pertes. Ils ont mélangé le « vary mora » à 900Ar le kilo au riz à 1600Ar le kilo.Le produit obtenu est ensuite revendu à 1400 Ar.

  3. changement climatique… et autosuffisance alimentaire
    La pénurie alimentaire mondiale va entrainer la flambée des prix des aliments de base
    c’est pourquoi il est préférable de controler le prix des carburants , dont l’augmentation ne peut qu’agraver la crise …
    Avec le changement climatique … nous ne sommes plus dans une logique de Liberté …mais de Survie …
    Sapa

  4. Le danger de ce genre d’interventionnisme est surtout que l’on ne peut charger que les opérateurs locaux sous peine de faire fuire les opérateurs étrangers…

  5. non seulement ce gouvernement de putschiste est illé&gitime , SANS QUALITE ,
    mais de surcroit plus il est farci d’incompétents notoires orchestrés par un blablateur invéréré depuis la période Ratsiraka. : Ratsirahonana.

  6.  » Le danger de ce genre d’interventionnisme est surtout que l’on ne peut charger que les opérateurs locaux sous peine de faire fuire les opérateurs étrangers…  »

    N’attendez rien de bon des « opérateurs étrangers » …
    la « Guerre Globale  » a commencé …et tentera d’étouffer toute perspective d’évolution dans les pays qui cherchent à se développer

    Ils ont mis le feu … et viendront proposer leur services pour éteindre l’incendie …
    méfiez vous des « Pompiers pyromanes » … ils se diront « humanitaires »…
    Ecoutez Raoul …

  7. Protégez la Terre et les semences …
    eux les ont déjà mis bien à l’abri
     » Aujourd’hui un nouveau défi se pose aux sélectionneurs …
    Il s’appelle Réchauffement de la Planéte et Changement Climatique …
    Nous avons fait des projections sur les conséquences du Réchauffement Climatique sur les zones agricoles, en particulier dans les pays en développement et ce que nous avons trouvé …
    C’est que les saisons les plus chaudes du Siécle dérnier seront les saisons les plus froides du Siécle prochain …

    Ce que cela signifie …
    C’est qu’aucune des variétés agricoles qui poussent aujourd’hui dans les champs …

    Visionnez ce documentaire et vous comprendrez ce qui vous attend …
    http://videos.arte.tv/fr/videos/arctique_une_arche_dans_le_grand_nord-3209204.html

  8. Sapa,

    Qui a dit que l’on attend quoi que ce soit des opérateurs étrangers?

    Relisez ce que j’ai dit, et peut-être que vous arrêterez avec vos histoires de changements climatiques et autres blabla…

  9. Allez je mets mon grain de sel. D’accord avec Alidera sur les opérateurs étrangers. L’analyse de l’auteur est biaisée par sa propension à louer le libéralisme et lui trouver des qualités que lui seul face à tous les excés qui mènent non plus à une compétition des peuples, mais à la guerre aux buts inavouables. C’est de la pensée unique, vieux. Les plus pauvres souffrent de ce libéralisme et ceux d’entre eux qui lui vouent un culte sont, soit idiots, soit ignares, soit des idéologues mauvais ou simplement de trés mauvaise foi, ce qui est le cas de l’auteur.
    Il oublie l’essentiel. Il parle dans l’absolu d’un pays moderne, relativement riche et stable. Ce n’est pas le cas de Madagascar, quels que soient les dirigeants. Et l’on touche du doigt LE PROBLÈME de la formation des élites africaines, malgaches en l’occurence, dans le domaine économique: Elles sont formatées pour appliquer à des états faibles, presqu’en faillite de tous côtés, des règles qui ont amené ces mêmes états dans la MISÈRE. On retrouve la poignée des formés ensae en france et que l’on retrouve dans tous les ministères des finances ou économies de TOUTE l’Afrique francophone, avec la double nationalité souvent. C’est-à-dire des ersatz de vazaha, compétents mais relativement mal payés, qui vont APPLIQUER LES RECETTES INADÉQUATES, sans intérêts pour le pays mais fondamentales pour l’étranger.
    Pour Madagascar, c’est simple, déblatérer sur l’interventionisme est une discussion inutile, oiseuse et absurde. Ce mot N’A AUCUN SENS DANS LE CONTEXTE MALGACHE! Tout au plus c’est utilisé d’une manière pédante pour déclencher des réactions ÉTONNANTES à ce qui au fond n’est qu’une provocation, une de plus. Deuxièmement, pour Madagascar, ce n’est pas le PHAT qui DÉCIDE, ça se saurait! le Diktat comme d’habitude vient d’ailleurs par le relais d’un ratsirahonana qui vient de prendre notes des éxigences de ses maîtres à Paris! Donc interventionisme ou pas, ça ne changera rien en définitive pour les Malgaches, sauf dans un cas ou dans l’autre, ils se font avoir.
    Les étrangers savent pertinemment bien, et les discussions et recherches d’accord qui traînent en longueur, stériles à en mourir, que le Malgache, comme le Sénégalais, aime palabrer. Alors on leur lance un os, et l’on est tranquille.
    TRISTE à en pleurer.
    Là où il faut par contre exercer sa vigilance, c’est sur les signatures de concessions à long terme sur l’eau, la culture du riz et bien entendu les mines. Sur l’eau, le document récent d’Arte-tv sur son prix, doit être vu par tous les Malgaches. Il est facile de comprendre qu’un Suez qui s’est fait remercié partout, du Kenya jusqu’en Argentine et Chili, va essayer de s’implanter dans un pays faible dont Madagascar remplit tous les critères. Sarkozy met tout en oeuvre pour que le traitement des eaux à Tana et autres grandes villes, revienne à Suez. Ecoutez bien ceci: Suez avait le monopole du traitement des eaux de Nairobi. Avant qu’il n’arrive, la capitale kenyane avait 3500 agents qui assuraient le traitement/distribution des eaux. Il y a 2 ans Suez qui avait eu le contrat, a exigé du Kenya que l’on RENVOIE 350 Kenyans pour les REMPLACER par 45 expatriés tous français! Et le coût de ces expatriés DÉPASSAIT largement le salaire des 3500 agents locaux! LARGEMENT! Même la municipalité de Nairobi a estimé que l’on ne pouvait aller plus loin, alors qu’elle a accepté l’augmentation EXORBITANTE du prix de l’eau, privant la majorité des Nairobites d’eau courante. Même elle a du renoncé et revenir à la nationalisation du traitement de l’eau, et les coûts pour service rendu équivalent, ont VERTIGINEUSEMENT CHUTÉ! Alors dans un pays comme le nôtre, un état faible à la tête duquel on a installé un IMBÉCILE sans instruction, à part LES INSTRUCTIONS qu’il reçoit de ses maîtres, à Madagascar, 3 fois moins riche que le Kenya, à quoi correspondraient des exigences d’un Suez sur les salariés, à quoi? Nullement besoin de faire du hors sujet en parlant du réchauffement climatique même si celui-ci est une réalité.
    Ensuite notre vigilance devrait se porter sur les DÉGÂTS ÉCOLOGIQUES IMPORTANTS qu’induit, que VA IMMANQUABLEMENT INDUIRE le lancement de l’exploitation du schiste bitumineux par Total, le français. France-culture il y a 10 jours a fait un numéro spécial là-dessus et il a été précisé que l’exploitation du schiste POMPE ÉNORMÉMENT D’EAU, A D’ÉNORMES DÉCHETS et EST PEU RENTABLE en terme de Royalties, en un mot, c’est un ENFER INUTILE pour le peu d’emplois qu’elle va engendrer. La france est pionnière dans cette exploitation parce que la première d’entre toutes est en france depuis les années 60. Vient ensuite le Canada et dans TOUS LES CAS, et ce sera pire dans une région rizicole comme le bassin de l’Imerina, IL Y A EU, IL Y AURA pénurie et EXPLOITATION ABUSIVE DE L’EAU! PEU D’EMPLOIS mais QUANTITÉ D’INCONVÉNIEUX MAJEURS!
    C’est sur cela qu’il faut se pencher! Ce sont des choix, pas comme le réchauffement etc…, ce sont des choix QUE L’ON DOIT REFUSER, QUE L’ON PEUT REFUSER. Alors cette histoire d’interventionisme de gens sans pouvoir, quel est réellement l’intérêt d’en parler? Vraiment?

  10. Bonjour,

    Je vous remercie de vos remarques mais il y a quelques points qu’il faut éclaircir. Pour ce faire, je vais vous répondre point par point :

    « Les plus pauvres souffrent de ce libéralisme et ceux d’entre eux qui lui vouent un culte sont, soit idiots, soit ignares, soit des idéologues mauvais ou simplement de trés mauvaise foi, ce qui est le cas de l’auteur. Il oublie l’essentiel. Il parle dans l’absolu d’un pays moderne, relativement riche et stable. «

    Ce n’est pas du tout un cas absolu d’un pays moderne, c’est le cas de Madagascar dont je parlais.
    a) D’une part, ce libéralisme était cadré dans le Partenariat – Public- Privé (le fameux 3P). Pour rappel, les 3P régissent les interconnexions entre les secteurs publics et privés (cela n’a jamais existé depuis notre indépendance). Ce cadre se pose en tant que « facilitateur » pour promouvoir les investissements privés qui manquaient énormément chez nous avant le régime Ra8t. Pour vous mettre aux parfums, vous n’avez qu’à voir du côté de l’INSTAT combien d’entreprises (toutes les formes confondues) ont été créées de 2003 en 2008 (je sais bien de quoi je parle car j’étais un journaliste correspondant d’un quotidien local de 2004 en 2005)
    b) D’autre part, ces créations d’entreprises ont eu des effets bénéfiques au niveau de l’emploi (création de milliers d’emplois durant la même période sans parler des zones franches) et des revenus des ménages (hausse du revenu global qui dynamisait nos marchés locaux par l’intermédiaire d’une très rude concurrence entre les opérateurs économiques). Cette situation a fait que le coût de la vie était bien maîtrisé car cette concurrence déterminait les prix sur les marchés locaux. Comme preuve, vous pouvez voir du côté de l’INSTAT l’évolution des indices de prix à la consommation durant cette même période.
    En somme, il ne fallait pas confondre libéralisme et « libéralisme sauvage » que vous avez l’habitude d’entendre et de voir sur l’Afrique par les MEDIAS ETRANGERS. Je crois savoir pourquoi vous pensez de cette façon mais laissons le meilleur pour la fin.

    « Ce n’est pas le cas de Madagascar, quels que soient les dirigeants. Et l’on touche du doigt LE PROBLÈME de la formation des élites africaines, malgaches en l’occurence, dans le domaine économique: Elles sont formatées pour appliquer à des états faibles, presqu’en faillite de tous côtés, des règles qui ont amené ces mêmes états dans la MISÈRE. »

    Si vous parliez de Madagascar durant les 2 premières Républiques et cette pseudo « 4è République », vous avez complètement raison mais durant le régime Ra8, ce n’était pas du tout le cas.
    a) De nombreux efforts ont été déployés par le régime Ra8 pour centraliser toutes les données socio-économiques. En ce sens, des bases de données avaient été créées et chaque Ministère y avait accès. Particulièrement, au niveau du Ministère des Finances et de l’Economie, c’était un outil indispensable avant chaque prise de décisions. Preuve de l’existence de ces bases de données, les membres de l’exécutif de la HAT étaient confrontés à un énorme casse-tête quand ils étaient parvenus aux Ministères. Ils n’arrivaient pas à accéder à ces bases de données car elles étaient bien protégées. Bien entendu, cela ne sort pas dans les médias même les médias locaux. Et il se pourrait que ce soit pour cette raison que les manifestants du 07 février 2009 avaient essayé de saccager le Ministère des Finances. Cette dernière info est à prendre avec pincette car elle n’est pas recoupée.

    b) De nombreux techniciens tant nationaux qu’étrangers avaient été sollicités par le régime Ra8 pour mener à bien ces « vrais changements ». Parmi eux, d’éminents économistes Malgaches, très différents de ce que vous voyez actuellement qui, dans la plupart des cas, décident aux pifs (excusez-moi du terme, je ne voulais offenser personne) ont été rapatriés pour développer le pays. Au mieux, de nombreux techniciens et décideurs EN POSTE ont bénéficié de formations de haut niveau à l’extérieur, eux aussi, très différents de ce que l’on balance d’en haut comme durant les 2 premières Républiques et cette « 4è république ». Si vous ne le savez pas, vous pouvez mener votre petite enquête puisqu’ il m’est difficile d’énoncer des noms ici (il y en avait beaucoup). Vous en trouverez facilement. Quand aux intélos Africains en dehors de Madagascar, à voir les infos, vous avez raison surtout dans les pays francophones.
    c) Quand à la Misère, le kiéré avait complètement disparu durant le régime Ra8.

    Quand aux restes de vos remarques :

    – Madagascar n’a jamais vendu de l’eau que durant le régime Rajoelina. Il se pourrait que ce soit une nouvelle business pour certains jusqu’à créer expressément un Ministère (à voir qui est à sa tête, cela ne m’étonne pas). D’ailleurs, pourquoi on vendrait de l’eau alors que c’est « l’or du Sud » ??? Nous avons du pétrole, du fer, …et aussi de l’uranium. Voici un lien : http://reflexiums.wordpress.com/2009/12/14/madagascar-et-linde-unis-dans-luranium-et-compromet-lagoa/

    – Quant aux exploitations minières, de meilleures alternatives équitables et bénéfiques pour tout le monde pourraient être envisagées. Pour ce faire, on pourrait par exemple, s’inspirer du cas de l’Alaska dont le niveau de vie est très élevé (15è parmi les cinquantaines d’Etats des USA). C’est vrai que l’Alaska appartient aux USA donc c’est différent mais de l’autre côté, on ne va pas demander la lune à celle qui exploite Bemolanga.

    Bref, Il faut qu’on arrive à gérer ces ressources minières à bon escient sans capoter les investissements étrangers. Toute la question est là et l’eau n’est rien devant le pétrole ou l’uranium sans parler du saphir. A la limite, vendre de l’eau est un business de pacotille. A vous d’en juger ! Cela reflète un esprit gagne petit que l’on inculquait aux malgaches durant la 2è République pour qu’ils se contentent du peu qu’on leur donne.

    En conclusion, la mentalité a littéralement changé avec le régime Ra8 ! Le développement était palpable, le pays était à un pas d’atteindre les OMD de 2015. La croissance économique était au rendez-vous de 2004 en 2008 et ça, les MEDIAS ETRANGERS que vous avez l’habitude d’écouter ou de regarder (vous savez de quels médias je parle) ne l’ont jamais dit. Ils ont « oublié » de dire que Madagascar avait à un certain moment enregistré une croissance de + de 6% sur une longue période et ils se contentaient d’annoncer que c’était le pays le plus pauvre du monde. A la limite, une République bananière comme certains dont je me tairai les noms ici, aimeraient bien le dire mais CE N’ETAIT PAS DU TOUT LE CAS PENDANT LE REGIME RA8.

    C’est dommage que vous n’étiez pas à Madagascar à cette époque car à lire vos remarques, plusieurs choses vous auraient échappé durant cette époque. Sinon, vous ne voulez pas tout simplement voir les réalités tout en sachant que vous n’êtes pas aveugle pour pouvoir écrire un commentaire sur Mydago. Quant à l’interventionnisme démesuré de la HAT et le libéralisme économique, les données de l’INSTAT sont là pour vous éclaircir. Je ne vous ai pas communiqué les chiffres, d’ailleurs je n’ai pas le temps et si vos remarques vous tenaient à cœur en tant que vrai Patriote, vous irez faire vous-même vos propres recherches. Les chiffres en parlent ! Allez voir, qui serait l’idiot !

  11. Ah j’ai failli oublier ! Si vous êtes un vazà, je n’ai aucun reproche à vous faire ! La prochaine fois, réfléchissez en terme de résultats et non en terme « gagne petit ». Comme, par exemple, le calcul à base du temps de travail (pour n’en rien faire par manque de motivation) et non à l’obligation de résultats avec moyens à l’appui, CE N’EST PAS PRODUCTIF DU TOUT ! si vous raisonnez comme ça, vous serrez loin de la réalité ! A Madagascar à une certaine époque, on travaillait « fort et bien » pour gagner beaucoup contrairement à ce qui se passe maintenant ! Dommage qu’il n’y a pas de RMI chez nous, je pense que c’ets le moment où jamais de l’instaurer pour le foza . Rajoelina est, paraît-il, très généreux, lol

  12. Alidera A.R. dit :
    25 mars 2011 à 1 h 31 min
    Sapa,
    Qui a dit que l’on attend quoi que ce soit des opérateurs étrangers?

    Relisez ce que j’ai dit, et peut-être que vous arrêterez avec vos histoires de changements climatiques et autres blabla…

    Désolé Alidera … mais tu dois avoir une mauvaise vue …
    http://www.theozonehole.com/ozonehole2008.htm

    et le changement climatique …ce n’est pas du Bla Bla …c’est bien réel …et dangereux …
    Destruction progressive de la couche d’ozone et effets des UV sur la santé
    http://www.who.int/uv/uv_and_health/fr/index.html

    La destruction progressive de la couche d’ozone va probablement aggraver les effets de l’exposition aux UV sur la santé, car l’ozone stratosphérique absorbe de manière particulièrement efficace le rayonnement UV.
    Au fur et à mesure que cette couche d’ozone s’amincit, le filtre protecteur que constitue l’atmosphère perd progressivement de son efficacité.
    En conséquence, l’homme et l’environnement sont exposés à une plus forte intensité de rayonnement UV, et surtout d’UVB qui ont les répercussions les plus importantes sur la santé de l’homme, sur les animaux, les organismes marins et les végétaux …
    http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2414

    Mais tu peux toujours discuter d’Economie politique …
    A mon avis …ce n’est pas ça qui te sauvera …du Cancer …??

  13. tsy misy resaka libéralisme izany eo : hors sujet.

    Il y a déréglementation totale à Madagascar ,

    * le pays ne vit plus que d’ECONOMIE PARALLELE AVEC UN GOUVERNEMENT ILLEGITIME ( PUTSCHISTE rappelons le sans cesse )FRAPPE DE SANCTION ECONOMIQUE INTERNATIONALE….

    * Et en face un peuple misérable ( à démographie galopante entrainant le lot de misère ecologique colatérale )…qui ne vit plus que dans une logique d’ ECONOMIE

    DE SURVIE , pmire que lors des 25 ans de dictature ratsirakiste.

    La prolifération de tout-petits marchands de cacahuètes ou de friperies en sont les symptomes de la misère profonde , pire que la pauvreté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *