Régime Ravalomanana, on dirait que certains n’ont rien vu !

A lire certaines personnes qui commentent bêtement les articles sur Mydago, on dirait que les désinformations véhiculées par les foza ont atteint leurs objectifs mais, heureusement, ils sont minoritaires. Même si la HAT fermait toutes les stations audiovisuelles non sympathisantes du régime en place, la majorité reconnaît toujours le bon grain de l’ivraie.

La mentalité a littéralement changé avec le régime Ravalomanana ! Le développement était palpable, le pays était à un pas d’atteindre les OMD de 2015. La croissance économique était au rendez-vous de 2004 en 2008 et ça, les MEDIAS ETRANGERS que les foza et les pro-foza ont l’habitude d’écouter ou de regarder (vous savez de quels médias je parle) ne l’ont jamais dit. Ils ont « oublié » de dire que Madagascar avait à un certain moment enregistré une croissance de + de 6% sur une très longue période et ils se contentaient d’annoncer que c’était le pays le plus pauvre du monde. A la limite, une République bananière comme certains dont je me tairai les noms ici, aimaient bien le dire or ce n’était pas du tout le cas durant le régime Ravalomanana.

 

Nous n’allons pas s’attarder aux exploits du régime Ravalomanana mais le pays était sorti de la pauvreté extrême qui l’étranglait durant plusieurs années. C’est vrai ! Comme on dit en Malgache « tsy mora ny manao zavatra » ce qui veut dire littéralement « rien n’est facile » mais certainement, le pays marchait vers sa propre destinée avec les OMD.

Le hic ! Ça n’a pas plu à une minorité d’industriels et de politiciens locaux. La seule parade que Rajeolina eut trouvée était de dire que les routes construites par le Pdt Ravaloamanna ne sont pas comestibles. Eh oui ! C’est triste comme mentalité cependant quand on ne voit pas la portée exacte de cette déclaration qui consistait à diaboliser l’ancien régime et qu’on le répète au fil des temps, il est tout à fait normal que les « simplistes » s’emballaient facilement sans trop voir les qui, quoi et pourquoi du problème.

En fait, cette pauvreté dont l’origine principale remontait à la colonisation était l’œuvre des « pantins » qui n’ont jamais su et qui ne sauront jamais diriger un pays puisqu’ils n’ont jamais pensé à nos intérêts. C’est pour cela d’ailleurs qu’ils n’ont pas su tenir compte des intérêts étrangers pour que les deux camps puissent trouver des ententes équitables dans l’intérêt de tout le monde. Et étant simpliste d’esprit et égoïste, la seule solution possible consistait à la fermeture du pays de l’extérieur accompagnée d’une très forte médiatisation ternissant son image, pays le plus pauvre, République bananière et… le fameux esprit du « moramora » dont le but était bien précis, DÉCOURAGER LES INVESTISSEURS ÉTRANGERS AUTRES QUE LES « INVESTISSEURS HABITUELS » pour pouvoir s’enrichir derrière en se contentant des miettes que ces derniers leur lancent périodiquement. De ce fait, il est tout à fait normal que ces « pantins » n’aient jamais investi dans le pays. Ils auraient préféré placé leurs fortunes ailleurs contrairement au Pdt Ravalomanana avec son TIKO ou MAGRO etc… Quid du patriotisme ?

Pour clore, à l’endroit de ceux qui doutent encore des bienfaits du régime Ravalomanana, ci-dessous quelques points essentiels (en gras et italique) émis par un forumiste sur MyDago qui méritent des réponses précises :

« Les plus pauvres souffrent de ce libéralisme et ceux d’entre eux qui lui vouent un culte sont, soit idiots, soit ignares, soit des idéologues mauvais ou simplement de très mauvaise foi, ce qui est le cas de l’auteur. Il oublie l’essentiel. Il parle dans l’absolu d’un pays moderne, relativement riche et stable. »

Ce n’est pas du tout un cas absolu d’un pays moderne, c’est le cas de Madagascar dont je parlais.
a) D’une part, ce libéralisme était cadré dans le Partenariat – Public- Privé (le fameux 3P). Pour rappel, les 3P régissent les interconnexions entre les secteurs publics et privés (cela n’a jamais existé depuis notre indépendance). Ce cadre se pose en tant que « facilitateur » pour promouvoir les investissements privés qui manquaient énormément chez nous avant le régime Ravalomanana. Pour vous mettre aux parfums, vous n’avez qu’à voir du côté de l’INSTAT combien d’entreprises (toutes les formes confondues) ont été créées de 2003 en 2008 (je sais bien de quoi je parle car j’étais un journaliste correspondant d’un quotidien local de 2004 en 2005)
b) D’autre part, ces créations d’entreprises ont eu des effets bénéfiques au niveau de l’emploi (création de milliers d’emplois durant la même période sans parler des zones franches) et des revenus des ménages (hausse du revenu global qui dynamisait nos marchés locaux par l’intermédiaire d’une très rude concurrence entre les opérateurs économiques). Cette situation a fait que le coût de la vie était bien maîtrisé car cette concurrence déterminait les prix sur les marchés locaux. Comme preuve, vous pouvez voir du côté de l’INSTAT l’évolution des indices de prix à la consommation durant cette même période.
En somme, il ne fallait pas confondre libéralisme et « libéralisme sauvage » que vous avez l’habitude d’entendre et de voir sur l’Afrique par les MÉDIAS ÉTRANGERS. Je crois savoir pourquoi vous pensez de cette façon mais laissons le meilleur pour la fin.

« Ce n’est pas le cas de Madagascar, quels que soient les dirigeants. Et l’on touche du doigt LE PROBLÈME de la formation des élites africaines, malgaches en l’occurrence, dans le domaine économique: Elles sont formatées pour appliquer à des états faibles, presque en faillite de tous côtés, des règles qui ont amené ces mêmes états dans la MISÈRE. »

Si vous parliez de Madagascar durant les 2 premières Républiques et cette pseudo « 4è République », vous avez complètement raison mais durant le régime Ravalomanana, ce n’était pas du tout le cas.

a) De nombreux efforts ont été déployés par le régime Ravalomanana pour centraliser toutes les données socio-économiques. En ce sens, des bases de données avaient été créées et chaque Ministère y avait accès. Particulièrement, au niveau du Ministère des Finances et de l’Economie, c’était un outil indispensable avant chaque prise de décisions. Preuve de l’existence de ces bases de données, les membres de l’exécutif de la HAT étaient confrontés à un énorme casse-tête quand ils étaient parvenus aux Ministères. Ils n’arrivaient pas à accéder à ces bases de données car elles étaient bien protégées. Bien entendu, cela ne sort pas dans les médias même les médias locaux. Et il se pourrait que ce soit pour cette raison que les manifestants du 07 février 2009 avaient essayé de saccager le Ministère des Finances. Cette dernière info est à prendre avec pincette car elle n’est pas recoupée.

b) De nombreux techniciens tant nationaux qu’étrangers avaient été sollicités par le régime Ravalomanana pour mener à bien ces « vrais changements ». Parmi eux, d’éminents économistes Malgaches, très différents de ce que vous voyez actuellement qui, dans la plupart des cas, décident aux pifs (excusez-moi du terme, je ne voulais offenser personne) ont été rapatriés pour développer le pays. Au mieux, de nombreux techniciens et décideurs EN POSTE ont bénéficié de formations de haut niveau à l’extérieur, eux aussi, très différents de ce que l’on balance d’en haut comme durant les 2 premières Républiques et cette « 4è république ». Si vous ne le savez pas, vous pouvez mener votre petite enquête puisqu’ il m’est difficile d’énoncer des noms ici (il y en avait beaucoup). Vous en trouverez facilement. Quand aux intellectuels Africains en dehors de Madagascar, à voir les infos, vous avez raison surtout dans les pays francophones.
c) Quand à la Misère, le « kere » dans le Sud avait complètement disparu durant le régime Ravalomanana.

6 pensées sur “Régime Ravalomanana, on dirait que certains n’ont rien vu !”

  1. Bien vrai, DEBA! Mais je persiste à croire que si Ra8 est reélu, il pourrait changer cela en 5 ans! Souvenez-vous de ce qu’il a pu faire contre un régime qui a fortifié son pouvoir pendant 24 ans!

  2. Où est le litre d’huile promis par le mpanongana à la place du 13mai se vendre à 12.500fmg/litre cacheté?

    Maintenant, c’est les grossistes Karana qui sont favorisés y soumettre le prix comme ils le veulent: 27.000Fmg!!

  3. J’aime !!!

    Les français de bases ignorent les vraies motivations de la France (désinformation ou ininformation organisée oblige). Les (Français intéressés) plus informés minimisent complètement l’impacte nocif de leur politique ou de leur mentalité sur nous et pensent souvent avoir des « points de vue plus réfléchi » devant les <>(les faits qui nous sont panoramiques…). Ceux qui savent ce qu’ils disent (les décideurs politique français, le mafia malgacho-français ou lobby françafricaine,…) font semblant de ne rien comprendre, affirment vouloir nous aider, mais continuent à baiser (dans le sens J.M. Bigard du terme) le peuple Malagasy. Alors, ca ne sert plus à rien d’expliquer au Français, de convaincre les Français de bases ou un peu plus.

    Moi, je dis franchement à l’autorité compétente Française : Arrêtes ton cinéma !!! et dégages de notre pays !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *