Urbanisme ou lutte contre la pauvreté ?

La Banque Mondiale venait d’identifier notre pays en tant que pôle de croissance dans le domaine du développement urbain. A priori donc, si cette feuille de route venait à être appliquée, avec entre parenthèses de gré ou de force et que les élections foza auront bien lieu, ce sera donc Rajoelina et sa clique qui accompagneront les futurs projets d’urbanisme ?

Est-ce pour cette raison que le PDS d’Antananarivo et Rajoelina foncent dans l’urbanisme en mettant expressément la lutte contre la pauvreté de côté ?

Si la réponse à cette dernière question s’avérait être affirmative, l’on comprend mieux les tendances de la feuille de route à l’avantage des foza signée mercredi. C’est vrai ! La HAT de Rajoelina a eu 2 ans pour montrer dans quel domaine elle excellait alors que le pays plonge dans la pauvreté. En suivant cette logique, sommes-nous pas devant un fait accompli ? Le peuple a-t-il eu le temps de choisir ? Non, bien évidemment !

Dans tous les cas, développement urbain ou pas, cela ne nous soulage en rien de cette pauvreté faute à la crise qui venait d’anéantir en un rien de temps tous les efforts de développement déployés par le régime Ravalomanana. Sur ce, l’on mettra encore du temps pour redémarrer si, bien sûr, la CI le voulait. Cependant, vu les « compétences » (ou les incompétences, cela va de soi) de Rajoelina durant ces deux années de crise, on doute fort que la reconnaissance internationale changera grand-chose.

Apparemment, la CI aurait déjà fait son choix, ce qui explique cette feuille de route qui ne reflète en rien la consensualité et l’inclusivité tant prônées. Donc la CI nous aurait-elle berné durant ces 2 années de crise ? L’on n’en sait trop rien ! C’est dommage qu’elle ait axé ses politiques en faveur d’un putschiste « spécialiste » en jardins, stades, etc alors que l’on espérait mieux de leur part. Et le comble, dire que la résolution de cette crise se faisait de façon malgacho-malgache et, de l’autre côté, l’on impose que cette feuille de route ne devait plus être amendée ne révèle-t-il pas d’une incohérence ? Enfin, rien n’est encore perdu vu que les 3 mouvances n’y ont pas apposé leurs signatures, vivement le retour de Dada pour qu’il puisse se présenter aux futures élections transparentes et crédibles.

 

 

5 pensées sur “Urbanisme ou lutte contre la pauvreté ?”

  1. Ce qui est sûr c’est que des gens comme Ravalomanana dérange jusqu’au plus haut sphère de ce monde. Il suffit d’en parler avec quelques politiciens ou notoriétés étrangères pour s’en apercevoir. Car, il faut le dire, rare sont les gars comme lui à dire haut et fort ce qu’ils pensent à l’endroit de qui ils veulent.

    Vouloir une Afrique indépendante n’est pas au goût de tout le monde. Présidence de l’UA, vous en souvenez-vous? Caresser Bongo et botter le cul à Nguesso… et les botter le cul en même temps tout de suit après!!! ça se paie cher ça!

  2. Urbanisme, travaux publics etc.. sont des secteurs, vecteurs de « vola mora (azo)  » !!!

  3. L’aménagement du territoire fait partie de la lutte contre la pauvreté, il existe différents stratégies de développement dans le schéma d’urbanisme. ce n’est pas juste un dessin ni un arrangement comme les gens prétendent croire mais l’esprit de l’urbanisme (si c’est bien appliqué)rime avec une politique de développement.

  4. Lettre ouverte à Mr Bouygues via COLAS/Madagascar .
    Quelle surprise que de voir votre slogan « la route avance  » limitant un chantier dans un tronçon de route de Tana où des « Rustines » ont été posées .
    Si c’est pour marquer votre attachement à Antananarivo ou bien pour montrer que il y un arret dans vos activités ;pourquoi n’avoir pas effecttué les arrets et abris des buses financés par la Region Ile de France ?
    Ou bien c’est bien l’application du dicton Français : »il n’y a pas de sot metiers il n’y a que des sottes gens » ! Dans ce cas je vous felicite pour votre reconversion !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *