Le « déprimé » et le souffre-douleur !

Meilleur remède anti-dépreseur, la reconnaissance ?
Meilleur remède anti-dépreseur, la reconnaissance ?
Meilleur remède anti-dépreseur, la reconnaissance ?

Les répressions à l’encontre du camp Ravalomanana ne s’arrêteront-elles donc jamais ? A chaque fois que la HAT ne se sente pas bien dans sa peau, on a l’impression qu’elle s’acharne contre tout ce qui bouge du côté de l’opposition. En effet, après avoir reçu des « claques » lors de sa dernière visite en Afrique, la HAT essaierait-elle de jeter tout son dévolu sur le clan Ravalomanana concernant la découverte d’explosifs dans les locaux de l’ALMA ?

Eh oui ! Tout porterait à croire que c’est le cas ! Au point où on en est, cela n’étonne personne puisque ces agissements sont tellement courants de nos jours que nos doutes n’ont plus leur raison d’être concernant les mauvaises intentions de la HAT. En réalité, après sa visite en Afrique, Rajoelina tente de manipuler à nouveau l’opinion publique sur la culpabilité du camp Ravalomanana dans l’affaire Masay et ce, après plusieurs affaires dont les bois de rose et le 07 février. Et à ce qu’il paraît, cette affaire relève du secret défense alors qu’auparavant, elle avait été médiatisée à n’en plus finir pour en faire un tapage.

Eh bien ! Un peu d’imagination les gars car cette ambiguïté ou, si vous voulez, cette contradiction démontre que cette affaire dont nous connaissons tous les tenants et aboutissants n’avait pas été bouclée là où la DST l’avait laissée. Surprise !  L’Emmoreg serait sur une autre piste et il ne manquait plus que ça pour « redémarrer » l’affaire à quelques semaines de la prochaine réunion de la SADC qui statuera définitivement sur cette crise.

Bref, coïncidence ou pas, ces « réactions HAT-iennes » ne datent pas d’aujourd’hui. A chaque « mal être », la HAT réprime tel un pouvoir « déprimé » en faisant de la mouvance Ravalomanana un souffre-douleur. En passant, cette méthode aurait été contestée par une nouvelle plateforme politique composée d’anciens Ministres proches de Rajoelina qui venait de voir le jour. Certains voudraient-ils se désolidariser des actes répressifs de la HAT de Rajeolina jusqu’à faire des « compagnons d’armes » d’hier, les ennemis de demain ? Si cette plateforme était réellement contre les oppressions HAT-iennes, ne devrait-elle pas s’attendre aux mêmes sorts que ceux réservés à la mouvance Ravalomanana ? Sinon, un TGV pourrait-il en cacher un autre ?  Mystère !

4 pensées sur “Le « déprimé » et le souffre-douleur !”

  1. C’est une vieille habitude ! Vous connaissez sur qui Gallieni a tapé quand apres avoir été prisonnier de la guerre de 1870 ,il a été libéré et fait des guerres ailleurs avant la defaite de 1914/18 ? Sur les Africains et Malgaches bien sur ?
    Est ce que les serviteurs de la politique coloniale française ont changé ?

  2. Et lisez-moi ceci:

    […des éléments des forces de l’ordre ont effectué des perquisitions dans l’enceinte de l’entreprise Alma à Ambohimahitsy, dans la commune d’Ambohimangakely. Un reporter d’un journal de la capitale les y a surpris, mais à son malheur car il y avait alors subi des traitements indignes de son métier de journaliste et d’homme tout simplement car on l’a injurié. LES FORCES DE L’ORDRE L’ONT OBLIGE A S’AGENOUILLER AVANT TOUT CONTRÔLE D’IDENTITE. Ce fut seulement après que les forces de l’ordre lui ont demandé de déguerpir.]

    – Ces forces de l’ordre ne peuvent que consommer de l’alcool et/ ou fumer avant d’accomplir une basse besogne

    – Et cette FIS qui ne manque pas d’emmener un gibier HUMAIN – tiré par des balles et ÔTE de toute souffle de vie, en revenant de chacune de ses soi-disant ronde.

    Tant de M A L H E U R S !!!!

  3. Tsy ampy ronono ka mitady ronono angaha i « zaza »???? Mahavelona sy mahasoa tokoa anie ny ronono e! Hitanao fa vao teraka ny zaza dia « ronono » no omena azy mba ho velona!

    Ary, tena marina ny anao ry zaza!
    Mpivarotra ronono (manome aina, mamelona) « izy iny » fa tsy mpivarotra tanindrazana sy mpamono olona tahaka ny anareo!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *