Course aux « jardins publics », la capitale s’étouffe !

Un jardin utopique, bouet de sauvetage de la CUA?
Un jardin utopique, bouet de sauvetage de la CUA?
Un jardin utopique, bouet de sauvetage de la CUA?

Jardins publics, dîtes-vous ? Eh bien, l’excès de zèle que la CUA fait preuve pour, soi-disant, redonner une nouvelle image à la Ville des Milles par des jardins publics dépasse l’entendement. Pour une raison ou pour une autre et pour le bien-être des tananariviens, les dirigeants de la CUA n’arrivent pas à trouver mieux que des jardins publics.

À la longue, on s’en lasse ! Sans parler des parkings qui manquent cruellement aux automobilistes du centre-ville et des embouteillages à longueur de journée, voilà que les jardins publics fleurissent partout dans la capitale. Excusez-moi du peu, mais, carrément, ces jardins n’apportent rien à la population tananarivienne et encombrent la circulation des biens et des personnes.

Eh oui ! C’est la réalité et la CUA ne veut rien savoir sous prétexte d’installer un esprit de rigueur biaisé, entre parenthèses, par des interventions injustifiées. Le cas des marchands ambulants nous en dit long et l’on ne va pas s’étaler là-dessus mais tout ce que l’on peut dire c’est que rien ne va plus et la CUA semble faire une course folle contre-la-montre pour faire des jardins publics. Sans pour autant entrer dans les détails, se pourrait-il que ces jardins aient quelque chose à voir avec le fait que la capitale sera un pôle de croissance en développement urbain comme l’a soulevée la Banque Mondiale ? Si tel était vraiment le cas, la CUA n’aurait pas vu mieux d’autant plus que les jardins ne suffisent pas à faire de la capitale un pôle urbain de croissance. Il faudrait avoir une meilleure vision pour le long terme sur la gestion des infrastructures urbaines au lieu d’attendre les financements de jardins publics de la part des bailleurs de fonds. On doute fort là-dessus car « jardins » ne veulent pas dire développement !

À présent, on aimerait bien savoir si la CUA a un plan urbain prédéfini, bien étudié et tangible pour cadrer ces jardins publics dans le développement de la Ville des Milles car à voir tous les projets qui sont en cours, on ne voit pas trop quelles améliorations pourraient apporter ces jardins en termes de fluidité de la circulation des biens et des personnes ni en termes de sécurité. En effet, ces jardins publics sont devenus, dans la plupart du temps, des « résidences de sans abris » dont les proximités ne seraient pas fréquentables le soir. Juste en passant, oseriez-vous flâner du côté du jardin d’Anosy le soir ?

Faute de mieux donc, les tananariviens auront beaucoup de mal à accomplir leurs activités quotidiennes avec les embouteillages ainsi qu’à l’ insécurité engendrée par ces jardins. D’ailleurs, la plupart d’entre eux sont tellement mal entretenus que les usagers n’osent pas s’y aventurer. Nous voyons déjà quel encombrement la réfection de la route des hydrocarbures génère donc il n’est pas étonnant de voir que la grogne monte du côté des automobilistes car le temps c’est de l’argent. Au fait, à mon humble avis, une partie des problèmes de sécurité routière pourrait être réglés avec le rétrécissement de ces gros ronds point ou ces îlots qui sont devenus des jardins publics dont on ne voit pas l’utilité. bref, d’autres opportunités sont à voir, mais comme à l’accoutumée, la charrue passe avant les bœufs … SOS, la capitale s’étouffe.

 

2 pensées sur “Course aux « jardins publics », la capitale s’étouffe !”

  1. Ianareo ve mbola tsy mino foana fa ao amin’io fanaovana « travaux-travaux » io no misy ny saosy ê !!!
    Commission des marchés publics, Contrôle-Inspection d’Etat, BIANCO, etc..tsy mi-existe intsony !!!!
    Anarana sisa !!!! Izay manao excès de zèle dia zaoty ( izaho out ) hoy ny fitenenana taloha !!!

    Zaridaina hoe zaridaina !!!! Antaninarivo no anisan’ny Renivohitra RATSY ENDRIKA, MALOTO SY MALOTO-RIVOTRA INDRINDRA amin’izao fotoana izao !!!

    Ilay tanàna ratsy endrika sy maloto ; ny mponina maloto fitafy sy MALOTO FISAINANA !!
    Ny mpitondra madio akanjo sy dongadonga, sady tsara trano sy taomabila !!!

  2. wè kintanamanadrambo a raison

    Qd les gens qui vivent dans la capitale pensent qu’il est pus urgent d’agir sur le civisme, ne pas cuisiner partout avec du charbon, ne pas cracher partout, pour ne pas faire du communisme avec les microbes, ou pire uriner dans les coins.
    *Tana est ds un état de dégradation totale à l’image du pays

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *