De l’amnistie aux manœuvres politiques malsaines ?

Amnistie « large » et puis, quoi encore ? Ah oui, on a failli oublier l’amnistie sélective criée par les foza initialement ! Et pour le peu que l’on puisse dire… les membres de la CT majoritairement pro-HAT n’ont pas chômé ces derniers temps. Au moins, ils ont trouvé les termes adéquats correspondant aux manœuvres politiques malsaines pour interdire le retour du Pdt Ravalomanana au pays.

En tous cas, c’est ce que l’on pense des nuances générées par les appellations amnistie « large » et celle dite « sélective ». Effectivement, quelles différences y a-t-il entre ces deux termes si l’un comme de l’autre n’était fait que pour empêcher le retour du Pdt Ravalomanana ? Aucune contrairement à l’amnistie générale qui prévoit une amnistie pour tout le monde !

En fait, certains politiciens pro-HAT voudraient semer la confusion autour de cette fameuse amnistie par la simple raison qu’ils ne veulent pas d’une vraie réconciliation nationale. En effet, l’amnistie générale nous permettrait de passer au pardon général qui garantira notre stabilité politique dans le futur. Pourtant, le hic, c’est que Rajoelina et sa clique n’en veuillent pas pour pouvoir se maintenir au pouvoir quite à perdurer cette crise. Eh oui ! Tout le monde le sait et la meilleure façon d’y parvenir serait de bloquer le retour du Pdt Ravalomanana et, avec de grandes parenthèses, celui de l’Amiral.

Enfin, amnistie générale ou pas, le Pdt Ravalomanana reviendra au pays et il se présentera aux élections, par conséquent, on ne voit pas l’intérêt d’une amnistie « large » ou « sélective ». Et l’on voit déjà certains politiciens pro-HAT brandir dans tous les sens leur « non » insignifiant à ce retour imminent ainsi que les affaires douteuses montées à l’insu de l’intéressé. Eh oui ! C’est comme ça depuis le début toutefois, à aucun moment, ils n’ont pas pensé aux pauvres gens qui ont perdu leurs emplois, leurs revenus à cause du coup d’Etat.

A présent, les mouvements de contestation se corsent et pour compenser ces attitudes politiques malveillantes, les fausses promesses ne suffisent plus. En guise d’exemple, les étudiants l’ont comprises bien que le Ministre de l’E. S. se veuille être rassurant. Bref, personne n’avalera ces salades, encore moins les jeux de mots à n’en plus finir ! Par hasard, n’y aurait-il pas de « salades mora » car celles que l’on nous vende là sont onéreuses ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *