Grèves, menaces de grèves et Rodobe !

Grèves par-ci, menaces de grèves par-là ! La HAT n’arriverait-elle plus à gérer ses finances qui s’effritent devant les mouvements de revendications financières qui s’annoncent partout ? À voir et à entendre les raisons évoquées par les grévistes, ça en a l’air !

En réalité, tout est problème d’argent ! Les machins « mora » ainsi que les bouche-trous financiers qui passent « inaperçus », n’arriveront pas à calmer indéfiniment les esprits las de ce pouvoir. Bien sûr ! Un ou jour ou l’autre, il arrivera un moment où la HAT fléchirait puisqu’elle ne dispose pas de ressources financières intarissables car les financements parallèles du genre Wisco et les bois précieux ne sont plus à l’ordre du jour donc l’argent doit lui manquer cruellement !

Pour vous mettre aux parfums, si la HAT avait assez d’argent, n’aurait-elle pas dû régler en premier lieu tous les problèmes à l’Université d’Antananairvo ? Il est vrai qu’une partie serait déjà réglée cependant les cours ne débuteront pas sans que toutes les revendications des enseignants-chercheurs soient réglées. Comme à l’accoutumée, la HAT espère anéantir les mouvements estudiantins mais ne pense pas trop aux effets du prolongement de la crise… donc, c’est du pareil au même.

Par ailleurs, la grève qui s’annonce du côté des agents électoraux dans la Ville d’Eau démontre à quel point, les financements se raréfient. Dans cette contrée, la HAT oserait-elle « bâcler » les tâches et les responsabilités des agents électoraux acquis à la cause Rajoelina et ce, malgré le fait que cette ville est majoritairement partisane à l’ancien régime ? On n’en sait trop rien toutefois c’est possible et non probable du fait que le référendum du 17 novembre venait de nous montrer comment s’opéraient les votes avec les CIN et les certificats de résidence qui, à priori, ne nécessiteraient pas beaucoup de dépenses.

Eh oui, tout le problème se situe à ce niveau. La HAT veut tout contrôler sans dépenser et il n’y a que les résultats à leur avantage qui comptent. Donc, à l’endroit des foza, il est inutile de penser que ces problèmes se règleront d’un seul coup de baguette magique avec les bouche-trous habituels. Oh non ! Les mouvements de contestation vont s’amplifier dans les jours qui viennent. Ça c’est sûr ! Pour le moment, faisons honneur au Rodobe car ne serait-il pas temps maintenant que la HAT rende des comptes au peuple ? Si oui, rendez-vous demain à Ivandry !

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *