Un pouvoir insensible aux pressions d’une CI divisée, quelle autre option choisir ?

Le pays a fait un grand pas en arrière c’est-à-dire là où il avait mis les pieds il y a 20 ou 30 ans à cause de cette crise. Tout dépasse l’entendement et les objectifs que l’on s’est fixés pour ce début du IIIè Millénaire se sont tout simplement transformés à des maux sociaux. Bref, voilà les résultats quand on manque de financements extérieurs, ni plus ni moins !

En réalité, le message a été bien reçu par le peuple et il ne reste plus qu’une frange de politiciens qui exploite cette situation de crise pour s’enrichir et qui s’enorgueillit de l’ « indépendance financière » du pays qui, toujours est-il, demeure utopique. A ce tarif-là, il est inutile de palabrer sur les tenants et aboutissants de ces problèmes sociaux mais, au niveau international, ne serait-il pas temps pour la CI de remodeler ses politiques pour que la rigueur soit de mise et que les intérêts généraux surpassent les intérêts particuliers, sources d’inefficacité et de division ?

En effet, à voir comment certains médiateurs gèrent notre crise, l’on dirait que ces derniers n’ont retenu aucune leçon sur les crises africaines dont les similarités avec la nôtre ne sont plus à démontrer. Bien entendu, ce n’est pas du tout chose facile toutefois, sans vouloir vexer qui que ce soit, c’est aussi une occasion pour les « eux » de faire preuve de rigueur et d’autonomie. En guise d’exemple, cette feuille de route « amendée » que compte signer les foza reflète-t-elle la consensualité et l’inclusivité prônées par la CI depuis le début de cette crise ? Oh non ! Pas du tout mais Mr Tout le monde les interprète à leur convenance ! C’est lamentable mais pour préserver les petites « avancées », nécessiterait-il toujours l’intervention de l’UE ou des Etats-Unis pour que les « intervenants étrangers » ne remettent pas le compteur à zéro comme c’était le cas la veille du dernier sommet de la SADC à Sandton ?

Enfin, c’est juste un point de vue comme un autre mais derrière tout ça, il y a le peuple qui crève à mesure que la crise se prolonge. Avec une insécurité galopante et une hausse continuelle du coût de la vie, l’on ne voit pas trop quelle autre option choisir que d’exprimer notre indignation envers ce pouvoir insensible aux pressions internationales … alors « rodobe » ou négociations ?

3 pensées sur “Un pouvoir insensible aux pressions d’une CI divisée, quelle autre option choisir ?”

  1. Le peuple dans la misere? Qu’il se releve, il ne faut pas attendre les autres pour nous sauver.Moi, je crois qu’on ne vit pas dans la misere.Si c’etait le cas, le peuple avait demontre leurs mecontentements. Je ne suis pas TGV-HAT, mais pour le moment ils ont raison de dire que le peuple est derriere eux,et qu’il vit normalement.
    Le CI nous soutient, mais il ne peut pas nous appeler à descendre dans la rue. C’est à nous de voir, avec ou sans politicien, on pourra bien sauver notre pays, imposer notre point de vue.
    J’espere que nos intellos ne se cacheront plus derriere leurs peurs, et interets personnels.

  2. Comme toute crise se termine par des négociations, il est plus que temps pour les hommes politiques de taire leurs ambitions et leurs propres intérêts au profit des intérêts du peuple. Chaque entité, chaque citoyen devrait maintenant se mobiliser pour interpeller nos hommes politiques à faire preuve d’humilité, de patriotisme et de réalisme afin de rejoindre la table des négociations pour régler une bonne fois pour toute cette crise. Tout en disant cela on ne peut s’empêcher d’être sceptique vues les obstinations auxquelles nos politiciens, surtout ceux du pouvoir de fait, nous ont habitué. Mais nous ne devons pas baisser les bras non plus. Soutenir les efforts actuels du CNOSC serait une opportunité dans ce sens.

  3. Plus les gens n’ont rien à manger, plus ils seront faibles et moins ils auront la force de s’élever contre n’importe quel régime. Sur ce point, les instigateurs du coup d’état, c’est-à-dire les français représentant l’EU et les USA, ont fait appel à leurs alliés traditionnels qu’ils ont préparés depuis le début de la colonisation, les indo-pakistanais.
    Quand on n’arrêtait pas d’inciter le peuple à rejeter, dàs le début, ces STERILES tournées en bourriques des SADC ou autres, tant que le peuple avait de la force, beaucoup parmi les rédacteurs de mydago n’arrêtaient pas de BAVER littéralement sur l’os des « négociations » qu’on leur a jeté! Maintenant le peuple est physiquement anéanti, forcément amorphe et il est presque tard d’appeler à quoi que ce soit.
    Quand, cerise sur le gâteau, Marc Ravalomanana QUEMANDE la loyauté d’une FACTION DE L’ARMEE – et ce n’est qu’une faction de l’armée – rappelant dans son discours du 26 juin, le caractère « saint » de la mission de celle-ci, s’estimant avoir Dieu de son côté (mots trés dangereux car n’importe qui peut le prétendre), ALORS ON A ATTEINT les profondeurs du desespoir.
    A un peuple que la force a abandonné, on ne parle pas comme à un malade! on lui dit qu’on VIENT LE SECOURIR PHYSIQUEMENT, par une ACTION PHYSIQUE comme ERADIQUER CETTE DANGEREUSE EQUIPE CORROMPUE QUI DIRIGE L »armée et QUI EST NUMERIQUEMENT FAIBLE, elle compte à peine les DOIGTS DE PIEDS DE 50 vatatay!
    Il y a à parier que les mecs de la HAT ont bien rigolé du discours!
    QUELLE MOLLESSE! C’est quoi ce marimaritra hiraisana?
    A ce qui se réclame de la chrétienté, je rappelerai seulement une phrase de la Bible:
    « Car votre Dieu HAIT LA TIEDEUR. »
    Celui qui a la FORCE avec soi, a la CONFIANCE et AGIT avec DETERMINATION, sans tiédeur!
    Si, PAR MALHEUR, certains politiciens de Madagascar vivent sur ce FAUX CONCEPT de marimaritra hiraisana, de fihavanana qui n’en est plus un, ALORS IL Y A LIEU DE S’INQUIETER SERIEUSEMENT pour notre pays! ça a été LA RAISON DE TOUS LES ECHECS, et certains s’y COMPLAISENT, alors qu’ils sont les MEPRISES de la farce!
    Alors, à ceux-là un seul mot:
    « ARRETEZ DE DONNER DES FAUX ESPOIRS AUX GENS DANS LA MISERE, ARRETEZ CAR VOUS NE MANIFESTEZ PAS DU TOUT CE QU’UN CHRETIEN DEVRAIT ËTRE! »
    C’est d’une tristesse à mourir…
    Enfin une reflection à cogiter pour les Malgaches, pour les Grecs et bientôt pour d’autres européens INCLUANT LES FRANCAIS:
    REFUSER TANT QUE VOUS EN AVEZ LA FORCE
    COGNER TANT QUE VOUS EN AVEZ LA FORCE
    NE REGARDEZ PAS DE LOIN, LE MEME SORT QUI VA VOUS ARRIVER TOT OU TARD!
    Nous les Malgaches, on a déjà fait malheureusement l’amère expérience!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *