Une poignée de foza suffirait-il à faire capoter le pardon général ?

La reprise des négociations est capitale pour que le pays puisse enfin sortir de cette crise.  C’est le moins que l’on puisse dire par la simple raison qu’il ne reste qu’une poignée de foza qui refuse le retour du Pdt Ravalomanana et le pardon général, le seul garant de la démocratie et du développement durable.

Les indicateurs socio-économiques sont au rouge et le pays ne cesse de régresser. La sonnette d’alarme a été tirée car plus de 75% des malgaches vivent avec moins d’un euro par jour. Et comme nous le savons tous, cette situation est due à la crise dont l’origine remonte à l’accession de Rajoelina au pouvoir en 2009. Plus précisément, l’entêtement de Rajoelina et sa clique a fait dégringoler le pays dans la pauvreté malgré l’accord de Maputo signé par les protagonistes. Et cela continue jusqu’au point où une minorité refuse catégoriquement le retour du Pdt Ravalomanana nonobstant les résolutions de Sandton.

Pire, l’implication de certains émissaires de la SADC sur la crise aurait été à l’avantage des tenants du pouvoir qui voudraient voir cette crise se prolonger. Apparemment, cette situation a fait que les putschistes, minoritaires soient-ils, viennent de « renforcer » leur position politique (cela va de soi) car il serait plus difficile de leur mettre de nouvelles pressions pour accepter le retour du dernier Président élu et le pardon général. Au passage, il est inutile de dire que les dernières « grâces » lors de la fête de l’Indépendance vont en ce sens. Oh non ! la situation s’empire parce que des détenus politiques croupissent encore en prison.

Devant cette situation catastrophique, de nouvelles négociations seront les bienvenues. Elles sont même primordiales pour que tout le monde arrive à de nouvelles résolutions vu qu’il ne reste plus qu’une poignée de foza qui s’obstine à défendre leurs intérêts politiques en capotant toutes tentatives de réconciliation nationale. En passant, cette feuille de route que compte signer les foza va aussi dans cette direction. Dans ce cadre, il est étonnant de voir que les forces armées vont, elles aussi, y « réfléchir ». Eh bien, si nos forces armées étaient réellement apolitiques comme elles le prétendent toujours, il serait grand temps qu’elles le démontrent. Sinon, ce sera du has been et il faudra s’attendre à toute éventualité. Quid des réalisations de nos forces armées durant cette crise ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *