Comme s’il n’y avait que « Non » !

À peine une proposition de poursuivre les médiations initiées par la CNOSC est-elle annoncée que déjà, l’aile dure pro-HAT s’y est prononcée contre sous prétexte que cette société civile ne serait pas neutre. En voilà une scène qui nous rappelle les « Non » catégoriques des tenants du pouvoir durant cette crise. Combien de fois les foza ont-ils crié « Non » pour un nouveau dialogue ?

Non, non et non ! Aucune autre réponse de la part des tenants de pouvoir ! Suffirait-il de dire « non » pour faire plomber toutes les tentatives de dialogue et de rapprochement ? En tout cas, ça en a l’air et depuis le début, ces foza ont voulu prolonger cette crise pour se maintenir au pouvoir. D’ailleurs, ils n’ont jamais voulu négocier quoique ce soit et l’on s’étonne parfois des « concessions » qu’ils prononcent partout. En ce moment, on aimerait bien savoir de quelles « concessions » ils entendent par là ? Bien entendu, il n’y a pas et n’y aura pas de réponse concluante.

C’est sur ce « Non » catégorique que les foza comptent camper sur leur position initiale. En d’autres termes, ce « Non » éternel enlise la crise. Même après la signature de l’Accord de Maputo, ce « Non » a encore tranché. Il en est de même de toutes les négociations et les médiations qui ont été engagées jusqu’à maintenant. « Non » pour Sandton ! « Non » pour Maputo ! J’en passe !

Enfin, pour un « Non » ou pour un « Oui » à la feuille de route Simao ou Salamao, la situation revient au même. Désormais, nos problèmes quotidiens se résumeront à un « Oui » ou à un « Non » des foza et ce, grâce aux répressions dont sont victimes le peuple.

Pour revenir à ce « Non » catégorique, disons tout simplement que ce mot est généralement suivi de mensonges et la HAT en est la spécialiste. Toutefois, aurait-elle, encore une fois, une occasion de dire « Non » si le communiqué final du CPS de l’UA tendait réellement vers la consensualité et l’inclusivité ? Dans ce cas, aurait-elle le courage de dire « Non » aux élections reconnues en faisant un forcing pour organiser ses élections unilatérales ? Matière à réflexion !

 

4 pensées sur “Comme s’il n’y avait que « Non » !”

  1. Pour les Foza il faut faire perdurer la transition, pour pouvoir imposer une sortie sans probleme.
    Attention, il faut pas oublier l’histoire, les non des Ratsirakistes en 1991 et 2002 qui sont actuellement à 80% derriere Andry R. s’étaient vite métamorphosés en un oui après une pression internationale.

  2. Aleoko lavitra mahita ilay 80% Ratsirakiste miaraka @ foza toy izay ilay 1% Ravaloiste,
    satria ireo efa hita fa FAHAVALON’i DADA! fa iretsy akaiky azy no namadika sy nandetika
    azy ,ireo olona nasandratr’i dada no nanindrona antsy azy avy ao aoriana an! ataoko fa tsy rariny !ary ireo no
    tokony ho HARAHAMASO akaiky fa ireo no AHAVANONA LOZA kokoa noho iretsy ahianao iretsy(Ratsirakiste).
    Ary ireo mpamadika ireo no tokony tsy ho HADINO MANDRAKIZAY NY ANARANY,fa ireo no tena FANETRY BEN’ny FIRENENA.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *