Les déboires de l’argent facile ?

la source de nos malheurs?
la source de nos malheurs?
la source de nos malheurs?

Panorama du jour orienté « Argent » ! L’argent facile aurait-il toujours un revers ? Un homme d’affaires proche de Rajoelina impliqué dans les trafics de bois de rose, une menace de grève à Ankatso et enfin, les indemnités des membres du CT à hauteur de 2 milliards d’Ar dérobées lors d’un braquage. Bien sûr, d’autres évènements viennent s’ajouter à ceux-là mais réservons les meilleurs pour la fin ! Tout ce que l’on peut dire c’est que cette journée a été chargée ! A partir de ces constats, l’on dirait bien que ces évènements ont un point commun, l’ « Argent ».

Primo, à Ankatso, les étudiants brandissent une menace de grève car le paiement des trois mois de bourse d’études promis par l’Etat n’a pas été honoré. En effet, le paiement qui avait eu lieu aujourd’hui ne concernait qu’un mois d’allocation boursière. En plus, le fait que l’État suspende l’octroi de bourses aux étudiants en 4è année consternait plus d’uns. Politique d’austérité ou trésorerie HS ?

Secundo, un autre fait extraordinaire ! Les indemnités des membres du CT s’élevant à 2 milliards d’Ar venaient d’être dérobés en plein jour dans la capitale et les bandits se sont enfouis en emmenant avec eux le véhicule qui transportait l’argent. Faits divers ou autres ? On n’en sait trop rien cependant il est quand même étonnant de constater que le fonds n’aurait pas été escorté par les forces de l’ordre lors de l’attaque.

Tertio. En ce qui concerne les bois de rose, un proche de Rajoelina y serait impliqué. Pratiquement, ce « gros bonnet », si l’on pouvait le dire ainsi, resterait donc à l’abri de tout soupçon car aux dernières nouvelles, le Tribunal spécial qui trancherait sur les bois de rose n’a pas pu voir le jour. Problème de financements ou problèmes politiques ? Nous serons éclaircis sur la question dans les jours qui viennent néanmoins, pour rappel, les bois de rose contribuent aussi dans nos finances publiques quelle qu’en soit la forme, amendes etc…

A entendre toutes ces infos, l’on se demande si l’on assistait aux déboires de l’argent facile car avec un minimum de bon sens, ces évènements auraient pu être évités. En effet, une éventuelle reconnaissance internationale aurait résolu un certain nombre de problèmes socio-économiques dont le manque de financement qui, d’une part, permettrait à l’Etat de trouver des sources de financement fiables au lieu de s’ « attaquer » ou de s’ « impliquer » (cela va de soi) dans les bois de rose. D’autre part, elle mettrait un frein à la pauvreté considérée comme étant la principale source d’insécurité que l’on vit au quotidien à l’heure actuelle. Et enfin, l’État aurait pu payer les étudiants convenablement.

Grosso modo, l’appât du gain a remporté et les tenants du pouvoir ne se souciaient que de leur bien-être en disant adieu à la reconnaissance internationale et en concentrant l’argent facile aux mains d’une petite minorité. Dans ce cas, ne serait-il pas normal que l’on assiste aux pires évènements « extraordinaires » qui soient durant ces deux dernières années comme un Pdt de la Transition traité de « sans qualité » et interdit de territoire aux USA ? Enfin, les déboires de l’argent facile !

6 pensées sur “Les déboires de l’argent facile ?”

  1. Eh oui, tout le monde se met actuellement à chercher de l’argent facile. Grand fut mon étonnement ce matin quand j’ai amené ma nièce au Lycée Jules Ferry pour sa réinscription.On nous a demandé 20 000 ariary et nous avons reçu en retour un récépissé de paiement de 15 000 ariary. ou sont donc passés les 5 000 Ar en sus? Imaginer un peu les sacrifices que font déjà les ménages pour que leurs enfants puissent s’inscrire et s’instruire, en réponse, on les dépouille des efforts de leur labeur.QUELLE HONTE pour un lycée d’un tel renom que le LJF.
    Imaginer un peu s’il y a 3000 élèves qui s’inscrivent. Multipliez ce ce chiffre par 5000 et calculez combien ils y gagnent : 15 000 000 Ar dans les poches de qui?

  2. Sahirana ny orinasa mpanafatra entana any ivelany ankehitriny fa tsy misy vola vahiny handoavana ny fournisseur ny banque eto an- toerana.Koa ia ary no naka azy teo hoy aho.

  3. Efa ela no tsy nisy devise étrangère ao amin’ny banques rehetra satria tsy misy exportation ary ny économie-tsika tsy mandeha amin’izay izy ,io vola-tsika io dia vola boritra « monnaie de singe » hanotanio ny Banques rehetra sy ny économistes.
    Mbola hoaiza! tsy mijanona eo ny fitotongan’ny économie-tsika ka mba mihetséha amin’izay ry vahoaka Malagasy! fa aza matory lava eo !…
     » NDAO  » dia  » MINOA FOTSINY IHANY « 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *