MADAGASCAR : Il faut cesser de financer les putschistes

logoworldbankimf

Lettre ouverte à la BANQUE MONDIALE et aux Bailleurs de fonds

MADAGASCAR : Il faut cesser de financer les putschistes

 Madagascar se trouve actuellement dans une crise politique inédite de son histoire car cela fait 28 mois que Andry Rajoelina et consorts ont perpétré un coup d’état (le 17 mars 2009) unanimement reconnu par la Communauté Internationale. Toutes les Institutions internationales ont immédiatement réagi en appelant à la mise en place de sanctions à l’encontre des putschistes. Il a en effet été décidé de suspendre toute aide budgétaire internationale pour Madagascar sauf celle à titre strictement humanitaire.

Mais, force est de constater qu’en dépit de cette décision internationale, certaines institutions, en l’occurrence la Banque Mondiale, continuent à verser des fonds aux autorités de facto. Cette dernière a en effet accordé, en juin 2011, un financement de 52 millions USD officiellement en faveur de l’environnement. Loin de minimiser l’importance et la nécessité de protéger ce domaine, ce versement est contestable à plusieurs titres. D’abord, l’objet du prêt n’est pas à caractère humanitaire. Ensuite, le trafic à grande échelle de bois de rose, auquel le régime putschiste n’est pas étranger, justifie la suspension du financement suivant vos critères d’exigence puisqu’il y a bel et bien « atteinte à l’écosystème malagasy du fait des activités humaines ». Enfin, le gouvernement de facto instrumentalise le domaine environnemental en l’utilisant comme un objet de chantage pour faire entorse aux sanctions internationales.

Par ailleurs, nous tenons à rappeler à l’ensemble des bailleurs (institutionnels ou étatiques) queles fonds accordés à « l’Etat malagasy », n’est pas opposable au peuple malagasy. Etant donné qu’il n’y a plus d’Etat à Madagascar, le régime en place n’a aucune légitimité et n’a jamais été reconnu par la Communauté Internationale. Toute aide ou accord conclu constitue une forme de reconnaissance du régime en place et de complicité indirecte avec Andry Rajoelina et ses amis criminels, pilleurs et trafiquants.

Les responsables des Institutions ne peuvent ignorer, de par leurs Représentations locales, que les fonds sont détournés de leur objectif, ils sont utilisés en grande partie à financer le train de vie des membres du régime.

En  versant des fonds, non seulement vous participez activement au maintien des putschistes au pouvoir mais vous mettez aussi en échec tout effort destiné à contraindre les putschistes à quitter le pouvoir pour retourner à l’ordre constitutionnel et à l’Etat de droit.

Au vu de ces éléments,

  • nous demandons  à  l’ensemble des bailleurs de continuer à appliquer les sanctions unanimement décidées dès le lendemain du putsch et de ne pas céder aux pressions insistantes de la part des putschistes et leurs alliés qui mènent actuellement une campagne active pour mettre fin aux sanctions en prenant argument la dégradation des conditions de vie des malagasy dont il sont eux-mêmes les responsables,
  • nous demandons fermement à la Banque Mondiale et à la France de s’aligner avec l’ensemble de la Communauté Internationale et des autres bailleurs de fonds (USA, UE)pour l’application effective des sanctions à l’encontre du pouvoir putschiste et de suspendre tout versement de fonds et aides internationales pour Madagascar.
  • nous voulons enfin préciser qu’en aucun cas les fonds versés aux autorités de facto ne deviennent une dette pour le pays et les millions de Malagasy déjà meurtris par toute cette période de souffrance et de misère quotidiennes insoutenables où la pauvreté a augmenté de 9% en seulement 2 ans (selon l’IRIN – Réseau d’Information des Nations Unies). Nous, peuple de Madagascar, refusons de rembourser les fastes du régime, c’est de l’entière responsabilité des putschistes et des Institutions impliquées.
 GTT international
15 rue des savoises
1205 Geneve
Suisse

 


6 pensées sur “MADAGASCAR : Il faut cesser de financer les putschistes”

  1. ecrivez toujours!continuez,il en restera toujours quelque chose!faites un petit bilan:combien de lettres vous avez ecrites et combien de reponses?La CI ne negocie pas avec les terroristes et les apprentis sorciers!il ne vous reste plus aucun sang malgache dans les veines!le pacte avec le diable continue de faire des ravages au sein du GTT;Dieu a sauvé qqs uns comme Vazaha et autres!pleure ô mon pays bien aimé;mais madagascar ne s’agenouillera jamais et Ravalo ne reviendra jamais et il fait partie du passé;pauvres du GTT,reveillez-vous car d’ici une semaine les donnes vont changer et c’est l’opposition aveugle , fanatique et cacique qui va recolter les sanctions de la CI;les financements de Ravalo vont cesser et ses comptes seront saisis;une étude de son extradition est en cours suite aux recommandations de la CI fatiguée de son bluff et de son négativisme;la CI a esperé une comprehension de sapart en vain et bonjour les dégats!ses casseroles ont tinter par derriere lui

  2. La Banque mondiale a divisé l’Afrique au profit de la France. L’Afrique en dehors des pays francophone est chargé de la Filiale Johannesbourg. A Johannesbourg il y a des experts qui s’occupe avec le développement et le combat contre la pauvreté. On s’occupe aussi avec les échanges des produits entre des pays africains pour agrandir la prospérité.
    Pour les pays francophones den Afrique la filiale de Paris est responsable. Les experts de la Filiale de Banque mondiale à Paris sont en grand majorités des français qui connaissent les besoins de la France (piller et exploiter les pays francophones en Afrique au profit des groupes françaises comme Total, Bolloré, AREVA, Colas, Bourbon etc.). Mais ces experts français ne connaissent pas les besoins des pays francophones en Afrique. La France ne s’intéresse guère aux besoins des anciens colonies. La France veut toujours des dictateurs comme président, soi disant « Ami de la France » avec la nationalité française, des dictateurs qui restent longtemps au pouvoir, des dictateurs qui peuvent supprimer chaque résistence locale au projets des groupes françaises. Les experts de la Filiale de la Banque mondiale à Paris font des pressions dans les pays francophones de l’Afrique pour éviter des pays démocratiques. Si les affaires ne marche pas bien pour la France, les pro-français font des assassinats par example Silvanus Olympio (Togo), Richard Ratsimandrava (Madagascar), Thomas Sankara (Burkina Faso) et au Congo (Brazzaville) il y a plus des présidents assassinés que des présidents qui ont fini leur mandat.
    Il semble que les services secrets de la France ont une joie de tuer.
    Mais on ne doit pas oublier les suites des exploitations et des pillages des pays francophones. Déjà le norvégien Jean Egeland, responsable de la coordination de l’aide pour les Nations-Unies, a dû constater que les pays francophones obtiennent moins de l’aide et moins des investissements privés. Le développement des pays anglophones en Afrique est pour la plupart des cas mieux qu’aux pays francophones.

    Les moyens financiers de la Banque mondiale viennent surtout de l’Union Européenne. L’Union Européenne a arrété l’aide au régime putschiste. La France fait donc des abus avec des finances européennes pour soutenir des marionettes ou plus correctement pour soutenir des bandits.

  3. (Balahazo?) KATAKATA ndreko Emile – Raharinaivo da sobiky raik’avao: olo fôka, ome môla (3V)da mitarony raha tsy misy valera (babanareo SANS QUALITE)

  4. Tout à fait, observateur vazaha.Le fait d’avoir la mainmise sur les matières premières des anciennes colonies ne fait que développer l’économie française.Si la françafrique cesse de contrôler les richesses souterraines des pays francophones, la France n’arrivera pas au même niveau que l’Angleterre ou l’Italie.A fortiori, si ces pays n’achètent pas les voitures ou les marques de l’hexagone.Cette dernière doit être reconnaissante envers ses anciennes colonies qui continuent à consommer ses produits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *