Un »gouvernement d’union nationale » qui crée plus de trouble que d’apaisement

nous voulons la paix et la résolution de cette crise!
nous voulons la paix et la résolution de crise!

Ce gouvernement d’union nationale n’ayant pas subit de recomposition après Gaborone et Sandton crée aujourd’hui pas mal de troubles et aucun apaisement. De plus, où elle est la résolution de la crise tant enviée et tant souhaitée par le peuple malgache. A quoi ces réunions à l’étranger ont-ils servi? Une faille peut-être au niveau de la médiation étrangère? Et la feuille de route dans tout ça demeure tout simplement des papiers sans importance, les amendements n’auront servi à rien.

Par ailleurs,  les foza ne s’entendent plus entre eux, un point qui nous réjouit. En effet, les uns critiquent les autres pour acquérir plus de pouvoir, les autres ne respectent plus leur « premier ministre » et n’hésitent pas à parler de limogeage. Ce n’est pas si étonnant puisque l’ensemble des foza ne pensent qu’à défendre leurs propres intérêts. D’ici peu tous les directeurs généraux au sein des ministères vont être remplacés. Il est à préciser que les ministres veulent installer leur propre équipe au sein de leur ministère réciproque.

On espérait vraiment que la paix allait être instauré après l’intervention étrangère, seulement nous voilà au point mort. Un véritable retour à la case départ puisque les foza sont les seuls à profiter des décisions de la SADC. Dernièrement, on dirait vraiment que le docteur Simao reconnaisse la Hat, comme si cette institution était dotée de légitimité. Il vient même à affirmer que le gouvernement de Camille Vital ne serait pas recomposé. Encore un point qui réjouit les foza mais qui fait prendre de l’ampleur aux inquiétudes du peuple malgache. En effet, le retour de notre Président Marc Ravalomanana reste incertaine, ce qui veut dire que la crise va encore persister.

Heureusement, notre président ne cesse de nous rassurer en promettant de faire son possible pour revenir au pays. Nous avions toujours cru en lui et nous continuons toujours à lui faire confiance. Son retour pour bientôt promet de mettre fin à cette crise…

13 pensées sur “Un »gouvernement d’union nationale » qui crée plus de trouble que d’apaisement”

  1. Attention, Solofo Maya! Ce n’est pas la décision de la SADC que SIMA-OH! a apporté, c’est la décision de SALAUD-MAO! Il ne faut pas confondre.
    Car si Dada a promis qu’il va revenir bientôt, c’est donc que le « ravin-daisoa » proposé par ces deux cons ne sont pas les vrais!
    La seule et vraie feuille de route DOIT ETRE celle relative à la résolution issue de Sandton le 12 Juin 2011! Donc, wait and see!

  2. Oui, l’ancien président doit et va rentrer mais quand ? Devant l’importance des enjeux liés à cette crise, le retour de Ravalomanana est-il une finalité ? Est-ce que ce n’est pas un élément, crucial il faut l’admettre, qui fait partie d’un ensemble de processus devant mener vers la résolution durable de la crise ?
    En faire une fixation ne sert-il pas les intérêts du pouvoir de fait ? En effet, il leur suffit de déclarer que ce retour n’est pas encore opportun et sortir un notam pour tout bloquer.
    En fait, la HAT est en train d’affaiblir l’opposition en acceptant le retour de l’amiral tout en empêchant celui de Ravalomanana. L’AREMA irait-il jusqu’à retarder le retour de son leader par solidarité avec l’UDEM PRO ? Peu probable.
    Cette focalisation des débats sur le retour de Ravalomanana risque de nous détourner de l’essentiel, qui sont les différentes mesures préconisées depuis MAPUTO et ADDIS ABEBA.
    Même le corps diplomatique à Madagascar est persuadé qu’une vraie détente viendrait de la non participation des deux principaux protagonistes aux prochaines élections.
    Si on veut un vrai apaisement bien sûr !
    Maintenant, jusqu’à quel point ces deux personnages et leurs partisans respectifs ont-ils le sens de l’intérêt supérieur de la nation ?
    Un bon compromis entre un auteur de coup d’état et un président qui a lui-même reconnu publiquement ses erreurs d’avoir outrepassé ses prérogatives, c’est de renoncer à la course à la magistrature suprême. Le premier pourrait ainsi être réhabilité et regagner en crédibilité s’il a vraiment cette ambition, tandis que le second pourrait bénéficier d’un statut de héros, ce qui est une porte de sortie plus qu’honorable après tout le bien qu’il a apporté au pays.
    Cette option forcerait les intérêts étrangers à revoir toute leur manœuvre de subversion et de lutte d’influence par la même occasion.
    Les militaires qui craignent une représailles en cas de retour de Ramose au pouvoir seraient également rassurés et devront changer de position, car il faut se mettre à l’idée que seule l’armée régulière pourra assurer la sécurité des anciens présidents une fois de retour au pays, aucune autre force étrangère ne viendra jamais chez nous, dire le contraire serait de la démagogie.
    Bon week-end à tous.

  3. Lekivy a ses raisons d’être kivy.

    Mais si on continue d’ énumérer tous les problèmes , en plus,des foza, et à nous focaliser sur les obstacles que ne pourront pas manquer de glisser les foza, nous n’ arriverons à rien
    Un seul but, un seul combat : le retour du Président Ravalomanana, qu’importe avant ou après Ratsiraka, le vahoaka de Magro n’en a rien à cirer. Il se souvient des 25 années de son ère.

  4. …le « vahoaka de Magro » n’est ni le peuple malagasy, ni son représentant, ce n’est qu’une composante, une « infime » composante !

    Le « vahoaka de Magro » ne parle que pour lui-même et ne représente que lui-même, le contraire serait insulter le peuple malagasy dans toute sa diversité !

  5. Une réelle résolution de cette crise ne pourra s’instaurer durablement que si TOUS les « fautifs » a l’origine de celle-ci en soient définitivement écarté !

    « Fautifs » = Tous ceux qui par leur attitude, leur politique au moment où ils étaient au pouvoir ont commis des malversations de quelques natures que cela soit poussant ainsi le « peuple » a une reaction violente pour retrouver ses Droits et sa Dignité.

    Ce fut le cas en 1972, en 1991, en 2001-2002, en 2008-2009 …

    Le long et difficile chemin vers la construction d’une véritable et authentique DÉMOCRATIE à Madagascar.

  6. Le retour de SEM Marc Ravalomanana ne sera que du « replâtrage temporaire » d’une grave et importante fissure qui ne pourra qu’éclater par la suite avec encore plus de violence et de haine !

  7. La nature a horreure du vide ,un bon remplacement est une garantie d’un meilleur fonctionnement .
    En parlant democratie: quand le chef de ce gouvernement se permet de repliquer à une question « parlementaire » publique : »les chiens aboient la caravanne passe  » ,on peut se demander quel est le niveau de conscience de la population en general .
    Le retour de Ravalo n’est pas seulement la reparation de ses fautes(ce dont il reconnait et ce dont on espere vu la situation catas actuelle) ,mais aussi la mise en oeuvre d’une nouvelle conscience .Le deuxieme point est plus important que le premier ,et de loin plus important ,pour l’avenir de Mada .

  8. Avy dia tsory ny resaka ry fozan’iarivo a! aza mody ahodikodina !tonga dia teneno
    fa an’isan’ireo matahotra ny dadanay tsy hiditra eto ianao satria nanao ratsy na
    niray petsapetsa tao ,dia eo no mody mandamin-damina resaka fa hita ihany ny fiafaran »i bla!bla nao fa FOZA.
    Raha manana hevitra hafa ianao ankoatra ny fiavian’i dada hamonjy ny GASY tratra ny tsindriazolenanareo foza
    dia arosoy HIFIRANAY! ary ho alohanay hatramin’ny farany fa hiraka sy lahatra avy @ LOSOFERA!

  9. Du précédent post de Sariteny, deux points importants à souligner :

    1. « La nature à horreur du vide, un bon remplacement est une garantie d’un meilleur fonctionnement »
    Une telle opinion ne peut qu’indiquer que la personne qui l’a avancé à une appréciation très négative du peuple malagasy et de chaque malagasy.
    Donc 99,99% des malagasy sont des incapables, des nuls, des incompétents et seul SEM Marc Ravalomanana (ainsi que le peu de gens qui le soutient) détient l’intelligence et le savoir !!!
    Heureusement tous les malagasy ne pense pas ainsi et que ces derniers mettront tout en œuvre pour que le devenir de Madagascar ne soit pas pris en otage entre les mains d’un ou de quelques individus, qu’ils se prénomment Didier, Marc, Andry ou Albert.

    2. « Le retour de Ravalo n’est pas seulement la réparation de ses fautes (ce dont il reconnait et ce dont on espère vu la situation catas actuelle), mais aussi la mise en œuvre d’une nouvelle conscience. »
    Attitude surprenante quand on sait que chaque « primo-délinquant » est nécessairement un récidiviste !!!
    Je vois très mal un Conseil d’administration remettre de nouveau à sa présidence un administrateur qui avait été préalablement évincé de son poste de Président pour cause d’abus (détournement) de biens sociaux.
    … à moins qu’il y ait eu des pressions extérieures ou des magouilles internes.

    En réponse aux « remarques » de ranavalona :

    « Les Ratsiraka, Ravalomanana, Rajoelina et Zafy, on s’assoit dessus… On n’en à rien à foutre.  » (Extrait de La Gazette de la Grande)

    J’y adhère entièrement et je pensais avoir été clair sur ce point là !

  10. Vao maika mazava be fa fitadiava-tseza ny anao raha izay indray!ianao ilay nanongana an’
    i dada dia VOADAKAn’i domelina dia izao ianao mitady hanome morale eto !ex – foza ianao!
    tsy mahamenatra izany fa tsy ianao irery no mibaradaka eto fa diso fanantenana,fa aza ny dadanay nampandroso
    ity firenena ity no hosorapotaka fa vao maika izay no hitiananay azy ,satria tsy VOATAPIN’y vavan’ny maty andrano
    ny masonay fa NAHITA sy NIAINA t@ harmonie ny fiainanay t@ andron’ny dada8.Raha oharina ny @ izao moa dia
    Ataoko fa mba MIAIKY ihany ianao raha tena ao aminao ny FITIAVATANINDRAZANA!
    Izay tsy nety nataony olombelona izy fa tsy anjely, mba jereo @ saina tsy miangatra fa aza asesiky ny fankahalana
    fotsiny dia mivatravatra @ izay zavatra efa hita fa tsy marina fa FANANDRIKENDREHANA dia mbola hamahanan-dalitra
    olona eto,efa voalaza mazava be io tompoko o! »TSY NANAO RATSY TETO DADANAY  » ka tsy maintsy MODY IZY!

  11. Dia inona no hanasianao sira @’izay hatongavan’i dadanay rahefa hitanao fa olona vitsy
    no manohana azy fa tsy avela ho hita eo izany hoe: »peus de gens »?(sady mipararetra
    no milaza izany ) tsy ferana!,tahotra ny anao ka zakao fa te hanao aminy eo!lany sahady angaha ny paiso
    teny akady?rehefa miala kosa ireo favorie ireo ve tsy mba ho misy place kely ho anao??Ny hevi-petsy aza
    hatao eto intsony fa ampy izay !
    Ny Magro dia fitehizana sy fanoroana ny marina ,indrindra fampitana ny vaovao tsara sy tokony ho henoina,
    fa izay tsy tonga eo no MATIANTOKA.
    Mazava ho azy fa nisitri- belona noho ny tahotra angaha ianao ka tsy nahita ireo OLONA NITSENA an’i dadanay
    teny IVATO!ary mbola avo 3 heny noho ireny no ho avy @ Manaraka!dia efa mampihomana izahay.

  12. Nous cherchons tous la paix ,mais nous voulons une paix durable pas une Paix à telle ou telle mode .
    Si on doit ecarter tous les fautifs ,donc on peut pousser le raisonnement à ecarter tous les Malgaches car ce qui arrive à Madagascar est la faute d’abord des Malgaches !
    Le raisonement de certains colonialistes qui aiment Madagascar ,mais rabaissent les Malgaches n’est plus admissible ,et c’est l’appell que le President Ravalomanana a fait à tous les habitants de Madagascar sans exclusion .
    En 1972 on a renvoyé les merinas des regions cotieres car à Tana on a renversé un President Cotier ;ensuite le cycle de la violence a continué ,d’où l’expression à la mode « manao aller retour » ou encore « anareo ny aller anay ny retour  » meme si l’etat des routes se sont degradés .
    La situation etant catastrophique et on le voie ,c’est facile de dire apres que cette crise qui touche Madagascar est la faute d’une dispute entre Merina .
    Pourtant il est clair que la sortie de crise est presque incertaine (pour ne pas dire que la crise va empirer)avec les elements que moi presonnellement je possede .Je reviens encore à la reflexion: quand Ravalo avait proposé un referundum pour statuer sur son depart fin fevrier 2009 ,pouquoi ce referundum n’a pas pu se faire ?

  13. « Je reviens encore à la réflexion: quand Ravalo avait proposé un referendum pour statuer sur son départ fin février 2009, pourquoi ce référendum n’a pas pu se faire ? »

    Ce référendum n’avait pas pu se faire parce qu’il était inapproprié.

    Quelques jours avant la déclaration de SEM Marc Ravalomanana, j’y avais également pensé qu’un référendum ou un plébiscite permettrait de mettre les choses au clair de manière démocratique et sans aucun équivoque.

    Mais voilà, l’opposition au régime rassemblé derrière le « mouvement orange » et Andry Rajoelina n’avait qu’un seul et unique objectif :
    « Évincer DEFINITIVEMENT de la Présidence SEM Marc Ravalomanana ».

    En conséquence, toute action qui permettrait d’empêcher cette éviction (référendum) ou de remettre SEM Marc Ravalomanana à la Présidence (Accords de Maputo et d’Addis-Abeba) est inacceptable et sera donc INEVITABLEMENT rejeté par les commanditaires du « mouvement orange »

    Il faut savoir que le « mouvement orange » a été mis en place pour évincer le Président élu devenu TOTALEMENT indésirable pour l’opposition, et SURTOUT PAS pour appliquer une quelconque politique économique ou une gestion de l’État différent, encore moins pour piller et dilapider les biens publics et nationaux.

    L’objectif ayant été atteint, c’est-à-dire l’éviction de SEM Marc Ravalomanana, la prochaine étape sera de « passer le relais » à une nouvelle équipe dirigeante (avec ou sans Andry Rajoelina) qui assurera la continuité de la gestion de l’État et du développement économique de Madagascar.

    Cette passation de relais s’exprimera par les futures élections (présidentielle, législative, sénatoriale, municipale) qu’organisera la HAT et ce dernier prendra toutes les dispositions nécessaires pour que le futur Gouvernement issu de ces élections ne remettra pas en question cette éviction mais au contraire la confirmera, et ceci aussi longtemps que subsistera le risque d’un retour possible de l’ancien Président déchu.

    L’éviction, de gré ou de force, légalement ou illégalement, du Président SEM Marc Ravalomanana avait été décidée et minutieusement organisé depuis plusieurs années avant même les évènements de décembre 2008 et de janvier 2009 qui n’étaient d’aucune manière spontanée.

    Tant que nous n’aurons pas accepté et digéré ce leitmotiv, « la volonté de l’éviction DEFINITIVE de SEM Marc Ravalomanana de la vie politique malagasy », toute solution à cette crise par des négociations d’où qu’elles viennent est quasiment impossible et sera immanquablement voué à l’échec.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *