« Ampamoaka »du bois de rose, district d’Antalaha.

Bois_de_rose

Après avoir été informé du projet des « opérateurs économiques du bois de rose » du district d’Antalaha (qui se sont réunis samedi 23 juillet dernier à la Tranompokonolonad’Antalaha)  consistant à mobiliser le peuple d’Antalaha, en ce jour de samedi 30 juillet au terrain municipal, pour dénoncer ce qu’ils considèrent comme une « injustice » du régime dela Transition dirigée par Andry Rajoelina, nous, membres d’une association protectrice de l’environnement et de la forêt à Madagascar, avons envoyé sur place une équipe pour suivre de prêt ce que projette ce groupe d’opérateurs agissant dans le « bois de rose », cela afin de mieux cerner la situation.

 

Après avoir assisté au meeting de ce jour (samedi 30 juillet 2011) au stade municipal d’Antalaha, nous vous livrons, à chaud, le rapport suivant :

 

  1. Les meneurs et orateurs lors du meeting de samedi 30 juillet :

 

  1. L’ancien député de Vohémar (1er orateur)
  2. L’ancien député zafiste (en 91), ravalomananiste (depuis 2002), devenu un prospère opérateur économique grâce à l’exploitation du bois de rose : Monsieur BEMATANA Martin
  3. Un opérateur économique, devenu rapidement multimilliardaire grâce également à ses activités dans l’exploitation du bois de rose, Monsieur Jean Pierre LAISOA, dit JAO VATO.

 

L’ancien député de Vohémar n’est pas très connu à Antalaha. Beaucoup se sont d’ailleurs demandé ce qu’il faisait là. Il fut député TIM lors du premier mandat de Ravalomanana.

 

BEMATANA Martin :

Cet ancien député zafiste de l’époque des Hery velona de 1991, s’est reconverti dans les affaires liées au bois de rose et est devenu conseiller spécial de l’ancien ministre de Ravalomanana, TSIANDOPY avant de retourner casaque en 2009. Actuellement encore, on peut constater de visu un énorme stock de bois de rose entreposé dans sa propre cours.

Le réseau de BEMATANA Martin passe par l’opérateur économique chinois bien connu à Tamatave, WishaWin, au même titre que d’autres opérateurs dans le bois de rose tel que BEZOKINY Claude, propriétaire du luxueux Hôtel luxueux « Le palissandre ».

 

Actuellement, BEMATANA Martin jouit pleinement de la protection des autorités préfectorales d’Antalaha, en la personne de l’adjoint du district : Monsieur MAX.

 

Jean Pierre LAISOA dit JAO VATO :

Connu comme sans réel emploi mais devenu un richissime opérateur économique dans le bois de rose depuis 2009 en traitant directement avec des acheteurs chinois ; JAOVATO, un chômeur depuis de longue date, s’est distingué parmi tous les protagonistes, lorsqu’en 2009 il s’est permis d’acheter des villas appartenant à l’ancien milliardaire (depuis en faillite) connu, et ancien maire de la ville, TATIENNE. JAOVATO a également fait parler de lui dans l’affaire de détournement d’un navire transportant de la vanille appartenant à la société Henri Fraise en 2003. Il a été incarcéré, mais est vite ressorti de prison pour on ne sait quelle raison.

 

  1. Les méthodes d’approche pour donner au meeting un faux-semblant de légitimité populaire :

 

–          5 Maires des communes rurales, d’où proviennent essentiellement le bois de roses, ont été payés 1.000.000 Fmg (soit 200.000 Ariary) chacun, cela dans le but de mobiliser la population issue de leur commune rurale dont notamment :

  • Le maire de la commune rurale d’Antombana
  • Le maire de la commune rurale d’Ampohibe
  • Le maire de la commune rurale d’Antsahanoro
  • Le maire de la commune rurale de Lanjarivo

 

La véritable mission assignée à ces maires, ayant chacun été rétribué 200.000 Ariary, consiste en réalité à instrumentaliser la population, cela dans l’unique objectif de réunir le maximum de personne, dans le but d’organiser une démonstration de force et d’influencer les autorités par le surnombre ainsi constitué.

 

Chaque personne, issue des différentes localités mobilisées par les maires, a été payée 12.000 Fmg chacun (soit 2.400 Ariary). En terme clair, la présence de chaque personne au meeting a été monnayée (par ces richissimes opérateurs de bois de roses) de 2.400 Ariary chacun.

 

–          Les autres « opérateurs économiques » dans le réseau de bois de rose ont assuré, quant à eux, le paiement et le transport. Tel est par exemple le cas de ERIC dit MATRA (le frère de l’opérateur de vanille bien connu, un certain Germain), ou encore de BEZOKINY Claude (souvent cité dans les affaires de bois de rose, mais qui a toujours su échapper à la justice, car certains barons du régime de la HAT le protègent et que le fils du haut magistrat IMBIKY Anaclet, un proche parent, est depuis son conseiller, d’ailleurs il s’en vante ouvertement).

 

C’est pourquoi, des véhicules 4×4 et des camions appartenant à ces opérateurs économiques ont assurés le transport (aller et retour) de cette « population » ayant accepté d’être corrompu, en touchant la somme de 2.400 Ariary.

 

–          Alors que 5 zébus avaient aussi été promis à ceux qui viendraient remplir le stade, finalement cette promesse n’a pas été tenue, tout simplement parce que le meeting a dû être écourté car, à en croire l’explication des orateurs (dont BEMATANA Martin), ils auraient, paraît-il, obtenu une rencontre avec les ministres présents dans la région actuellement.

 

–          Ils ont annoncé qu’une réunion avec les ministres serait prévue pour Mercredi 03 août prochain, pour régler une bonne fois pour toute ce problème. Et aux opérateurs économiques de menacer qu’au cas où ils n’auraient pas gain de cause, alors, ils renouvelleront leur meeting pour le samedi 06 août prochain et ce sera 10 zébus qui seront tués, pour mieux rameuter la population, et chaque personne qui accepterait de venir renforcer le meeting, se verra octroyée la somme (non plus de 2.400 Ariary comme aujourd’hui, mais de), mais 5.000 Ariary (soit 25.000 Fmg).

 

  1. Les astuces des opérateurs de bois de roses :

 

Le gouvernement a interdit toute exploitation, sous quelle que forme que ce soit, « coupe, vente, exploitation et exportation » du bois de rose. Or, force est de constater que malgré cette interdiction, un trafic généralisé a toujours eu cours.

 

La méthode des opérateurs économiques dans le bois de rose est simple (et ils semblent avoir le soutiens de hauts fonctionnaires ou de hauts responsables au sein dela Transition, ce qui fait que même le nom du président dela HAT, est constamment citée) suit le schéma et le réseau suivant :

 

–          d’abord les acheteurs (importateurs) – LES BAILLEURS : Ils sont de deux ordres :

 

  • Des importateurs « directs », généralement chinois : Ceux-ci ont comme interlocuteur (vendeur, opérateur locaux de bois de rose) dont les plus connus sont :
    • BEZOKINY Claude
    • JAO VATO
    • NONO RANJANORO
    • Mme Edith (la femme de Claude KAM HYO – proche de Ravalomanana mais ayant retourné casaque depuis 2009)
    • THU-NAM Roger

 

  • Des acheteurs locaux et en même temps exportateurs (intermédiaires) qui résident à Tamatave et Antananarivo : Le plus connu est : WISHA-WIN de Tamatave et une Dame métisse chinoise de Tamatave. Ceux-ci ont comme interlocuteurs (vendeur et opérateur locaux de bois de rose) dont les plus connus sont :
    • BEMATANA MARTIN
    • BEZOKINY Claude (Encore)
    • NDAHINY Grégoire di « Gré », actuellement membre du CT (au titre de TGV)

 

–           Ensuite pour opérer dans le bois de rose, ces personnes là UTILISENT :

 

  • Des documents légaux de « ramassage » du bois (sous entendu, bois coupés par la nature, tel que cyclone ou encore des bois que l’on peut trouver déjà coupé par d’autres, même des braconniers ou qui ont simplement été abandonnés dans la forêt).
  • Ces « documents qui autorisent le ramassage de bois coupés » sont donnés à des « seconds couteaux » dont quelques uns sont des figures biens connus dans la ville à cause de leur comportement dans les lieux fréquentés, telles que les boites de nuit, bars et autres :

 

  • Pour le compte de BEMATANA Martin, on trouve surtout :
    • Le fils de REGIS (un propriétaire très connu des épiceries de la ville)
    • Pour le compte de JAOVATO, on trouve :
      • Un certain Jacques ALEXANDRE
      • Un certain (qui est aussi son associé) Coco Rasamy (en prison actuellement)

 

  • Pour le compte de BEZOKINY Claude, on trouve :
    • Un certain Patrick Maly
    • Un certain Moï

 

  • Pour le compte de THU-NAM Roger
    • Un certain Thierry (son beau frère)
    • Un certain BERA (en prison actuellement)

 

 

Conclusion :

 

Malgré le fait que ces opérateurs économiques du bois de rose se targuent d’agir en parfait respect de la loi du fait qu’ils sont en possession des « documents » leur autorisant le « ramassage des bois coupés » pour se défendre, force est de constater que beaucoup de nouvelle coupe de bois de rose a été révélé, cela aussi bien par les autorités locales que par les « task-force ».

 

Le plus consternant dans cette affaire, c’est que ces opérateurs de bois de rose cherchent par tous les moyens de légitimer leur « trafic » à travers les meetings qu’ils tentent d’organiser en présentant des foules monstres comme preuves du soutien qui leur est accordé. Alors que la population ne constitue en rien des partisans ni des opérateurs liés de prêts ou de loin aux bois de roses, mais de simples gens, pauvres parmi les pauvres, les ruraux notamment, qu’ils paient 2.500 Ariary par tête, et qu’ils corrompent avec des viandes de zébus (ils projettent de tuer 10 samedi prochain au cas où ils ne gagneront pas satisfaction à l’issue de leur rencontre avec les ministres pour le mercredi 03 août).

 

Si le président de la HATn’est pas, comme il le dit (mais ce que l’opposition conteste), lié à ce trafic, on se demande toujours (et cela depuis le rapport de référence publié l’année dernière sur le bois de rose) pourquoi les barons des bois de roses (qui ont fini par dévoiler leurs visages actuellement à travers leur meeting) dont :

 

–          BEZOKINY Claude (opérant surtout dans les zones nord d’AMBINANIFAHO et de LANJARIVO)

–          BEMATANA Martin (opérant un peu partout, du côté d’ANTSAHANORO, CAP EST)

–          JAOVATO (opérant vers le CAP-EST)

–          THU NAM Roger (opérant un peu partout)

 

Les vrais parrains (tout le monde le sait, il suffit d’aller observer leur cours pour le constater de visu) de bois de rose ne se sont-ils jamais inquiétés ? 

 

Maintenant, ces parrains de bois de rose se sont permis de « défier » l’Etat. Quelle audace ! Voilà donc un bel exemple pour juger de la sincérité et de la bonne foi des autorités dela Transition dans cette affaire car :

 

–          Si à l’issue de la rencontre de mercredi prochain, le gouvernement cède face aux « opérateurs de bois de rose », alors, sans hésitation on peut admettre que les autorités dela Transitionsont de mèches avec eux.

 

–          Dans le cas contraire où le gouvernement reste ferme et décide de continuer à lutter contre le trafic de bois de rose, il sera de nouveau juger sur sa capacité à attraper les « gros poissons » (qui ont laissé tombé leur masque actuellement) ou s’il ne se contentera que de poursuivre les « seconds couteaux » dont certains croupissent déjà en prison depuis quelques temps.

 

Les autorités de la Transitionne pourront plus jamais feindre d’ignorer les noms des « vrais » parrains de bois de rose. Quatre noms notoires sont livrés dans ce rapport, et ces gens là usent et abusent de leur argent pour corrompre la conscience d’une population pauvre pour servir de bouclier dans cette guerre qu’ils mènent (au service de leurs propres intérêts) contre le régime de transition et Madagascar.

 

La dernière question qui mérite d’être posée est : « Est-ce que le président de la HAT osera-t-il mettre fin à ce trafic et, aussi, cette fois-ci, pourra-t-il empêcher à ce que la population ne servent de chair à canon dans les mains de ces mafieux pour s’acheter une légitimité dans leur trafic….OU pas ? »

 

On le saura lors du prochain rapport à l’issue de la rencontre avec les ministres mercredi prochain ou encore à l’issue du meeting prévu pour le samedi 06 août.

 

Recueillis par RALAMBO.C et AINA.R

Vous pouvez vous référer au dossier suivant pour vérifier la véracité des noms cités :

http://www.mwc-info.net/en/services/Journal_PDF’s/Issue5-1/MCD_2010_vol5_iss1_Rosewood_democracy_Supplementary_Material.pdf


 

 


 

 


6 pensées sur “« Ampamoaka »du bois de rose, district d’Antalaha.”

  1. Fa efa mitapy daholo ve ny malagasy ê ?
    Olona nanongam-panjakàna, nitondra ny firenena any an-kady ary niaran’ny sazy ve, no natao ho prezidà-n’ny CSM ? Dikan’izany dia tsy hisy fitsaràna handeha amin’ny rariny intsony ao Madagasikara !
    Vita teo ny hoavin’ny tanindrazan-tsika ry zareo ! Simba daholo ny zava-drehetra, indrindra fa ny fotom-pisainana !
    Ny loza mihatra ny firenen-kafa mba azo lazaina indraindray hoe tsy fidiny, fa ny an-dRamalagasy toa loza sy raharaha tadiavina !
    Ka hoy aho hoe : Ô ry zareo mpanao pôlitika ô, omeo ny hafa ny toerana rehefa tsy hilalao baolina ianareo, fa aza midongy toerana eo amin’ny teran fotsiny ê !
    Ny vahoaka mpijery koa, aoka mba tsy hangina fotsiny, fa tompon’andraikitra koa ianareo !

  2. CSM = CONSEIL SUPERIEUR DE LA MAGISTRATURE !
    ==> A U T O – P R O C L A M E foana foana

    __

    [ramasikarivo dit :
    5 mai 2011 à 18 h 13 min

    Que se passe-t-il au sein du Corps de la Magistrature ?

    Si le 28 avril dernier jusqu’à 16 heures, se sont tenus les élections des nouveaux membres du Conseil Supérieur de la Magistrature, il se trouve que les dépouillements ne se feront que le 05 mai 2011, une longue semaine après la clôture des votes !
    A rappeler que le CSM est l’organe qui devrait en premier lieu assurer la gestion de carrière des magistrats, garantir leur indépendance et veiller au respect de la déontologie de la profession. Comment alors se fait –il que les élections de ses membres se fassent presque en catimini ? Le collège électoral n’a pratiquement pas les moyens de savoir quel est le sort de leur vote avant le 5 mai 2011
    Comment peut-on envisager un seul instant que des élections se déroulent un jour, et le dépouillement un autre jour! Jamais dans l’histoire de la Démocratie on aurait accepté des dispositions similaires. Et dire que la Justice devrait être une Institution qui garantirait la fiabilités des résultats des élections ; alors qu’en son sein même il se déroule des élections loin d’être fiable et transparente.
    Et le pire dans tout ça, c’est que cela a été prévu par les textes ! On se demande alors, les textes sont elles devenus un instrument de non-droit ? Si on pense que le principe des élections démocratiques est que chaque électeur a le droit absolu de savoir l’issue des élections et de participer ne serait au dépouillement après de la clôture des votes avec la faculté de suivre de près le comptage des voies de chaque candidat. Mais voilà que sans être privés directement de ce droit, les malheureux magistrats électeurs mais qui ne se reconnaissent pas, avouons-le, seront privés d’office d’assister au dépouillement des élections si ils ne sont pas à Tsaralalana le 5 mai 2011.
    N’y aurait-il plus qu’à croire en croisant les doigts, à l’intégrité de chacun et positiver en ce sens que « personne » n’osera jamais « tricher » à des élections aussi capitales. Mais quoi qu’il en soit c’est choquant de constater que ces élections puissent se dérouler et persister dans des conditions aussi INIQUE et OPAQUE ]

  3. O ry Bianco oh!
    aza ahodina ny resaka, Efa tokony hisy ampamoaka efa ela ny Bois de Rose ,ka izao ianareo vao hanao izany sa mitady kolikoly avy aminíreo olona voasoratra anaty lisitra ireo, mila mandoa Ecolage ireo dia mikatona ny vavan´ny Bianaco

    Izao Efa nisy Video porofo avy amin´ny companie Globus Mr Lee iny, dia ny porofo manaraka hanontanioa an´ato Pr Zafy Albert

    Dia hatomboy aminí Andry rajoelina aloha ny ampamoaka fa izy no sefobenío resaka bois de Rose io, mbola manondrana ny Anabaviny i Voahirana rajoelina.

    Dia manraka i PM foza Vital,Mandeha tany avartar isan-kerinadro mihitsy manaraka ny coupe sy ny transport bois de rose.
    dia ny mpanondrana sy mikarakara dia ny rahalahiny ihany.

    Dia alaivo ny lisitra ireo mpanondrana tamin´ny companie DELMAs.
    iza nanome Bois de rose ny Frantsay, izay nalefa any Chine
    Iza no nivarotra taminí Mr LEE.

    i ndry rajoelina aloha tokony ho tsaraina aminío resaka Bois de rose io izy sy ny papany ary ny rafozany, rodolphe razakndisa sy ny zaodahiny.
    dia manarka ny minisitra environenemnts nanome autorisation d´exportation.

    ny bois de rose tsy resaka olona tsotra sy madinika fa ireo MAFIA mpanao politika, ireo CST ireo no mifampizara Quota amin´ny Bois de rose.

    mahaiza manao ny asanareo ianareo BIANCO fa aza mihevitra anay vahoaka Mlagasy ho vendrana sy kentrona ka tsy maharaka ny zavatra misy ankehitriny.

  4. Exploiter les ressources du pays ne me pose vraiment pas de problèmes. Il y a juste exploiter et ravager.

    Ce qui me « réjouit » dans cette histoire c’est que les faits confirment l’adage de mes aïeux qui dit que tarana-boanjo foto-boanemba! Un adage qui démontre l’héritabilité psychique ou la psychogénéalogie…

    Aussi, peut-on constater que ce n’est ni les Merina ni Antananarivo qui ne font pas profiter les richesses aux autres mais ce sont plutôt les autres qui ne cessent de s’enrichir sans faire profiter à tout le monde. Et c’est toute la différence qu’ils avaient avec Andrianampoinimerina.

  5. Alidera, il est trop difficile à un ignare tel que le FATy dit Andrinompainimerina, d’appréhender ce qu’est un bien commun ou public.
    Il ne sait même pas ce qu’est un Etat ou une Nation. Ceux qui le suivent bêtement ou docilement, sont du même accabit !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *