Si c’étaient eux qui le disent, tant mieux !

Le populisme raté et les fausses promesses ont surtout marqué la HAT de Rajoelina. L’on pourrait qualifier ses défis de « publicités mensongères » (cela va de soi) puisque la HAT n’a même pas réussi à concrétiser le minimum de défis qu’elle relevait. Entre autres, les Trano mora et la gratuité des frais d’inscriptions en matière de scolarisation illustrent bien la situation pour n’en faire que des effets d’annonces.

Devant ces faits habituels, l’on trouve normal que « ses » compagnons de guerre s’alarment sur notre situation en constatant que la gestion des affaires nationales ne va pas dans le bon sens. Bah, si ce sont eux qui le disent, tant mieux ! Au moins, l’on sait à qui l’on a à faire cependant, malgré ces « annonces », notre situation sociale s’achemine vers la décadence totale ornée d’une forte hausse du coût de la vie, d’une insécurité galopante etc…

En fait, pour redorer son blason, la HAT n’aurait trouvé que cette parade qui ne date pas d’aujourd’hui. Cela datait d’une autre époque durant laquelle tout reposait sur la « gratuité ». Le principe réside sur le fait qu’à cause de cette « gratuité », toutes les dépenses sont justifiées même superflues, voire fictives. Finalement, cette situation aboutira aux disfonctionnements des domaines sociaux concernés car parallèlement à cela, la caisse de l’État se vide. Sans rire, qui croirait que des services sociaux dotés d’un budget de « survis » pouvaient vous offrir la « gratuité » ? Il en est de même de l’huile à 2 500 Ar ou du riz à 500 Ar et j’en passe !?

Il ne faut pas rêver car c’est quasiment impossible. Pour ce qui est donc des mesures sociales prises par la HAT ce mois-ci, l’on peut dire qu’avant qu’elles aient été exécutées, la caisse de l’Etat aurait-elle été vidée bien avant pour que la HAT revienne sur certaines décisions ? Quid de la Trésorerie de la HAT ?

Bref, la vraie politique ne se résulte pas à des « effets d’annonces ». Tout est dans l’action mais comment pourrait-on travailler si l’on manquait de compétences ? Pour finir, « certain » ne disait-il pas qu’ « il » ne se prononcerait sur une réalisation sans en être sûr de la réaliser ? L’on se pose cette question car l’on constate que les rats commencent à quitter le navire et un politicien intègre aurait abdiqué depuis belle lurette pour sauver son honneur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *