Reconnaissance internationale, pas de chance pour la HAT !

Pour la suite de l’histoire, cet affront à la SADC résume le fait que la HAT ne sera jamais reconnue. Bien sûr, pour mettre tous les maux sociaux actuels sur le dos d’autrui, la HAT, une spécialiste en la matière, a envisagé toutes sortes de manipulations de l’opinion publique pour se maintenir au pouvoir et se légitimer. Alors qu’à mesure que le temps passe, la crise devient de plus en plus intenable pour la population.

Mettons les points sur les « i » concernant cette reconnaissance internationale ! Pour une n-ième fois, il n’en est rien et n’en sera rien ! Vous vous demanderiez peut-être pourquoi la HAT aurait-elle effectué ces lobbying si elle ne comptait pas sur la reconnaissance internationale ? Eh bien, la réponse est très simple ! Ce n’étaient que des mises en scène pour manipuler l’opinion publique et rien de plus car si la HAT la voulait vraiment, elle aurait déjà appliqué les Accords de Maputo et j’en passe, depuis belle lurette.

A présent, si cette reconnaissance était capitale pour la HAT, elle aurait tout simplement attendu la SADC pour la signature de la feuille de route de Sandton, ni plus ni moins. D’ailleurs, n’avons-nous pas eu droit à « la reconnaissance n’est plus une priorité », « la reconnaissance est en court », « nous en avons plus besoin » et enfin, la dernière en date, « la reconnaissance n’est qu’une question de temps ». Mensonge ! Rien n’a été fait et la HAT ne semblerait pas être prête pour l’ouverture du pays à l’extérieur car comment pourrait-on prétendre une reconnaissance internationale alors qu’au niveau national, l’on n’est même pas reconnu !

Enfin, la HAT serait encore sur le point de se légitimer toutefois, si toutes les actions allant dans ce sens n’avaient pas été concrétisées en deux ans et demi de pouvoir, qu’est-ce qui vous (foza) garantirait qu’elle y arrivera ? Durant cette période, aucune politique ni stratégie n’a été établie par le pouvoir en place en rappelant que la quête de cette reconnaissance n’est ni un jeu de hasard ni un concours de circonstances.

Pour clore, faute à cette reconnaissance internationale, le pays manque de financements tandis que la caisse de l’Etat se tarit pour des vanités incommensurables telles les élections ou les initiatives « mora » dont les conséquences se réduisent à notre appauvrissement et l’on se demande, jusqu’à quand le peuple pourra-elle tenir cette situation puisque la majorité appelle Rajoelina à quitter le pouvoir ?

3 pensées sur “Reconnaissance internationale, pas de chance pour la HAT !”

  1. Cette attitude de Andry RADOMELINA conforte l’adage malagasy « handroso maty raibe, hihemotra, maty renibe ». Il ne peut plus reculer sans attirer la foudre des faucons féroces qui gravitent autour de lui, et qui le maintiennent …. par sa queue (he!he!He!He, il a peur qu’on la lui coupe)! Et de l’autre côté, s’il avance, il n’y aura aucune garantie pour son avenir, avec toutes les conneries qu’il a faites durant les 3 ans de son règne!
    Alors, il préfère de loin l’adage « après moi, le déluge,… pour ne pas dire la tempête ». mais cela, il s’en fout!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *