Situation socioéconomique intenable, à quand les vraies solutions ?

Le riz à 500 Ar le kilo et l’huile à 2500 Ar le litre parent les forums et les blogs spécialisés sur Madagascar à présent. Bien entendu, les hausses de prix de ces denrées alimentaires observées sur le marché ces derniers temps et relayées par certains médias locaux, ne laissent personne indifférentes. Bien que le pouvoir en place veuille nous faire croire que la situation ira pour le mieux dans un proche avenir après l’accession de Rajoelina à la Tribune des Nations-Unies, les réalités en sont tout autres. Le vécu quotidien des Malgaches importerait peu aux tenants du pouvoir !

Les problèmes sociaux dus généralement à la situation de crise qui prévaut actuellement dans notre pays ne seraient donc pas sur le point de s’estomper car aucune « solution pratique et pérenne » n’est en vue par les tenants du pouvoir, du moins à très court terme.  Pratiquement, il n’y a que les solutions de facilité à la façon « mora » comme alternatives… une manière de dire que « c’est tout ce qu’on pouvait faire » ! Eh oui ! D’autres solutions auraient pu être envisagées mais il semblerait qu’elles ne figurent pas parmi les priorités des tenants du pouvoir. Selon certains points de vue, il nous faudrait d’abord environ 600 parlementaires ou encore maintenir le PM actuel à son poste pour la « vraie » Transition alors que de l’autre côté, tout le monde crève.

Pour 5000 Ar, « certains » iraient à pied jusqu’à Ivato pour accueillir Rajoelina. Du pareil au même pour les produits « mora » mais les foza ne constituent pas le peuple, pardi !? Et confondre le peuple aux foza ne serait rien d’autre qu’une illusion « médiatique » dont la majorité des tenants du pouvoir savent bien manier ! Dans ce cas, ne trouvez-vous pas normal que l’indignation ou la consternation se généralise peu à peu en passant d’un domaine à un autre ? Il y a quelques semaines, les douaniers avaient repris la grève, aujourd’hui le personnel administratif de l’Université d’Antananarivo et dans un mois, il se pourrait que ces mêmes grévistes reprennent leur contestation.

Pour clore, on a l’impression que les dirigeants actuels préféreraient plutôt gérer ces « grèves sporadiques » au lieu de solutionner les problèmes ne serait-ce que pour récupérer les promesses non tenues mais on peut toujours rêver. Bref, les moyens leur manqueraient faute de financements mais à qui la faute ? Serions-nous obligés de subir cette situation à long terme ? Non ! Dans ce dessein, le Gouvernement actuel devrait d’abord démissionner pour l’application de la FDR sinon … adieu les financements !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *