HARCELEMENT, COURRIER DE MADA

COMMUNIQUE-HARCELEMENT COURRIER DE MADA copy

HARO SUR NOS LIBERTES !

POUR PLUS DE LIBERTE D’INFORMATION

Notre devoir statutaire, celui au nom duquel nous luttons quotidiennement avec tous les Démocrates du monde, est de « crier haro sur la bêtise contemporaine » comme le préconisait Baudel, car au cas présent, pour reprendre la formule de Voltaire, « y a-t-il rien de plus tyrannique que d’ôter la liberté de la presse ? ». Nous pouvons aussi citer les formules puisées aux meilleures sources de nos traditions de sagesse.

La dernière « bêtise » en date – pour verser dans la litote – précédée par tant d’autres au préjudice de toutes formes de médias à Madagascar, touche gravement cette fois-ci le quotidien « Le Courrier de Madagascar », pressuré par un pouvoir oppresseur et qui ne trouve que ce moyen pour tenter de mettre au pas une Presse qui ne fait que son devoir d’information. Et pourquoi aussi les interdictions d’émettre de nombre de chaines de radios privées dans de nombreuses Régions de Madagascar ?

Le piétinement des valeurs et des règles, ici comme en d’autres espaces de liberté trop souvent violés depuis ce funeste 17 mars 2009, constitue la manifestation trop systématique d’une politique délibérée qui veut instrumentaliser et museler tous les corps de métier et toutes les institutions de ce pays.

A l’heure des engagements solennels auxquels ont souscrit des hommes et des femmes de ce pays qui se prévalent d’une représentativité populaire, engagements qu’ils ont notamment acté au moyen de leur signature au bas de la Feuille de Route présentée par la communauté internationale, quel sens devraient-ils leur en donner si ce n’est de purger tous les errements préjudiciables à l’exercice plein et entier des libertés individuelles et collectives.

Il faut en effet le marteler et le rappeler sans cesse jusqu’à ce que les actes concrets et visibles interviennent. Oui, « Haro sur les libertés », ce cri à l’aide appelle interventions et actions immédiates de la part de tous les Démocrates et de tous ceux qui ont pour mission de promouvoir et de défendre les libertés à Madagascar et ailleurs.

Cette grande cause n’étant la propriété de personne et chaque citoyen étant concerné, nous la partageons en commun et individuellement, dans quelque position où chacun se trouve, quel que soit son sentiment, quelles que soient ses références idéologiques, pour peu seulement qu’il soit conscient des dangers qui guettent.

Fait à Antananarivo, le 13 Octobre 2011

Fetison Rakoto Andrianirina

Président de l’Association

lire ici : COMMUNIQUE-HARCELEMENT COURRIER DE MADA

2 pensées sur “HARCELEMENT, COURRIER DE MADA”

  1. Fa aiza ihany ity fahafahan’ny fanaovan-gazety ity ê ?! Ny fanampenam-bava natao tamin’ny VIVA ihany anie no nampiova ny toe-draharaha. Atao inona indray ireto mmpanao gazety. Tsy mety miova ny mpitondra gasy. Mampalahelo sy mahonena

  2. combien de MALAGASY lisent VOLTAIRE mais ce qui est sure son compatriote SANTANIER est derriere tout cela car la FRANCE DE SARKO deteste RAVALO tout comme lui n aprecie pas les francafriques tant que SANTANIER et VENDRANA restent au pouvoir n attend pas une amelioration a vous journalistes heureusement les troika sont la car bientot le cauchemar se termine a plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *