Rajoelina nommera-t-il le futur PM pour résoudre cette crise ou pour lui-même ?

Le suspens sur la nomination du futur PM persiste ! Rajoelina nommera-t-il le futur PM pour résoudre cette crise ou pour lui-même ? La position de la Troïka est claire sur la question, le processus recommencera au cas où le PM n’aurait pas l’aval des trois mouvances donc, un retour à la case de départ serait-il prévisible ?

Le pays n’est pas sorti de l’auberge comme on pouvait le croire après la signature de la FDR qui, pour l’instant, constitue l’unique porte de sortie équitable pour tout le monde. Comme on pouvait s’y attendre, les coups tordus et les manœuvres politiques malsaines de la HAT viendront capoter toutes les démarches engagées par les parties prenantes jusqu’à présent. En fait, plusieurs points essentiels demeurent sans « application » en ne citant que le retour du Pdt Ravalomanana au pays « sans conditions ». Sur ce point, l’interprétation de Rajoelina selon laquelle, ce dernier ne pourra retourner au pays qu’après les élections étonne plus d’uns.

En effet, des « interprétations » pareilles éveillent des doutes sur la sincérité des signatures car aucun article de la FDR stipule que le retour du Pdt Ravalomanana ne devrait se faire qu’après les élections. La HAT interpréterait tout à sa guise et cette nomination n’échappe pas à la règle. Cela ne date pas d’aujourd’hui mais l’on se demande s’ils y arriveront comme c’était le cas lors des Accords de Maputo car, cette fois-ci, la Troïka et la SADC sont plus que jamais déterminées à mettre un terme à cette crise.

Par conséquent, en signant la FDR et en nommant un PM proche du pouvoir actuel, Rajoelina espérerait-il encore gagner du temps pour « rallonger » la crise ? Mystère ! Toujours est-il que la nomination qui aurait dû se tenir aujourd’hui n’ait pas eu lieu et aucune raison convaincante sur ce retard n’a été émise.

Enfin, ces retards successifs n’augurent rien de bon pour le peuple. Alors que la nomination du PM de consensus tarde à venir, certains partis politiques parlent déjà de postes ministériels ou encore de « retenues politiques » au cas où leurs candidats ne seraient pas maintenus. En vue de se porter candidats aux prochaines élections, certains « Premiers ministrables » viennent de faire passer leurs « poulains » à leur place en manoeuvrant l’opinion sur leur neutralité bien que leurs appartenances politiques ne soient plus à démontrer. À quoi ces remues ménages politiques riment-ils ? Eh bien, certaines personnalités proches du pouvoir espèrent conquérir la Primature malgré les « avertissements » de la Troïka. Les surprises seront au rendez-vous et l’on risquerait de revenir à la case « départ » !

1 pensée sur “Rajoelina nommera-t-il le futur PM pour résoudre cette crise ou pour lui-même ?”

  1. Bonjour .
    Un peu d ‘ optimisme dans cette morosité est de mise .
    Cependant , comme je l ‘ avais préconisé, ce n ‘est ni la signature de cette feuille de route pas plus que la nomination d ‘ un PM ( sur qui repose toutes les caractéristiques que son électeur n ‘ a pas ) qui va à lui tout seul sortir le Pays d ‘ une crise que toute une équipe de prédateurs a mis : une triennale , à implanter , avec les passifs engendrés dans tous les domaines , en un tour de baguette magique .
    A moins qu ‘il y en ait qui crient encore au Père Noel , pas forcément Sovietique , sans faire une crise de sinistrose aiguë ,et en restant optimiste , ce ne sera pas cette nomination plus que la signature qui vont faire avancer les choses , à part peut etre celle d ‘ aller vers des élections , mais tant que le problème de l ‘ article 20 de cette feuille de route ne sera pas réglé , ce sera l ‘ incertitude, avec en prime le retour de l ‘ émissaire Sud Af de Paris et de son entretien avec Raincourt .Merci à vous .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *