Aucun partage du pouvoir, tout le monde est à bout de souffle !

Malgré les concessions faites par l’opposition et tout particulièrement par celles de la mouvance Ravalomanana, le processus de sortie de crise venait encore une fois d’être ébranlé par la HAT de Rajoelina qui maintient sa position « extrême ». L’on ne voit pas trop pourquoi les sept sièges ministériels demandés par la mouvance Ravalomanana auraient provoqué le retard de la mise en place du nouveau Gouvernement… si ce n’est que pour une nième signature, l’unilatéralisme de Rajoelina vient encore de dicter ses règles.

Le nouveau PM se trouve entre le marteau et l’enclume car les pressions sont partout, tant de la part de l’opposition que de la CI. Quant aux tenants du pouvoir actuel, ils font la sourde oreille et ne veulent rien entendre. Ils considèrent que ce pouvoir leur est acquis alors que le nouveau Gouvernement qui verra le jour d’ici peu devrait refléter un partage équitable du pouvoir, condition sine qua non pour un retour à l’ordre constitutionnel.

En partant des accords de Maputo jusqu’à la signature de la dernière FDR, le partage du pouvoir soulevé par les termes « consensualité » et « inclusivité » n’est pas encore matérialisé à cause de l’unilatéralisme de Rajoelina. En d’autres termes, concernant la mise en place du nouveau Gouvernement, les concessions de l’opposition, en générale, et de la mouvance Ravalomanana, en particulier, n’ont pas été tout simplement entendues et considérées d’où le retard de la naissance du Gouvernement.

Officiellement, les principales raisons de ce retard demeurent floues mais, officieusement, la liste proposée par le PM n’aurait pas été avalisée Rajoelina. Pour le moment, l’on ne connaît pas la répartition exacte des sièges cependant, la mouvance Ravalomanana n’aurait eu que cinq sièges sur sept « sollicités ». Eh bien, pour un équilibre du pouvoir, on est donc loin du compte !

Alors que l’opposition préconise un report, le camp d’en face voudrait précipiter la formation du nouveau Gouvernement. Si les tenants du pouvoir persistaient à mettre en place ce Gouvernement de la discorde, cela signifierait que la crise perdurera encore pour un certain bout de temps. Conscients des conséquences de ce rallongement de la crise, certaines entités politiques et apolitiques sont montées au créneau en menaçant de créer un Gouvernement de techniciens ou encore de descendre dans la rue. Enfin, la descente dans la rue constituerait-elle donc l’unique moyen pour mettre un terme à l’unilatéralisme de Rajoelina ? Tout le monde est à bout de souffle !

1 pensée sur “Aucun partage du pouvoir, tout le monde est à bout de souffle !”

  1. Pour chaque jour qui passe, soyons aux aguets: il paraît que le blind dont l’une des devises est sans faute « diviser pour régner » programme arriver ce Jeudi 24!

    Juste pour rappel: et dire qu’un jour le Hery Raharisaina le cool mpamadika palitao est arrivé jusqu’à huer « oé oé » il était une fois au Magro…

    L’on se pose de tas de questions,
    cependant nous n’attendons que TOP tout en espérant une minutieuse et bonne organisation dia las’izao.

    Personnellement, au fond de nous-même nous ne souhaitons pas pour le moins du monde composer avec les FILOUS, mais il faut voir aussi le côté SOLIDARITE dans un rodobe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *