Pour un climat d’apaisement certain

Le pouvoir parle incessamment d’apaisement mais on est loin du compte. Tous les prétextes possibles ont déjà été vus et entendus de la part des tenants du pouvoir cependant, rien n’a changé. Rien n’a été fait non plus et pour cause, l’unilatéralisme que veuille nous imposer la HAT constitue un facteur de blocage pour l’application de la FDR et par extension, la sortie de crise.

En essayant de préserver son unilatéralisme, la HAT risquerait de retarder l’application la FDR et donc de compromettre l’apaisement politique alors que la situation socioéconomique actuelle est déjà intenable pour tout le monde. À entendre les « enchères et guéguerres politiques » qui parfois ressembleraient à des « mises en scènes » pour des sièges à pourvoir, on aurait tout simplement dit à ces politicards que déjà, ils n’ont pas été élus donc ils feraient mieux de ne pas se constituer en obstacle pour l’application de la FDR. En guise d’exemple, la scission de l’Escopol aurait fait que l’autre « partie » vienne de proposer 15 candidats ministrables ce qui, en tout, fera augmenter l’effectif des ministrables émanant de cette entité politique.

Certainement, ce « gonflement » d’effectif, si on pouvait le qualifier ainsi, aura des impacts sur le choix des nouveaux Ministres que ce soit en termes de délai ou en termes de répartition des sièges. De connivences politiques avec Rajoelina, ces attitudes destructrices n’étonnent personne dans la mesure où elles retarderaient tout un processus et ne garantissent en rien un climat d’apaisement vu les « positions » de chacune de ces entités politiques.

Face à cela, de nombreuses entités apolitiques ont déjà tiré la sonnette d’alarme pour que ces pratiques soient bannies des politiques mais sont-elles entendues pour autant ? En ce sens, les tenants du pouvoir devraient respecter leurs engagements selon la FDR, ce qui est loin d’être le cas en ce moment. À peine les consultations ont-elles débuté et voilà que certains partis politiques prônent déjà l’équilibre régional en défaveur d’une clé de répartition. En d’autres termes, si cela se concrétisait, certaines mouvances ou certains partis politiques seraient définitivement écartés du processus et la crise se prolongera, non ?

Dans tous les cas, l’on peut dire que le processus actuel est fragile puisque les tenants du pouvoir ne sembleraient pas être prêts à faire de concessions. Si la FDR leur tenait à cœur, la libération des détenus politiques et le retour des exilés constitueraient déjà un premier pas vers un apaisement certain.

2 pensées sur “Pour un climat d’apaisement certain”

  1. Le mot paix n’est pas dans le vocabulaire du DJ car il n’y a ni climat d’apaisement ni paix tout court au sein de la société Malgache.Par contre, le terme paie est un vocable familier pour lui à cause des revenus du trafic des bois de rose et les dividendes venant de reny malala.En tant que lapin sauvage, il pait comme un mouton de P…

  2. Ils ont fait pacte avec diable que mouvement orange rime avec « sans état d’âme » pour ceux qui prononcent une couleur différente, à plus forte raison l’opposé qui ne sont que celles apaisantes: verte et/ou bleu

    Autisme est leur mot d’ordre, subversivité jusqu’au boutisme…

    ps: le prix du kg de riz a augmenté de presque 500fmg en l’espace d’une semaine!
    Et les victimes encore et toujours: le sarababem-bahoaka de plus en plus cuits (la chaleur aidant) si la coopérative de transport rural décide de faire la part de leur chose

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *