Talking Points for the Meeting on 24th – 25th July in Seychelles

PRM

The extraordinary SADC summit inLuandaon 1 June 2012 concluded that the transition has reached a stalemate and that a bilateral meeting between H.E. President Marc Ravalomanana and the President of the Transition, H.E. Andry Rajoelina is urgently required. Our country’s general interest will be promoted by addressing the following points:

The Amended Roadmap must be implemented:

The Roadmap has become the only framework for a transition that is supported by the majority of political movements inMadagascaras well as by the international community. We have said that the Roadmap is not perfect and we trust that in future improvements will be made to some of the critical elements. We have objected several times to the manner in which the Roadmap has been implemented. A dispute about it was referred to SADC on 22 November 2011. (In summary the dispute concentrated on the procedure followed to establish the executive Government and the composition of the Executive. We demonstrated that the transitional President disregarded the Prime Minister’s powers and authority and that a foreign government also interfered in the process. We explained the detrimental implications of these violations of the Roadmap for the transition in general). We are also very critical of the fact that some aspects of the Roadmap have not been implemented or are violated (such as the principles of power-sharing, inclusivity, proportionality, etc).

Implementation of a legitimate Roadmap in full compliance with its letter and spirit is the key to a successful transition. While the Roadmap is treated by the transitional authority as a frustrating obstacle for its unilateral rule, we insist that the transition or state institutions will not enjoy legitimacy while consensus agreements about the transition are circumvented or ignored.

We note that this is not only the view of the Mouvance Ravalomanana but that of the international community and especially the African community also. Due to a lack of progress with the Roadmap they refuse to liftMadagascar’s suspension from the AU and SADC and to terminate the sanctions that are applied.

A key to unlocking the current stalemate is my return without any conditions to Madagascar. The condition in the original Roadmap that the political and security conditions must improve to the point that it will be conducive for my return, was amended by SADC in Sandton on 11-12 June 2011 towards an ‘unconditional return’ (see the Communiqué par. 16). It means that factors such as amnesty, the warrant for my arrest, court judgements against me or security considerations cannot be used against my return. Therefore, closing Malagasy airports on January 21, 2012 to prevent me from arriving in the country is clear evidence of the personal vendetta against me. The transitional authority is expected to remove all the obstacles they have created for my return (see amended Article 20 of the Roadmap).

  1. Leadership role of SADC Organ troika:

Madagascaris a member of SADC and therefore accepted that the Organ has a role to play in times of crisis. Since 2009 SADC has taken the lead in crafting a peace process and transition based on the Roadmap. The Mouvance Ravalomanana accepts that only the SADC Organ troika can mediate the transition process. The regional organisation informs the African Union’s Peace and Security Council of the developments.

Transitional election:

We should not expect that an election inMadagascarwill solve our country’s political problems. We first need a negotiated political agreement about our future. An election will then be able to legitimise the agreement and provide a publicly-endorsed foundation for its implementation.

 

The Mouvance Ravalomanana supports the objective to hold an election at the end of the transition. Our support is based on the belief that the election must comply with the African Charter on Democracy, Elections and Governance (2007) and the SADC Principles and Guidelines Governing Democratic Elections (2004). An election can be held only after full implementation of the transitional framework. We also insist that the electoral commission (CENIT) must be independent and have the capacity to manage the election, and that the electorate must be prepared for the elections in the form of countrywide voter education programmes. It is very important that special arrangements be made to deal with electoral disputes and to prevent electoral violence. It is therefore imperative on all the participants to commit themselves to accept the election results and that the military must be confined to their barracks during the election period.

 All the political actors inMadagascarshould commit themselves to the authority of an election. It means that the voters will decide and have the final say. Politicians should not try to make arrangements among themselves.

 

No restrictions should be placed on the right of any Malagasy citizen who has a constitutional right to participation to do so. Any attempt to disqualify a candidate for political reasons should be rejected. Leaders derive their legitimacy from elections and therefore all leaders must accept the authority of the voters. We have to restore constitutionality in Madagascar and therefore any deviation from the universal application of the Constitution to all citizens should be prevented. For the sake of the transition’s legitimacy and general acceptance of the election, we call on all political leaders to participate in the elections.

 Security arrangements:

We have to distinguish between immediate and long-term security arrangements necessary to stabilise the current situation and to create an environment in which an election can be conducted.

The first immediate requirement is that the neutrality of the military must be established. They should withdraw from any political involvement in the transition.

The second immediate requirement is that all the militia in the country must be disarmed and demobilised. They created a very high risk for security in the country and it must be removed as a matter of priority. Agreement must be reached how the Government can remove this security risk.

Thirdly, in accordance with the stated objective that human rights must be established as a prerequisite for a successful election, the personal security of all political participants must be secured. It is a matter that requires a negotiated agreement, including how its implementation will be enforced.

 

TRADUCTION LIBRE

 

Points de discussion pour la réunion, le 24 – 25 juillet aux Seychelles
Le sommet extraordinaire de la SADC à Luanda le 1er Juin 2012 a conclu que la transition a abouti à une impasse et que d’une réunion bilatérale entre SE Le Président Marc Ravalomanana et le Président de la transition, il Andry Rajoelina est requise d’urgence. Intérêt général de notre pays sera encouragée en abordant les points suivants:

1. La feuille de route doit être modifié en œuvre:
La Feuille de route est devenue le seul cadre pour une transition qui est soutenu par la majorité des mouvements politiques à Madagascar ainsi que par la communauté internationale. Nous avons dit que la Feuille de route n’est pas parfait et nous espérons que dans les améliorations futures seront apportées à certains des éléments essentiels. Nous avons à plusieurs reprises opposé à la manière dont la feuille de route a été mis en œuvre. Un différend quant à elle a été renvoyée à la SADC le 22 Novembre 2011. (En résumé, le litige porté sur la procédure suivie pour établir le pouvoir exécutif et la composition de l’exécutif. Nous avons démontré que le Président de transition ignoré des pouvoirs du Premier ministre et l’autorité et qu’un gouvernement étranger a également interféré dans le processus. Nous avons expliqué la nuit implications de ces violations de la Feuille de route pour la transition en général). Nous sommes également très critique du fait que certains aspects de la Feuille de route n’ont pas été mises en œuvre ou sont violés (tels que les principes de partage du pouvoir, l’inclusivité, de proportionnalité, etc.)
La mise en œuvre d’une feuille de route légitime dans le plein respect de sa lettre et l’esprit est la clé d’une transition réussie. Alors que la Feuille de route est traitée par l’autorité de transition, comme un obstacle frustrant pour sa domination unilatérale, nous insistons pour que les institutions de la transition ou de l’État ne bénéficient pas de la légitimité tandis que les accords de consensus au sujet de la transition sont contournées ou ignorées.
Nous notons que ce n’est pas seulement le point de vue de la Mouvance Ravalomanana, mais celle de la communauté internationale et en particulier de la communauté africaine aussi. En raison d’un manque de progrès avec la Feuille de route, ils refusent de lever la suspension de Madagascar de l’UA et la SADC et de mettre fin aux sanctions qui sont appliquées.
Une clé pour débloquer l’impasse actuelle est mon retour sans conditions à Madagascar. La condition de la Feuille de route d’origine que les conditions politiques et de sécurité doit s’améliorer au point qu’il sera propice à mon retour, a été modifiée par la SADC à Sandton, les 11-12 Juin 2011, à un «retour inconditionnel» (voir le Communiqué nominale. 16). Cela signifie que des facteurs tels que l’amnistie, le mandat d’arrêt contre moi, les jugements des tribunaux contre moi ou des considérations de sécurité ne peut pas être utilisé contre mon retour. Par conséquent, la fermeture des aéroports malgaches le 21 Janvier 2012 à m’empêcher d’arriver dans le pays est une preuve claire de la vendetta personnelle contre moi. L’autorité de transition devrait éliminer tous les obstacles qu’ils ont créés pour mon retour (voir l’article 20 de la modifiée Feuille de route).
2. Rôle de leadership de la Troïka de l’Organe de la SADC:
Madagascar est membre de la SADC et a donc accepté que l’Organe a un rôle à jouer en temps de crise. Depuis 2009 la SADC a pris les devants dans l’élaboration d’un processus de paix et de transition sur la base de la Feuille de route. La Mouvance Ravalomanana accepte que seule la Troïka de l’Organe de la SADC peut servir de médiateur du processus de transition. L’organisation régionale informe la paix de l’Union africaine et le Conseil de sécurité des développements.

3. Élection de transition:

Nous ne devrions pas s’attendre à ce que les élections à Madagascar permettra de résoudre les problèmes politiques de notre pays. Nous avons d’abord besoin d’un accord politique négocié au sujet de notre avenir. Une élection sera alors en mesure de légitimer l’accord et de fournir une fondation publique-approuvé pour sa mise en œuvre.

La Mouvance Ravalomanana soutient l’objectif de tenir une élection à la fin de la transition. Notre appui est fondé sur la conviction que l’élection doit se conformer à la Charte africaine sur la démocratie, des élections et la gouvernance (2007) et les Principes et lignes directrices de la SADC régissant les élections démocratiques (2004). Une élection peut avoir lieu qu’après la mise en œuvre complète du cadre de transition. Nous insistons également pour que la commission électorale (CENIT) doit être indépendant et avoir la capacité de gérer l’élection, et que l’électorat doit être préparée pour les élections sous la forme de programmes d’éducation des électeurs échelle du pays. Il est très important que les arrangements particuliers soient déployés pour régler les différends électoraux et à prévenir la violence électorale. Il est donc impératif à tous les participants à s’engager à accepter les résultats des élections et que les militaires doivent être consignées dans leurs casernes pendant la période électorale.

Tous les acteurs politiques à Madagascar devraient s’engager à l’autorité d’une élection. Cela signifie que les électeurs vont décider et avoir le dernier mot. Les politiciens ne devraient pas essayer de faire des arrangements entre eux.

Aucune restriction ne devrait être mis sur le droit de tout citoyen malgache qui a un droit constitutionnel à la participation de le faire. Toute tentative visant à disqualifier un candidat pour des raisons politiques doit être rejetée. Les dirigeants tirent leur légitimité des élections et, par conséquent tous les dirigeants doivent accepter l’autorité des électeurs. Nous devons restaurer la constitutionnalité à Madagascar et par conséquent, tout écart par rapport à l’application universelle de la Constitution à tous les citoyens doivent être évités. Pour des raisons de légitimité de la transition et l’acceptation générale de l’élection, nous appelons tous les dirigeants politiques de participer aux élections.

4. Arrangements de sécurité:

Nous devons faire la distinction entre les mesures de sécurité immédiates et à long terme nécessaires pour stabiliser la situation actuelle et de créer un environnement dans lequel une élection peut être effectuée.

La première exigence immédiate est que la neutralité de l’armée doit être établi. Ils devraient se retirer de toute participation politique dans la transition.

La deuxième exigence immédiate est que toutes les milices dans le pays doivent être désarmés et démobilisés. Ils ont créé un risque très élevé pour la sécurité dans le pays et elle doit être enlevée comme une question de priorité. Un accord doit intervenir la façon dont le gouvernement peut supprimer ce risque pour la sécurité.

Troisièmement, conformément à l’objectif déclaré que les droits de l’homme doit être établie comme une condition préalable à une élection réussie, la sécurité personnelle de tous les acteurs politiques doivent être sécurisées. C’est une question qui nécessite un accord négocié, y compris la façon dont sa mise en œuvre sera exécutée.

2 pensées sur “Talking Points for the Meeting on 24th – 25th July in Seychelles”

  1. Les deux principaux films à Madagascar sont en ce moment :le gendarme de St Tropez devenu General à Madagascar,et la folie des grandeurs : le plus haut dirigeant du pays prend tout le reste pour des laquais .
    C’est à mourir de rire ,alors regardez nous mourir .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *