Eliane NAIKA 2012-08-31 19:51:00

Le retour du Président Ravalomanana : La SADC intraitable

Comme il fallait s’y attendre, le texte plus détaillé afférent aux résolutions des chefs d’Etat de la SADC,  lors du dernier Sommet de Maputo,  sur le dossier de Madagascar est porté à la connaissance du public (voir mydago.com). Les deux principaux protagonistes de la crise malgache, Andry Nirina Rajelina et le Président Marc Ravalomanana, avaient déjà annoncé, chacun de leur côté, l’existence de ce document dès leur retour de ce Sommet.
A bien lire ce document, la SADC semble vouloir marteler sa détermination à rendre effectif le retour au pays du Président Ravalomanana. En effet, les Chefs d’Etat ont invité le pouvoir de la transition à la mise en œuvre de la feuille de route dans son intégralité et à l’application stricto sensu de son article 20. Il est stipulé clairement dans le point V dudit document que le Sommet « a appelé la Haute autorité de la Transition (HAT) à créer immédiatement les mécanismes requis pour l’application de la loi d’amnistie, et ce au profit de Son Excellence Marc Ravalomanana et de son cas spécifique, cette mesure devant ainsi assurer la mise en œuvre intégrale de l’article 20. »

Il ne s’agit pas là d’ingérence, comme d’aucuns le laissent croire au peuple malgache. La SADC ne demande que plus d’honnêteté aux malgaches, à tous ceux qui ont bien voulu signer de leur gré la feuille de route. Que reste-t-il de la politique si ses acteurs ne sont même pas capables d’honorer leurs signatures ?
Toutefois, Le Président Marc Ravalomanana n’a aucunement besoin de cette amnistie pour renter au pays et se présenter à la prochaine présidentielle. L’application de l’article 30 suffisait pour  l’épargner de cet instrument juridique. Si Andry Rajoelina et sa clique tenaient à mettre en application cet article, toutes les décisions prises, antérieurement à la signature de la feuille de route, devraient être effacées. Parmi ces décisions figure le procès illégal du Président Ravalomanana. Illégal, car la Haute Cour de Justice, seule juridiction ayant compétence pour le juger n’a jamais vu le jour.
Quant au NI NI,  la SADC ne s’est pas prononcée sur l’éventualité d’un tel schéma. Elle s’est contentée de dire que le sommet a procédé  à son examen suite « aux vues exprimées par la vaste majorité des parties malgaches (ndlr : quelle vaste majorité ?!) qui soutiennent que la candidature éventuelle de  Andry Rajoelina et S.E. Marc Ravalomanana aux élections à venir serait de nature à accroître l’instabilité politique et, ainsi, à peser sur la sécurité, la paix et la stabilité dans la région. » Aucune décision sur la candidature ou pas du Président Ravalomanana n’a été prise pendant ce sommet.
Les chefs d’Etat semblent avoir compris que le fait d’imposer leur volonté sur un sujet de cet ordre à un pays souverain comme Madagascar, est contraire aux règles du jeu démocratique et équivaut tout simplement à une ingérence. C’est pour les mêmes raisons, d’ailleurs, que le Quai d’Orsay s’est interdit de donner un avis sur ce problème en affirmant expressément que c’est aux malgaches d’en décider.
Il est clair maintenant que la SADC maintient sa position sur le cas du Président Ravalomanana. Elle réitère son appel à la levée de toutes les entraves tendant à bloquer son retour au pays de façon à lui permettre de jouir pleinement de tous ses droits y compris sa possibilité de se présenter à la prochaine présidentielle.
                                                                                                                                 NAIKA Eliane

Le retour du Président Ravalomanana : La SADC intraitable
Comme il fallait s’y attendre, le texte plus détaillé afférent aux résolutions des chefs d’Etat de la SADC,  lors du dernier Sommet de Maputo,  sur le dossier de Madagascar est porté à la connaissance du public (voir mydago.com). Les deux principaux protagonistes de la crise malgache, Andry Nirina Rajelina et le Président Marc Ravalomanana, avaient déjà annoncé, chacun de leur côté, l’existence de ce document dès leur retour de ce Sommet.
A bien lire ce document, la SADC semble vouloir marteler sa détermination à rendre effectif le retour au pays du Président Ravalomanana. En effet, les Chefs d’Etat ont invité le pouvoir de la transition à la mise en œuvre de la feuille de route dans son intégralité et à l’application stricto sensu de son article 20. Il est stipulé clairement dans le point V dudit document que le Sommet « a appelé la Haute autorité de la Transition (HAT) à créer immédiatement les mécanismes requis pour l’application de la loi d’amnistie, et ce au profit de Son Excellence Marc Ravalomanana et de son cas spécifique, cette mesure devant ainsi assurer la mise en œuvre intégrale de l’article 20. »
Il ne s’agit pas là d’ingérence, comme d’aucuns le laissent croire au peuple malgache. La SADC ne demande que plus d’honnêteté aux malgaches, à tous ceux qui ont bien voulu signer de leur gré la feuille de route. Que reste-t-il de la politique si ses acteurs ne sont même pas capables d’honorer leurs signatures ?
Toutefois, Le Président Marc Ravalomanana n’a aucunement besoin de cette amnistie pour renter au pays et se présenter à la prochaine présidentielle. L’application de l’article 30 suffisait pour  l’épargner de cet instrument juridique. Si Andry Rajoelina et sa clique tenaient à mettre en application cet article, toutes les décisions prises, antérieurement à la signature de la feuille de route, devraient être effacées. Parmi ces décisions figure le procès illégal du Président Ravalomanana. Illégal, car la Haute Cour de Justice, seule juridiction ayant compétence pour le juger n’a jamais vu le jour.
Quant au NI NI,  la SADC ne s’est pas prononcée sur l’éventualité d’un tel schéma. Elle s’est contentée de dire que le sommet a procédé  à son examen suite « aux vues exprimées par la vaste majorité des parties malgaches (ndlr : quelle vaste majorité ?!) qui soutiennent que la candidature éventuelle de  Andry Rajoelina et S.E. Marc Ravalomanana aux élections à venir serait de nature à accroître l’instabilité politique et, ainsi, à peser sur la sécurité, la paix et la stabilité dans la région. » Aucune décision sur la candidature ou pas du Président Ravalomanana n’a été prise pendant ce sommet.
Les chefs d’Etat semblent avoir compris que le fait d’imposer leur volonté sur un sujet de cet ordre à un pays souverain comme Madagascar, est contraire aux règles du jeu démocratique et équivaut tout simplement à une ingérence. C’est pour les mêmes raisons, d’ailleurs, que le Quai d’Orsay s’est interdit de donner un avis sur ce problème en affirmant expressément que c’est aux malgaches d’en décider.
Il est clair maintenant que la SADC maintient sa position sur le cas du Président Ravalomanana. Elle réitère son appel à la levée de toutes les entraves tendant à bloquer son retour au pays de façon à lui permettre de jouir pleinement de tous ses droits y compris sa possibilité de se présenter à la prochaine présidentielle.
                                                                                                                                 NAIKA Eliane

13 pensées sur “Eliane NAIKA 2012-08-31 19:51:00”

  1. Mankasitraka anao Ramatoa NAIKA ! Tohizo ny tolona ary ampafahataro an’ireo izay mbola misalasala sy mihinia tsy mahita, fa tokana ny lalana hatongavana any amin’izany fandriampahalemana sy demôkrasia izany, dia tsy inona akory fa ny Fiverenan’ny Filoha Ravalomanana eto an-tanindrazana !

  2. Ary inona ry Solo ilay nodradradradrain’i Minisitry ny FATy hoe « amnistie haingana dia haingana »
    t@ vaovao omaly?

    De ahoana koa hoy ilay Lanto-BePanda mpanentana ny Vehivavy Gasy Vendrana??

  3. misaotra nareo rehetra ny tenako @fanaovanareo ny marina @ firenena ravalo no tia firenena fa ny dj dia mameno paosy tohizo ny tolona fa andriamanitra tsy manary toki tsy maintsy mandresy ny presinde ravalo

  4. Merci à vous Mme NAIKA, Madagasikara a besoin de gens intègres et patriotes comme vous et le Président Ravalomanana. Encore merci.

  5. Merci à vous, pour cette clarté et la cohérence avec ce que Ra8 a dit. On aimerait que tout M/car soit au courant de ce qui est évoqué pour apaiser, rassurer le peuple et lui donner espoir, le motiver à combattre les démons FOZA.
    Parce qu’on constate que de nombreuses informations nulles embrouillent tout le monde actuellement, si bien qu’on est tenté de baisser les bras.

  6. Merci à nous tous d’avoir soutenu jusqu’à la fin Notre Cher Président Marc Ravalomanana et surtout à ceux n’ont pas été affaiblis meme s’ils ont été emprisonnés où harceler et l’une de ces pro-Ravalomanana c’était vous Mme Naika Eliane, honte à ceux qui ont choisi le camp de Rajoelina, espérons qu’ils vont se repentir de leurs fautes. Tandis que pour nous ceux qui continuerons la lutte jusqu’à la fin, soyons tous fermes et courageux car nous savons que la fin de ces putschistes est proche

  7. Merci pour votre fidélité à ra8. Nous en sommes fier. Enga anie mba ho betsaka ny pitolona toa anao. Que le seigneur vous bénisse Madame Naika.

  8. Oui …D’accord
    Mais Quand rentre t il …??
    Et Surtout Comment …??
    C’est cela que l’on voudrait savoir
    LA SADC va t elle imposer son retour à Rajoelina …Oui ou NOn … ??
    ou continuer à tergiverser

  9. On Rappelle que le Président Ravalomanana doit rentrer ce mois ci …
    sous peine d’etre disqualifié aux prochaines elections Présidentielles de Mai 2013
    Alors Concrétement …??.
    Comment fait on ??

  10. forumiste kotovelo an: Fantôme politique ve
    no namoaka ilay resaka hoe: « la révolution orange a besoin de sacrifices humains »???

    Tadidiko tsara ilay vidéo hitanay ora vitsy tao aorianan’ny samedi rouge ==> nahitàna anti-dahy + R. Ratsiraka makaon-doha manaonao hoe: ‘ataontsika hoe zao sy zary ny antony’ …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *