NY FANAPAHAN-KEVITRA POLITIKA NO AMPIHARIN’NY MIARAMILA

Mandalo kihondalana lehibe ny firenentsika hoy ny CT Patrice avy Mahajanga teny amin’ny Magro Behoririka androany. Delegasiona maro izy ireo no tonga teto Antananarivo ary nanainga androany ihany.   Niharan’ny herisetra izahay tany an-toerana hoy izy, ary mbola mijoro hatrany. Namafisin’ny CT Patrice fa tsy miova amin’ny teniny ny vahoaka any Mahajanga dia ny hoe avereno ny filoha Ravalomanana. Izahay hoy izy tsy manana olona afa tsy i Dada ihany. Andriamatoa Sadros kosa dia nanambara fa mazava izao fa fanonganam-panjakana no nisy teto. Niditra kianja ny miaramila hoy izy ary manao politika. Rehefa tafiditra ambony kianja ianareo dia avelao ny basy. Ny filohan’ny fikambanan’ny ben’ny tanana eto Madagasikara Ralaiseheno Guy Maxime dia nilaza fa miaramilan-dRajoelina ireny niaraka aminy ireny.Mazava tsara hoy izy ny nataon’izy telo lahy niaraka aminy any tamin’ny filoha Ravalomanana niala. Matahotra ny marina hiseho ireo ka izay no antony hiantsoana azy ireo. Famadihana tanteraka ny zavanisy tamin’ny 2009. Ny zavatra nitranga hoy Guy Maxime dia tsotra, efa mazava ny fotokoveitry ny Sadc sy ny ONU fa mody Ravalomanana. Nantsoina ireo Rajoelina sy ireo manmboninahitra nandeha any hoy izy. Manomboka androany dia tapitra hatreo ny miaramila manao politika. Namafisin’ity mpanao politika ity, fa tsy afa miala amin’ny tondrozotra ny fikambanana iraisam-pirenena. Nampatsiahiviny ihany koa fa tsy maintsy fanapahan-kevitra politika no ampiharin’ny miaramila ary izay no fotokevitra hijoroan’ny tany tan-dalàna.

11 pensées sur “NY FANAPAHAN-KEVITRA POLITIKA NO AMPIHARIN’NY MIARAMILA”

  1. donneur de leçon de la sadc;ils tirent sur les mineurs;qui s’assemblent se ressemblent;dia ahoana zoma mifankahita et ça se passe aujourd’hui
    Marikana : Plusieurs mineurs touchés lors d’un assaut de la police sud-africaine
    JOHANNESBURG (© 2012 AFP) – Plusieurs mineurs gisaient au sol jeudi à la mine de Marikana (nord-ouest de l’Afrique du Sud) après un échange de tirs entre policiers et grévistes, sans qu’il soit possible de savoir immédiatement s’ils étaient blessés ou morts, a constaté un photographe de l’AFP sur place.
    Jeudi 16 août 2012 | 18:21 UTC
    Commentaires

    Imprimer
    Envoyer

    Ampliar Foto
    Marikana : Plusieurs mineurs touchés lors d’un assaut de la police sud-africaine

    © AFP. Des policiers se tiennent debout devant des mineurs touchés par des tirs ouverts contre les grévistes, le 16 août 2012 à MArikana, en Afrique du Sud

    Selon l’agence de presse sud-africaine Sapa, 18 corps étaient allongés.

    « J’ai compté cinq corps », a indiqué pour sa part un reporter de la télévision privée eNews. « Ils avaient l’air mort, du sang coulait de leur visage et de leur corps ».

    Le porte-parole de la police Lindela Mashego s’est refusé à confirmer ou infirmer: « On ne peut rien dire avant de savoir précisément sur place ce qui s’est passé », a-t-il déclaré à l’AFP.

    La police a tiré des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc pour tenter de disperser les mineurs en grève de la mine de platine de Marikana. Selon plusieurs témoignages, des mineurs ont répliqué avec des armes à feu.

    Ces incidents surviennent après des violences qui ont fait dix morts depuis dimanche

    Le porte-parole du syndicat des mineurs Lesiba Seshoka a déclaré à eNews que le président de l’AMCU, le petit syndicat qui avait appelé à la grève, avait tenté de persuader les mineurs de reprendre le travail, en vain.

    « Il lui ont dit qu’ils étaient prêts à mourir (…) qu’ils n’avaient pas l’intention de bouger, qu’ils allaient appeler leurs enfants à les rejoindre » sur la colline où ils étaient regroupés depuis lundi.

    Des incidents avaient commencé vendredi 10 août à la mine, exploitée par Lonmin, lorsque des centaines de mineurs de fond ont lancé une grève sauvage. Certains, encouragés par le petit syndicat AMCU, réclamaient 12.500 rands par mois (1.250 euros), soit plus qu’un triplement de leur salaire actuel.

    Des affrontements ont alors éclaté entre partisans de la NUM et ceux de l’AMCU, née d’une dissidence de la NUM. Dix personnes ont été tuées.

    Jeudi matin, plusieurs centaines d’hommes armés de gourdins, de barres de fer et de machettes s’étaient de nouveau regroupés à l’extérieur de la mine. Des négociations entamées la veille avec les forces de l’ordre et les responsables de la mine n’avaient rien donné.

    Les mineurs, qui vivent dans des taudis accolés à la mine, sans eau courante, touchent environ 4.000 rands par mois (400 euros). Ils demandaient de très importantes augmentations de salaire, jusqu’à 1250 euros par mois.

    « Nous sommes exploités, ni le gouvernement ni les syndicats ne sont venus à notre aide », avait déclaré l’un d’eux mercredi, Thuso Masakeng, « les sociétés minières font de l’argent grâce à notre travail et on ne nous paye presque rien. Nous ne pouvons pas nous offrir une vie décente. Nous vivons comme des animaux à cause des salaires de misère ».

    Commentaires

  2. 400 EUROS à Mada, je ne m’en plaindrais pas.Il ne faut pas oublier pas non plus le Black Monday du 26 Janvier 2009 pendant lequel des innocents ont été bloqués et morts brulés dans des enseignes incendiés volontairement.Ce n’est certainement pas le paradis en Afrique du Sud mais chez nous on pourrait l’appeler l’enfer.Heureusement que ça ne durera pas longtemps.

  3. « La diaspora africaine soutient Marc Ravalomanana »

    La diaspora africaine soutient Marc Ravalomanana

    Une manifestation unitaire des militants panafricains a eu lieu le samedi 11 août 2012, à la place de La Bastille à Paris

    Les revendications sont multiples notamment la libération du président Laurent Gbagbo mais aussi le retour au pays du Président, en exil, de la République malagasy Marc Ravalomanana.

    Entre autres initiatives ils ont introduit une action en justice auprès du Tribunal de Grande Instance de Paris contre l’OIF et son Secrétaire général Monsieur Abdou Diouf à propos de la tenue du 13ème sommet de la Francophonie en octobre prochain à Kinshasa, en RDC. L’audience aura lieu ce jeudi 16 août au Palais de Justice de Paris.

    Dans le cadre de leur lutte pour le retour à la légalité, le message des Patriotes Malgaches peut se résumer ainsi:

    – rassurer le président de la République et nos compatriotes en lutte au pays de notre détermination dans la mise en œuvre d’une stratégie de communication visant à informer les opinions mondiales des réalités des combats menés sur place et des sacrifices endurés par la population, souvent malmenés par les « médiamensonges » à la solde des oligarchies.

    – contribuer à la prise de conscience, à la renaissance de la dignité du peuple malagasy retrouvée grâce à l’utilisation à bon escient de la haute technologie moderne de communication (diffusions par internet,…)

    – se solidariser avec la diaspora africaine afin de combattre les injustices et « l’esclavage mental » de la Françafrique et de ses alliés.

    – être en adéquation et en synergie totale avec la vision d’un continent-mère uni, fort, libre et indépendant.

    Malgaches Patriotes de France
    ______________
    http://www.tananews.com/2012/08/une-manifestation-unitaire-des-militants-panafricains-a-paris/

  4. Je suis entièrement du même avis avec le « 400 EUROS à Mada, je ne m’en plaindrais pas » !!!

  5. Aiza ndray ty mi-soutenir an’i dadanareo ty ry HoAiza a! aza mandainga woa, fa Ivoiriens résidants mpomba an’i Gbagbo daholo no teo, ary tsisy momba an-dRaosy na de iray aza. Tena mitovy @ Gbagbo marina Raosy iny, efa resy tanteraka, mbola misisika foana. Gbagbo, Kaddafhi, Ben Ali, Moubarack, RAVALOMANANA, tsy mila DICTATURES MPAMONO OLONA INTSONY MIVERINA AMIN’NY FITONDRANA.
    Aiza ty Zuma andriamanitrareo e! manome lesona be ery momba ny demokrasia, kanefa fatin’olona eo ambany maso tsy hita zay hanaovana azy. Ny tia rà mandrika sy tsy tia demokrasia ihany no mifampiharo, ary misisika mafy hamerina ny mitovy azy eo @ fitondrana, satria matahotra an-dRajoelina, hampisy inspiration ny jeunes eran’ny Afrika, manongana ireo DICTATEURS, zay mbola ny ankabeazany mbola eo @ fitondrana aty Afrika. Soa fa teo Zandry, zay tsy hitan’ireo zay atao azy, satria manana force tranquille tsy azo hozongozonina. Apetrany tsara, fa tsy manda fifampidinihana izy, kanefa kosa, Madagasikara tsy an’ny SADEC, fa manana ny fiandrianany. Hanao barofo, matahotra satria Raosy koa olona tsy azo tohanana fa manao sain-jaza, manawain, hijanona @izao, mampalahelo lay akama, de tsy hita zay atao, afatsy le woe, mijanona lesy fa tsy mety @la intsony io a! lery koa @izay tsy azo tenenina fa manamokony, malahelo seza mafy, de ny farany RAJOELINA FOANA NO MITANA NY LAKILE. Bye bye ry Zanakosy isany ô!!!!!!!tsy miteny intsony ny volabean’ny dada a!

  6. @ bogor (RABE)

    Ary hoy Jehova : HEBREO toko faha 15- andininy faha 29 « Sasa-poana ny mpisoloky mihevi-tena ho mpanapaka fa izaho no mpandidy sy hanafaka ireo oloko voageja ».

  7. Izao indray ny « démarche scientifique »:

    – Hypothèse : Vavan’ny AV7
    – Vérification: Enquête nataon’i Laurent Marquès (manameloka ny mpitondra Uzis fa tsy Garde Présidentielle)
    – Expérience : Analyse Balistique mbola tsy natao satria matahotra i Domelina.
    – Conclusion:Théorie ( un accusé est présumé innocent jusqu’à la preuve du contraire).Izany hoe: Ravalomanana izany dia tsy meloka.

  8. Any Mada, ny fanampahan-kevitra miaramila no hampiharan’ ny politika.
    Any Mada, ny sergent mibaiko Jeneraly.
    Any Mada, ny Tsy bachelier manindry aloka ny Doctorant.
    Any Mada, ny Maire mandroaka Président
    Fa atsy ho atsy…
    Dia hivadika daholo izany satria
    Ny kibo tsy mba lamosina
    Ny hazo tokana tsy mba ala
    Ny adidy tsy an’olon-dratsy
    Ny ratsy atao no miverina

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *