ENCORE DU FLOU SUR L’EXPLOITATION DE NOS TERRES RARES

Les médias internationaux ainsi que quelques quotidiens malagasy ont relayé depuis le mois d’Avril 2012 des bribes d’informations sur un gisement de terres rares dont dispose Madagascar dans la péninsule d’Ampasindava au nord-ouest de la grande île. Le groupe allemand Tantalus Rare earths aurait signé un lettre d’intention pour l’accès exclusif du français Rhodia aux sites couvrant 300 km2 d’Ampasindava où se trouvent plusieurs villages et une forêt primaire de 20 km2.
Depuis hier soir le réseau  Facebook s’alimente de nouveau des informations sur ce dossier. A ce jour, personne ne dispose d’informations fiables sur l’accord qui aurait été signé entre le gouvernement malagasy et ces groupes étrangers sur l’exploitation de ce gisement d’Ampasindava. Est-on en train de nous cacher un gros contrat minier ? Car, il s’agit, en effet, d’un approvisionnement de terre rare estimée à 15.000 tonnes par an pour une valeur de 500 millions de dollars.
Notons que ces terres rares sont composées de 17 métaux différents notamment du lanthane, du l’yttrium et du néodyme, tous nécessaires pour des produits de haute technologique tels que les voitures électriques, les éoliennes, les écrans plats, les disques durs d’ordinateurs et autres lecteurs MP3.
Selon certaines études, le gisement d’Ampasindava peut contenir jusqu’à 130 millions de tonnes d’argile latéritique de laquelle on peut extraire des oxydes de terres rares. D’où l’attrait de ce gisement d’Ampasindava pour de ces deux groupes  européens qui ambitionnent de concurrencer la production chinoise, leader en la matière.
Mon souci c’est cette nébuleuse qui entoure ce projet Tantalus. L’Etat malgache  a-t-il déjà donné l’exclusivité de l’exploitation du site d’Ampasindava à ce projet ? Si oui, pourquoi le peuple malagasy n’en est pas informé ? Des dirigeants irresponsables sont-ils en train de brader nos richesses  à des étrangers, à l’insu de tout le monde ?
Où va ce pays. Sommes-nous dans une transition ou pas ? La feuille de route signée n’autorise le pouvoir de transition à signer quoi que ce soit au nom du peuple malgache, à plus forte raison quand il s’git d’accords à long terme.
Soyons vigilants et veillons à ce que des irresponsables ne profitent pas de cette transition pour piller la richesse de notre pays et se remplir les poches impunément. Il est du devoir de chacun d’alerter l’opinion via tous les canaux de communication (presse, réseaux sociaux etc.). C’est la moindre des choses pour freiner l’hémorragie.
STOP AU PILLAGE DE NOS RESSOURCES !
NAIKA Eliane.

Les médias internationaux ainsi que quelques quotidiens malagasy ont relayé depuis le mois d’Avril 2012 des bribes d’informations sur un gisement de terres rares dont dispose Madagascar dans la péninsule d’Ampasindava au nord-ouest de la grande île. Le groupe allemand Tantalus Rare earths aurait signé un lettre d’intention pour l’accès exclusif du français Rhodia aux sites couvrant 300 km2 d’Ampasindava où se trouvent plusieurs villages et une forêt primaire de 20 km2.
Depuis hier soir le réseau  Facebook s’alimente de nouveau des informations sur ce dossier. A ce jour, personne ne dispose d’informations fiables sur l’accord qui aurait été signé entre le gouvernement malagasy et ces groupes étrangers sur l’exploitation de ce gisement d’Ampasindava. Est-on en train de nous cacher un gros contrat minier ? Car, il s’agit, en effet, d’un approvisionnement de terre rare estimée à 15.000 tonnes par an pour une valeur de 500 millions de dollars.
Notons que ces terres rares sont composées de 17 métaux différents notamment du lanthane, du l’yttrium et du néodyme, tous nécessaires pour des produits de haute technologique tels que les voitures électriques, les éoliennes, les écrans plats, les disques durs d’ordinateurs et autres lecteurs MP3.
Selon certaines études, le gisement d’Ampasindava peut contenir jusqu’à 130 millions de tonnes d’argile latéritique de laquelle on peut extraire des oxydes de terres rares. D’où l’attrait de ce gisement d’Ampasindava pour de ces deux groupes  européens qui ambitionnent de concurrencer la production chinoise, leader en la matière.
Mon souci c’est cette nébuleuse qui entoure ce projet Tantalus. L’Etat malgache  a-t-il déjà donné l’exclusivité de l’exploitation du site d’Ampasindava à ce projet ? Si oui, pourquoi le peuple malagasy n’en est pas informé ? Des dirigeants irresponsables sont-ils en train de brader nos richesses  à des étrangers, à l’insu de tout le monde ?
Où va ce pays. Sommes-nous dans une transition ou pas ? La feuille de route signée n’autorise le pouvoir de transition à signer quoi que ce soit au nom du peuple malgache, à plus forte raison quand il s’git d’accords à long terme.
Soyons vigilants et veillons à ce que des irresponsables ne profitent pas de cette transition pour piller la richesse de notre pays et se remplir les poches impunément. Il est du devoir de chacun d’alerter l’opinion via tous les canaux de communication (presse, réseaux sociaux etc.). C’est la moindre des choses pour freiner l’hémorragie.
STOP AU PILLAGE DE NOS RESSOURCES !
NAIKA Eliane.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *