TOMPONANDRAIKITRA AMIN’NY FATY OLONA ANY ATSIMO RAJOELINA

MyDago.com

Nanao tatitra ny dian’ireo delegasiona nihaona tamin’ny filoha Ravalomanana tany Afrika Atsimo, tamin’ny vahoaka teny amin’ny kianjan’ny finoana Magro Behoririka  ny filoha lefitry ny Cst Razafimanantsoa Hanitra ny faran’ny herinandro teo. Nambarany tamin’izany fa ny Alatsinainy ireo delegasiona no nanainga ary niverina ny Alarobia rehefa avy nihaona tamin’ny filoha Ravalomanana. Mazava hoy Me Hanitra ny fanapahan-kevitry ny Sadc tany Maputo fa tsy maintsy mody Ravalomanana. Samy nanaiky ny datim-pifidianana navoakan’ny Cenit hoy izy Ravalomanana sy Rajoelina. Nanaiky ihany koa ny fampiharana ny andininy faha 20 sy 45 ao amin’ny tondrozotra Rajoelina. Ny mahagaga hoy izy dia rehefa tonga aty Madagasikara dia ireo namany no mivovo. Mikasika ny fisian’ny fisavana ireo delegasiona nataon’ny miaramila teny Ivato dia nambarany fa efa marary saina ireo satria matahotra ny filoha Ravalomanana. Izahay hoy Me Hanitra tsy hamaly ny fihantsiana izay nataony. Ny fahatongavan’ny filoha Ravalomanana hoy izy dia tsy zakanareo. Ny allez no anareo fa ny retour antsika. Nanafatra  anay ihany koa i dada hoy izy ny hoe lazao ny vahoaka fa izaho tsy maintsy mody, tsy misy intsony ny sakana tsy ahafahako mody. Ho avy aty amin’ny herinandro ho avy io, ireo iraka mpanao tombana avy amin’ny Sadc ka asehontsika azy ireo ny herintsika. Nilaza ny filoha Ravalomanana hoy Me Hanitra, fa isika dia mahatoky ny Troika tanteraka. Tsy manaiky ho ohatra ratsy aty Afrika hoy ity olomboantendry ity, ireo filoham-panjakana sy filoham-pirenena eo anivon’ny Sadc, fa tsy maintsy fifidianana malalaka sy demokratika no atao. Momba ny antoko Tim kosa dia nambarany fa noho ny fanapahan-kevitra tany Maputo dia afaka milatsaka ny filoha Ravalomanana. Noho izany dia amin’ny anaran’ny antoko Tim no ahafahany manao izany. Tsy mampihemotra antsika hoy ity mpanao politika ity, ny filazan’ny sasany tato ato fa izy no mitondra ny antoko Tim. Ny kongresy nasionaly izay nataonareo hoy izy dia tsikombakomba niarahana tamin’ny fat, mba hahafahanareo miditra ao anaty fitondrana. Varotanareo izahay mpitolona niandry an’i dada hoy izy, kanefa tsy mahasaka ny filoha Ravalomananan tsy hilatsaka izany. Mahakasika ny asa dahalo any Atsimo dia nambaran’ny Me Hanitra, fa  iza amintsika no sahy hijoro vavolombelona fa tena malaso ireo novonina ireo. N’inon’inona hoy izy dia rà malagasy no latsaka tany. Mampalahelo ireo miaramila ireo satria ireny no lasibatra mijinja ny tombontsoan’ny lehibe. Ireo miaramila eto andrenivohitra hoy izy no mahazo tombontsoa. Mandehana mankany ianareo miaramila be dia be ireo. Nanenjehina ny filoha Ravalomanana hoy Hanitra ny raharaha 07 febroary, izay lazaina fa tsy izy no namono olona, fa amin’ny maha filoha faratampon’ny foloalindahy azy. Araka ny teninao ry Rajoelina dia ianao izao no filoha faratampon’ny foloalindahy ka ianao izany no tomponandraikitra amin’ireo fatin’olona ireo. Atao tsinontsinona ny rà latsaka any Atsimo.

31 pensées sur “TOMPONANDRAIKITRA AMIN’NY FATY OLONA ANY ATSIMO RAJOELINA”

  1. mbola aiza ny ahazo ity jiolahy ity :Titubant et chancelant, Rajoelina aurait eu une malaise à Antsiranana et aurait pu tomber sans l’aide de ses gardes rapproché

  2. Ny resaka dahalo efa mazava !
    Tsy resaka remenabila intsony, fa rehefa miresaka momban’ny fiverenan’ny Filoha ihany ianareo, dia mba omeo fanazavàna kely izahay momban’itony ê !
    Toa hoe ianao ry Maitresse Hanitra no afaka manome ny antsipirian’ity tantara ity, satria ianao no anisan’ny mikarakara ny dossier-n’ny Filoha Ravalomanana !
    Inona indray ity ? Nahoana no tsy noresahina tamin’ny asabotsy ? Angaha ianao tsy nahafantatra ?

    http://www.tananews.com/2012/09/nouvelle-manoeuvre-dandry-rajoelina-faire-dune-pierre-deux-coups/

  3. Dia inona koa ny manaraka ?
    Inona koa ity Maitresse Hanitra ity ? Manelingelina an’i Kala Naika angaha sa ???
    Tokony manao rapport any amin’i KM mihitsy ianao Me Hanitra isaky ny manao zavatra fa tsy mahasalama ny sasany mihitsy ny Fitiavan’i Dada anao !

  4. E ! e ! e !
    Tsy mahataitra antsika io ry Kintana a !
    Tsy izay lazain’i Lavanify rehetra izao akory dia hampiharina daholo. Rehefa lava nify dia lava nify mandrapahafatiny.

  5. Ny tena vaovao handrasana dia ahoana ny fomba hanesorana an’ireo HAT ireo haingana dia haingana fa tena potika i Madagascara. Toa manaraka izay tian’i rajoelina hatao daholo na ny SADC na ny mouv Ravalomanana. Ohatrany tsy mazava intsony na izay hetsika hataonareo ry Me Hanitra.

  6. Izay indray sė vao hita Baby an!!dė ahoana??toa tsy mahataitra an’i sė akory ilay vao2???
    tonga dia lazao ny marina e!!!

    Faly loatra angamba domelina ry Elas fa be loatra ilay vahoaka nanotrona azy no nahatonga an’izay a ha!ha!ha!!!
    Vao firy taona dia hisy malaise sahady???matiantoka be!!!dia i kala mialy izany sisa no hitavandra ireto HALATRA
    koa inona ny anareo???ary hay ny be vola koa mba tratran’ity aretina tsy mamela mahazo ity??hay ve tsy voavidy
    t@ volan’i BDR ilay fahasalamana e!!!MAHONENA!!!!

  7. Ny SADC dia efa tratry ny VIRUS fa tsy tokony hiantehitra be loatra @’ireo intsony isika
    fa hitady lalana hafa, tsy hita hantenaina moa tsy hita ho afoy koa ilay SADC, MANOME LITIKA be!!!
    tsy afaka mihemotra intsony i dada no tena marina e!!efa ireo no nanankinany azy dia izay izany!!!efa hita anefa fa tsy mamely,
    efa viravirain’i foza sy ny renikely ry zareo fa toa tsy hita izay mba fandraisana fanapahan-kevitra HENTITRA tsssssss

  8. Nanafatra anay ihany koa i dada hoy izy ny hoe lazao ny vahoaka fa izaho tsy maintsy mody, tsy misy intsony ny sakana tsy ahafahako mody

    Ra Me Hanitra Ka nahoana no tsy tonga ihany izy ?tsy maharaka ny strategie an dRAJOELINA IANAREO .

  9. Izao aloha ny zavatra tokony ho fantatsika:

    1./ Satria tetezamita io fanjakana io dia miankina amin’ny tondrozotra.
    2./ Tsy misy fifanarahana ara-pitsarana (accord judiciaire) eo amin’i Mada sy AFS dia tsy manan-kery io « ordonnance » io.

  10. Izaho koa mihevitra fa tokony hilaza ireo zavatra roa ireo any amin’ny biraon’ny SADC isika dia hanontany azy hoe:inona no mbola tsy hahafahan’i Marc Ravalomanana mody hatramin’izao.Tsara angamba raha mankany daholo ny filohan’ny mpomba ny ara-dalàna rehetra, izany hoe: Mamy Rakotoarivelo, Zafy Albert, ny an’ny AREMA ary ny an’ny HPM.
    Amin’izao fotoana izao dia tokony hisy olona ao amin’ny MAGRO hitolo-tena hametraka afisy sarin’i Marc Ravalomanana amin’ireto toerana ireto:
    – NY ARRET-BUS/TAXI-BROUSSE
    – NY TOERAM-PIASANA / ANJERIMANONTOLO (UNIVERSITES)
    – NY TSENA ISAN-KARAZANY

  11. Homany tsara ny stratégie
    de manao tenue de sport maivana ianareo
    I Naika ary efa milaza fa hidina any atsimo ny parlemantera:
    mandeha daholo re tompok’ô, ireo lehilahy no atao loha-laharana
    (toa ny niakaranao an-tsehatra ary nanaovanao haza lambo ireo nanao enlèvement an’i Fetison&… avy tany Fianar tonga hatrany Vatomandry)

    ___

    Tena henjana
    ny raharaham-pirenena an
    Mila zanadambo havanana disciplinés manara-penitra international

  12. KM a, fa angaha Rajoelina indray izao no mibaiko ny Sud Af, no hoe izy no responsable ny didy avoakan’ny fitsarana any sudaf, ary mba hejana koa i zandry izany a, heverinay hoe ra8 ange no masimandidy ao Sud af e…
    fitsarana io ry ireto a, aleo ho fantatra ao SudAf ao ny tena marina raha lazainareo hoe fitsarana tsy izy ny teto Madagasikara… NY marina tsy mba maty ary tsy havelan’Andriamanitra ho afa-maina izay nandatsak’aina.

  13. O ry Tanora a! Tena tanora saina tokoa ianao ka ny any ambany foatra no misaina sy mieritreritra!
    Fa iza kay ilay mandatsaka aina e?

  14. ra ziry a, na zazakely ve tsy ahazo izany e, sa mody fanina ra ziry, lay bandy exile ao sud af no nandatsak’aina, dia io tsarain’ny fitsarana any io.

  15. aza manonononom-poana ny anaran’Andtra
    fa marikoriko
    mahasoshom
    rehef 3V
    (inon zao le avocat
    fotsy hoditra
    vazah lany mofo
    obèse – na ny ety ivelany az hita f’irony tsy soigné irony
    oe début août miakatr fitsaran ao RSA
    i dada8)

    ___

    Mpandany andro @ « atsanga tsy aman’orana »
    FOZA masiso mpidorok’isany

  16. K’ efa adala sitrana ireo ry zareo a!!
    Tadidiko tokoa io fanazavan’i Maitre Hanitra io ry Ratsimilaho fa
     » tsy manana « accord judiciaire  » @ Sudaf Madagasikara », mety mbola famahanan-dalitra MANARA-PENITRA
    indray io ry zareo a!!tsy maintsy nilaza koa i dada raha nisy izany, zavatra raharahan’ ny ankohonany ary aza
    lazainy daholo, mbola tratra ny fahan-dalitra ihany ve ianareo e!!!izaho aloha efa tsy taitra e!!fandemena daholo
    izany fa aoka re mba tsy ho LATSAKA ANATY VOVOM- POZA ISIKA e!!!miakapokapoka ny foza mitady hirika
    fa he ity zavatra mamoafady hataony @ vonomoka any atsimo koa aiza izy no tsy efa HIDĖGANY DAHOLO
    ain’olona no LALAOVINA @ FITIAVAN-BOLA fa ho entin’ny vola ho aiza ireto FOZA HONO??MAHONENA!!!
    Dia miosanosana mazoto mihinana ery ry zareo mahita ilay FATY MANGORABAKA be ireny !,mazotoa homana
    daholo ry HAJO sy ny tariny a!!!VOLA KOH!!!!impiry hangorona eo anefa????VONOY DAHOLO ry ilay TSIVANONA
    isany a!!!tonga dia ataovy toy ny nataon’i renikely t@ 47 dia afa-po ianareo mahazo HARENA be dia be, ahasoa
    ny taranaka faramandimbinareo a!!TSY MATAHO-TODY!!!!

  17. ranavalona, sous residence survellee dadanareo, tsy mahazo mihetsika ao, satria saika hamono olona indray… avelao handeha ny fitsarana hoa, fa tsy mody avadika politika hoe tsy manaraka fdr io, tsy maintsy midoboka foana reefa nanao ratsy e..

  18. Ary tena tezitra vao maraina mihintsy izany avak’izany ? Tsy omeko tsiny, fa raha ny adalàna sy ny rediredin’ireto foza ireto no hainoina, dia tena…tsssssss !

    Fa mba inona hono no mba zavatra fantatr’io Tanora angamba, mbola maloto silipy io ?
    Mba fantany ve moa hoe aiza no misy ny Filoha hajaina Ravalomanana androany maraina ?
    Sendra ny olona TENA MIVAVAKA, ary mbola liana sy mitady an’izany ara-dalàna izany ianareo foza !

    Tokony hisaotra an’Ingahy Ravalomanana ianareo fa raha ilay iray iry no teo amin’ny toerany, dia efa 15 000 000 angamba sisa no isan’ny vahoaka malagasy !

    Efa milaza amin’ny rehetra foana ny tenako, fa tokony tohanana ny GTT ! Accusation gratuite sy diffamation lava izao ve no hoe ahitàna vahaolana ?
    Ny vahoaka mihinan’ny tsy fihinany, dia ireto dahalo ireto manao an’izay tiany ho atao ?
    Tsy menatra ve ianareo, ary tsy mampaninona anareo ve ny hoe dahalo no ao Ambotsirohitra ary miseho ho Filohan’i Madagasikara ?

    Nahita post iray aho tao amin’ny forum TIM, ary tena marina sy mampieritreritra ny an’ilay olona !

    Ny Midi Madagascar dia malaza fa hoe an’i Mamy Rakotoarivelo ; gazetin’ny mpiaro ny ara-dalàna ve dia tsy menatra akory MANIRATSIRA NY FILOHA RAVALOMANANA, ka ahitàna an’izany hoe « ravalo » ê, « exilé d’Afrique du Sud » ê, ary amin’ny farany koa dia hilaza sy hanendrikendrika toa an’ireto foza tsy misy ati-doha ireto fa hoe « mpamono olona » !!!
    Raha mba mandalo eto ianareo, mba mieritrereta ihany ry RainiDaf â !

    Miala tsiny fa ny mpanao artikla ato koa mba tokony hiezaka, fa raha i domelina no antsoina hoe domelina tsy dia mampaninona, fa Ingahy Ravalomanana kosa tsara angamba no omena ny haja mendrika ny tenany izy !
    Ny ahy, dia ataoko hoe Ingahy Ravalomanana, ny Filoha Ravalomanana fa tsy hoe ny Filoha taloha !!!
    Filoha Ravalomanana izany dia tokony fiantsoan’azy mandrak’izay, satria izany ny fomba fanajàna an’ireo izay nitondra Firenena, na aiza na aiza eran-tany. Raha mbola tiana hajaina moa izany ilay olona ê, mazava ho azy !
    Ny frantsay rehefa miresaka mivantana na tsia amin’i Giscard izao dia miteny hoe, Monsieur le Président, na dia efa tamin’ny 1981 aza izy no tsy filohan’ny frantsay intsony !
    Betsaka ny zavatra tokony mba hianarana sy atao fahazana ry zareo â !
    Izaho ve no dia sarotiny loatra ? Mba vakio ny artikla ao amin’ny « Midi » indrindra, momban’ny fahadiovana ao Antaninarivo !!
    MANALA-BARAKA !!!! GASY KA VORETRA SY TSY MISY ATI-DOHA, FA TSY MANJA INTSONY ????
    Ny vahoaka hoy aho mihinan’ny tsy fihinany sy maloto velona sy mihinan-kanina, fa ilay domelina mivady rehefa mivaoka na miseho vahoaka, toa ireny « tsy kasian-dalitra » ireny hoy ny fitenenana ! Manao fanamiana mpanjaka mihintsy aza hoy ilay Raharimanana !
    Toa voan’ny domelinôzy daholo !

    SA DIA IZAO INDRAY NO ATAO HOE FIAINANA MANARA-PENITRA ??????

  19. Rehefa misy plainte toy izao dia normal hoe « assigné  » aloha ny « accusé » mandrapahatongan’ny fanazavana manaraka sy porofo avy amin’ny voapanga, fa ny tetika amin’io dia mazava e, efa fantatra fa tsy ho lasa lavitra akory io resaka io raha toa ka mahay mamaly tsara ny voapanga, fa ry foza dia milalao procédure, atao izay rehetra tsy hatratraran’i Ravalomanana ilay fepotoana novembre mba tsy ahafahany milatsaka hofidiana, izay ihany io!!!

  20. Androany maraina 12 septembre, dia NIVORY NIARAKA TAMIN’NY TROÏKA TAO LE CAP NY FILOHA HAJAINA RAVALOMANANA !!!

    Il A SIGNE, persiste et signe ; il va respecter ce qui a été convenu (malgré que…) !

    Tandremo fotsiny ry foza fa ho tapaka atsy ho atsy ny tady ! Ilay Tadim-poatra !!

  21. Izahay eto an-toerana aloha
    dia tsy mahita gazety na télé
    manakaiky ny voix ou voie légale
    afatsy ny MidiMadagasikara & MaTV é

    Ady amin’ny survie koa tsy maintsy atao
    ny orana ho latsaka atsy ho atsy aza izao de efa mivonona @ angady sy arona: routes en un tel état de délabrement, préoccupe mon esprit comment je vais joindre les deux bouts (ville au foyer) sans multiplier par deux la durée que ça prend en saison sèche!!

  22. Marina fa mazana ê !

    Atsangano ny « Radio HoAiza » ! Tsy mila emetera na rele, fa mpilaza vaovao HAFA izay marina no ilaina ! Vitanao izany, ary mahatoky anao izahay ê !
    Maromaroa ny tahak’anao ! MDR !!!

  23. A QUOI SERVENT LA COI ET L’OIF ?

    La COI et l’OIF ne sont autre chose que les instruments de la Françafrique pour asseoir et légitimer sa domination et son emprise sur l’Afrique.

    C’EST CONNU mais, Le problème c’est que pour le moment nous ne pouvons pas quitter l’OIF. Aussi si l’occasion nous est donnée de pouvoir toucher un seul cheveu de l’OIF,
    Pourquoi ne pas le faire ?

    Signons la pétition contre la tenue de son Sommet à Kinshasa et venons tous nombreux demain
    (aujourd’hui) au rassemblement. La presse française y sera présente, profitons-en pour faire la
    communication sur Madagascar ( pancarte, banderole, interview …). Ne rien faire contre elle c’est tout
    simplement la soutenir. Après la plaidoirie au TGI de Paris, suivie d’une conférence de presse :

    Rendez-vous
    Jeudi 6 septembre 2012
    Place du Châtelet de 9h à 13h.

     » Promouvoir la langue française « , et donc à travers elle la culture française telle est la mission de
    l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF).

    « AUCUN PEUPLE NE PEUT SE DEVELOPPER HARMONIEUSEMENT, CONFORMEMENT A
    SON GENIE PROPRE, EN UTILISANT DES LANGUES IMPORTEES ET DES RELIGIONS
    ETRANGERES A SON GENIE CULTUREL. CAR TOUT PEUPLE COUPE DE SON PASSE,
    DE SA LANGUE, DE SON GENIE, DE SES ANCÊTRES, DE SA RELIGION TRADITIONNELLE,
    EST COMME UN ARBRE DÉRACINÉ. TÔT OU TARD, CE PEUPLE FANERA ET SOMBRERA
    DANS LE VIDE QUI FACILITE TOUTES LES DOMINATIONS.

    L’HOMME A UNE AME DIVINE. CHAQUE PEUPLE AUSSI A UNE AME COLLECTIVE,
    UN EGREGORE, UN ANGE, UN GENIE.

    LA CULTURE D’UN PEUPLE EST L’EXPRESSION DE L’AME DE CE PEUPLE DONT LA
    LANGUE EST LE VEHICULE PRINCIPAL.

    LA CULTURE EST LE MODE DE VIE. LA VRAIE RELIGION EST AUSSI UN MODE DE VIE.
    AINSI, LA RELIGION EST UNE CULTURE. ELLE ENGLOBE LA VISION DU MONDE D’UN
    PEUPLE DONNE, SES VALEURS MORALES, ET SES RELATIONS AVEC SES ANCÊTRES,
    SES GENIES LOCAUX, ET L’ETRE SUPRÊME.

    LE REGIME COLONIAL A MOBILISE DES GRANDS MOYENS POUR TENTER DE DETRUIRE
    LA CULTURE NEGRO AFRICAINE ET DE CREER, EN AFRIQUE, LE VIDE CULTUREL QUI
    FACILITE TOUTES LES DOMINATIONS. AINSI, FORTEMENT COMBATTUE PAR LE REGIME
    COLONIAL, L’AFRIQUE A BEAUCOUP PERDU SUR TOUS LES PLANS : HUMAIN, MATERIEL,
    CULTUREL, LINGUISTIQUE, SPIRITUEL, etc…

    dixit l’honorable Ne Muanda Nsemi

    ……………………………………………………………………………………………….
    CEUX ou CELLES interessés pour lire sont priés d’enlever (/.) sur chaque lien et le mettre sur la barre de navigation , car le forum MyDago ne permet pas plusieurs liens en même temps MERCI :
    TAHIRY
    ………………………………………………………………………..
    Qu’est-ce que la COI ?
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Commission_de_l'oc%C3%A9an_Indien(/.)
    A propos de l’OIF
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Organisation_internationale_de_la_francophonie.
    http://www.francophonie.org/Qui-sommes-nous.html(/.)


    Envoyé le : Mardi 4 septembre 2012 13h42
    Objet :

    OIF – Abdou DIOUF :

    – Signons la pétition pour le Congo et l’Afrique : :
    [www.avaaz.org]
    – L’audience du 16/08/12
    http://www.youtube.com/watch?v=QiUKaWmX3K4(.)
    – Mobilisation de la diaspora africaine à travers l’Europe/.
    http://www.youtube.com/watch?v=8xMoz1UFOIE&feature=related(/.)
    http://www.youtube.com/watch?v=hyyNsmaYLSc&feature=fvwrel(/.)
    http://www.youtube.com/watch?v=nupa0IPUxuk&feature=related(/.)
    http://www.youtube.com/watch?v=hyyNsmaYLSc&feature=related(/.)

    – Coltan http://www.youtube.com/watch?v=JYPYxAEYjfg&feature=relmfu(/.)

    Madagascar

    La France acteur-clé de la crise malgache
    http://www.monde-diplomatique.fr/2012/03/DELTOMBE/47470(/.)
    http://survie.org/billets-d-afrique/2012/214-juin-2012/article/le-canal-du-mozambique-un-enjeu(/.)
    http://ampitapitao.blogspot.fr/2012/02/pourquoi-il-fallait-destituer-marc.html(/.)
    http://www.lemonde.fr/afrique/article/2012/08/03/corruption-insecurite-et-inflation-les-repercussions-de-la-crise-politique-dans-le-quotidien-des-malgaches_1742054_3212.html(/.)

    Publié par:

    http://tsimokagasikara.wordpress.com(/.)

    Analyse: Madagascar, terre de bandits impitoyables
    Publié le 2 Septembre 2012 by tsimoka

    Photo: Guy Oliver/IRIN Des écolières en route pour aller chercher de l’or près de Ankavandra, une zone infestée de bandits dans l’ouest de Madagascar AMBOTRANGANO, 21 juillet 2012 (IRIN) – Il aura fallu deux ans à Zakamihaingo Razafindranoivo, …

    Lire la suite →

    Des Sud-Africains veulent «arrêter» Tony Blair


    Publié le 2 Septembre 2012 by tsimoka
    tony-blair_1528241c
    Cette galerie contient 2 photos.
    IRIB- Al-Jamaah, un groupuscule musulman sud-africain, a annoncé son intention «d’arrêter» l’ancien Premier ministre britannique, Tony Blair, pour crimes contre l’humanité. Ce dernier doit se rendre, à Johannesbourg, où il prononcera une allocution, selon une déclaration des médias locaux. L’arrestation aurait été envisagée, au cours de la manifestation visant à «demander un … Lire la suite →

    MADAGASCAR : Il faut supprimer la HCC


    Publié le 1 Septembre 2012 by tsimoka

    Par Fanomeza RAZAFIMANDIMBY Chef de détachement de la Police Nationale et Chef d’escorte, Adjoint du Directeur de Sécurité à la HCC Incarcéré du 06/05/2009 au 11/08/2011 à Tsiafahy D’emblée, on peut affirmer que la HCC est à l’origine des …

    Lire la suite →

    Sommet des MNA: discours du président iranien, à la clôture du Sommet de Téhéran
    Publié le 1 Septembre 2012 by tsimoka
    IRIB- Lors d’une intervention, aux cérémonies de clôture du 16e sommet du Mouvement des Non-alignés, à Téhéran, le président de la RII a déclaré que les Non-alignés insistaient sur la nécessité des réformes à apporter, dans l’ordre mondial, pour faire … Lire la suite →

    Sommet du MNA/Rapport de l’AIEA : simple coïncidence?


    Publié le 1 Septembre 2012 by tsimoka

    IRIB- Au second jour du Sommet du MNA, à Téhéran, l’Agence internationale de l’Energie atomique a publié son rapport semestriel sur l’Iran. Le rapport n’a pas tardé de servir de prétexte aux agences de presse occidentales, pour lancer une nouvelle … Lire la suite →

    Sommet du MNA : Affluence record, à Téhéran, et défaite des USA/UE!!

    Publié le 1 Septembre 2012 by tsimoka
    Par François Asselineau IRIB- La défaite diplomatique cinglante et du camp euro-atlantiste se confirme avec la présence supplémentaire .. ….de Vladimir Poutine, Evo Morales, Rafael Correa, Hugo Chavez et des Secrétaires généraux de l’ONU de la Ligue arabe de lOCI … Lire la suite →

    Ambatovy: Plusieurs milliers d’employés menacés de chomage technique


    Publié le 30 Août 2012 by tsimoka

    La Grande multinationale seraient sur le point de mettre plusieurs milliers de salariés au chomage technique. Ces derniers temps, en effet, les actualités sociales dans la capitale du Betsimisaraka ont été dominées par ce qui se passe au sein de cette firme qui est le premier employeur de la région. Tout le monde est donc au courant que les dirigeants putschistes demandent plusieurs millions … Lire la suite →

    La Rédaction de « Tsimok’i Gasikara »

    De : Prof. Rev. Julien Ciakudia Sr
    À :
    Cc

    Le carnet de Colette Braeckman
    Un site utilisant les blogs du soir.be
    aller au contenu
    « précédents
    29 août 2012
    Le Rwanda devant le Comité des sanctions de l’ONU: Kabarebe s’exprime
    Catégorie Non classé
    Au moment où, aux Nations unies, le « comité des sanctions » passe au crible le rapport des cinq experts qui accusent le Rwanda d’avoir soutenu, en hommes et en armes, les militaires rebelles du M23 et où la Ministre rwandaise des affaires étrangères Louise Mushikwabo présente la défense de son pays, le ministre rwandais de la défense James Kabarebe a accepté de recevoir l’envoyée spéciale du Soir.
    Compagnon de Paul Kagame depuis la création du Front Patriotique rwandais à la fin des années 80, chef d’état major puis ministre de la défense, le général Kabarebe joua aussi un rôle de premier plan au Congo : en 1996, lorsqu’éclata la première guerre qui mena à la chute du président Mobutu et au démantèlement des camps de réfugiés hutus, c’est lui qui mena l’offensive jusque Kinshasa. Devenu président en mai 1997, Laurent Désiré Kabila nomma Kabarebe au poste de chef d’état major. En 1998, brouillé avec son ancien allié, l’officier rwandais mit sur orbite la rébellion du RCD Goma, ouvertement soutenue à l’époque par les forces rwandaises et il lança un raid audacieux sur la base aérienne de Kitona (Bas Congo) . Connaissant parfaitement le Congo, qu’il a traversé de bout en bout, familier de tous ses acteurs (y compris le président Kabila lui-même) James Kabarebe fut aussi l’inspirateur des accords conclus le 23 mars 2029 entre le pouvoir de Kinshasa et des soldats rebelles conduits par le général Laurent Nkunda. Ce dernier ayant été placé en résidence surveillée, le général Bosco Ntaganda fut placé à la tête des troupes de Nkunda, officiers et combattants du CNDP (Conseil national pour la défense du peuple), un mouvement militaire qui se transforma en parti politique. Mais par la suite, la Cour pénale internationale délivra un mandat d’arrêt contre le général Bosco Ntaganda accusé de recrutement d’enfants dans l’Ituri et la communauté internationale somma les autorités congolaises de procéder au plus tôt à son arrestation. La réconciliation ainsi scellée en 2009 au niveau des présidents Kabila et Kagame permit aux deux armées, rwandaise et congolaise, de mener au Nord et au Sud Kivu, des opérations conjointes contre les FDLR (Front démocratique pour la libération du Rwanda) ces combattants hutus rwandais toujours imprégnés de l’idéologie du génocide et que Kigali considère encore comme une menace.
    L’éclatement de la rébellion des « ex-CNDP », les hommes de Nkunda, intégrés dans l’armée congolaise mais aussi frustrés que leurs compagnons d’armes, a fait éclater une alliance qui avait contribué, durant trois ans, à stabiliser l’Est du Congo : les soldats mutins ont dénoncé le fait que les accords du 23 mars 2009 (d’où le nom de leur mouvement, le M23) n’aient pas été respectés, tandis que, s’appuyant sur des témoignages de transfuges recueillis par la MONUSCO (Mission des Nations unies au Congo) Kinshasa accusait le Rwanda d’avoir soutenu les mutins, les approvisionnant en armes, en munitions et en nouvelles recrues.
    Estimant que son pays est injustement mis en cause et fait l’objet d’une campagne de désinformation, sinon d’une machination internationale, le général Kabarebe a tenu, durant une heure et demie, à nous recevoir et à rappeler comment le Rwanda a suivi, de jour en jour et de réunion en réunion, la dégradation de la situation du côté congolais.
    29 août 2012
    Cartes sur table: les quatre vérités du général James Kabarebe
    Catégorie Non classé
    Exclusif : les quatre vérités de James Kabarebe, Ministre de la Défense du Rwanda
    A la veille des élections au Congo, l’automne dernier, vous affirmiez que si vous pouviez aider ce pays à se stabiliser davantage, vous le feriez. Au vu de la situation actuelle, qu’est ce qui a mal tourné ?
    Ce n’est pas seulement à la veille des élections que nous avons tenté d’aider le Congo. En 2009 déjà, nous avions tenté de résoudre le problème du CNDP (Conseil national pour la défense du peuple), ce qui avait débouché sur l’arrestation du général Laurent Nkunda et la mise à l’écart de beaucoup d’autres groupes, le Pareco, les Mai Mai Kifwawa, le groupe de Nakabaka, le FRC… Tous avaient fini par être intégrés au sein des troupes gouvernementales. Depuis lors, nous avons rétabli les relations diplomatiques avec le Congo, nos présidents se sont rencontrés plusieurs fois. Une évolution aussi positive surprenait tout le monde, y compris nous-mêmes.
    Qu’est ce qui s’est passé ? C’est une question que nous nous posons aussi, mais personne n’est là pour nous répondre. Mais certaines personnes, surtout en Occident, ont décidé d’interroger le seul Rwanda sur ce qui se passe en RDC.
    Au lendemain des élections, le président Kabila a été mis sous pression par la communauté internationale qui exigeait l’arrestation du général Bosco Ntaganda, recherché par la Cour pénale internationale. N’y a-t-il pas eu à ce moment une sorte d’accord entre Kinshasa et Kigali pour écarter le général et procéder à son remplacement ?
    C’est là que la confusion a commencé.
    Pour retracer la genèse de l’histoire, il faut remonter aux accords conclus en 2009 et savoir que, jusqu’au lendemain des élections au Congo et jusqu’au mois d’avril 2012, il n’y a pas eu de problème. En 2009, nous avions aidé à résoudre le problème du CNDP en appuyant l’intégration de ses soldats dans l’armée gouvernementale, de même que les militaires du Pareco, des Mai Mai Kifwawa, Nakabaka, soit une dizaine de groupes. Mais par la suite, la gestion de cette situation aurait du être l’affaire des Congolais eux-mêmes…
    Le CNDP (Conseil national pour la défense du peuple) avait donc été intégré à la suite d’un accord signé à Nairobi, sous la supervision des présidents Obasanjo et Mkapa. Le Rwanda avait ainsi contribué à un accord qui, durant trois ans, avait permis de pacifier l’Est du Congo. Or aujourd’hui l’intégration de ces forces a échoué. Cet échec n’est pas le fait du Rwanda, mais il est du à la mauvaise gestion du processus d’intégration des militaires.
    Que s’est il passé cette année ci ?
    En décembre, au lendemain de son élection, le président Kabila dépêcha un envoyé spécial à Kigali, accompagné de quelques militaires. Le conseiller du président, feu Katumba Mwanke, apportait un message en quatre points : le premier c’est que le président Kabila souhaitait obtenir le soutien du Rwanda pour transférer vers d’autres provinces les soldats d’expression rwandaise qui se trouvaient dans l’Est du Congo. Il souhaitait également notre appui car les Occidentaux le pressaient d’arrêter le général Bosco Ntaganda. Après avoir réalisé ces deux points, nous aurions mené des opérations conjointes pour neutraliser les FDLR. Et enfin, forts d’avoir travaillé correctement ensemble sur les points précédents, nous aurions renforcé la coopération économique entre nos deux pays, relancé plusieurs projets demeurés en suspens.
    La délégation nous expliqua que les soldats rwandophones refusaient d’être déployés ailleurs qu’au Kivu et elle espérait que nous réussirions à les convaincre, compte tenu de notre relation historique pas seulement avec les anciens soldats du CNDP mais aussi avec les autres officiers congolais.
    D’après eux, ces hommes refusaient d’être transférés dans d’autres parties du pays car Bosco Ntaganda le leur interdisait…Comme de coutume nous avons proposé notre aide même si mon sentiment était que des problèmes de cet ordre devaient être résolus sur une base nationale.
    Pour ce qui concerne Bosco Ntaganda, nous avons rappelé que la communauté internationale, qui exigeait l’arrestation de ce dernier, disposait au Congo d’une force de paix onusienne de 20.000 dotés de tanks, d’hélicoptères, de forces spéciales, une force se trouvant en partie à Goma, en face de chez Bosco. Avec lui, les officiers jouaient au tennis, ils fréquentaient les mêmes boîtes de nuit, les mêmes bars et restaurants. Pourquoi ne se sont ils pas chargés de l’arrêter, pourquoi nous ont-ils demandé de le faire ? Nous avons répondu que cette arrestation n’était pas notre affaire, qu’il était un officier congolais très proche du président Kabila, qu’ils avaient fait de curieux business ensemble. Vous souvenez vous de l’histoire de cet avion chargé d’or intercepté à Goma ? De très hauts dirigeants congolais étaient impliqués dans cette affaire. Ntaganda n’était plus sous notre contrôle…
    Les membres de la délégation nous ont alors dit qu’ils allaient arrêter Bosco, mais sans le déférer devant la Cour pénale internationale. Nous étions le 5 février et la délégation regagna Kinshasa. Deux jours après cette rencontre, Katumba Mwanke trouva la mort dans un accident d’avion à Bukavu.
    Fin mars, le président Kabila renvoya une autre délégation à Kigali, dirigée par le chef des services de sécurité, Kalev, par le colonel Yav Jean-Claude et d’autres. Ils souhaitaient toujours notre assistance car ils ne voulaient pas résoudre les problèmes de l’Est sans notre appui. Quel soutien ? Ils assuraient que Bosco Ntaganda bloquait le transfert de soldats rwandophones dans le reste du pays.
    Nous avons alors proposé d’organiser une réunion, à laquelle Bosco Ntaganda participerait et où nous tenterions de le convaincre de le convaincre de laisser ces officiers être déployés ailleurs qu’au Kivu.
    La réunion ayant été fixée au 8 avril, le jour dit, nous avons attendu ces gentlemen, mais ils arrivèrent sans Ntaganda car la rumeur avait couru selon laquelle les gouvernements du Rwanda et du Congo se préparaient à l’arrêter. Effrayé, il avait refusé de venir. Les Congolais arrivèrent avec trois officiers, le colonel Sultani Makenka, le colonel Faustin Muhindo et le colonel Innocent Zimurinda. La réunion était censée convaincre Ntaganda, mais ce dernier était absent. « Il a disparu la nuit dernière avec 200 de ses hommes hors de Goma…Peut être se trouve-t-il dans sa ferme du Masisi.. ». J’ai alors fait remarquer que « si Bosco n’est plus là, il ne peut plus empêcher le déploiement de ses officiers, le problème est alors résolu… »
    On m’expliqua qu’en fait, il y avait encore un problème et que c’est pour cela que trois officiers étaient là. Nous avons écouté nos interlocuteurs, avec le désir d’aider la RDC, d’une manière amicale, fraternelle. L’importance de cette réunion du 8 avril, c’est qu’il s’agît d’une occasion manquée. Elle marqua le tournant de tout ce qui allait se passer par la suite au Congo.
    Si nos interlocuteurs avaient écouté le conseil que nous leur avions donné ce jour là, les choses auraient été bien différentes.
    Cette date est cruciale, car lors de cette réunion nous avons écouté les représentants du gouvernement dont Kalev le chef de la Sûreté et le général Yav. Ils ont accusé les officiers rwandophones de refuser d’être déployés ailleurs dans le pays, de ne pas faire partie du système…Kalev a expliqué que le président était déterminé à protéger Bosco Ntaganda, à ne pas le transférer à la CPI mais le faire traduire devant une juridiction congolaise.
    Ils ont soulevé tellement de points, j’ai gardé toutes mes notes, les minutes de la réunion… Quant aux trois officiers rwandophones ils ont expliqué : « ce n’est pas Bosco qui nous bloque, mais le fait que beaucoup de points sur lesquels un accord avait été conclu en 2009 n’ont pas été réalisés. Comme préalable à notre déploiement dans d’autres régions du Congo, il fallait rétablir la sécurité au Kivu, régler le problème des FDLR, permettre que nos parents qui depuis tellement longtemps vivent dans des camps de réfugiés au Rwanda puissent rentrer chez eux. » Ils ajoutaient « notre intégration n’a jamais été complète, nous étions payés autrement que les autres militaires, nous avions reçu des grades mais ces derniers n’avaient jamais été confirmés par des arrêtés, et à tout moment nous risquions d’être chassés de l’armée. » Ces officiers évoquèrent la ségrégation, l’exclusion, le fait d’être considérés comme des militaires de deuxième classe… »
    De plus ils mentionnèrent le fait que 50 de leurs compagnons d’armes, qui avaient été transférés à Dungu en Province Orientale, avaient été tués en une seule nuit et que le gouvernement n’avait jamais mené d’investigation. Ils citaient le nom du responsable de leur mort, un colonel toujours en service… » « Nous avons été intégrés, certes,mais nous sommes toujours frustrés. Nous étions prêts à contribuer à la paix au Kivu, mais on ne nous aide pas : nous manquons de transport, de communications, de véhicules, d’argent. Rien. Comment pourrions nous ainsi mener des opérations contre les FDLR et d’autres groupes armés ?
    Et même lorsque nous entamons ces opérations, les FDLR en sont informés d’avance par des gens qui, depuis les rangs gouvernementaux, leur passent l’information. »
    Il y avait tant de plaintes que je ne peux me les rappeler toutes. Je me suis alors adressé à Kalev, lui demandant s’il savait déjà tout cela. Il répondit devant les autres qu’il avait déjà entendu cela tant de fois, qu’il en avait souvent parlé au président mais qu’il n’avait rien pu faire !
    J’ai alors demandé comment on pouvait sortir de cette situation. Ils ont répété qu’ils ne pouvaient se déployer hors du Kivu. Les autres ont dit que le gouvernement ne pourrait tolérer l’indiscipline et qu’ils devraient partir. J’ai alors prévenu les représentants du gouvernement, leur disant que cette situation était une bombe à retardement, qu’ils devaient trouver des solutions avant qu’il ne soit trop tard.
    Comme je connais très bien la situation du Kivu, que je connais tout le monde là bas, j’ai conclu que l’on se trouvait à la veille d’une guerre. J’ai dit qu’il fallait éviter à tout prix d’en arriver là et que s’ils voulaient quelque assistance, nous étions disposés à les aider à trouver une solution. La guerre, disions nous, va affecter tout le monde, la population congolaise, le Rwanda. De notre point de vue, si la guerre éclate, les FDLR vont regagner du terrain.
    A cette même période, le 8 avril, alors que nous recherchions une solution pacifique, le gouvernement congolais envoya vers Goma une importante force militaire, des lanceurs de fusée, des chars T52, des hélicoptères de combat. Goma fut soudain fortement militarisée. Au moment où, avec Kalev le chef de l’information civile et Yav le chef de l’information militaire, nous tentions de résoudre pacifiquement les problèmes, le chef d’état major, le général Etumba et le chef de l’armée de terre Tango Four Amisi débarquèrent à Goma pour renforcer l’effort militaire.
    Nous répétions que l’option militaire n’était pas la meilleure, mais ils sont allés de l’avant.
    C’ est à ce même moment que des officiers ont commencé à déserter leurs unités, que d’autres ont refusé le déploiement.
    Je leur ai alors conseiller de réunifier l’armée, de stopper les transferts, car la situation devenait dangereuse, de se pencher sur l’administration de l’armée, car il y avait beaucoup trop d’irrégularités, de problèmes de commandement, le mécontentement était général.
    A propos de Bosco Ntaganda, nous avons dit que s’ il était indiscipliné, cela ne pouvait être toléré, qu’il fallait l’arrêter, où qu’il soit. Ils m’ont dit que cela n’était pas possible car il se trouvait dans sa ferme. J’ai proposé de mener ensemble une nouvelle opération contre les FDLR, de la planifier, de la mener à bien. Quant aux commandants qui avaient refusé de se déplacer, à Kinshasa ou ailleurs, je leur ai conseillé de ne pas être trop durs avec eux, car cela allait créer du chaos. La situation était tellement volatile qu’utiliser contre eux la force militaire pouvait s’avérer dangereux.
    Après cette réunion, le président Kabila est venu à Goma, où il a annoncé qu’à tout prix il fallait arrêter Bosco Ntaganda, à tout prix. Ce message était le contraire de ce que j’avais entendu la veille, où on me disait que Bosco pouvait rester dans sa ferme.
    A ce moment, il se passait tant de choses ! Lorsque le colonel Zimurinda arriva à Goma, il fut désarmé, mais le même soir, on lui rendit ses armes et son escorte et il rejoignit immédiatement Bosco Ntaganda. Le jour suivant, le colonel Baudouin Ngaruye fut lui aussi désarmé et lorsque le soir on lui rendit ses armes après avoir négocié, il rejoignit Bosco. Le même jour, à Rutshuru le général Amisi donna l’ordre de désarmer tous les soldats de l’ex CNDP. Il y eut alors un clash entre tous ces militaires. Ensuite, à Fizi des officiers de l’ex-Pareco, Saddam et Nsabimana furent désarmés, il y eut des escarmouches et ils fuirent vers Uvira. Le commandant de la région, Delphin Kahimbi, déploya des forces pour les battre à Uvira et Bernard Nyamungu tenta de protéger les fuyards, avant de fuir lui-même vers Bukavu où il fut arrêté. C’est ainsi que commença le chaos.
    Quant au colonel Makenga, il retourna à Bukavu après notre réunion. Lorsque le président Kabila arriva à Goma, Makenga était supposé y revenir pour assister à une réunion, et sur la route de Bukavu à Goma, il y eut une embuscade, montée par Delphin Kahimbi. Makenga y échappa et arriva tout de même à Goma mais ne revint jamais à Bukavu.
    Cette version est controversée, car selon d’autres sources, Makenga aurait fui par le lac en direction du Rwanda…
    Non, il a échappé à l’embuscade et après quelques jours il a appelé Jean-Claude Yav disant qu’il ne pouvait rentrer à Bukavu aussi longtemps que Kahimbi s’y trouverait et il resta à Goma..
    Vous êtes sûr qu’il ne s’est pas rendu à Gisenyi à ce moment ?
    Non, il est resté à Goma. Makenga n’avait pas l’habitude de venir au Rwanda car il nous en voulait d’avoir arrêter Laurent Nkunda dont il était très proche. Durant ces quelques jours, les combats commencèrent contre Bosco Ntaganda, les FARDC l’attaquèrent dans sa ferme et ils amenèrent des renforts depuis le Sud Kivu. Même Delphin Kahimbi remonta de Bukavu jusque Goma. Le voyant arriver, Makenga quitta Goma à son tour et se rendit à Runyionyi, un endroit qu’il connaissait très bien.
    Ce mouvement du colonel Makenga en direction de Runyioni changea tout le scénario de la guerre ; si Bosco n’était pas populaire parmi les soldats, pas même auprès des rwandophones, il n’ en allait pas de même de Makenga : lui il était très populaire auprès des soldats…Son départ provoqua un mouvement de désertion parmi les FARDC..
    Les ex CNDP, dans le Masisi, étaient pratiquement vaincus et ils se renforcèrent lorsqu’ils firent mouvement vers Runyonyi. C’est alors que l’on a évoqué l’appui du Rwanda…
    C’est faux, hopeless. S’ils étaient vaincus, pourquoi ne furent ils pas capturés ?Entre Masisi et Runyoni, il y a une longue distance, plus de sept heures de route. On aurait pu les arrêter, les bloquer…
    Mais un cessez le feu avait été décrété, qui leur a permis de fuir…
    Non, il n’y a pas eu de cessez le feu. Ce qui s’est passé, c’est que cette force était intacte, avec ses armes et ses commandants, on ne peut pas dire qu’elle ait été défaite. On l’a peut-être laissée passer, intacte.
    Ce qui est important, c’est que lorsque Makenga arriva à Runyonyi, il avait 200 soldats. Dans les jours qui suivirent, ils étaient des milliers : des soldats, des officiers firent alors défection et convergèrent pour rejoindre Makenga, il ne s’agissait pas seulement de rwandophones. D’après nos informations, 80% des forces du M23 sont des Hutus, anciens combattants du Pareco. Bashi, Bahutu, Nande, Barega, beaucoup d’autres groupes rejoignirent le M23. Même des membres de la garde rapprochée du président Kabila, des Katangais, des Kasaïens, firent défection et rejoignirent Makenga, tellement il y avait du mécontentement…
    Le mauvais management des troupes est au cœur du problème. Comment pouvez vous envoyer des troupes en opération en leur donnant seulement une poignée de haricots secs ! Au lieu de leur envoyer de la nourriture, vous leur donnez un sac de haricots, sans eau, sans sel, sans riz, sans casserole ni bois de feu… C’est impossible.
    On ne peut pas dire que l’armée congolaise a échoué à battre le M23, car le M23 était soutenu par le Rwanda. Non. Ils ont échoué parce qu’ils ne peuvent pas se battre, dans les conditions où ils se trouvent. Ils ne tueraient même pas un rat…..
    Ils pourraient se battre s’ils étaient nourris correctement…
    La nourriture ne suffit pas. Il faut aussi une bonne structure de commandement…Après avoir rejoint les rangs du M23, les soldats déserteurs commencèrent à mieux se battre. Pas seulement à cause de la nourriture, mais parce qu’ils se battaient contre un système qui les maltraitait… Dire que le Rwanda soutenait le M23, c’est faux et je vais vous le démontrer…
    Vous dites qu’aucun renfort n’a traversé la frontière ?
    J’ai connu cette région autrefois. Runyonyi ne se trouve pas sur la frontière, marcher depuis la frontière rwandaise jusque Runyonyi, cela prend au moins onze heures de marche, il faut traverser la forêt car il n’y a pas de routes, il n’y a aucun lien entre Runyonyi et le Rwanda. Toute cette histoire de soutien que le Rwanda aurait apporté est une manipulation. Mais une manipulation très compliquée. Elle implique le gouvernement congolais désireux de sauver la face après sa défaite militaire et sommé d’expliquer pourquoi ses soldats n’ont pas combattu. Elle est soutenue par l’Occident, déçu par le fait que Bosco Ntaganda n’ait pas été arrêté par la Cour pénale et que le Rwanda n’a pas coopéré à cette arrestation. Le Rwanda est puni car il n’a pas coopéré pas avec la Cour pénale internationale, cela, c’est le fond du problème. Tout le monde sait que le Rwanda n’a pas un seul soldat au sein du M23, ne lui donne aucun soutien. Même les Congolais savent cela, ils nous le disaient à titre individuel, mais ils devaient sauver la face…
    Mais à Goma fin juin, des transfuges ont témoigné du fait qu’ils avaient été recrutés au Rwanda pour venir combattre au Congo…Que faut-il en penser ?
    Vous connaissez le Congo, vous savez comment Goma, Bukavu, c’est un melting pot de mensonges, diffusés à la radio par le gouverneur, le ministre de l’information…
    Tout de même, ceux qui ont diffusé ces témoignages que vous qualifiez de mensonges ont été nombreux, issus de différents milieux, y compris des observateurs des Nations unies…
    C’est pourquoi je parle d’une machination contre le Rwanda, en connivence avec le gouvernement congolais et la communauté internationale. C’est ainsi. Le problème est là. La Monusco a été au Congo durant plus de dix ans, et elle n’a rien résolu. Elle fait du business avec les FDLR, fait commerce avec l’or, le coltan, nous savons tout cela.
    Quant au groupe d’experts de l’ONU, ces jeunes hommes et femmes qui ont rédigé le rapport, comme Steven Hege, qui prône la négociation avec les FDLR, il a aussi été manipulé par le gouvernement congolais.
    Comment les Nations unies peuvent elles désigner comme experts des gens aussi jeunes, aussi peu expérimentés, qui se perdent même dans les acronymes. Même leur intégrité est sujette à caution…Ils n’ont pas le niveau de compréhension minimum nécessaire dans cette région.
    Pour nous, nous n’allons pas cesser d’avoir des contacts avec la RDC. Des le 1er mai, nous avons eu des contacts au niveau de l’état major. Ils nous ont demandé de les aider et nous allons le faire. Nous leur avons rappelé que le 8 avril ils avaient manqué une occasion d’éviter la guerre. Nous leur avons demandé de stopper les combats afin que nous puissions voir que faire, comment les aider.
    A cette époque, nos interlocuteurs congolais nous demandaient explicitement de déplacer nos forces à l’intérieur du Congo, afin de les aider à régler le problème. Nous avons
    refusé de bouger nos forces..
    Cependant vous aviez des forces basées à Rutshuru…
    Oui, elles étaient destinées à combattre les FDLR. Il s’agît de deux compagnies de forces spéciales, aux côtés de deux compagnies de forces spéciales congolaises. Cela fait deux ans qu’elles sont là et elles y sont toujours…
    Le 3 mai nous avons eu une autre rencontre à Kigali, avec le ministre de la défense congolais et lui aussi nous a demandé d’intervenir. Mais nous ne pouvions pas voir comment on pourrait régler militairement ce problème. Le 12 mai, nouvelle rencontre des ministres de la défense à Rubavu, ils refont la même demande. Le 18 mai, autre réunion à Kigali, le 26 mai nouvelle rencontre, toujours à Kigali, incluant le ministre congolais des affaires étrangères. A ce moment, la défaite des forces gouvernementales était flagrante. Et c’est à cette réunion, que, pour la première fois, les Congolais ont commencé à accuser les Rwandais d’avoir aidé le M23, et cela alors que nous avions déjà eu tant de réunions, pour examiner comment les aider.
    Ils ont seulement mentionné cette accusation et de notre côté nous avons dit que certains commandants avaient intégré des FDLR. Nous avons proposé de mettre en place un mécanisme de vérification commun.
    Le 29 mai, les chefs d’état major ont lancé le mécanisme de vérification pour dissiper les rumeurs. Le 19 juin, il y eut un nouveau meeting à Kinshasa mais deux jours auparavant le gouvernement congolais, aux Nations unies, avait accusé le Rwanda…
    Entre-temps, à Goma, des transfuges avaient expliqué à la Monusco qu’ils avaient été recrutés au Rwanda pour rejoindre le M23…
    Nous avions été informés du fait que l’on était en train de fabriquer des preuves pour mettre en cause le Rwanda et nous en avions informé nos interlocuteurs congolais. Nous leur demandions pourquoi ils faisaient cela.
    Il y a d’abord eu le cas de ces 11 personnes, des FDLR qui se trouvaient dans le camp de Mutobo et qui furent envoyés à Runyonyi. Après que j’en aie parlé au colonel Yav, l’histoire disparut. Mais elle resurgit ensuite et on retrouva ces 11 transfuges dans le camp de la Monusco. Kalev, le chef de l’ANR, est à l’origine de toutes ces manipulations, l’histoire a été fabriquée à Goma, présentée à la Monusco et de là elle est partie aux Nations unies…
    Il y a tant d’histoires… Jusqu’à la dernière où il est question d’un capitaine Saddam qui fut capturé quelque part par les FARDC. On trouva sur lui une carte d’identité rwandaise et on le présenta au groupe d’experts de l’ONU. Or nous ne connaissons pas cette personne, il n’est pas repris sur les listes de notre armée… La vérité, c’est qu’alors que nous nous trouvions à Goma pour une réunion, le chef de l’intelligence militaire congolaise vint me voir dans ma chambre et, à propos de l’histoire de ce capitaine, il me dit « nous commettons une grande erreur en fabriquant ce genre d’histoires contre le Rwanda, cela nous a déjà coûté tellement cher…Ce capitaine Saddam appartient l’armée congolaise, mais c’est Kalev qui a décidé de fabriquer une fausse carte d’identité rwandaise et d’envoyer ce témoignage truqué aux Nations unies…Comment imaginer que des décisions soient prises sur de telles bases ? »
    Si le Rwanda est victime d’une machination, elle est tout de même énorme, avec la participation de personnes différentes, c’est beaucoup…
    Il y en a eu tellement, c’est vrai… Mais voyons maintenant les choses en face: les Congolais sont victimes d’un chaos qu’ils ont créé eux-mêmes, la communauté internationale le sait, j’ai les minutes de la réunion des onze ministres des affaires étrangères de la conférence sur la sécurité dans les Grands Lacs, à Nairobi. Le gouvernement congolais y déclare très clairement que la première cause de l’instabilité dans l’est du Congo, c’est la pression internationale mise sur l’arrestation de Bosco Ntaganda. Et ensuite, on met la responsabilité sur le Rwanda !
    Quant à nous, nous poursuivons réunions et contacts avec les Congolais. Mais il nous est arrivé de voir débarquer à Kigali deux délégations venues du Congo., Chacune a son propre message, différent de l’autre, et refuse une réunion commune…C’est une confusion totale.
    Mais ce qui est très clair, c’est que le président Kabila a été nourri de mensonges par ses gens sur le terrain…
    Je crois qu’en commençant cette guerre, les Congolais ont pensé que ce serait une opération rapide. Ils se sont surestimés. Mais lorsque les choses ont commencé à changer sur le terrain, ils ont commencé à chercher un prétexte, et à désigner le Rwanda. D’autant plus facilement que chaque fois que quelque chose ne va pas au Congo, on désigne le Rwanda. A cela s’est ajoutée la frustration de l’Occident qui voulait arrêter Bosco Ntaganda et poussait le président Kabila à le faire. Tout cela engendré un grand chaos.
    Je reviens avec la même question : vous pouvez mettre en cause les experts de l’Onu, leur compétence, leur niveau, vous pouvez dénoncer Kalev et les manipulations de l’ANR, mais ne croyez vous pas que les Américains, les Britanniques, et même les Belges ont eux aussi leurs sources d’information. Or tous confirment les mêmes faits. Sont ils tous victimes d’une hallucination collective ?
    Nous avons de grosses ambassades au Rwanda, et elles ont les moyens de faire du renseignement. Elles surveillent certainement les mouvements de troupes, de logistique, les mouvements vers la frontière. Or depuis les six dernières années au moins, il n’y a aucun mouvement vers la frontière…Comment le Rwanda pourrait il combattre en RDC sans qu’aucun mouvement ne soit visible ?
    Ce qu’elles racontent, ce sont des informations qui leur ont été transmises depuis l’autre côté de la frontière, rien de ce qu’elles ont constaté elles mêmes… Au Rwanda même, elles n’ont rien vu…
    Comment, dans ce pays très peuplé, le passage de centaines de soldats, d’armes, de camions aurait il pu passer inaperçu ? Aucune preuve ne peut être fournie…
    Le ministre belge Reynders a laissé entendre que des « éléments rwandais non contrôlés » pourraient être impliqués. Cela vous paraît il possible ?
    Je suis sûr que les militaires rwandais sont plus contrôlés, mieux organisés que les Belges. Si des éléments incontrôlés existent quelque part, ce serait plutôt dans l’armée belge qu’au sein de l’armée rwandaise. L’armée rwandaise est solide, bien organisés, bien commandée, bien disciplinée, des éléments incontrôlés en son sein ne peuvent pas exister…
    Et des recrutements incontrôlés, de Tutsis d’origine congolaise qui se trouveraient en territoire rwandais, c’est impossible aussi ?
    Cela, c’est possible. Nous avons camps de réfugiés, à Buyumba, Gatsibo, Kibuye et Kigeme et d’autres réfugiés ne sont pas dans des camps. Qu’il y ait des recrutements dans ces milieux là, c’est très possible, à 100%. J’ai dit aux Congolais que s’ils avaient des informations à propos de ces recrutements, ils pouvaient nous les donner, pour que nous y mettions fin. Mais les Congolais préfèrent faire du bruit et accuser le Rwanda…
    Des intérêts privés, mafieux, auraient ils pu être mêlés à tout cela ?
    C’est de l’imagination, de la fantaisie, de la confusion totale. Comment le Rwanda pourrait il tolérer de tels mouvements ? La société rwandaise est très disciplinée, nous ne pouvons avoir de tels éléments…Et même si cela était, cela n’expliquerait pas comment toute une armée a pu être battue par quelques centaines d’éléments…Vingt deux mille éléments, équipés de tanks, d’hélicoptères ont été mis en échec par quelques centaines de mutins. Cela montre qu’au Congo il n’y a ni gouvernement ni armée, seulement un grand vide.
    Tous ces constats étant faits, la pression étant mise sur le Rwanda, quelles sont les pistes de solution ?
    Rwanda n’est pas sous pression. Croyez vous vraiment que les Nations unies pourraient mettre le Rwanda sous pression ? C’est un non sens. Même les sanctions ne nous effraient pas, elles ne signifient rien…
    Mais si des fonds sont coupés, des budgets bloqués, cela peut faire mal…
    L’argent ce n’est pas un problème. Dans la brousse nous avons déjà survécu sans ressources…Sans aide, nous nous développerons mieux, cela nous donnera plus d’énergie encore. S’ils en sont au point de baser leurs sanctions sur des mensonges, laissons les faire, cela ne risque pas d’influencer le Rwanda. Au Congo, nous n’avons pas commencé ces histoires, nous ne les avons pas soutenues et aujourd’hui nous n’allons pas y aller pour nettoyer leur désordre.
    Nous compterons sur nous mêmes comme nous l’avons toujours fait…
    Quelles sont les solutions possibles ?
    C’est aux Congolais qu’il appartient de les trouver. Et aussi aux Etats membres de la Conférence internationale sur la sécurité dans les Grands Lacs, qui vont se revoir le 5 septembre. Je ne suis pas sûr que la force neutre verra jamais le jour. Par contre ce qui fonctionnera, c’est le mécanisme conjoint de vérification, qui sera composé de trois représentants de chacun des Etats membres de la conférence. Le commandement sera exercé par l’Ouganda, le numéro deux sera originaire de Brazzaville, les autres viendront de RDC, du Rwanda, du Burundi, de l’Angola, de la Tanzanie…Ces officiers vérifieront la frontière entre la RDC et le Rwanda, ils contrôleront aussi sur le terrain l’application du cessez le feu entre l‘armée congolaise et le M23 et la présence des FDLR sur le terrain. Tout cela en attendant l’éventuel déploiement de la force neutre. Si elle vient jamais…
    Des négociations avec le M23 sont elles envisageables ?
    Cela dépend de ce que décidera la conférence. Maintenant il faut laisser jouer les mécanismes régionaux. Nous nous référerons aux décisions de la Conférence présidée par l’Ouganda…
    Si l’on veut sortir de cette crise, il faut que la communauté internationale comprenne qu’en exerçant des pressions sur le Rwanda à propos de la situation en RDC, elle ne fait pas de bien à la RDC : les problèmes sont nés là, c’est là qu’ils doivent être résolus. Et les Congolais doivent savoir que la solution à leurs difficultés ne viendra pas de la communauté internationale, mais d’eux-mêmes. C’est en comptant sur eux-mêmes, en construisant leurs propres mécanismes de gouvernance, leur propre système que les Congolais s’en sortiront… …
    Si à Kinshasa ou au Kasaï les gens ont faim et se révoltent, en quoi le Rwanda est il responsable de cette situation ? Où est le lien… Si les Congolais continuent à rechercher à l’extérieur les causes de leurs problèmes, ils rencontreront plus de difficultés encore…C’est en eux-mêmes qu’ils doivent rechercher les solutions…
    Propos recueillis à Kigali le 29 août

    26 août 2012
    Le florilège des petites phrases de Reynders
    Catégorie Non classé
    Outre sa désormais célèbre phrase « si le Rwanda n’est pas une partie du problème, il doit contribuer à la solution » Reynders affectionne les « petites phrases » parfois peu diplomatiques. En voici quelques unes.
    A propos des mutins : « il faut mater les mutins ». « Il faut les reconvertir, ailleurs que dans l’armée »
    A propos de l’armée congolaise : « A force d’intégrer les indisciplinés, c’est l’indiscipline elle-même que l’on intègre »
    « La frontière entre le Rwanda et le Congo doit être rendue étanche »
    « Il faut privilégier la pacification, et ensuite la coopération régionale »
    « La Belgique défend le principe d’une souveraineté congolaise pleine et entière, sur l’ensemble du territoire . »

  24. A QUOI SERVENT LA COI ET L’OIF ?

    La COI et l’OIF ne sont autre chose que les instruments de la Françafrique pour asseoir et légitimer sa domination et son emprise sur l’Afrique.

    C’EST CONNU mais, Le problème c’est que pour le moment nous ne pouvons pas quitter l’OIF. Aussi si l’occasion nous est donnée de pouvoir toucher un seul cheveu de l’OIF,
    Pourquoi ne pas le faire ?

    Signons la pétition contre la tenue de son Sommet à Kinshasa et venons tous nombreux demain
    (aujourd’hui) au rassemblement. La presse française y sera présente, profitons-en pour faire la
    communication sur Madagascar ( pancarte, banderole, interview …). Ne rien faire contre elle c’est tout
    simplement la soutenir. Après la plaidoirie au TGI de Paris, suivie d’une conférence de presse :

    Rendez-vous
    Jeudi 6 septembre 2012
    Place du Châtelet de 9h à 13h.

     » Promouvoir la langue française « , et donc à travers elle la culture française telle est la mission de
    l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF).

    « AUCUN PEUPLE NE PEUT SE DEVELOPPER HARMONIEUSEMENT, CONFORMEMENT A
    SON GENIE PROPRE, EN UTILISANT DES LANGUES IMPORTEES ET DES RELIGIONS
    ETRANGERES A SON GENIE CULTUREL. CAR TOUT PEUPLE COUPE DE SON PASSE,
    DE SA LANGUE, DE SON GENIE, DE SES ANCÊTRES, DE SA RELIGION TRADITIONNELLE,
    EST COMME UN ARBRE DÉRACINÉ. TÔT OU TARD, CE PEUPLE FANERA ET SOMBRERA
    DANS LE VIDE QUI FACILITE TOUTES LES DOMINATIONS.

    L’HOMME A UNE AME DIVINE. CHAQUE PEUPLE AUSSI A UNE AME COLLECTIVE,
    UN EGREGORE, UN ANGE, UN GENIE.

    LA CULTURE D’UN PEUPLE EST L’EXPRESSION DE L’AME DE CE PEUPLE DONT LA
    LANGUE EST LE VEHICULE PRINCIPAL.

    LA CULTURE EST LE MODE DE VIE. LA VRAIE RELIGION EST AUSSI UN MODE DE VIE.
    AINSI, LA RELIGION EST UNE CULTURE. ELLE ENGLOBE LA VISION DU MONDE D’UN
    PEUPLE DONNE, SES VALEURS MORALES, ET SES RELATIONS AVEC SES ANCÊTRES,
    SES GENIES LOCAUX, ET L’ETRE SUPRÊME.

    LE REGIME COLONIAL A MOBILISE DES GRANDS MOYENS POUR TENTER DE DETRUIRE
    LA CULTURE NEGRO AFRICAINE ET DE CREER, EN AFRIQUE, LE VIDE CULTUREL QUI
    FACILITE TOUTES LES DOMINATIONS. AINSI, FORTEMENT COMBATTUE PAR LE REGIME
    COLONIAL, L’AFRIQUE A BEAUCOUP PERDU SUR TOUS LES PLANS : HUMAIN, MATERIEL,
    CULTUREL, LINGUISTIQUE, SPIRITUEL, etc…

    dixit l’honorable Ne Muanda Nsemi

    ……………………………………………………………………………………………….
    CEUX ou CELLES interessés pour lire sont priés d’enlever (/.) sur chaque lien et le mettre sur la barre de navigation , car le forum MyDago ne permet pas plusieurs liens en même temps MERCI :

    Njara

    ………………………………………………………………………..
    Qu’est-ce que la COI ?
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Commission_de_l'oc%C3%A9an_Indien(/.)
    A propos de l’OIF
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Organisation_internationale_de_la_francophonie.
    http://www.francophonie.org/Qui-sommes-nous.html(/.)


    Envoyé le : Mardi 4 septembre 2012 13h42
    Objet :

    OIF – Abdou DIOUF :

    – Signons la pétition pour le Congo et l’Afrique : :
    [www.avaaz.org]
    – L’audience du 16/08/12
    http://www.youtube.com/watch?v=QiUKaWmX3K4(.)
    – Mobilisation de la diaspora africaine à travers l’Europe/.
    http://www.youtube.com/watch?v=8xMoz1UFOIE&feature=related(/.)
    http://www.youtube.com/watch?v=hyyNsmaYLSc&feature=fvwrel(/.)
    http://www.youtube.com/watch?v=nupa0IPUxuk&feature=related(/.)
    http://www.youtube.com/watch?v=hyyNsmaYLSc&feature=related(/.)

    – Coltan http://www.youtube.com/watch?v=JYPYxAEYjfg&feature=relmfu(/.)

    Madagascar

    La France acteur-clé de la crise malgache
    http://www.monde-diplomatique.fr/2012/03/DELTOMBE/47470(/.)
    http://survie.org/billets-d-afrique/2012/214-juin-2012/article/le-canal-du-mozambique-un-enjeu(/.)
    http://ampitapitao.blogspot.fr/2012/02/pourquoi-il-fallait-destituer-marc.html(/.)
    http://www.lemonde.fr/afrique/article/2012/08/03/corruption-insecurite-et-inflation-les-repercussions-de-la-crise-politique-dans-le-quotidien-des-malgaches_1742054_3212.html(/.)

    Publié par:

    http://tsimokagasikara.wordpress.com(/.)

    Analyse: Madagascar, terre de bandits impitoyables
    Publié le 2 Septembre 2012 by tsimoka

    Photo: Guy Oliver/IRIN Des écolières en route pour aller chercher de l’or près de Ankavandra, une zone infestée de bandits dans l’ouest de Madagascar AMBOTRANGANO, 21 juillet 2012 (IRIN) – Il aura fallu deux ans à Zakamihaingo Razafindranoivo, …

    Lire la suite →

    Des Sud-Africains veulent «arrêter» Tony Blair


    Publié le 2 Septembre 2012 by tsimoka
    tony-blair_1528241c
    Cette galerie contient 2 photos.
    IRIB- Al-Jamaah, un groupuscule musulman sud-africain, a annoncé son intention «d’arrêter» l’ancien Premier ministre britannique, Tony Blair, pour crimes contre l’humanité. Ce dernier doit se rendre, à Johannesbourg, où il prononcera une allocution, selon une déclaration des médias locaux. L’arrestation aurait été envisagée, au cours de la manifestation visant à «demander un … Lire la suite →

    MADAGASCAR : Il faut supprimer la HCC


    Publié le 1 Septembre 2012 by tsimoka

    Par Fanomeza RAZAFIMANDIMBY Chef de détachement de la Police Nationale et Chef d’escorte, Adjoint du Directeur de Sécurité à la HCC Incarcéré du 06/05/2009 au 11/08/2011 à Tsiafahy D’emblée, on peut affirmer que la HCC est à l’origine des …

    Lire la suite →

    Sommet des MNA: discours du président iranien, à la clôture du Sommet de Téhéran
    Publié le 1 Septembre 2012 by tsimoka
    IRIB- Lors d’une intervention, aux cérémonies de clôture du 16e sommet du Mouvement des Non-alignés, à Téhéran, le président de la RII a déclaré que les Non-alignés insistaient sur la nécessité des réformes à apporter, dans l’ordre mondial, pour faire … Lire la suite →

    Sommet du MNA/Rapport de l’AIEA : simple coïncidence?


    Publié le 1 Septembre 2012 by tsimoka

    IRIB- Au second jour du Sommet du MNA, à Téhéran, l’Agence internationale de l’Energie atomique a publié son rapport semestriel sur l’Iran. Le rapport n’a pas tardé de servir de prétexte aux agences de presse occidentales, pour lancer une nouvelle … Lire la suite →

    Sommet du MNA : Affluence record, à Téhéran, et défaite des USA/UE!!

    Publié le 1 Septembre 2012 by tsimoka
    Par François Asselineau IRIB- La défaite diplomatique cinglante et du camp euro-atlantiste se confirme avec la présence supplémentaire .. ….de Vladimir Poutine, Evo Morales, Rafael Correa, Hugo Chavez et des Secrétaires généraux de l’ONU de la Ligue arabe de lOCI … Lire la suite →

    Ambatovy: Plusieurs milliers d’employés menacés de chomage technique


    Publié le 30 Août 2012 by tsimoka

    La Grande multinationale seraient sur le point de mettre plusieurs milliers de salariés au chomage technique. Ces derniers temps, en effet, les actualités sociales dans la capitale du Betsimisaraka ont été dominées par ce qui se passe au sein de cette firme qui est le premier employeur de la région. Tout le monde est donc au courant que les dirigeants putschistes demandent plusieurs millions … Lire la suite →

    La Rédaction de « Tsimok’i Gasikara »

    De : Prof. Rev. Julien Ciakudia Sr
    À :
    Cc

    Le carnet de Colette Braeckman
    Un site utilisant les blogs du soir.be
    aller au contenu
    « précédents
    29 août 2012
    Le Rwanda devant le Comité des sanctions de l’ONU: Kabarebe s’exprime
    Catégorie Non classé
    Au moment où, aux Nations unies, le « comité des sanctions » passe au crible le rapport des cinq experts qui accusent le Rwanda d’avoir soutenu, en hommes et en armes, les militaires rebelles du M23 et où la Ministre rwandaise des affaires étrangères Louise Mushikwabo présente la défense de son pays, le ministre rwandais de la défense James Kabarebe a accepté de recevoir l’envoyée spéciale du Soir.
    Compagnon de Paul Kagame depuis la création du Front Patriotique rwandais à la fin des années 80, chef d’état major puis ministre de la défense, le général Kabarebe joua aussi un rôle de premier plan au Congo : en 1996, lorsqu’éclata la première guerre qui mena à la chute du président Mobutu et au démantèlement des camps de réfugiés hutus, c’est lui qui mena l’offensive jusque Kinshasa. Devenu président en mai 1997, Laurent Désiré Kabila nomma Kabarebe au poste de chef d’état major. En 1998, brouillé avec son ancien allié, l’officier rwandais mit sur orbite la rébellion du RCD Goma, ouvertement soutenue à l’époque par les forces rwandaises et il lança un raid audacieux sur la base aérienne de Kitona (Bas Congo) . Connaissant parfaitement le Congo, qu’il a traversé de bout en bout, familier de tous ses acteurs (y compris le président Kabila lui-même) James Kabarebe fut aussi l’inspirateur des accords conclus le 23 mars 2029 entre le pouvoir de Kinshasa et des soldats rebelles conduits par le général Laurent Nkunda. Ce dernier ayant été placé en résidence surveillée, le général Bosco Ntaganda fut placé à la tête des troupes de Nkunda, officiers et combattants du CNDP (Conseil national pour la défense du peuple), un mouvement militaire qui se transforma en parti politique. Mais par la suite, la Cour pénale internationale délivra un mandat d’arrêt contre le général Bosco Ntaganda accusé de recrutement d’enfants dans l’Ituri et la communauté internationale somma les autorités congolaises de procéder au plus tôt à son arrestation. La réconciliation ainsi scellée en 2009 au niveau des présidents Kabila et Kagame permit aux deux armées, rwandaise et congolaise, de mener au Nord et au Sud Kivu, des opérations conjointes contre les FDLR (Front démocratique pour la libération du Rwanda) ces combattants hutus rwandais toujours imprégnés de l’idéologie du génocide et que Kigali considère encore comme une menace.
    L’éclatement de la rébellion des « ex-CNDP », les hommes de Nkunda, intégrés dans l’armée congolaise mais aussi frustrés que leurs compagnons d’armes, a fait éclater une alliance qui avait contribué, durant trois ans, à stabiliser l’Est du Congo : les soldats mutins ont dénoncé le fait que les accords du 23 mars 2009 (d’où le nom de leur mouvement, le M23) n’aient pas été respectés, tandis que, s’appuyant sur des témoignages de transfuges recueillis par la MONUSCO (Mission des Nations unies au Congo) Kinshasa accusait le Rwanda d’avoir soutenu les mutins, les approvisionnant en armes, en munitions et en nouvelles recrues.
    Estimant que son pays est injustement mis en cause et fait l’objet d’une campagne de désinformation, sinon d’une machination internationale, le général Kabarebe a tenu, durant une heure et demie, à nous recevoir et à rappeler comment le Rwanda a suivi, de jour en jour et de réunion en réunion, la dégradation de la situation du côté congolais.
    29 août 2012
    Cartes sur table: les quatre vérités du général James Kabarebe
    Catégorie Non classé
    Exclusif : les quatre vérités de James Kabarebe, Ministre de la Défense du Rwanda
    A la veille des élections au Congo, l’automne dernier, vous affirmiez que si vous pouviez aider ce pays à se stabiliser davantage, vous le feriez. Au vu de la situation actuelle, qu’est ce qui a mal tourné ?
    Ce n’est pas seulement à la veille des élections que nous avons tenté d’aider le Congo. En 2009 déjà, nous avions tenté de résoudre le problème du CNDP (Conseil national pour la défense du peuple), ce qui avait débouché sur l’arrestation du général Laurent Nkunda et la mise à l’écart de beaucoup d’autres groupes, le Pareco, les Mai Mai Kifwawa, le groupe de Nakabaka, le FRC… Tous avaient fini par être intégrés au sein des troupes gouvernementales. Depuis lors, nous avons rétabli les relations diplomatiques avec le Congo, nos présidents se sont rencontrés plusieurs fois. Une évolution aussi positive surprenait tout le monde, y compris nous-mêmes.
    Qu’est ce qui s’est passé ? C’est une question que nous nous posons aussi, mais personne n’est là pour nous répondre. Mais certaines personnes, surtout en Occident, ont décidé d’interroger le seul Rwanda sur ce qui se passe en RDC.
    Au lendemain des élections, le président Kabila a été mis sous pression par la communauté internationale qui exigeait l’arrestation du général Bosco Ntaganda, recherché par la Cour pénale internationale. N’y a-t-il pas eu à ce moment une sorte d’accord entre Kinshasa et Kigali pour écarter le général et procéder à son remplacement ?
    C’est là que la confusion a commencé.
    Pour retracer la genèse de l’histoire, il faut remonter aux accords conclus en 2009 et savoir que, jusqu’au lendemain des élections au Congo et jusqu’au mois d’avril 2012, il n’y a pas eu de problème. En 2009, nous avions aidé à résoudre le problème du CNDP en appuyant l’intégration de ses soldats dans l’armée gouvernementale, de même que les militaires du Pareco, des Mai Mai Kifwawa, Nakabaka, soit une dizaine de groupes. Mais par la suite, la gestion de cette situation aurait du être l’affaire des Congolais eux-mêmes…
    Le CNDP (Conseil national pour la défense du peuple) avait donc été intégré à la suite d’un accord signé à Nairobi, sous la supervision des présidents Obasanjo et Mkapa. Le Rwanda avait ainsi contribué à un accord qui, durant trois ans, avait permis de pacifier l’Est du Congo. Or aujourd’hui l’intégration de ces forces a échoué. Cet échec n’est pas le fait du Rwanda, mais il est du à la mauvaise gestion du processus d’intégration des militaires.
    Que s’est il passé cette année ci ?
    En décembre, au lendemain de son élection, le président Kabila dépêcha un envoyé spécial à Kigali, accompagné de quelques militaires. Le conseiller du président, feu Katumba Mwanke, apportait un message en quatre points : le premier c’est que le président Kabila souhaitait obtenir le soutien du Rwanda pour transférer vers d’autres provinces les soldats d’expression rwandaise qui se trouvaient dans l’Est du Congo. Il souhaitait également notre appui car les Occidentaux le pressaient d’arrêter le général Bosco Ntaganda. Après avoir réalisé ces deux points, nous aurions mené des opérations conjointes pour neutraliser les FDLR. Et enfin, forts d’avoir travaillé correctement ensemble sur les points précédents, nous aurions renforcé la coopération économique entre nos deux pays, relancé plusieurs projets demeurés en suspens.
    La délégation nous expliqua que les soldats rwandophones refusaient d’être déployés ailleurs qu’au Kivu et elle espérait que nous réussirions à les convaincre, compte tenu de notre relation historique pas seulement avec les anciens soldats du CNDP mais aussi avec les autres officiers congolais.
    D’après eux, ces hommes refusaient d’être transférés dans d’autres parties du pays car Bosco Ntaganda le leur interdisait…Comme de coutume nous avons proposé notre aide même si mon sentiment était que des problèmes de cet ordre devaient être résolus sur une base nationale.
    Pour ce qui concerne Bosco Ntaganda, nous avons rappelé que la communauté internationale, qui exigeait l’arrestation de ce dernier, disposait au Congo d’une force de paix onusienne de 20.000 dotés de tanks, d’hélicoptères, de forces spéciales, une force se trouvant en partie à Goma, en face de chez Bosco. Avec lui, les officiers jouaient au tennis, ils fréquentaient les mêmes boîtes de nuit, les mêmes bars et restaurants. Pourquoi ne se sont ils pas chargés de l’arrêter, pourquoi nous ont-ils demandé de le faire ? Nous avons répondu que cette arrestation n’était pas notre affaire, qu’il était un officier congolais très proche du président Kabila, qu’ils avaient fait de curieux business ensemble. Vous souvenez vous de l’histoire de cet avion chargé d’or intercepté à Goma ? De très hauts dirigeants congolais étaient impliqués dans cette affaire. Ntaganda n’était plus sous notre contrôle…
    Les membres de la délégation nous ont alors dit qu’ils allaient arrêter Bosco, mais sans le déférer devant la Cour pénale internationale. Nous étions le 5 février et la délégation regagna Kinshasa. Deux jours après cette rencontre, Katumba Mwanke trouva la mort dans un accident d’avion à Bukavu.
    Fin mars, le président Kabila renvoya une autre délégation à Kigali, dirigée par le chef des services de sécurité, Kalev, par le colonel Yav Jean-Claude et d’autres. Ils souhaitaient toujours notre assistance car ils ne voulaient pas résoudre les problèmes de l’Est sans notre appui. Quel soutien ? Ils assuraient que Bosco Ntaganda bloquait le transfert de soldats rwandophones dans le reste du pays.
    Nous avons alors proposé d’organiser une réunion, à laquelle Bosco Ntaganda participerait et où nous tenterions de le convaincre de le convaincre de laisser ces officiers être déployés ailleurs qu’au Kivu.
    La réunion ayant été fixée au 8 avril, le jour dit, nous avons attendu ces gentlemen, mais ils arrivèrent sans Ntaganda car la rumeur avait couru selon laquelle les gouvernements du Rwanda et du Congo se préparaient à l’arrêter. Effrayé, il avait refusé de venir. Les Congolais arrivèrent avec trois officiers, le colonel Sultani Makenka, le colonel Faustin Muhindo et le colonel Innocent Zimurinda. La réunion était censée convaincre Ntaganda, mais ce dernier était absent. « Il a disparu la nuit dernière avec 200 de ses hommes hors de Goma…Peut être se trouve-t-il dans sa ferme du Masisi.. ». J’ai alors fait remarquer que « si Bosco n’est plus là, il ne peut plus empêcher le déploiement de ses officiers, le problème est alors résolu… »
    On m’expliqua qu’en fait, il y avait encore un problème et que c’est pour cela que trois officiers étaient là. Nous avons écouté nos interlocuteurs, avec le désir d’aider la RDC, d’une manière amicale, fraternelle. L’importance de cette réunion du 8 avril, c’est qu’il s’agît d’une occasion manquée. Elle marqua le tournant de tout ce qui allait se passer par la suite au Congo.
    Si nos interlocuteurs avaient écouté le conseil que nous leur avions donné ce jour là, les choses auraient été bien différentes.
    Cette date est cruciale, car lors de cette réunion nous avons écouté les représentants du gouvernement dont Kalev le chef de la Sûreté et le général Yav. Ils ont accusé les officiers rwandophones de refuser d’être déployés ailleurs dans le pays, de ne pas faire partie du système…Kalev a expliqué que le président était déterminé à protéger Bosco Ntaganda, à ne pas le transférer à la CPI mais le faire traduire devant une juridiction congolaise.
    Ils ont soulevé tellement de points, j’ai gardé toutes mes notes, les minutes de la réunion… Quant aux trois officiers rwandophones ils ont expliqué : « ce n’est pas Bosco qui nous bloque, mais le fait que beaucoup de points sur lesquels un accord avait été conclu en 2009 n’ont pas été réalisés. Comme préalable à notre déploiement dans d’autres régions du Congo, il fallait rétablir la sécurité au Kivu, régler le problème des FDLR, permettre que nos parents qui depuis tellement longtemps vivent dans des camps de réfugiés au Rwanda puissent rentrer chez eux. » Ils ajoutaient « notre intégration n’a jamais été complète, nous étions payés autrement que les autres militaires, nous avions reçu des grades mais ces derniers n’avaient jamais été confirmés par des arrêtés, et à tout moment nous risquions d’être chassés de l’armée. » Ces officiers évoquèrent la ségrégation, l’exclusion, le fait d’être considérés comme des militaires de deuxième classe… »
    De plus ils mentionnèrent le fait que 50 de leurs compagnons d’armes, qui avaient été transférés à Dungu en Province Orientale, avaient été tués en une seule nuit et que le gouvernement n’avait jamais mené d’investigation. Ils citaient le nom du responsable de leur mort, un colonel toujours en service… » « Nous avons été intégrés, certes,mais nous sommes toujours frustrés. Nous étions prêts à contribuer à la paix au Kivu, mais on ne nous aide pas : nous manquons de transport, de communications, de véhicules, d’argent. Rien. Comment pourrions nous ainsi mener des opérations contre les FDLR et d’autres groupes armés ?
    Et même lorsque nous entamons ces opérations, les FDLR en sont informés d’avance par des gens qui, depuis les rangs gouvernementaux, leur passent l’information. »
    Il y avait tant de plaintes que je ne peux me les rappeler toutes. Je me suis alors adressé à Kalev, lui demandant s’il savait déjà tout cela. Il répondit devant les autres qu’il avait déjà entendu cela tant de fois, qu’il en avait souvent parlé au président mais qu’il n’avait rien pu faire !
    J’ai alors demandé comment on pouvait sortir de cette situation. Ils ont répété qu’ils ne pouvaient se déployer hors du Kivu. Les autres ont dit que le gouvernement ne pourrait tolérer l’indiscipline et qu’ils devraient partir. J’ai alors prévenu les représentants du gouvernement, leur disant que cette situation était une bombe à retardement, qu’ils devaient trouver des solutions avant qu’il ne soit trop tard.
    Comme je connais très bien la situation du Kivu, que je connais tout le monde là bas, j’ai conclu que l’on se trouvait à la veille d’une guerre. J’ai dit qu’il fallait éviter à tout prix d’en arriver là et que s’ils voulaient quelque assistance, nous étions disposés à les aider à trouver une solution. La guerre, disions nous, va affecter tout le monde, la population congolaise, le Rwanda. De notre point de vue, si la guerre éclate, les FDLR vont regagner du terrain.
    A cette même période, le 8 avril, alors que nous recherchions une solution pacifique, le gouvernement congolais envoya vers Goma une importante force militaire, des lanceurs de fusée, des chars T52, des hélicoptères de combat. Goma fut soudain fortement militarisée. Au moment où, avec Kalev le chef de l’information civile et Yav le chef de l’information militaire, nous tentions de résoudre pacifiquement les problèmes, le chef d’état major, le général Etumba et le chef de l’armée de terre Tango Four Amisi débarquèrent à Goma pour renforcer l’effort militaire.
    Nous répétions que l’option militaire n’était pas la meilleure, mais ils sont allés de l’avant.
    C’ est à ce même moment que des officiers ont commencé à déserter leurs unités, que d’autres ont refusé le déploiement.
    Je leur ai alors conseiller de réunifier l’armée, de stopper les transferts, car la situation devenait dangereuse, de se pencher sur l’administration de l’armée, car il y avait beaucoup trop d’irrégularités, de problèmes de commandement, le mécontentement était général.
    A propos de Bosco Ntaganda, nous avons dit que s’ il était indiscipliné, cela ne pouvait être toléré, qu’il fallait l’arrêter, où qu’il soit. Ils m’ont dit que cela n’était pas possible car il se trouvait dans sa ferme. J’ai proposé de mener ensemble une nouvelle opération contre les FDLR, de la planifier, de la mener à bien. Quant aux commandants qui avaient refusé de se déplacer, à Kinshasa ou ailleurs, je leur ai conseillé de ne pas être trop durs avec eux, car cela allait créer du chaos. La situation était tellement volatile qu’utiliser contre eux la force militaire pouvait s’avérer dangereux.
    Après cette réunion, le président Kabila est venu à Goma, où il a annoncé qu’à tout prix il fallait arrêter Bosco Ntaganda, à tout prix. Ce message était le contraire de ce que j’avais entendu la veille, où on me disait que Bosco pouvait rester dans sa ferme.
    A ce moment, il se passait tant de choses ! Lorsque le colonel Zimurinda arriva à Goma, il fut désarmé, mais le même soir, on lui rendit ses armes et son escorte et il rejoignit immédiatement Bosco Ntaganda. Le jour suivant, le colonel Baudouin Ngaruye fut lui aussi désarmé et lorsque le soir on lui rendit ses armes après avoir négocié, il rejoignit Bosco. Le même jour, à Rutshuru le général Amisi donna l’ordre de désarmer tous les soldats de l’ex CNDP. Il y eut alors un clash entre tous ces militaires. Ensuite, à Fizi des officiers de l’ex-Pareco, Saddam et Nsabimana furent désarmés, il y eut des escarmouches et ils fuirent vers Uvira. Le commandant de la région, Delphin Kahimbi, déploya des forces pour les battre à Uvira et Bernard Nyamungu tenta de protéger les fuyards, avant de fuir lui-même vers Bukavu où il fut arrêté. C’est ainsi que commença le chaos.
    Quant au colonel Makenga, il retourna à Bukavu après notre réunion. Lorsque le président Kabila arriva à Goma, Makenga était supposé y revenir pour assister à une réunion, et sur la route de Bukavu à Goma, il y eut une embuscade, montée par Delphin Kahimbi. Makenga y échappa et arriva tout de même à Goma mais ne revint jamais à Bukavu.
    Cette version est controversée, car selon d’autres sources, Makenga aurait fui par le lac en direction du Rwanda…
    Non, il a échappé à l’embuscade et après quelques jours il a appelé Jean-Claude Yav disant qu’il ne pouvait rentrer à Bukavu aussi longtemps que Kahimbi s’y trouverait et il resta à Goma..
    Vous êtes sûr qu’il ne s’est pas rendu à Gisenyi à ce moment ?
    Non, il est resté à Goma. Makenga n’avait pas l’habitude de venir au Rwanda car il nous en voulait d’avoir arrêter Laurent Nkunda dont il était très proche. Durant ces quelques jours, les combats commencèrent contre Bosco Ntaganda, les FARDC l’attaquèrent dans sa ferme et ils amenèrent des renforts depuis le Sud Kivu. Même Delphin Kahimbi remonta de Bukavu jusque Goma. Le voyant arriver, Makenga quitta Goma à son tour et se rendit à Runyionyi, un endroit qu’il connaissait très bien.
    Ce mouvement du colonel Makenga en direction de Runyioni changea tout le scénario de la guerre ; si Bosco n’était pas populaire parmi les soldats, pas même auprès des rwandophones, il n’ en allait pas de même de Makenga : lui il était très populaire auprès des soldats…Son départ provoqua un mouvement de désertion parmi les FARDC..
    Les ex CNDP, dans le Masisi, étaient pratiquement vaincus et ils se renforcèrent lorsqu’ils firent mouvement vers Runyonyi. C’est alors que l’on a évoqué l’appui du Rwanda…
    C’est faux, hopeless. S’ils étaient vaincus, pourquoi ne furent ils pas capturés ?Entre Masisi et Runyoni, il y a une longue distance, plus de sept heures de route. On aurait pu les arrêter, les bloquer…
    Mais un cessez le feu avait été décrété, qui leur a permis de fuir…
    Non, il n’y a pas eu de cessez le feu. Ce qui s’est passé, c’est que cette force était intacte, avec ses armes et ses commandants, on ne peut pas dire qu’elle ait été défaite. On l’a peut-être laissée passer, intacte.
    Ce qui est important, c’est que lorsque Makenga arriva à Runyonyi, il avait 200 soldats. Dans les jours qui suivirent, ils étaient des milliers : des soldats, des officiers firent alors défection et convergèrent pour rejoindre Makenga, il ne s’agissait pas seulement de rwandophones. D’après nos informations, 80% des forces du M23 sont des Hutus, anciens combattants du Pareco. Bashi, Bahutu, Nande, Barega, beaucoup d’autres groupes rejoignirent le M23. Même des membres de la garde rapprochée du président Kabila, des Katangais, des Kasaïens, firent défection et rejoignirent Makenga, tellement il y avait du mécontentement…
    Le mauvais management des troupes est au cœur du problème. Comment pouvez vous envoyer des troupes en opération en leur donnant seulement une poignée de haricots secs ! Au lieu de leur envoyer de la nourriture, vous leur donnez un sac de haricots, sans eau, sans sel, sans riz, sans casserole ni bois de feu… C’est impossible.
    On ne peut pas dire que l’armée congolaise a échoué à battre le M23, car le M23 était soutenu par le Rwanda. Non. Ils ont échoué parce qu’ils ne peuvent pas se battre, dans les conditions où ils se trouvent. Ils ne tueraient même pas un rat…..
    Ils pourraient se battre s’ils étaient nourris correctement…
    La nourriture ne suffit pas. Il faut aussi une bonne structure de commandement…Après avoir rejoint les rangs du M23, les soldats déserteurs commencèrent à mieux se battre. Pas seulement à cause de la nourriture, mais parce qu’ils se battaient contre un système qui les maltraitait… Dire que le Rwanda soutenait le M23, c’est faux et je vais vous le démontrer…
    Vous dites qu’aucun renfort n’a traversé la frontière ?
    J’ai connu cette région autrefois. Runyonyi ne se trouve pas sur la frontière, marcher depuis la frontière rwandaise jusque Runyonyi, cela prend au moins onze heures de marche, il faut traverser la forêt car il n’y a pas de routes, il n’y a aucun lien entre Runyonyi et le Rwanda. Toute cette histoire de soutien que le Rwanda aurait apporté est une manipulation. Mais une manipulation très compliquée. Elle implique le gouvernement congolais désireux de sauver la face après sa défaite militaire et sommé d’expliquer pourquoi ses soldats n’ont pas combattu. Elle est soutenue par l’Occident, déçu par le fait que Bosco Ntaganda n’ait pas été arrêté par la Cour pénale et que le Rwanda n’a pas coopéré à cette arrestation. Le Rwanda est puni car il n’a pas coopéré pas avec la Cour pénale internationale, cela, c’est le fond du problème. Tout le monde sait que le Rwanda n’a pas un seul soldat au sein du M23, ne lui donne aucun soutien. Même les Congolais savent cela, ils nous le disaient à titre individuel, mais ils devaient sauver la face…
    Mais à Goma fin juin, des transfuges ont témoigné du fait qu’ils avaient été recrutés au Rwanda pour venir combattre au Congo…Que faut-il en penser ?
    Vous connaissez le Congo, vous savez comment Goma, Bukavu, c’est un melting pot de mensonges, diffusés à la radio par le gouverneur, le ministre de l’information…
    Tout de même, ceux qui ont diffusé ces témoignages que vous qualifiez de mensonges ont été nombreux, issus de différents milieux, y compris des observateurs des Nations unies…
    C’est pourquoi je parle d’une machination contre le Rwanda, en connivence avec le gouvernement congolais et la communauté internationale. C’est ainsi. Le problème est là. La Monusco a été au Congo durant plus de dix ans, et elle n’a rien résolu. Elle fait du business avec les FDLR, fait commerce avec l’or, le coltan, nous savons tout cela.
    Quant au groupe d’experts de l’ONU, ces jeunes hommes et femmes qui ont rédigé le rapport, comme Steven Hege, qui prône la négociation avec les FDLR, il a aussi été manipulé par le gouvernement congolais.
    Comment les Nations unies peuvent elles désigner comme experts des gens aussi jeunes, aussi peu expérimentés, qui se perdent même dans les acronymes. Même leur intégrité est sujette à caution…Ils n’ont pas le niveau de compréhension minimum nécessaire dans cette région.
    Pour nous, nous n’allons pas cesser d’avoir des contacts avec la RDC. Des le 1er mai, nous avons eu des contacts au niveau de l’état major. Ils nous ont demandé de les aider et nous allons le faire. Nous leur avons rappelé que le 8 avril ils avaient manqué une occasion d’éviter la guerre. Nous leur avons demandé de stopper les combats afin que nous puissions voir que faire, comment les aider.
    A cette époque, nos interlocuteurs congolais nous demandaient explicitement de déplacer nos forces à l’intérieur du Congo, afin de les aider à régler le problème. Nous avons
    refusé de bouger nos forces..
    Cependant vous aviez des forces basées à Rutshuru…
    Oui, elles étaient destinées à combattre les FDLR. Il s’agît de deux compagnies de forces spéciales, aux côtés de deux compagnies de forces spéciales congolaises. Cela fait deux ans qu’elles sont là et elles y sont toujours…
    Le 3 mai nous avons eu une autre rencontre à Kigali, avec le ministre de la défense congolais et lui aussi nous a demandé d’intervenir. Mais nous ne pouvions pas voir comment on pourrait régler militairement ce problème. Le 12 mai, nouvelle rencontre des ministres de la défense à Rubavu, ils refont la même demande. Le 18 mai, autre réunion à Kigali, le 26 mai nouvelle rencontre, toujours à Kigali, incluant le ministre congolais des affaires étrangères. A ce moment, la défaite des forces gouvernementales était flagrante. Et c’est à cette réunion, que, pour la première fois, les Congolais ont commencé à accuser les Rwandais d’avoir aidé le M23, et cela alors que nous avions déjà eu tant de réunions, pour examiner comment les aider.
    Ils ont seulement mentionné cette accusation et de notre côté nous avons dit que certains commandants avaient intégré des FDLR. Nous avons proposé de mettre en place un mécanisme de vérification commun.
    Le 29 mai, les chefs d’état major ont lancé le mécanisme de vérification pour dissiper les rumeurs. Le 19 juin, il y eut un nouveau meeting à Kinshasa mais deux jours auparavant le gouvernement congolais, aux Nations unies, avait accusé le Rwanda…
    Entre-temps, à Goma, des transfuges avaient expliqué à la Monusco qu’ils avaient été recrutés au Rwanda pour rejoindre le M23…
    Nous avions été informés du fait que l’on était en train de fabriquer des preuves pour mettre en cause le Rwanda et nous en avions informé nos interlocuteurs congolais. Nous leur demandions pourquoi ils faisaient cela.
    Il y a d’abord eu le cas de ces 11 personnes, des FDLR qui se trouvaient dans le camp de Mutobo et qui furent envoyés à Runyonyi. Après que j’en aie parlé au colonel Yav, l’histoire disparut. Mais elle resurgit ensuite et on retrouva ces 11 transfuges dans le camp de la Monusco. Kalev, le chef de l’ANR, est à l’origine de toutes ces manipulations, l’histoire a été fabriquée à Goma, présentée à la Monusco et de là elle est partie aux Nations unies…
    Il y a tant d’histoires… Jusqu’à la dernière où il est question d’un capitaine Saddam qui fut capturé quelque part par les FARDC. On trouva sur lui une carte d’identité rwandaise et on le présenta au groupe d’experts de l’ONU. Or nous ne connaissons pas cette personne, il n’est pas repris sur les listes de notre armée… La vérité, c’est qu’alors que nous nous trouvions à Goma pour une réunion, le chef de l’intelligence militaire congolaise vint me voir dans ma chambre et, à propos de l’histoire de ce capitaine, il me dit « nous commettons une grande erreur en fabriquant ce genre d’histoires contre le Rwanda, cela nous a déjà coûté tellement cher…Ce capitaine Saddam appartient l’armée congolaise, mais c’est Kalev qui a décidé de fabriquer une fausse carte d’identité rwandaise et d’envoyer ce témoignage truqué aux Nations unies…Comment imaginer que des décisions soient prises sur de telles bases ? »
    Si le Rwanda est victime d’une machination, elle est tout de même énorme, avec la participation de personnes différentes, c’est beaucoup…
    Il y en a eu tellement, c’est vrai… Mais voyons maintenant les choses en face: les Congolais sont victimes d’un chaos qu’ils ont créé eux-mêmes, la communauté internationale le sait, j’ai les minutes de la réunion des onze ministres des affaires étrangères de la conférence sur la sécurité dans les Grands Lacs, à Nairobi. Le gouvernement congolais y déclare très clairement que la première cause de l’instabilité dans l’est du Congo, c’est la pression internationale mise sur l’arrestation de Bosco Ntaganda. Et ensuite, on met la responsabilité sur le Rwanda !
    Quant à nous, nous poursuivons réunions et contacts avec les Congolais. Mais il nous est arrivé de voir débarquer à Kigali deux délégations venues du Congo., Chacune a son propre message, différent de l’autre, et refuse une réunion commune…C’est une confusion totale.
    Mais ce qui est très clair, c’est que le président Kabila a été nourri de mensonges par ses gens sur le terrain…
    Je crois qu’en commençant cette guerre, les Congolais ont pensé que ce serait une opération rapide. Ils se sont surestimés. Mais lorsque les choses ont commencé à changer sur le terrain, ils ont commencé à chercher un prétexte, et à désigner le Rwanda. D’autant plus facilement que chaque fois que quelque chose ne va pas au Congo, on désigne le Rwanda. A cela s’est ajoutée la frustration de l’Occident qui voulait arrêter Bosco Ntaganda et poussait le président Kabila à le faire. Tout cela engendré un grand chaos.
    Je reviens avec la même question : vous pouvez mettre en cause les experts de l’Onu, leur compétence, leur niveau, vous pouvez dénoncer Kalev et les manipulations de l’ANR, mais ne croyez vous pas que les Américains, les Britanniques, et même les Belges ont eux aussi leurs sources d’information. Or tous confirment les mêmes faits. Sont ils tous victimes d’une hallucination collective ?
    Nous avons de grosses ambassades au Rwanda, et elles ont les moyens de faire du renseignement. Elles surveillent certainement les mouvements de troupes, de logistique, les mouvements vers la frontière. Or depuis les six dernières années au moins, il n’y a aucun mouvement vers la frontière…Comment le Rwanda pourrait il combattre en RDC sans qu’aucun mouvement ne soit visible ?
    Ce qu’elles racontent, ce sont des informations qui leur ont été transmises depuis l’autre côté de la frontière, rien de ce qu’elles ont constaté elles mêmes… Au Rwanda même, elles n’ont rien vu…
    Comment, dans ce pays très peuplé, le passage de centaines de soldats, d’armes, de camions aurait il pu passer inaperçu ? Aucune preuve ne peut être fournie…
    Le ministre belge Reynders a laissé entendre que des « éléments rwandais non contrôlés » pourraient être impliqués. Cela vous paraît il possible ?
    Je suis sûr que les militaires rwandais sont plus contrôlés, mieux organisés que les Belges. Si des éléments incontrôlés existent quelque part, ce serait plutôt dans l’armée belge qu’au sein de l’armée rwandaise. L’armée rwandaise est solide, bien organisés, bien commandée, bien disciplinée, des éléments incontrôlés en son sein ne peuvent pas exister…
    Et des recrutements incontrôlés, de Tutsis d’origine congolaise qui se trouveraient en territoire rwandais, c’est impossible aussi ?
    Cela, c’est possible. Nous avons camps de réfugiés, à Buyumba, Gatsibo, Kibuye et Kigeme et d’autres réfugiés ne sont pas dans des camps. Qu’il y ait des recrutements dans ces milieux là, c’est très possible, à 100%. J’ai dit aux Congolais que s’ils avaient des informations à propos de ces recrutements, ils pouvaient nous les donner, pour que nous y mettions fin. Mais les Congolais préfèrent faire du bruit et accuser le Rwanda…
    Des intérêts privés, mafieux, auraient ils pu être mêlés à tout cela ?
    C’est de l’imagination, de la fantaisie, de la confusion totale. Comment le Rwanda pourrait il tolérer de tels mouvements ? La société rwandaise est très disciplinée, nous ne pouvons avoir de tels éléments…Et même si cela était, cela n’expliquerait pas comment toute une armée a pu être battue par quelques centaines d’éléments…Vingt deux mille éléments, équipés de tanks, d’hélicoptères ont été mis en échec par quelques centaines de mutins. Cela montre qu’au Congo il n’y a ni gouvernement ni armée, seulement un grand vide.
    Tous ces constats étant faits, la pression étant mise sur le Rwanda, quelles sont les pistes de solution ?
    Rwanda n’est pas sous pression. Croyez vous vraiment que les Nations unies pourraient mettre le Rwanda sous pression ? C’est un non sens. Même les sanctions ne nous effraient pas, elles ne signifient rien…
    Mais si des fonds sont coupés, des budgets bloqués, cela peut faire mal…
    L’argent ce n’est pas un problème. Dans la brousse nous avons déjà survécu sans ressources…Sans aide, nous nous développerons mieux, cela nous donnera plus d’énergie encore. S’ils en sont au point de baser leurs sanctions sur des mensonges, laissons les faire, cela ne risque pas d’influencer le Rwanda. Au Congo, nous n’avons pas commencé ces histoires, nous ne les avons pas soutenues et aujourd’hui nous n’allons pas y aller pour nettoyer leur désordre.
    Nous compterons sur nous mêmes comme nous l’avons toujours fait…
    Quelles sont les solutions possibles ?
    C’est aux Congolais qu’il appartient de les trouver. Et aussi aux Etats membres de la Conférence internationale sur la sécurité dans les Grands Lacs, qui vont se revoir le 5 septembre. Je ne suis pas sûr que la force neutre verra jamais le jour. Par contre ce qui fonctionnera, c’est le mécanisme conjoint de vérification, qui sera composé de trois représentants de chacun des Etats membres de la conférence. Le commandement sera exercé par l’Ouganda, le numéro deux sera originaire de Brazzaville, les autres viendront de RDC, du Rwanda, du Burundi, de l’Angola, de la Tanzanie…Ces officiers vérifieront la frontière entre la RDC et le Rwanda, ils contrôleront aussi sur le terrain l’application du cessez le feu entre l‘armée congolaise et le M23 et la présence des FDLR sur le terrain. Tout cela en attendant l’éventuel déploiement de la force neutre. Si elle vient jamais…
    Des négociations avec le M23 sont elles envisageables ?
    Cela dépend de ce que décidera la conférence. Maintenant il faut laisser jouer les mécanismes régionaux. Nous nous référerons aux décisions de la Conférence présidée par l’Ouganda…
    Si l’on veut sortir de cette crise, il faut que la communauté internationale comprenne qu’en exerçant des pressions sur le Rwanda à propos de la situation en RDC, elle ne fait pas de bien à la RDC : les problèmes sont nés là, c’est là qu’ils doivent être résolus. Et les Congolais doivent savoir que la solution à leurs difficultés ne viendra pas de la communauté internationale, mais d’eux-mêmes. C’est en comptant sur eux-mêmes, en construisant leurs propres mécanismes de gouvernance, leur propre système que les Congolais s’en sortiront… …
    Si à Kinshasa ou au Kasaï les gens ont faim et se révoltent, en quoi le Rwanda est il responsable de cette situation ? Où est le lien… Si les Congolais continuent à rechercher à l’extérieur les causes de leurs problèmes, ils rencontreront plus de difficultés encore…C’est en eux-mêmes qu’ils doivent rechercher les solutions…
    Propos recueillis à Kigali le 29 août

    26 août 2012
    Le florilège des petites phrases de Reynders
    Catégorie Non classé
    Outre sa désormais célèbre phrase « si le Rwanda n’est pas une partie du problème, il doit contribuer à la solution » Reynders affectionne les « petites phrases » parfois peu diplomatiques. En voici quelques unes.
    A propos des mutins : « il faut mater les mutins ». « Il faut les reconvertir, ailleurs que dans l’armée »
    A propos de l’armée congolaise : « A force d’intégrer les indisciplinés, c’est l’indiscipline elle-même que l’on intègre »
    « La frontière entre le Rwanda et le Congo doit être rendue étanche »
    « Il faut privilégier la pacification, et ensuite la coopération régionale »
    « La Belgique défend le principe d’une souveraineté congolaise pleine et entière, sur l’ensemble du territoire . »

  25. Tsetsatsetra tsy haritra ho an-dRatsimilaho. Misy tantara ity mba ho lazaiko.
    Ny ONIVERSITE ve no adika hoe : ANJERIMANONTOLO ?
    Ny mpilaza vaovao ao amin’ny MaTV sy TVPlus no mpampiasa an’io teny io, ka nianatra tao amin’ny Faculté des Lettres-n’ny Oniversite-n’Antananarivo.
    Miangavy ny malagasy mba tsy hampiasa an’io voambolana io, satria tsy fantatry ny olona ankehitriny ny niavian’izy io.
    Ny Académie Malagasy dia efa namoaka tamin’ny fomba ofisiale fa Oniversite no andikana ny Université.
    Ny teny hoe Anjerimanontolo ( an-jery-manontolo ) dia noforonin’ny mpampianatra iray teny Ankatso tamin’ny Mai 1972. Anti-gréviste io mpampianatra tao amin’ny Lettres io. Tamin’ny 1972 dia betsaka ny olona teny ka nisy ny nampihatra ny hitany tamin’ny boky nandritra ny évènement de Woodstock ( izay nadikan’ny gasy hoe : vody sy toaka ). Dia nisy tokoa tamin’izany tanora maromaro nampihatra izany teny Ankatso nandritra ny grève. Dia hoy ilay mpampianatra hoe : tena an-kijery manontolo ny vatan’olona ao amin’ny grève ao.
    Zavatra hafa mihisty izany ny dikany fa tsy hoe Oniversite na koa hoe Ankatso.

  26. Izahay indray rehefa alahady AM, rehefa tsy misy zavatra maika atao, dia mihaino ny radio FAHAZAVÀNA !!!
    Tena mahatsiaro hoe misy zavatra banga ! Tahak’izany angamba izany hoe nilaozan’olona izany !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *