MAMAHAN-DALITRA NY VAHOAKA RAJOELINA

IMG_2442

Hetsika lehibe no tanterahin’ny mpomba ny ankolafy Ravalomanana etsy amin’ny Magro Behoririka amin’ny Sabotsy izao. Ireo fikambanana mivondrona ao anatin’ny ankolafy no miara misalahy manomana izany hetsika izany. Araka ny nambaran’andriamatoa Honoré izay nitondra fanazavana tamin’ny vahoaka eny an-toerana dia hiova endrika ny zava-hiseho eny an-kianja. Aorian’ny fotoam-pivavahana toy ny mahazatra dia avy hatrany dia miroso amin’ilay antsoina hoe : « fifankalozan-kevitra arahina adihevitra ». Araka ny fanazavana dia afaka mandray anjara amin’izany ny vahoaka, ka apetraka amin’ny boaty fanangonan-kevitra eny an-toerana ny fanontaniana avy amin’ny vahoaka. Ao anatin’ny ora iray no hanatontosana izany rehetra izany. Lohahevitra roa mazava tsara hoy ny mpandahateny no raisina amin’io.  Ny voalohany dia mahakasika ny fodian’ny filoha Ravalomanana. Ny faharoa kosa dia manodidina ny fifidianana, toy ny hoe : hisy marina ve izany sa hihemotra ? Tsy voatery hihaino kabary foana ny vahoaka fa mba mametraka fanontaniana ihany koa. Ny Cst Telolahy Berthin dia nilaza fa Rajoelina dia tsy sahy hiatrika fifidianana fa mamahan-dalitra ny vahoaka fotsiny. Tsy sahy miatrika izy satria fantany ny fahalemeny dia hoe tsy haharesy ny filoha Ravalomanana Marc izy. Nambarany ihany koa fa tsy andoavam-bola ny fanokafana ny radio, ny famoahana ny gadra politika. Tsy andoavam-bola hoy izy, ny ao anaty tondrozotra. Fantany fa tsy ho lany izy dia rohitiny io tondrozotra io amin’ny fitadiavana vahaolana. Miankina amintsika hoy Telolahy, ny analana azy eo amin’ny toerany. Tokony hieritreritra tsara isika ny amin’ny tokony atao aminy. Any Ihorombe any hoy izy, dia tsy misy izany fanisam-bahoaka izany kanefa ny fe-potoana efa ho tapitra. Efa mpandresy isika ka aoka tsy ho kivy. Matoa tsy tanteraka hoy ity olom-boantendry ity, ny zavatra rehetra nokasainy dia vokatr’ity tolona ataontsika ity.  Amin’izao fotoana izao dia sahirana ny vahoaka any amin’ny faritra satria mitovy amin’ny mpividy ny isan’ny mpivarotra. Miha potika hoy izy, ny fiainam-bahoaka noho izany dia aoka isika hihetsika amin’izay.

8 pensées sur “MAMAHAN-DALITRA NY VAHOAKA RAJOELINA”

  1. LETTRE OUVERTE AUX AUTORITES FRANCAISES

    Les Malagasy jugeront la France par ses actes

    Au lendemain du XIVème Sommet de la Francophonie qui s’est tenu à Kinshasa (RDC), nous ne saurons rester insensibles aux déclarations volontaristes de M. François Hollande marquées par une volonté de changement et d’assainissement des relations entre la France et ses anciennes colonies africaines. Naturellement, nous sommes extrêmement vigilants par rapport à ces discours car les réalités à Madagascar sont loin d’abonder dans le sens du changement.
    En effet, le pays nage en pleine françafrique depuis bientôt 4 ans maintenant. Doit-on rappeler que la crise dans laquelle s’est empêtré le pays est le fruit du soutien très actif de la France à Rajoelina et ses amis putschistes ?
    Toutes les solutions de sortie de crise proposées jusqu’ici ont été sabotées par Rajoelina sur les conseils en coulisse de la France.
    Qu’ont-ils apporté les putschistes en quatre ans de pouvoir sinon mettre le pays à genoux laissant les Malagasy s’enfoncer dans leur calvaire quotidien ? Aussi, il n’est point excessif de qualifier ces putschistes, appuyés ouvertement par la France, de criminels eu égard aux souffrances qu’ils font endurer à leurs propres compatriotes et à la Nation :
     une misère extrême où 77% de la population vivent, plutôt survivent dans la pauvreté, selon le magazine Forbes. Ajoutons aussi que l’Indice de Développement Humain (IDH) de Madagascar, selon le PNUD, est passé de 0,571 en 2008 à 0,480 en 2011 classant le pays parmi les plus faibles IDH. Cette détresse de la population est bien visible du moins dans la capitale où de plus en plus de Malagasy vendent leurs biens personnels au marché pour survivre.
     une insécurité généralisée, de nuit comme de jour, où les malfaiteurs utilisent de plus en plus des armes de guerre,
     massacres et intimidations de la population civile en profitant de l’opération « Dahalo » dans la région sud et grand ouest de l’île avec comme conséquence un déplacement massif de population. Si ce n’est pas du nettoyage ethnique, cela y ressemble fort,
     Violations graves et répétées des droits de l’homme avec les intimidations et assassinats d’opposants,
     pillages permanents des richesses nationales par des trafics à grande échelle en tout genre en particulier les bois de rose, espèce endémique à Madagascar,
    Lorsque, à Kinshasa, M. Hollande a annoncé que « la francophonie doit porter la démocratie, les droits de l’homme, le pluralisme et la liberté d’expression », nous l’invitons à venir sur place pour constater qu’aucune de ces valeurs démocratiques n’y a cours en ce moment.
    Lorsque, à Dakar, M. Hollande a déclaré que « le temps de la françafrique est révolu, il y a la France et il y a l’Afrique », nous ne pouvons qu’y souscrire et sommes impatients de voir son effectivité dans les faits.
    Tant que l’OIF et la COI s’autoproclament comme experts en matière électorale dans l’objectif de s’imposer comme observateurs pour des hypothétiques élections non acceptées par tous et dont les conditions de réalisation sont loin d’être réunies, Dakar resterait dans la longue liste des beaux discours. Parmi les conditions stipulées par la Feuille de route, figure la mise en ouvre des mesures d’apaisement notamment la présence au pays du Président élu démocratiquement Marc Ravalomanana et la possibilité pour lui de se porter candidat ainsi que la libération sans conditions de tous les prisonniers politiques.
    Par ailleurs, six mois après le départ de M. Sarkozy, force est de constater que rien n’a changé sous l’ère Hollande sur la politique française à l’égard des putschistes. Aussi, nous exigeons de la France de :
     cesser de jouer avec la vie des 20 millions de Malagasy en mettant fin à tout soutien et aide directe ou indirecte, civile ou militaire, ou toute autre forme à ce régime criminel, cela ne fait que conforter Rajoelina et ses amis putschistes dans leur pratique totalitaire,
     mettre fin aux ingérences et manigances autour de cette sortie de crise en laissant les Malagasy trouver eux-mêmes la solution à travers le dialogue malgacho-malgache,
     respecter le choix et la souveraineté du peuple Malagasy en oeuvrant de concert avec la Communauté Internationale, en particulier la SADC, pour le rétablissement de l’état de droit et la Démocratie à Madagascar avec le retour au pays du Président élu démocratiquement Marc Ravalomanana. Soulignons que lors de son discours à Dakar, M. Hollande a insisté à maintes reprises que « LA FRANCE VOUS Y AIDERA ». Nous demandons sa concrétisation.
    Enfin, nous voulons rappeler quelques recommandations pertinentes de la Déclaration finale de Kinshasa :
    « Dans un souci de préserver la paix, élément fondamental pour un développement harmonieux, nous (membres de la Francophonie) réaffirmons notre détermination à promouvoir la gouvernance démocratique et les droits de l’Homme… » (Paragraphe introductif du Titre II)
    « Nous réaffirmons le droit à l’autodétermination des peuples sous occupation étrangère et demandons aux puissances occupantes de se conformer au droit international et de respecter le droit international humanitaire, notamment la quatrième Convention de Genève de 1949 » (Alinéa 26).
    « Nous réaffirmons la nécessité d’organiser des élections libres, fiables et transparentes afin de garantir la légitimité démocratique des institutions et d’assurer un déroulement apaisé des consultations électorales… » (Alinéa 27).

    Lettre emanant
    du GTT

  2. Ny tena mampahonena dia dia ny fahatsapàna fa maro no be fitia, fa vitsy no TENA azo atokisana. Ka anjaran’ny tsirairay ny mandinika lalina ny fandehan’ny raharaha.
    Eny tsy maintsy atao MAZAVA ny zavatra lazaina, mba tsy hisy eritreritra VOATOSITOSIKA, na VOAVILIVILY amin’ny tsy tokony andehanany.
    Ny resaka tsy lao-body,mampiditra amin’ny lalina.

  3. Sur cette note, conscient de l’aspect de9finitif du bgcoale intra-muros d’Israebl (se prote9ger derrie8re un mur de certitudes, c’est aussi s’emprisonner), je ne voulais plus intervenir. Mais l’inte9ressante contribution d’He9rodotis ; -) e0 9:47 m’y pousse, quand il parle de la surconsommation victimaire. Ce qui est arrive9 aux Juifs en Europe est horrible, et, pour avoir eu une tante de9porte9e qui refusa de parler e0 son retour jusqu’e0 sa mort (ab vous ne pouvez pas comprendre ! bb), j en ai un de9but d’ide9e. Mais, dans l’histoire de l’humanite9, cela n’est pas unique. Dans l’histoire de l’humanite9, il y eut d’autres exterminations planifie9es, barbares, massives. Dire et redire cela n’est pas relativiser, n’est pas diminuer, n’est surtout pas nier. Relativiser, mettre en perspective, c’est fait de fae7on remarquable dans la Maison d’Enfants d’Izieu (et je vous jure qu’y aller comme moi par plein soleil, Me0C, e7a vaut presque l’innocente inde9cence de la nature e0 Auschwitz, et le saisissement du coeur qui va avec : imaginer les camions verts-de-gris montant dans ce paradis pour enfants ensoleille9s qui ne voient pas encore approcher l’enfer). Mais il faudra bien un jour, plus tard mais un jour, faire le deuil de ce drame. Le deuil est l’arreat de la souffrance, pas l’oubli. ab Si je t’oublie, Israebl bb.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *