Hetsiky ny Mpitondra Fivavahana (HMF) : TSY MAINTSY HAONGANTSIKA NY FITONDRANA MAMPIJALY VAHOAKA

DSCN0198[1]

DSCN0198[1]Tontosa tetsy amin’ny kianjan’ny Antsahamanitra androany 06 Jona 2013  ny fanompoam-pivavahana nokarakarain’ny Hetsiky ny Mpitondra Fivavahana (HMF), izay notarihan’ny mpitandrina isany Ramamonjisoa Philibert, Randriamisata Roger, Maurice de Dieu, Valisoa. Tonga nanatrika teny an-toerana ny parlemantera sasan-tsasany avy amin’ny movansy Ravalomanana, ireo solontenan’ny sendika, fikambanana isan-karazany. Toy ny mahazatra dia toriteny roa no nazavain’ny mpitandrina avy amin’ny HMF tamin’izany izay nalaina  tao. Toy ny mahazatra dia toriteny roa no nazavain’ny mpitandrina avy amin’ny HMF tamin’izany izay nalaina  tao Jeremie I :9-10 ny toriteny voalohany, ary tao amin’ny Tantara I : 19-13 ny faharoa.  Tamin’ny fanazavana izany no nilazan’ny mpitandrina Tinaharisoa fa tsy maintsy haongana izao fitondrana mampijaly vahoaka izao, tsy ankasitrahan’ny vahoaka io, mila tetikady anefa izany  amin’ny alalan’ny finoana. Tsy maintsy resentsika ny hery any ivelany ary ao anatiny ny frantsay. Taorian’ny vavaka dia nisy ny fanambarana nataon’ny HMF. Voalaza ao anatin’izany fanambarana izany fa tsy fotoanan’ny kabary sy ny safosiaka mampandry adrisa izao na oran’ny tahotra sy horohoro fa fanapahankevitra mazava sy hentitra hoe : hitsangana hamonjy ny firenena ve sady hionona hitady izay hohanina anio satria aleo maty rahampitso, toy izay maty androany? Mazava hoy ny HMF ny zavamisy eto amin’ny firenena fa latsaka an-davaka tanteraka ny firenena ary raha tsy hiresaka ny lafiny politika hoe tany tsy lalàna eto na dia dradraina aza ny hoe  : tany tan-dalàna I Madagasikara, rehefa hiaro olona iray ny sasany dia mazava ny famantarana omen’Andriamanitra ny firenena fa tena mihatra ny loza dia ny valala. Ny valala hoy ny HMF dia tsy manana mpanjaka nefa izy rehetra miainga manao antokony tsara. Antenaina fa tsy ambakain’ny  valala isika koa antsoina ny firaisankina sy fihavanana hiara-mirohotra hiaro ny tanindrazana, ampirimo aloha ny hambom-po sy ny kajy politika . Andeha  isika hoy izy ireo  hitambatra ho iray ka ny mpifanandrina teo aloha dia hampihavanin’ny fitiavan-tanindrazana ka tsy hatao mahagaga ny fifampitantanana hahatanteraka ny fanavotana ny firenena, hatramin’ny farany. Ambaranay mazava tsara hoy ny HMF fa tsy misy vahaolana tena izy afa tsy izay efa nironan’ny maro an’isa  amin’ireo mpisehatra politika sy sosialy, toe-karena ihany ary notarihan’ireo rayamandrenintsika ao amin’ny FFKM dia ny fampihavanana marina an-kitsipo sy ny fiarahamonina sy manarina ny firenena. Koa atambaro ny hery hoy ny HMF hanarina ny firenena fa tsy handroba na hanimba, hampiseho modelin’ny fiaiken-keloka sy ny fandriampahalemana, hivavaka mafy be ho an’ny firenena mba ho sitrana nytanintsika. Rehefa vita ny fanompoam-pivavahana dia nivory niaraka tamin’ireo mpitandrina ao amin’ny HMF ireo solontenan’ny sendika, fikambanana isan-karazany.

13 pensées sur “Hetsiky ny Mpitondra Fivavahana (HMF) : TSY MAINTSY HAONGANTSIKA NY FITONDRANA MAMPIJALY VAHOAKA”

  1. Ny asa vita aloha dia mbola tsy misy h@ zao e fa ny kabary no efa 100000000000000000000000000000000000 taonina d misaotra e !

  2. Nihodinan’ny vahoaka in-pito ny mandan’i Jeriko dia nianjera satria izay no teny azon-dry zareo.Angamba hoy aho tsy dia afaka misaraka loatra ny fivavahana sy ny politika kanefa raha ampiaraka izany dia mila fahaizana tokony ary io no tena zava-dehibe.
    Nisy fitenenana malaza hoe: aleo ho an’i Kaisara izay an’azy ary ho an’i Zanahary izay an’i Zanahary ary ampiharina io rehefa milamina ny raharaha eo amin’ilay tany boribory.Fa rehefa mijaly ny vahoaka noho ny antony ataon’ny mpitondra olombelona ihany dia mila mihetsika ny vahoaka ary indrindra mampahafantatra an’i Nahary ny tena safidiny.Torak’izany ireo moine boudhista izay mianatra kung-fu ny ankamarony nefa ny boudhisme dia filozofia na fivavahana faran’izay tsy tia famoretana sy ady kanefa rehefa mila miaro tena dia ampiasaina ny kung-fu.Sahala amin’ny te ho afa-panadinana, mila manala fanadinana aloha fa raha manao aryzato am-pandriana dia tsy ho afaka mihintsy.
    Farany ilay hoe raha misy mamelaka ny takolakao ankavanana dia omeo azy koa ny ankavia.Iny teny iny ange raha tena alalinina dia hoe raha manankina amin’ny zavatra iray ny olona dia aleo izy hanohy izany fanankianana izany fa rehefa tojonao ny tanjona izay nokendrenao am-pahendrena dia namany ny mandresy ianao.

  3. Vitsy ny olona teny Antsahamanitra,
    Vitsy toa izany ny teny @ Magro.

    leo ny vahoaka,leo ny fomba fitondrana ny tolona sy fitondrana ny rahraha pirenena.

  4. Kabary Magro efa tsy mandaitra loatra intsony .
    Koa tarito ny vahoaka hitraotra ,hanazera an i Rajoelina ,izay ihany hy resaka hahavotra ny firenena.
    I Rajoelina tsy président intsony ,tapaho ny karamany ny tombotsoany rehetra izay no ara dalana.

  5. FOTOANA VERY HOY NY BANQUE MONDIALE dia mbola homena iray andro ve Rajoelina Hamitika an i Madagasikara .

    Les années perdues de développement socio-économique

    L’économie est au point mort, le revenu par habitant a diminué : Avec la forte croissance démographique (2,9 pour cent), la population de Madagascar a augmenté de plus de 3 millions de personnes de 2008 à 2013. En raison de la stagnation économique, le revenu par habitant en 2013 est retombé à son niveau de 2001.
    La pauvreté a fortement augmenté: Les estimations préliminaires indiquent que, de 2008 à 2013, la proportion de la population vivant sous le seuil de pauvreté (qui était déjà élevé avant la crise), a peut-être augmenté de plus de 10 points de pourcentage. Avec plus de 92 pour cent de la population vivant avec moins de 2 dollars par jour, Madagascar est aujourd’hui l’un des pays les plus pauvres du monde.
    Les résultats sociaux ont empiré : malgré l’aide liées à la crise, le nombre d’enfants non scolarisés a augmenté, peut-être de plus de 600.000 habitants. La malnutrition aiguë des enfants demeure critique, après avoir augmenté dans certaines zones de plus de 50 pour cent. De nombreux centres de soins de santé ont été fermés, et les parents pauvres ont dû assumer une lourde part du coût de mettre leurs enfants à l’école, en raison d’un manque de financement du gouvernement. Ces développements mettent le bien-être des générations futures à risque. À ce stade, Madagascar n’atteindra pas la plupart des Objectifs de développement du Millénaire (OMD) d’ici 2015, même ceux qui en 2007 ont été jugés potentiellement réalisables (par exemple, réduire la mortalité infantile, l’augmentation des inscriptions dans l’enseignement primaire, et l’éradication de l’extrême pauvreté).
    Les finances publiques sont de plus en plus sous pression : Maintenir la stabilité macroéconomique est venu sous la pression croissante. Les recettes fiscales sont en baisse, la fraude fiscale a augmenté, et la capacité à tenir la ligne sur l’ensemble des dépenses est tendue en raison des pressions politiques, des grèves, et les chocs. Tandis que la politique macroéconomique reste prudent, le risque de transfert de la montée des coûts de nettoyage une situation financière affaiblie au prochain gouvernement est réel.
    L’aide étrangère reste en sourdine : Aid a fortement chuté en 2009, et est restée modérée. L’aide officielle au cours 2009-13 a chuté d’environ 30 pour cent, avec une part plus importante passée à des programmes humanitaires, soulevant des questions de durabilité.
    Infrastructure s’est détériorée : En plus des dommages causés par les cyclones, les compressions budgétaires sévères en matière d’investissement et de maintenance ont entraîné de plus en plus dégradée routes, l’électricité et les infrastructures de l’eau, gênant le développement à moyen et à long terme de l’économie malgache.
    La capacité à faire face aux chocs exogènes est sévèrement restreinte : les risques à court terme pour l’économie mondiale, en particulier en Europe, faire l’économie de Madagascar encore plus vulnérables, compte tenu de sa dépendance sur les exportations et le tourisme. Le pays est également très vulnérable aux catastrophes naturelles (cyclones de 2008 et 2012). La crise politique est un obstacle majeur à affronter et atténuer ces chocs.
    La résilience de l’agriculture a contribué à éviter une crise alimentaire jusqu’ici , mais de nouveaux risques sont apparus: l’infestation acridienne en cours menace la production agricole et la sécurité alimentaire. L’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) estime que jusqu’à 60 pour cent de la récolte de riz est en danger. Ici aussi, la crise politique agit comme un obstacle à la fixation d’une réponse appropriée.
    Les problèmes de gouvernance de longue date de Madagascar n’ont été exacerbée : la règle de l’affaiblissement de la loi, l’insécurité croissante, la mauvaise gouvernance dans l’exploitation des ressources naturelles (bois de rose, or, pierres précieuses), des progrès limités sur le front anti-corruption, et le manque de transparence dans la gestion des ressources publiques ont seulement devenue plus pressante.
    La résilience du secteur privé est de plus en plus mis à l’essai : Il ya eu peu de nouveaux investissements, nationaux ou étrangers, dans l’environnement très incertain de ces dernières années. Le manque de dynamisme économique globale, les problèmes croissants d’infrastructures, notamment les routes et l’électricité, et l’environnement de détérioration de la gouvernance sont mal les perspectives à court terme du secteur privé et de ses plans à long terme. Aucune nombre important d’emplois a été créé, ou peut être créé, dans cet environnement.
    Madagascar était déjà parmi les pays les plus pauvres dans le monde et la crise n’a fait qu’aggraver la situation. La crise détourner l’attention des enjeux cruciaux du pays doit faire face et d’hypothéquer l’avenir des citoyens malgaches. D’un strict point de vue du développement, une résolution politique de la crise est urgente. Alors que le premier tour des élections présidentielles a été prévue pour Juillet 24 mai 2013, les élections ont été reportées au 24 Août.

    TRADUIT DE L’ANGALAIS PAR GOOGLE .

  6. Un rapport à envoyer à Jan Eliasson, le numéro deux de l’ONU.J’ai déja cherché son adresse e-mail mais je pense que les entités et mouvances doivent avoir accès à ce genre d’information.

    Mila hetsika tokony fa saingy angamba tsy ry Zafy sy Manandafy intsony no hitarika fa mba ny hafa indray.Mba vehivavy indray sahala amin’i maître Hanitra ,ry Ruffine Tsiranana fa mila maka hevitra avy amin’iretsy fotsy volo.

  7. Raha ny kibay an-keliky ihany no entina manao ny tolona @ fampihavanana dia na -50° aza ny temperature dia tsy voavaha io olana io.
    Ny mpitarika ny tolona mpivavaka aloha no tokony hahatsiaro tena voalohany hoe fampihavanana ny malagasy tsy misy an-kanavaka no atao fa tsy fanaratsiana an’i Rakoto na i Rabe no atao betsaka mba hitaritana olona sy hikajiany ny vola hiditra any am-paosiny.

  8. Fa angaha tsara indry ny manongam-panjakana no handeha hanongam-panjakana? Marina fa tsy izy io fitondrana entin’ny foza io nefa aoka isika tsy hanao ny ratsy ataon’ny sasany satria nahomby izany amindrizareo.
    Fifidianana no takina mafy izao. Izay no tokony hovoizina eran’i Madagasikara. Izay no tokony hidinana andalam-be hoe mitaky fifidianana.
    Raha izay ny sora-baventy manerana ny nosy dia tsy afaka ny milaza intsony ireo mpanohana ny mpandroba hoe tena demokrasia no entin’i Andry satria i Andry sy ny tariny dia tsy mahatanty an’izany hoe fifidianana izany mihitsy. Ny antony dia fantany fa tsy misy handany azy eo na dia ny fianakaviany aza satria fantampoko fatampirenena ny fahavendranany.
    Takio mafy ny fifidiana, antsoy ny olona hitaky fifidianana dia hino anareo izahay.

  9. Sarotra ny fihidirana tato ry Izy, dia voatery tao amin’ny forum TIM no nitondràko an’io hevitra voalazanao io !
    Tsy mety izany fitenenana hoe « haongatsika ny fitondràna » izany, na dia jiolahy aza no nanitsakitsaka ny safidin’ny vahoaka malagasy !

    Mila mitandrina amin’izay zavatra lazaina rehetra ! Betsaka ny fomba azo hanambaràna ny tian-dry zareo ho atao io, fa tsy tokony asiana resaka « fanongànana » izany mihintsy !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *