Temps pour la SADC d’admettre sa défaite à Madagascar

SADC-Leaders-Content

SADC-Leaders-ContentTime for SADC to admit defeat in Madagascar as it has, effectively, in Zimbabwe

18 July 2013

One sometimes wonders if the Southern African Development Community (SADC) should not simply give up the time-consuming and unrewarding business of trying to resolve political crises in its member states.

In Zimbabwe, after five years of intensive SADC mediation first led by then President Thabo Mbeki and thereafter by President Jacob Zuma, what have we got? Parliamentary and presidential elections that will be held on 31 July under essentially the same conditions as the violent and almost certainly rigged elections of March 2008 which prompted SADC’s intervention.

Maybe President Robert Mugabe will tone down the violence because he thinks he doesn’t need as much to beat the rather hapless Movement for Democratic Change (MDC) leader Morgan Tsvangirai this time. But if so, that will be no thanks to SADC. Mugabe still has full control of all the ‘hard power’ in Zimbabwe, all of the security apparatus. And that apparatus is still fully partisan to Mugabe’s Zimbabwe African National Union – Patriotic Front (ZANU-PF).

Likewise the public media – and that means essentially all the broadcast media and most of the papers – are also still fully and unashamedly biased towards ZANU-PF. The Zimbabwe Election Commission (ZEC) ostensibly has one or two independent commissioners. But ZANU-PF partisans outnumber them and the actual ZEC officials who will be conducting the election are pretty much the same as they were in 2008. That is assuming the ZEC does in fact conduct the election. The deep suspicion is that it will really be run behind the scenes by the army, as before, apparently.

Tsvangirai is fighting this election with both hands tied behind his back and his legs hobbled. Zuma raised hopes of meaningful change when he took over the job from Mbeki of mediating the Zimbabwe negotiations for SADC. He – and particularly his no-nonsense foreign policy adviser Lindiwe Zulu – talked straight to Mugabe and insisted on real reforms to level the political playing field. But in the end, one fears, they succeeded mainly in just irritating Mugabe. Last month, at Zuma and Zulu’s insistence, SADC leaders asked the Zimbabwe Constitutional Court – clearly just another Mugabe instrument – to postpone the poll to allow time for the many necessary reforms. It predictably rejected what was no more than a polite request.

SADC could do nothing about this humiliating rebuff because it is not prepared to really confront Mugabe and make him pay for his behaviour. It is showing the same reluctance to confront Madagascar’s de facto leader Andry Rajoelina. From 2009 when he ousted Marc Ravalomanana, SADC should have simply insisted that Rajoelina give up power. But it let him stay on as transitional leader. It issued firm declarations that he should allow Ravalomanana to return from exile in South Africa to fight the next elections. Yet it also inserted a mealy-mouthed escape clause respecting Madagascar’s judicial sovereignty, telling Rajoelina in effect he could arrest and imprison Ravalomanana if he returned, as he had been convicted and sentenced in absentia for alleged complicity in the shooting of protesters.

Since it could not muster the courage or conviction to do the right thing – which was to force Rajoelina not to run for office (in violation of SADC and African Union rules) and to allow Ravalomanana to do so – SADC then resorted to the so-called ‘ni-ni’ option. Ni-ni meant that neither of the two bitter rivals would run for office. In December and January they both accepted the ni-ni deal and the problem, from SADC’s perspective, seemed to be solved.

But then Ravalomanana put up his wife Lalao as a candidate for his political movement. And this prompted Rajoelina to renege on the ni-ni deal and to enter the presidential race too. And so did former president Didier Ratsiraka – along with about 40 other candidates. The trouble was that Lalao Ravalomanana and Ratsiraka had not met the legal requirement of at least six months of residence in Madagascar before the election. And Rajoelina also broke the law by missing the deadline for submitting his candidacy. But the electoral court accepted all three of them as candidates anyway.

Now SADC, and the African Union (AU) are demanding that the three candidates withdraw from the election and have vowed they will not recognise any of them if they are elected. They and the international community are also refusing to fund the poll and are even threatening to slap personal travel and financial sanctions against them if they don’t withdraw – something SADC and the AU never contemplated against Mugabe for all his greater sins.

Last week the International Contact Group on Madagascar, led by AU peace and security commissioner Ramtane Lamamra and SADC’s medidator Joaquim Chissano, visited Madagascar to try to persuade the three controversial candidates to withdraw from the elections. They evidently had a heated meeting with Lalao Ravalomanana and her supporters who refused to back down. Evidently the other two also refused. According to the Ravalomanana people, Chissano frankly told them that they really wanted Rajoelina to withdraw from the presidential race – and that Lalao Ravalomanana had to be ‘sacrificed’ to this objective.

If that is true, it would epitomise the disingenuous and frankly cowardly approach of SADC, confirming that it cannot confront the real problem, Rajoelina, as it has failed ultimately to confront the real problem in Zimbabwe, namely Mugabe. Threatening sanctions against the three erring candidates in Madagascar looks superficially to be a good thing, a sign that SADC and the AU are at last baring their teeth to enforce their decisions. But this tougher resolve is misdirected in Madagascar. If the three candidates pull out now, there will be no one to represent the Ravalomanana political movement in the election. Perhaps the same would be true of Rajoelina’s movement, although there are suspicions it has at least one other secret candidate in the race. Having failed to remove Rajoelina directly, SADC should back down, accepting Rajoelina, Lalao Ravalomanana and Ratsiraka as candidates.

This arrangement, though unsatisfactory, seems to be an acceptable compromise to the main rival camps; more particularly to Marc Ravalomanana who is the most aggrieved party.

The infringements by the three candidates are technicalities that SADC, the AU and the international community can surely afford to ignore – having condoned much greater violations by Rajoelina. It’s time for SADC to admit its impotence and let the Malagasy go ahead with an election most of them seem to want.

Peter Fabricius, Foreign Editor, Independent Newspapers, South Africa

source : http://www.issafrica.org/iss-today/time-for-sadc-to-admit-defeat-in-madagascar-as-it-has-effectively-in-zimbabwe

TRADUCTION

Temps pour la SADC d’admettre sa défaite à Madagascar car il a, effectivement, au Zimbabwe

18 Juillet 2013

On se demande parfois si la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC) ne doit pas simplement abandonner le business du temps et ingrate d’essayer de résoudre les crises politiques dans ses Etats membres.

Au Zimbabwe, après cinq ans de médiation de la SADC intensive premier conduit par le président Thabo Mbeki et par la suite par le président Jacob Zuma, qu’avons-nous obtenu? Les élections législatives et présidentielles qui se tiendront le 31 Juillet essentiellement dans les mêmes conditions que les élections violentes et presque certainement truqué de Mars 2008, ce qui a incité l’intervention de la SADC.

Peut-être que le président Robert Mugabe va modérer la violence parce qu’il pense qu’il n’a pas besoin d’autant de battre le Mouvement plutôt malheureux pour le changement démocratique (MDC) Morgan Tsvangirai pour le moment. Mais si c’est le cas, ce sera pas grâce à la SADC. Mugabe a encore plein contrôle de tous les «hard power» au Zimbabwe, tout l’appareil de sécurité. Et que l’appareil est encore entièrement partisan au Zimbabwe African National Union de Mugabe – Front patriotique (ZANU-PF).

De même, les médias publics – et qui signifie essentiellement tous les médias audiovisuels et la plupart des papiers – sont également toujours pleinement et sans vergogne biaisé vers la ZANU-PF. La Commission électorale du Zimbabwe (ZEC) a ostensiblement un ou deux commissaires indépendants. Mais les partisans de la ZANU-PF sont plus nombreux que les fonctionnaires et les ZEC réels qui procéderont à l’élection sont à peu près la même que celle qu’ils étaient en 2008. C’est en supposant que la ZEC n’a en fait procéder à l’élection. La profonde méfiance, c’est que ça va vraiment être exécuté dans les coulisses par l’armée, comme avant, apparemment.

Tsvangirai se bat cette élection avec les deux mains attachées derrière le dos et les jambes entravées. Zuma a suscité des espoirs de changement significatif quand il a repris le travail à partir de la médiation Mbeki négociations du Zimbabwe pour la SADC. Il – et en particulier sa non-sens politique étrangère conseiller Lindiwe Zulu – a parlé directement à Mugabe et a insisté sur de vraies réformes pour niveler le terrain de jeu politique. Mais à la fin, on craint, ils ont réussi principalement en un peu irritant Mugabe. Le mois dernier, sur l’insistance de Zuma et le zoulou, les dirigeants de la SADC ont demandé à la Cour constitutionnelle Zimbabwe – clairement qu’un autre instrument Mugabe – de reporter ce scrutin pour laisser le temps aux nombreuses réformes nécessaires. Il prévisible rejeté ce n’était plus qu’une demande polie.

SADC ne pouvait rien faire à propos de cette rebuffade humiliante parce qu’elle n’est pas prête à affronter vraiment Mugabe et lui faire payer son comportement. Il montre la même réticence à affronter leader de facto Andry Rajoelina de Madagascar. A partir de 2009, quand il a évincé Marc Ravalomanana, la SADC aurait simplement insisté pour que Rajoelina renoncer au pouvoir. Mais il lui permettre de rester en tant que chef de la transition. Il a publié des déclarations fermes qu’il devrait permettre Ravalomanana de rentrer de son exil en Afrique du Sud pour combattre les prochaines élections. Pourtant, il a également inséré une clause échappatoire doucereux respect de la souveraineté judiciaire de Madagascar, Andry Rajoelina dit en effet qu’il pouvait arrêter et emprisonner Ravalomanana s’il revenait, comme il avait été reconnu coupable et condamné par contumace pour complicité présumée dans l’attentat de manifestants.

Comme il ne pouvait pas le courage ou de conviction à faire la bonne chose – qui était de forcer Rajoelina de ne pas se présenter aux élections (en violation des règles de l’Union de la SADC et de l’Afrique) et de permettre Ravalomanana à le faire – SADC a alors recouru à la soi- appelée option ‘ni-ni’. Ni-ni signifiait qu’aucun des deux rivaux irait pour le bureau. En Décembre et Janvier, ils ont tous deux accepté l’accord ni-ni et le problème, du point de vue de la SADC, semblaient être résolus.

Mais alors, Ravalomanana a mis en place son épouse Lalao comme candidat pour son mouvement politique. Et cette Rajoelina invité à renier l’accord ni-ni et d’entrer dans la course à la présidentielle aussi. Et tout comme l’ancien président Didier Ratsiraka – avec environ 40 autres candidats. Le problème était que Lalao Ravalomanana et Ratsiraka n’ont pas respecté l’obligation légale d’au moins six mois de résidence à Madagascar avant l’élection. Et Rajoelina aussi enfreint la loi en manquant la date limite pour soumettre sa candidature. Mais le tribunal électoral a accepté toutes trois d’entre eux en tant que candidats de toute façon.

Maintenant, la SADC et l’Union africaine (UA) exigent que les trois candidats se retirent de l’élection et ont juré qu’ils ne reconnaîtront pas l’un d’eux s’ils sont élus. Ils et la communauté internationale sont également refusé de financer le scrutin et menacent même de gifler les voyages personnels et des sanctions financières contre eux s’ils ne se retirent pas – quelque chose de la SADC et de l’UA jamais envisagé contre Mugabe pour tous ses plus grands péchés.

La semaine dernière, le Groupe de contact international sur Madagascar, dirigée par l’UA paix et la sécurité Ramtane Lamamra commissaire et medidator Joaquim Chissano de la SADC, s’est rendu à Madagascar pour tenter de convaincre les trois candidats controversés de se retirer des élections. Ils ont évidemment eu une réunion chauffée avec Lalao Ravalomanana et ses partisans qui ont refusé de faire marche arrière. Evidemment les deux autres ont également refusé. Selon les personnes Ravalomanana, Chissano franchement leur a dit qu’ils voulaient vraiment Rajoelina de se retirer de la course présidentielle – et que Lalao Ravalomanana a dû être «sacrifié» à cet objectif.

Si cela est vrai, il serait incarnent l’approche hypocrite et lâche franchement de la SADC, ce qui confirme qu’il ne peut pas affronter le vrai problème, Rajoelina, car il n’a pas réussi finalement à affronter le vrai problème au Zimbabwe, à savoir Mugabe. Menaçant de sanctions contre les trois candidats égarés à Madagascar ressemble superficiellement à être une bonne chose, un signe que la SADC et l’UA sont enfin découvrant leurs dents pour faire appliquer leurs décisions. Mais cette détermination plus difficile est mal orienté à Madagascar. Si les trois candidats se retirent maintenant, il n’y aura plus personne pour représenter le mouvement politique Ravalomanana lors de l’élection. Peut-être même serait vrai du mouvement de Rajoelina, bien qu’il existe des soupçons qu’il a au moins un autre candidat secret dans la course. N’ayant pas réussi à retirer directement Rajoelina, la SADC devrait reculer, d’accepter Rajoelina, Ravalomanana et Ratsiraka Lalao comme candidats.

Cette disposition, bien que satisfaisante, semble être un compromis acceptable pour les principaux camps rivaux, plus particulièrement à Marc Ravalomanana qui est la partie la plus lésée.

Les infractions commises par les trois candidats sont subtilités que la SADC, de l’UA et la communauté internationale peuvent sûrement se permettre d’ignorer – après avoir fermé les yeux sur beaucoup plus de violations par Rajoelina. Il est temps pour la SADC d’admettre son impuissance et de laisser le malgache aller de l’avant avec une élection plupart d’entre eux semblent vouloir.

Peter Fabricius, responsable du service étranger, Independent Newspapers, Afrique du Sud

5 pensées sur “Temps pour la SADC d’admettre sa défaite à Madagascar”

  1. Perso, je memefierais de ce Communiqué qui tend à SUBJUGER les intentions francaises !
    Il est vrai que la SADC n’a pas toujours eu des succès, mais qui a empeché « ces succès » qui voulaient des reglements entre Africains ?
    Quand des problemes surgissaient, l’UA ou la COI, ou encore l’OIF ont fourré leurs nez pour SEMER LA ZIZANIE entre les Politiques africains. Ces derniers auant toujours été sous l’inflence francaise en les payant grassement par des dessous de table marchaient sans reflechir.
    NOOOOOON ! il n’est pas question que la SADC lache la médiation des crises africaines, sinon, l’on devine aisement, QUI viendrait renforcer la francafrique. Ce qu’il faudrait ce que des individus du genre CHISSANO ou tout autre politique sous-influence française, DEGUERPISSENT et aillent se faire pendre.

  2. Bien vu, Njara!Les « vendus » n’ont pas de place dans la médiation car ça biaise tout.
    Si un autre Chissano pointe son nez dans nos affaires, on devra lui interdire les 5″C ».
    – Cigare
    – Collation
    – Casino
    – Cajoler
    – Cadencer

    En Anglais les « 5S »

    – Smoke
    – Sip
    – Stake
    – Screw
    – Swing

  3. Non seulement sa défaite mais sa stupidité d’avoir compliqué ce qui est simple : sa mission à elle confiée a été d’arbitrer , de contrôler les tenants et les aboutissants de la crise à Madagascar ,mais elle ne s’est pas contentée de ces prérogatives-là mais s’est ingénié et a voulu jouer au petit juge qui, pour montrer au reste du Monde qu’elle peut trancher dans le vif sans se soucier du droit de l’Homme dans son article 21 ,sans se préoccuper du droit des Malgaches qui sont des Hommes avant d’être Malgaches en usant et en abusant d’un autoritarsme digne de la jungle et d’un juridisme pédant00
    Il est plus qu’urgent que les grands Pays de la Communauté Internationale qui s’opposent ostensiblement et publiquement aux décisions prises par la SADC et l’UA sur la demande insistante sur le retrait des trois candidatures, d’obliger la SADC et l’UA à rester dans le droit commun ,de mettre en œuvre rapidement la feuille de route et d’instaurer latransition consensuelle et inclusive pour organiser les élections présidentizlles et et de sortir de leur petite cuisine d’abracadabrante décision comme qui dirait inspirée par un je ne sais complexe ‘infériorité .Et la SADC et l’UA semblent saisir cette crise à Madagascar comme une occasion pour elles de démontrer qu’elles sont à la hauteur de leur mission ,qui est actuellement dans l’impasse grâce à cette obstination du crocodile qui ne veut pas lâcher sa proie !

  4. Si on est africain, on doit reconnaître certaines choses à Mugabe!
    La lecture de l’histoire devrait permettre de dire que l’ANC et tout individu ayant vécu l’apartheid ne feront jamais quoique ce soit contre lui.
    Mugabe est haï de tous les occidentaux. Allez savoir pourquoi? Cela n’a pas empêcher à sarko d’aller le voir pour prospecter et conclure des marchés… je ne sais pas si Mugabe a des avoirs gelés à l’étranger!!!
    Donc, de ce côté là, je ne sais pas si la SADC a perdu ou pas!
    Concernant Madagasikara, ce n’est pas la SADC qui perd quoique ce soit. C’est Madagasikara qui a échoué une fois de plus dans sa recherche de souveraineté et d’indépendance. La Sadc n’est pas une plate-forme de politique commune. Elle est juste une plate-forme économique missionnée pour que l’occident ne se retrouve devant les feux de la rampe.

  5. La pure Sadec n’existe plus depuis que les povcons ont soudoyés les moins Povcons soudoyés Chissano ,Simao,La Sadec est infestée par les virus sidaiques de Françafrique ,jusqu’ à nouvel ordre on n’a plus rien à voir avec.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *