Nihaona mangina Attalah Beatrice sy Hery Rajaonarimampianina

hery sy beaNaneho ny heviny tamin’ny alalan’iny fifidianana iny ny vahoaka Malagasy . Tsaroany ny fampijaliana, ny fampihorohoroana, ny fidarohana baomba mandatsa-dranomaso nataon’ny mpanongam-panjakana azy nandritra izay efataona mahery izay. Na dia nisy aza ny famenoana ny bileta tokana ny anaran’ny kandida iray ka natao tao anaty urne toy ny niseho tany Betroka dia tsy nahasakana ny vahoaka tsy nifidy izany. Hita tamin’ny voka-pifidianana navoakan’ny Ceni-T fa navitrika ny mpifidy nanatontosa ny adidiny, ary nasehony fa tsy tokony hitondra ny mpanongam-panjakana. Ireto misy santionany amin’izany izay tsikaritray.

Tao Ambatobe izay nisy ny toerana hipetrahan-dRajoelina sy nanefany ny adidiny dia tsy mamy hoditra tamin’ny vahoaka tao ny tenany, satria dia nahazo vato be indrindra ny kandida Robinson. Toy izany koa ny tao Tsimbazaza izay nisy ny biraom-pifidianana nandatsahan’ingahy Hery  Vaovao vato, ambany  doa ambany ny salan’isa azony tao . Ny mifanohitra amin’izay kosa anefa no tsikaritra teny Faravohitra izay misy an-dRamatoa Lalao Ravalomanana izay nifidy ny kandida Robinson. Midika izany fa nanaraka ny baikon’ny filoha Ravalomanana ny vahoaka teny amin’iny faritra iny. Toy izany ihany koa ny teny Ambohimiandra izay toerana nifidianan’ny kandida Robinson, izay nahazo be indrindra ny tenany.

Anisan’ny nahazo tombontsoa tamin’ity fitondrana tetezamita ity ny miaramila ; tsikaritra anefa tamin’ny voka-pifidianana navoakan’ny Ceni-T  fa  na ny toerana nipetrahan’ny miaramila sy ny vady amanjanany toy ny teny Betongolo, Soanierana izay nisy ny Cap Sat fototry ny fanonganam-panjakana  aza dia nifidy ny dokotera Robinson, satria dia nahatratra 37,86% ny vato azony, raha 13,15%  ny azon’i Hery.  Eny fa na Camille Vital izay miaramila aza izay nanambitamby ny miaramila tamin’ny fiara 4×4 maromaro dia tsy naharesy lahatra ny miaramila mitovy aminy. Mbola tsy mahafoy ny fitondran’ny filoha Ravalomanana na dia ry zalahy be baoty aza fa matahotra ny ho very tombontsoa fotsiny.

Ny teny amin’ny faritra ambany tànana kosa izay nataon’ny mpanongam-panjakana fitaovana tamin’ny 2009 dia tsikaritra fa saika nirona tany amin’ny dokotera Robinson avokoa izy ireo. Nahatsapa ho voafitaka ny ambany tànana ka nifidy an’ny dokotera Robinson.

Ny teny amin’ny faritra Ambohimalaza dia niavaka fa anisan’ny nahazo vokatra betsaka indrindra ny kandida Robinson. Ingahy Edgard izay avy eny dia zara raha nahazo vato . Toy izany ihany koa Brigitte Rasamoelina izay ben’ny tànana teo aloha teny Ambohimalaza dia nokapohin’ny vahoaka tamin’ny latsabato miafina iny. Na dia ireo fianakaviana aza dia tsy nifidy azy tamin’izany.

Amin’izao fotoana izao (androany Alarobia 30 oktobra 2013) dia nandeha ny resaka fa nandefa olona any amin’ny Pr Zafy Albert eny amin’ny trano fonenany Rajoelina, hilaza fa ahoana ny fomba hanafoanana io fifidianana io. Ny Pr Zafy raha tsiahivina dia anisan’ireo tsy manaiky io fifidianana io. Midika ve izany fa mitady làlan-kafa Rajoelina hanalavana ny tetezamiitatra, rehefa hita fa mandresy ny kandida Robinson. Araka ny loharanom-baovao marimpototra  ihany koa fa nisy fihaonana mangingina androany ny filohan’ny Ceni-T Attalah Beatrice sy ny kandidà Hery Rajaonarimampianina, inona no dinik’izy ireo ? Hiketrika hangalam-bato indray ve ? Tsy misy zavatra miafina tsy hipoitra anefa fa dia hiarahantsika mahita eo ny tohiny.

34 pensées sur “Nihaona mangina Attalah Beatrice sy Hery Rajaonarimampianina”

  1. Avelao hangalabato fa ho hitan’ny havana eo ! Tsy ho tantin’ireo ny hatezerambahoaka ary efa fantany tsara zany ! Raha mitroatra eo antananarivo dia loza be ho na’ireo fatin’alika ! Disqualifiée ary tsy credible tsony i Attalah raha hita miaraka @ candidat raha marina io !
    Tsy maintsy mandresy radoko raha hisy 2è tour! Io sarisarin’alatra io vao maika hampitorotra ny olona hifidy an’i JLR !!!!!

  2. Avelao hangalabato fa ho hitan’ny havana eo ! Tsy ho tantin’ireo ny hatezerambahoaka ary efa fantany tsara zany ! Raha mitroatra eo antananarivo dia loza be ho na’ireo fatin’alika ! Disqualifiée ary tsy credible tsony i Attalah raha hita miaraka @ candidat raha marina io !
    Tsy maintsy mandresy radoko raha hisy 2è tour! Io sarisarin’alatra io vao maika hampitorotra ny olona hifidy an’i JLR !!!!!

  3. Marina ny nao ry neny! Miandry mitotongana eo zay vao taitra ka sao tara ! Tokony mba hampiaka -peo ny olon’i Radoko ! Aiza ry Manoela sy Zafilahy ??? Inona ny antony zao fahanginana manoloana izao fihetsiketsehan’ireo tsy valahara ireo ! Dia matoky an’io BE TANILA io ve isika e???shhhhhhhh!

  4. Efa fantatra fa izao no hafitsony ka aiza ireo vondrona iraiam-pirenena nanery hanao fifidianana sy nanala an’i Neny ? Ay ireo miaramila tonga tao @ CENI-T ?

  5. Na dia eo aza izany rehetra izany aoka tsy hadino ny faharesena mavesatra nahazo t@ tapany atsimo sy avaratr’i Madagasikara. ny plan handresena lahatra momba izay izao no matimatesana fa tsy variana miady @ cenit.

  6. Marina izany e! ilaina ny mijery ny tsy mety rehetra e! lesoka ireny , atao matotra tsara , ny delegue, ny fanetanana ny any amin’ny faritra sy ny ambanivohitra , ireo olona ireo mila tee-short amin’izay tadidiny tsara ilay tarehy sy ny numero , ny fanampiana ny olona tsy afa-nifidy asiana tomponandraikitra isaky ny fokontany .
    Ny 2é tour izao mbola olana ho an’ny num3, satria efa nanantena vatobe teo tamin’ny vola nafafy, aiza indray no haka amin’ny 2é tour ? izany rehetra izany no tombony ho antsika ka mila hararaotina

  7. ATY JERENA

    17h04>
    TENDANCES CENI-T :
    Récapitulation nationale. 7.430/20.001 (bureaux de vote) Taux de participation 59,10%. Jean Louis Robinson 27,75%. Hery Rajaonarimampianina 14,65%. Hajo Andrianainarivelo 9,76%. Camille Vital 6,55%. Roland Ratsiraka 6,13%. Edgard Razafindravahy 5,03%.Date : 30/10/2013

  8. Tsatsa elah e!!!mpamosavy mandeha alina aza misy mahita,io fa traingo !
    tsisy hialana menaka intsony!!!hanao inona hono????
    Tsy tonga dia ampanakakaizina i Dr sy Fery vao raha sahy fa???io dia mody hanimbinana kely lava eo
    ny vaton’ i dokotera tsssssss
    I kala vorondolo fatma koa harao maso tsara ray olona fa efa mizėsta mandimandina efa mitady hitsotra le
    volo nisaodraotra teo.

  9. Tsatsa elah e!!!mpamosavy mandeha alina aza misy mahita,io fa traingo !
    tsisy hialana menaka intsony!!!hanao inona hono????
    Tsy tonga dia ampanakakaizina i Dr sy Fery vao raha sahy fa???io dia mody hanimbinana kely lava eo
    ny vaton’ i dokotera tsssssss
    I kala vorondolo fatma koa harao maso tsara ray olona fa efa mizėsta mandimandina efa mitady hitsotra le
    volo nisaodraotra teo.

    Aza manahy ny @’izany ianao ry Vonifanja fa rahoviana izy no ahalany ny volam-bahoaka nangalariny nandritra
    izay efa ho 5 taona nitondran’ny FOZA izay????

  10. omeko zavatra iray fotsiny ianareo ahafana miteny fa tsy marina io resultat-n’i cenit io. teo @ 57% teo ny taux de participation ao Antananarivo. Ny zava-misy anefa dia 68% ny taux de participation ao @ site-n’i cenit izao. Ny olona any amin’ny province na ny faritany anefa tsy hifidy mihoatra ny ao Antananarivo mihitsy. Tsy mtombina izany io valim-pifidianana io.

  11. SOURCE SUR ITY ARY TSY NAMPOIZINA NY FOMBA NAHAZOANA AZY…(Zany tokoa ilay hoe : tandremo ihany fa ny rindrina aza misy sofina)
    MISY VAZAHA FRANTSAY ROA LAHY TONGA OMALY AVY ANY FRANTSA ARY MIARAKA AKAIKY AMIN’I HERY R…
    DIA IZAO NO MISSION NAHATONGAVAN’IZY IREO = TSY MAINTSY ATAO NY FOMBA REHETRA NA INONA NA INONA HAMPANDANIANA AN’I HERY R…NA FIRY OLONA MATY ….ANKOATRY NY FANGALARANA VATO…..

    TSY MISY DISO IO INFOS IO SATRIA SOURCE MIHITSY NO NAHAZOANA AZY ARY TSY NAMPOIZIN’NY FOZA MIHITSY…HOE MISY MAHAFANTATRA IZANY ANKEHITRINY….

    AMPITAPITAO MALAKY…

  12. Tandremo fa misy tranga miseho izay adinon’ny maro ny mamakafaka azy. Avy aiza io 10% n’i Hajo io? Inona ny base politique n’io olona io? Inona ny représentativité nationale n’io kandida io? Kilasy inona no soloin’io rangahy io tena? Hevitra toy ny ahoana no arosony hanarenana ny firenena… ka: nahatonga azy nalaza tampoka noho i Roland Ratsiraka, Camille Vital, Monja Roindefo na i Voninahitsy Jean Egène.

    Variana amin’ny éventuel duel JLR/HR sahady ny olona rehetra ka manadino fa misy 10% noforonina azo atsofoka maimaim-poana ao ambadika ao amin’ny 2eme tour, hihihi

  13. Ikala mpamosavy vavy io ve no henoina??? Mpandainga io.
    NY tokony atao dia ny fanarahamaso ny BV izay be olona indrindra. Dia izay ihany.
    Fa raha ilay vorombe tsy fihinana io no antenanaina hanao zavatra madio dia nofy izany!!!
    Ny antony: ancienne conseillère an’i Hery Rajaonarimapianona io!!! Tsy tokony mazava amin’ny olona ve izany e??? Izay no antony naha présidente azy!!!
    TANDREMO TANDREMO
    Arahinay maso ianao Ramatoa. Izahay akory tsy mitovy amin’i jeneraly baomba daholo fa tena hafa ny fijerinay ny fihetsikao!

  14.  » varatra dit :
    30 octobre 2013 à 11 h 25 min

    Avelao hangalabato fa ho hitan’ny havana eo ! Tsy ho tantin’ireo ny hatezerambahoaka ary efa fantany tsara zany ! Raha mitroatra eo antananarivo dia loza be ho na’ireo fatin’alika ! Disqualifiée ary tsy credible tsony i Attalah raha hita miaraka @ candidat raha marina io !
    Tsy maintsy mandresy radoko raha hisy 2è tour! Io sarisarin’alatra io vao maika hampitorotra ny olona hifidy an’i JLR !!!!! »

    Marina ny anao fa tokony tandremana tsara satria nifandanja tsara mihitsy ny fifidianana tany côte d’ivoire, fa no-lâchern’ny farantay kbagbo dia nanao valifaty ka iny nosamborina iny no farany… Nefa ny vote toa nahazo plus de 40% izy raha tsy diso aho… Ka tokony eritreretina tsara io. Vola be no hiadianireo vahiny ireo satria misy ny rehetra ao madagasikara indrindra fa ny pétrole…Mila mieritreritra tsara izay atao ny mouvance ra8. Ny olana efa voazaran’ireo vahiny avy ny faritra aty afrika ka efa nahazo carte blanche ny frantay fa azy madagasikara… Jereo USA, Allemagne, sns tsisy miteny mihitsy fa i Gold blat foana no maneno sahona!!!
    Ka aoka hitandrina.

  15. Nisy fivorivoriana tany ho any ho an’ireo mpomba ny mpanongampanjakana, dia nilaza irreo fa hamondrona ny hery hono amn 2e tour fa mbola tsy tratra ny tanjona tamin’ny tolona izay natao! Dia hoy aho hoe, dia mbola heverina ve fa sagnagna ny Malagasy? dia mbola heverina ve fa bado izahay? ka tsy mahalala ny resultatn’izy ireo tao amin’ny fanjakam-poza? Mbola heveriny koa angamba fa mbola tsy tena « faraidiny tsara ny firenena sy ny vahoaka »! Ho an’i mpiondana Dada rehetra, ny lakilen’ny 2ètour dia telo: 1- fanentanana ireo tsy tonga nifidy (abstention). 2- fanoratana ny tsy ao amin’ny lisipifidianana 3- reorganisation des nos delegué de vote. Misaotra samy ho tahian’andriamanitra.

  16. Tsy hoe ry zareo no mangala-bato fa ianareo miaraka @ ra-saribakoly mihitsy no tsy mahazaka resy satria ny anareo ny pourcentage tsy mitsahatry ny mihaina fa ny anay kosa mitombo miandalana hatrany hatrany…..

    MAHAZAKA RESY RY IANINA AH… sa lasa very maina fotsiny ny 4 taona nijorojorona tao @ magro???

    hihihi…

  17. Mahay manao desinformation lehiretsy nareo an! Marina fa nahazo i Robinson JL eto tana marina izany satria fanatisme Ra8 ny olona fa tsy hoe nifidy an’azy! Jereo ny vokatra t@ faritra sasany! Tsy ny olona tia an’i Ra8 ihany no tia an’ity Madagascar ity! Fa nahita ny tsy mety rehetra ary koa victime ny regime ra8! Faritant Toliary, Antsimo antsinanana, Sofia, Diana, Sava, Antsinanana! Jereo ny vokatra t@ ireo faritra ireo! Betsaka olona ny Analamanga, sy ny manodidina izay betsaka fanatsime sy extremiste ravalomanana !

  18. o r’ingahy ‘ty: izao olon-tsotra citoyen dia nahita ny fiainako NETY entre 2002-2009

    fa hoy ianao zany hoe: nde hiverina toa ny quart de siecle andron’i amiral rouge
    na koa
    hitohy izao fiainana izao,
    LA LOI DU PLUS FORT
    dia ny tay sy amaniNAREO no atondrotondro ho lelafin’ny sasany eo

  19. rah tsy oe: tsy nihetsika ny majorite silencieuse

    dia izay indrindra no mampitsangam-bolo ahy: ny omaly tsy miova ny faiainan’ny olona amin’ireo faritra ireo – zarany aza misy vazaha be vola toa an’i camille – miREVY

    HIARAKA ISIKA hoy razoky zzeuuueuuuugeeuuuuu

    sanatria!!!

  20. isa-maraina,
    saiky feno olona mifanosika mijery vaovao @ gazety eny amoron-dalana

    _______

    na dia mpivarotra kely ery amorn-dalana aza
    mahatadidy tsara ny fanodinana BOIS DE ROSE
    tra-tehaka tao Comores ny frere a Camille
    (namonjy haingana ity, fony mbola PM teo @ fitondrana)
    ….

  21. VAKIO DIA HAELEZO E…MILA INFOS NY OLONA….NY OLONA TSY AMPY INFOS ANIE NO MORA AHODIKODINA E….

    Les secrets profonds de la crise malgache Version imprimable

    La crise malgache cache un soubassement pétrolier qui va de la grande île au Canal du Mozambique. Si Madagascar est gâté par la nature, avec une biodiversité unique au monde, c’est aussi l’un des 12 pays les plus pauvres du monde.

    Situé, dans la partie occidentale de l’Océan Indien, au voisinage de la côte orientale du continent africain, d’une superficie de 587 000 km², l’île de Madagascar est une véritable arche de Noé, qui abrite encore des espèces animales et végétales dont l’évolution n’a été influencée par aucune des grandes rivalités qui ont conduit à la formation de la flore et de la faune que connaît le reste de la planète (à l’exception de l’Australie).

    C’est un «musée-vivant», un «sanctuaire de la nature », «petit continent à part» qui concentre 12 000 espèces de plantes et 1000 espèces de vertébrés, mammifères, reptiles, amphibiens et oiseaux dont la pluparts sont endémiques à la grande île. Plus de 90% des reptiles et des batraciens sont endémiques à l’île, 6 des 8 espèces mondiales de baobabs se trouvent seulement à Madagascar ainsi que 14 des 65 genres et 5 des 17 familles de primates plus anciens que le singe.

    Madagascar est riche en ressources forestières et halieutiques; Les essences des forêts du Nord-Est, produisent des essences de bois dites précieuses, tels que le bois de rose et l’ébène qui s’exporte à prix d’or. Ses 5000 km de littoral, composés des mangroves et récifs coralliens qui produisent chaque année un excédent biologique (des poissons, des crabes, des crevettes, des concombres de mer et des huitres) supérieur a 300 000 t. Les mangroves du Canal du Mozambique servent à la reproduction de crevette de qualité appelées «L’or rose de Madagascar ». Les nombreuses rivières et importants fleuves, contiennent des crevettes, poissons pélagiques, poissons, démerseaux, langoustes, coquillages à nacre, pieuvres, oursins, crapauds, crabes, thons, algues rouges, …

    Le sol malgache est latéritique, il est composé en grande partie d’oxydes ferriques et d’aluminium qui lui donne une couleur rouge et qui vaut à Madagascar le nom de l’île rouge», tandis que son soussol regorge du pétrole lourd et léger, de kimberlite, de quartz, de diamant, d’or, d’ilménite, sel, titane, graphite, chromite, charbon, bauxite, émeraude, fer, saphir jaspe, mica, uranium, mercure, cristal, soufre, cobalt et de nickel. A Moramanga, la compagnie canadienne Ambatovy prévoit extraire 60 000 t de nickel et 56 000 t de cobalt. Une production qui hissera Madagascar au 2ème rang mondial. Malheureusement, les dégâts sur l’environnement et la santé des populations fait partie des non-dits.

    Un gros potentiel

    Madagascar dispose donc de tout pour décoller. Pourtant cette île est l’un des 12 pays les plus pauvres du monde, 80% de la population vit en deçà du seuil de pauvreté. Une part de 12% dispose de l’électricité. Un tableau sombre qui explique le fourmillement de l’industrie humanitaire. Ainsi, plus de 600 ONG humanitaires sont présentes à Madagascar, ce qui fait de la grande île, le pays le plus aidé au monde. Et alors qu’il est à peu près grand comme la France, il compte 25 fois moins de km de route. L’insécurité des biens et des personnes et maximale aussi bien dans les grandes villes que dans les zones reculés.

    La déception Marc Ravalomanana

    L’arrivée de Marc Ravalomanana à la tête du pays en 2002, à la suite d’une élection controversée, était vue comme le vecteur possible du changement. Ce grand industriel était l’un des rares à produire malgache. Son ambitieux programme, le Madagascar Action plan (MAP) voulait favoriser le développement de l’île en l’intégrant dans la mondialisation.Les bailleurs de fonds ont souscrit à cette vision, faisaient la queue à coup de milliards de dollars. Ravalomanana avait privilégié le partenariat multilatéral au bilatéralisme issu du colonialisme, il a fait entrer l’apprentissage de l’anglais au primaire dans certaines écoles pilotes et il a envoyé beaucoup de jeunes aux Etats Unis. Ravalomanana avait les faveurs du président Américain George W. Bush. C’est pourquoi, l’île-pays fut le premier bénéficiaire en 2004 du Millenium Challenge Corporation (MCC). Ce sont également les américains qui furent les premiers à reconnaître l’élection de Marc Ravalomanana en 2002 contre Didier Ratsiraka, alors que la France avait mis 5 mois pour reconnaître l’élection de Ravalomanana.

    Ravalomanana avait mis les intérêts français à mal et en concurrence avec les entreprises chinoises, Américaines, Canadiennes et Japonaises. Le Groupe Bolloré avait été écarté de l’appel d’offres pour la gestion du port de Toamasina (Tamatave) et c’est par une très forte pression de l’Elysée que le gouvernement avait signé en septembre 2008, une licence permettant à Total d’exploiter les sables Bitumineux de Bemolanga. Les relations entre la France et Ravalomanana étaient tendues, il ne plaisait pas aux milieux économiques français, installés de longue date sur la grande île (Madagascar, abrite une des plus importantes communautés françaises d’Afrique, soit 25 000 personnes dont 13 000 binationaux).

    Le French Coup

    Le coup d’Etat d’Andry Rajoelina, le 18 mars 2009 à été qualifié comme étant un «french Coup» un coup-d’état orchestré par la France, selon les propos d’un diplomate européen à l’issue de la réunion du groupe international de contact sur Madagascar du 6 au 7 octobre 2009 à Antananarivo, rapporté par billets d’Afrique n°185, Nov. 2009. Léonardo Simao, ancien chef de la diplomatie du Mozambique et membre de l’équipe de médiation, cité par Thomas Deltombe (le monde diplomatique de Mars 2012) «l’ingérence française dans les affaires malgaches équivaut à un quasi-colonialisme. Marc Ravalomanana, dans une interview au quotidien le monde, le 28/10/2009, propos recueillis par Sébastien Hervieu, «Le coup d’Etat à Madagascar était bien étudié et bien orchestré, en 3 mois, c’était fait ! … Il y avait des français derrière cela, les services de renseignements Sud Africains, ici me l’ont dit».

    Dans les câbles diplomatiques américains révélés par Wikileaks à l’automne 2011, «Pierre Van Den Boogaerde, ancien représentant du FMI à Antananarivo a affirmé que la France a payé la facture, les extras du Capsat», note l’ambassadeur américain de l’époque, Niels Marquart en référence aux mutins du corps des personnels et des services administratifs et techniques (Capsat), qui ont joué un rôle centrale dans le renversement de Ravalomanana et l’accession de Rajoelina au pouvoir en 2009. L’ambassadeur américain note toutefois que d’autres personnalités, y compris des diplomates étrangers, partagent la même conclusion. Mamy Rakotoarivelo, président de la chambre basse du parlement et chef de la mouvance qui soutient Ravalomanana, insinue que : «… Claude Guéant à l’époque SG de l’Elysée, Andre Par-rant, conseiller Afrique de Sarkozy et de Robert Bourgi, conseiller occulte, ont fait des déplacements périodiques à Madagascar, dès l’arriver de Rajoelina au pouvoir» et parmi les plus proches conseillers de Rajoelina, il y a l’homme d’affaires franco-malgache Patrick Lelloup, proche de Robert Bourgi. Au cour du séjour de Rajoelina en France, en décembre 2011, ce dernier avait rencontré Julien Balkany, demi-frère de Patrick Balkany, ami intime de Nicolas Sarkozy. Les révélations du colonel Charles Andrianasoavina (sur Ti1ca.com) rapportent que Rajoelina a été financé par des personnalités du milieu politico-économique malgache et français.

    L’arrivé de Rajoelina a fait tomber Madagascar entre les mains d’apprentis sorciers qui ont ouvert la boîte de Pandore. Rajoelina est l’otage d’un clan qui a amené la corruption à tous les étages, avec la disparition progressive de la classe moyenne et une poignée de gens de plus en plus riche, inflation, justice corrompue, trafic de pierres précieuses, … L’ancien ministre de l’environnement et des forêts, le Dr Joseph Randrianiarisoa avait accusé le conseiller spécial du président, le richissime opérateur- économique Mamy Ravatomanga de trafic de bois de rose.

    Ce dernier s’est aussi attribué des gros marchés publics de construction, sans appels d’offres ou avec entente illégale. Ce patron du groupe Sodiat et Madarail est membre du Conseil d’administration de AIR Madagascar et Telma (Telecom Malagasy) et patron de plusieurs médias. Selon Wikileaks, Zazah Ramandinbiarison, ex-Directeur de Cabinet de Rajoelina, a dénoncé le pillage des ressources naturelles de Madagascar, ce qui lui a valu son limogeage. La crise politique malgache depuis 2009, été le résultat d’une mésentente entre la France et les U.S.A, les intérêts pétroliers sont au centre de cette querelle. Le plan énergétique américain et français, qui consiste à s’immiscer dans les affaires politiques, économiques et militaires des Etats pourvoyeurs de pétrole pour faire main basse sur cette dernière, n’est pas d’invention récente.

    Michael Klare, (Ressource WARS : the new landscape of global conflict, New york, henry Holt and company 2001) n’avait-il pas insinué que «les guerres et les déstabilisations politiques pour la possession des ressources énergétique ne sont plus maintenant des événements isolés…».

    Washington Vs Paris ou la guerre pour le contrôle du Canal de Mozambique

    Le pétrole du Canal du Mozambique et ses îles stratégiques sont la clé de la crise malgache et étant un Canal de transit d’une grande partie des pétroliers exportant le pétrole du Moyen-Orient vers l’Europe et L’Amérique, cet itinéraire d’approvisionnement, fait partie de la sécurité nationale des U.S.A et de la France. Ce Canal va du sud du Kenya au Mozambique, en englobant Madagascar et les Seychelles. Il est large de 415 km et il sépare Madagascar du continent africain. C’est un corridor biologique sous-marins, couloir de déplacement utilisé par un large groupe d’espèces d’oiseaux, de poissons, de mammifères …

    Le Canal du Mozambique se présente comme étant l’eldorado pétrolier des mers du sud. En Avril 2012, L’US Geological Survey a publié l’état d’évaluation des réserves de pétrole et de gaz du Canal de Mozambique. Ce rapport englobe géographiquement les côtes mozambicaines, tanzaniennes, la rive gauche et la côte-ouest malgache et les Seychelles (rive droite). En termes de gaz, ces gisements offshores équivaudraient au potentiel de la mer du nord et en matière de pétrole, il serait aussi prometteur que le Golfe de Guinée. Rien que sur la partie malgache, les réserves sont estimées à 17 milliards de barils de pétrole et 167 000 milliards de pieds de m3 de gaz, c’est-à-dire tout simplement, le niveau de l’Angola. Duncan Clarke, un consultant de Global Pacific basé à Johannesburg, asserte que le potentiel pétrolier et gazier du Canal du Mozambique est d’envergure mondiale avec la possibilité qu’on y trouve davantage de pétrole et de gaz. La plus grande découverte du gaz dans le monde en 2011, s’est faite dans le Canal du Mozambique, au large du Mozambique (Province de Cabo Delgado) dans la zone du permis Mamba Sud, estimée à 425 milliards de m3 par ENI et Anadarko qui prévoient investir 5 milliards de dollar pour ce gisement.

    ENI a également fait des découvertes, dans le bassin du Fleuve Rovuma et dans le delta du Zambeze (240 milliard de m3 de gaz naturel exploitable). Au bord du Canal de Mozambique, au sud-ouest de l’île de Madagascar, il y a le bassin pétrolier de Morondava, où se trouve le gisement de pétrole lourds «Sables bitumineux de Bemolanga (2 milliard de Réserves) et dont le permis appartient à Total et le gisement de Tsimiroro (1 milliard de réserves) exploré par Madagascar Oil. Laurie Hunter, PDG de cette compagnie, affirme que si les résultats du projet pilote sont positifs, Tsimiroro sera exploité sur 50 ans pour une production de 150 000 barils/jour et ce seul gisement positionnera Madagascar parmi les 10 premiers en Afrique (le bloc Manambolo, Morondava, Manandaza, sur le bassin de Morondava, n’ont pas encore été exploré).

    Le problème le plus épineux au sein du Canal de Mozambique, sont les îles Eparses : Juan De Nova, Europa et Bassas Da India qui ont un potentiel pétrolier et gazier extrêmement gigantesque. Juan De Nova est situé au milieu du Canal est de ce fait extrêmement stratégique.

    La république autonome de Madagascar a été crée le 14 Avril 1958 et a acquis l’indépendance en 1960. Le 1er avril 1960, un décret français a détaché le récif de Tromelin, l’archipel des Glorieuses et des îlots Juan De Nova, Europa et Bassas Da India de Madagascar. Mais en 1973, Madagascar a contesté le détachement sous prétexte qu’il viole l’intégrité territoriale d’un pays colonial promus à l’indépendance, mais la France considère que cette scission s’est effectuée avec l’accord du président Philibert Tsiranana. En 1974, la France a installé un détachement militaire pour répondre aux revendications et l’île est interdite d’accès, seul des scientifiques sont autorisés à y accoster. En 1979, l’ONU avait recommandé à la France d’engager les négociations en vue de la restitution de l’île à Madagascar. En 1976, la France avait départementalisé l’île de Mayotte en la détachant arbitrairement de l’archipel des Comores, pour rendre définitivement la souveraineté française sur cette île qui se trouve au nord du Canal de Mozambique. La loi ordinaire du 21 Février 2007 a rattaché les îles Glorieuses, Juan De Nova, Europa et Bassas Da India aux terres australes et antarctiques françaises. Marc Ravalomanana a défendu l’inaliénabilité des îles Eparses, lors de ses allocutions à la tribune des Nations Unis en 2006, 2007 et 2008. En 1985, Madagascar avait créé sa ZEE (zone économique exclusive de 200 miles marins) et à 150 km des côtes malgaches, Juan De Nova devait naturellement intégrer la ZEE des 200 miles marins de Madagascar, hors le décret N° 78- 146 du 03 février 1978 portant création d’une ZEE par la France au large des côtes de Juan De Nova, se superpose à la ZEE de Madagascar et en l’absence d’un accord de cogestion, personne n’est propriétaire de rien.

    On peut dès lors s’interroger sur la légalité et la légitimité des concessions et permis que la France a accordé aux opérateurs pétroliers opérant sur cette zone litige. En effet un arrêté du 23 mai 2005 autorise des prospections préalables d’hydrocarbures liquides ou gazeux portant sur les sous-sols marins (offshore). L’autorisation, dite «APP de Juan De Nova Maritime» qui porte sur une superficie de 62 000 km² environ au large de l’île qui accorde un permis de recherche à Osceola Hydrocarbon Ltd, Juan De Nova Ltd, Marex Inc, Roc Oil Company Ltd, pour Juan De Nova Maritime Profond (Ouest) et le rapport publié par Juan De Nova Ltd, Osceola Hydrocarbon Ltd… sont très prometteurs, le rapport fait état de forage effectués à de très grandes profondeurs et donc une exploitation très coûteuses dans le futur. Un autre permis exclusif d’exploitation offshore et de production sur deux blocs a été accordé par la France : Juan De Nova Est-Jane et Juan Nova Marittime Profond, hors un permis d’exploitation sur un bloc «BELO Profond» qui jouxte très exactement le bloc Jdnmp est accordé par le gouvernement malgache aux opérateurs pétroliers de Jdnmp. En mars 2012, Total a offert près de 113 millions de dollars pour le rachat de Wessex Exploration PLC qui détient 70% des droits d’exploration offshore et d’exploitation d’un des deux permis sur deux blocs au large de l’île de Juan De Nova.

    La France, future membre de l’OPEP ?

    Les potentialités en énergie fossile de Juan De Nova peuvent faire de la France un futur membre de l’OPEP, on comprendra alors les propos d’Alain Juppe dans sa présentation du projet de loi de ratification du 25 janvier 2012 «Il ne saurait être question que la France renonce à la souveraineté sur Tromelin … parce que cela, pourrait avoir un impact sur les autres différends relatifs à des possessions françaises d’Outre-mer, en particulier celui avec Madagascar à propos des Eparses…». L’acharnement et la constance de la France dans la crise malgache, s’explique donc par son intérêt vital, d’apprivoisement en énergie, un problème géopolitique stratégique. La France veut écarter tout risque de retour le Marc Ravalomanana au pouvoir, voire dans le pays jusqu’à ce que le nouveau président élu en 2013 soit installé. Quant aux Etats-Unis, il ne veulent pas de Andry Rajoelina au pouvoir, ce type «émotif et inflexible », selon les câbles diplomatiques américains publiés par Wikileaks et à qui les USA ont refusé le Visa américain, Washington a coupé ses aides humanitaires et suspendu les programmes AGOA et MCC depuis l’arrivée de Rajoelina.

    La non candidature de Ravalomanana et Rajoelina de la course électorale du 24 juillet 2013 (élection cumulée avec les législatives), comme condition de sortie de crise, selon la feuille de route de la SADC du 17 septembre 2011, ne garantit pas certains observateurs. Lors de l’interview de Rajoelina, à RFI, le 16 janvier 2013, il a démontré qu’il n’a pas calmé le jeu définitivement, il va continuer à mettre l’huile sur le feu, en prenant pour modèle, le Général De Gaulle, qui au lendemain de la seconde guerre mondiale, avait quitté le pouvoir avant d’y être rappelé en 1958. Rajoelina reviendra en 2018, et un scénario à la Poutine n’est pas à exclure puisque prévoyant, une majorité parlementaire pour son camp, une session parlementaire exceptionnelle après les élections, transformera la constitution en semi présidentielle, Rajoelina sera désigné Premier ministre du candidat élu de son parti.

    De plus, dans le contexte actuel, si le scrutin présidentiel du 24 juillet 2013 est organisé, la Cenit (Commission d’Organisation des Elections) qui dépend financièrement des autorités de transition ne pourra pas s’opposer aux pressions éventuelles de l’exécutif(le clan de Rajoelina). L’exécutif sera, à la fois juge et partie. Le scrutin du 24juillet 2013, ne sera qu’un vernissage occidental pour imposer un vassal, la véritable démocratie malgache a été brûlée par le pétrole et le néocolonialisme.

    Madagascar est au coeur d’un enjeu géostratégique et géopolitique. Ensuite ce sera une bataille souterraine entre les intérêts français et Américains où l’Afrique du Sud, puissance régionale, ne ménage aucun effort pour s’inviter à cette bataille en cherchant de son côté aussi à tirer son épingle du jeu. Car la diplomatie sud-africaine avec le soutien de Washington, qui agit via son allier dans la région, a fait feu de tout bois pour contraindre Rajoelina à renoncer comme Ravalomanane à se présenter à la future élection présidentielle. Ce n’est qu’une partie d’échec.

    Dossier Réalisé Par
    Arsène Francoeur Nganga
    & Rodrigue Fénelon

  22. « zefajoseph dit :
    30 octobre 2013 à 13 h 14 min

    Na dia eo aza izany rehetra izany aoka tsy hadino ny faharesena mavesatra nahazo t@ tapany atsimo sy avaratr’i Madagasikara. ny plan handresena lahatra momba izay izao no matimatesana fa tsy variana miady @ cenit. »

    HALABATO HALABATO daholo ireny. Eto antananarivo aza vitanireo no nangalabato mainka fa any atsimo??? Iza no nanaramaso tany ny mpomba ny JLR??? Ny teto antananarivo aza ny bureau de vôte sasany tsisy solotena mainka fa any @ desert any. HALABATO IO FA TENA VENDRANA ISIKA RAHA HANAIKY ANIO. Ka JLR koa tsy miteny mihitsy! Manjary lasa hoe manaiky matoa tsy miteny. Farafaharatsiny Dada no manameloka ny halabato mba ho fampitandremana anireo Tsivanona ireo.

  23. « Hery_Vao_Mal_60 dit :
    31 octobre 2013 à 8 h 46 min

    Mahay manao desinformation lehiretsy nareo an! Marina fa nahazo i Robinson JL eto tana marina izany satria fanatisme Ra8 ny olona fa tsy hoe nifidy an’azy! Jereo ny vokatra t@ faritra sasany! Tsy ny olona tia an’i Ra8 ihany no tia an’ity Madagascar ity! Fa nahita ny tsy mety rehetra ary koa victime ny regime ra8! Faritant Toliary, Antsimo antsinanana, Sofia, Diana, Sava, Antsinanana! Jereo ny vokatra t@ ireo faritra ireo! Betsaka olona ny Analamanga, sy ny manodidina izay betsaka fanatsime sy extremiste ravalomanana ! »

    IALAHY no tena nahavita victime be indrindra teto M/car miohatra izay filoha nandalo teto rehetra. Mba lazao hoe firy ny victimen’ialahy 4 taona izay? Na Ratsiraka 26 ans teo aza tsy nahavita victime betsaka noho ialahy 4 taona fotsiny teo. Na ny isan’ny maty (cortégen’ialahy ary dia efa nahafaty olona!!! Badraodra! Domelina marina), na ny fandrobana, na ny halatra bois de rose, ny mine, ny famonoana olona, sns sns. Bref, ny miaramilanialahy raha hamono sy hampijaly vahoaka amin’ny gaz dia mailaka fa raha hanao izay mety @ sécurité dia vongatay!!!Firy ny tsy an’asa tao anatin’izay 4 taona izay? Mba ilazao zavabita hoe raha tsy azo isaina amin’ny ratsatanana?
    Fanatika io foana no mba havokan’ny fozatay rehefa miady hevitra satria tsisy argument fa poakaty daholo izay lazaina. ialahy io izany tsy fanatique satria ialahy manoana olona Domelina sy dondrona? Sa toy ny mijery cinéma ialahy mijery ny asan’ialahy??? AZA MBA ONDRAKONDRAFANA IHANY fa na ny taranakialahy aza ho tsipaky ny hehy ny farany fa manarapenitra loatra ialahy!!

  24. Ary ny eto antananarico rangahy ity no avarapianarana indrindra. Aza atao hoe fanatika fa tsy badolahy tahakanialahy daholo akory ny nifidy andravalo eto antananarivo!!! Ny diplaoman’ialahy tsisy fa traikefa DJ manarapenitra no isalorana ka izay angamba no mahabefialonana anialahy. Na any amin’ny faritra na tsia izahay leity tsy ho voambakan’izay any amin’ny faritra a! Ary samy manana ny lohany, ka akombony ny vava fa ialahy no tena fanatika manohana dondrona!!!

  25. « Hery_Vao_Mal_60 dit :
    31 octobre 2013 à 8 h 46 min

    Mahay manao desinformation lehiretsy nareo an! Marina fa nahazo i Robinson JL eto tana marina izany satria fanatisme Ra8 ny olona fa tsy hoe nifidy an’azy! Jereo ny vokatra t@ faritra sasany! Tsy ny olona tia an’i Ra8 ihany no tia an’ity Madagascar ity! Fa nahita ny tsy mety rehetra ary koa victime ny regime ra8! Faritant Toliary, Antsimo antsinanana, Sofia, Diana, Sava, Antsinanana! Jereo ny vokatra t@ ireo faritra ireo! Betsaka olona ny Analamanga, sy ny manodidina izay betsaka fanatsime sy extremiste ravalomanana ! »

    Mahaiza mijery tsara ry namana a, tsy midika anie hoe zay toerana tsy mifidy n°33 de victime t@ régime RA8 e, nifidy ny olona avy aminy ny ankamaroan’ireo toerana tsy nifidy ny n°33 reo, ary tsarovy fa district 36 no nifidy an’i n°33, 29 ny an’i Hery r, ary 12 ny an’i Camille, lay 36 district zany tsy victime t@ zany? aza miteniteny fôna e

  26. Teo ampikarakaràna ny lisitra dia efa nangala-bato.
    Any amin’ny tanan-dehibe aza nahavita nividy sefom-pokotany, ka indrindra fa any anaty ala sy any amin’ny dezaka any !
    Ny tena mahazendana dia maopera aza tsy naharitra ihany koa, sa dia norahonanana ?

    Hita tao amin’ny Gazety Tia Tanindrazana fa mandeha ny resaka hoe, hialokaloka any Soisa ilay dondrona mpanongam-panjakàna !

    Tsara ny mampahafantatra na mampatsiahy ny rehetra, fa ny zaobavin’ny mpanongana dia mipetraka tsy lavitry ny Soisa ! Ny rahalahin’ilay dondrona am-panambadiana moa dia miasa ao amin’ny ambasady ao Zenevy atramin’izay nisian’ny fanonganam-panjakàna izay !

    Asa na an’i Vital marina ity toeram-pitsaboin-tsaina ity, na fifanindrian-javatra fotsiny, fa ao amin’io toerana io angamba no mety hipetraka ilay mpanongana, sady hitsabo ny sainy ? Ao amin’io toerana (izay tena akaikin’ny fraontiera Soisa – latsaky ny 2 km) io rahateo moa, no mipetraka ny zaobaviny !

    http://www.valvital/cures-thermales/divonne-les-bains/affections-psychosomatiques.html

    Tsy fanaovana dokam-barotra, fa tsara ho fantatry ny rehetra hoe, aiza no mety « hisitrika » ireo mpanongam-panjakàna ! Mba jereo anie hoe inona avy ireo aretin-tsaina azo tsaboina ao ê !

    MDR !!!

  27. Plaidoyer pour une cogestion franco-malgache sur le récif de Tromelin

    par André ORAISON, Professeur des Universités, Juriste et Politologue

    À la demande du Gouvernement, l’Assemblée nationale a retiré in extremis de son ordre du jour l’examen du projet de loi autorisant l’approbation de l’accord-cadre franco-mauricien signé à Port-Louis le 7 juin 2010 dont l’objectif est l’établissement d’une cogestion économique, scientifique et environnementale sur l’île de Tromelin et sa vaste zone économique exclusive (280 00 kilomètres carrés de superficie). À la suite d’une levée de boucliers suscitée contre un vote de l’Assemblée nationale en faveur de l’autorisation d’approbation, émanant de parlementaires et de personnalités scientifiques , le Gouvernement a voulu éviter une polémique à la veille des élections présidentielles.

    Profitons donc de ce moment de répit pour formuler une série d’observations critiques et une objection rédhibitoire à l’encontre d’une éventuelle cogestion franco-mauricienne sur le récif de Tromelin ainsi qu’une suggestion prospective en faveur de la République de Madagascar.

    1) Les observations critiques. On peut d’emblée s’interroger sur le bien-fondé de la cogestion franco-mauricienne sur le récif de Tromelin. Sans exagération, l’accord-cadre qui l’institue peut être qualifié de « marché de dupes », dès lors que la France accorde à Maurice des avantages substantiels sans contreparties véritables, tout particulièrement dans le domaine de l’exploitation des ressources halieutiques au détriment des pêcheurs français de La Réunion. Il en est ainsi également dans la mesure où ce traité ne règle pas la question de la souveraineté. Le traité est équivoque dans la mesure où chaque Partie peut l’interpréter à son avantage. L’ambiguïté principale du traité apparaît nettement à la lecture de son article 2 qui indique que le régime franco-mauricien de cogestion ainsi mis en place ne saurait être interprété comme une renonciation de la souveraineté de la France sur Tromelin établie en 1722 ou à une remise en cause de la revendication mauricienne sur ce récif qui remonte à 1976.

    Ainsi, la cogestion de Tromelin par la France et Maurice ne règle pas le différend territorial qui oppose les deux États. En dépit de certains « garde-fous » imposés par la France, le député centriste Philippe Folliot considère que l’engagement international de Port-Louis consacre un processus progressif d’« abandon de souveraineté » de la part de la France. De fait, pour être un traité équilibré, il aurait fallu qu’en contrepartie de la cogestion consentie sur Tromelin par la France dans des secteurs stratégiques, comme celui de l’exploitation des ressources halieutiques, une obligation ciblée soit mise à la charge de Maurice : l’obligation de renoncer à revendiquer cet îlot pendant la durée d’exécution du traité. Dans la mesure où cette obligation – le gel de la revendication mauricienne sur Tromelin – n’a pas été exigée par la France ou acceptée par Maurice, l’accord-cadre du 7 juin 2010 peut effectivement être considéré comme une porte ouverte à l’abandon de la souveraineté française sur Tromelin.

    Faute d’être assujettie à cette obligation, Maurice peut en effet continuer de revendiquer Tromelin tout étant désormais associée par la France à un système de cogestion du récif ! Pour les autorités gouvernementales de Port-Louis, la cogestion n’est au demeurant qu’une étape intermédiaire. Certes, dans son intervention à l’Assemblée générale des Nations Unies, dès le 24 septembre 2011, Navin Ramgoolam a considéré comme un « progrès » le traité portant sur la cogestion du récif. Mais le Premier ministre mauricien a souhaité que le dialogue continue afin de permettre « le retour de Tromelin » dans le giron mauricien. C’est dire qu’on n’a pas fini d’entendre parler de la querelle franco-mauricienne sur Tromelin, de l’accord-cadre du 7 juin 2010 et de ses conventions d’application.

    2) L’objection rédhibitoire. Même si elle n’a pas d’implication en matière de souveraineté, la convention d’application du traité de Port-Louis qui porte sur la cogestion de la recherche archéologique sur Tromelin pose un double problème. D’abord, la cogestion a-t-elle vraiment sa raison d’être dans un domaine aussi restreint que celui de la recherche archéologique ? On peut en douter.

    Ensuite, pour des raisons d’éthique, il semblerait beaucoup plus rationnel d’envisager une cogestion franco-malgache dans le domaine de la recherche archéologique en raison des origines exclusivement malgaches des naufragés abandonnés sur Tromelin à la suite du naufrage, le 31 juillet 1761, de la flûte française l’Utile qui avait heurté le récif alors qu’elle se rendait de Madagascar – où elle avait pris en fraude une « cargaison » de 160 esclaves – à Maurice. Dans le naufrage du navire de la Compagnie Française des Indes Orientales, 20 marins et 72 esclaves périrent noyés. Mais le reste de l’équipage et des esclaves parvint à se réfugier sur le récif. Au nombre de 122, les blancs rescapés construisirent une embarcation de fortune avec les matériaux récupérés sur les débris du vaisseau. Ils s’embarquèrent sur la Providence le 27 septembre 1761 et rejoignirent Maurice, après avoir promis aux esclaves qu’on les enverrait chercher. Mais ces derniers, du moins les survivants, durent attendre plus de 15 ans. Le 29 novembre 1776, le chevalier Jacques-Marie Boudin de Tromelin, enseigne de vaisseau du Roi de France, commandant la corvette la Dauphine, réussit à débarquer sur le récif. Il ramena à Maurice les survivants du naufrage de l’Utile. Sur 88 esclaves abandonnés en 1761, sept femmes et un bébé de 8 mois avaient survécu sur cet îlot brûlé par le soleil et balayé par les cyclones.

    Pour Christian Chadefaux, si une île de l’océan Indien doit être considérée comme malgache, « c’est bien Tromelin qui conserve dans ses « tripes » les vestiges de l’esclavage dont furent victimes les Malgaches dans cette zone. Pas d’autres traces d’une présence humaine durable que malgaches à Tromelin. Pas d’autres drames humains à Tromelin que celui du séjour forcé de la centaine d’esclaves malgaches, abandonnés comme des épaves sur ce caillou de l’océan Indien par des marins français » . C’est aussi notre intime conviction : prévoir par un engagement international de longue durée une coopération principalement franco-mauricienne pour la cogestion du récif de Tromelin dans le domaine ciblé de la recherche archéologique nous paraît attentatoire à la réalité historique.

    3) La suggestion prospective. Ainsi, le traité franco-mauricien soulève de graves critiques en raison autant de ses ambiguïtés intrinsèques que des avantages que la France accorde à Maurice sans contrepartie véritable et surtout de manière injustifiée. À ce sujet, une remarque majeure s’impose : la revendication mauricienne sur le récif de Tromelin repose sur des arguments juridiques qui sont faibles et peu convaincants . Dès lors, si la France tient à tout prix à mettre en œuvre le concept novateur de cogestion du récif de Tromelin et de ses eaux avoisinantes, elle doit désormais envisager ce concept avec la République de Madagascar dans le cadre d’une politique résolument anticolonialiste.

    Madagascar a en effet des droits solides sur le récif de Tromelin qu’elle pourrait faire valoir avec succès devant un tribunal arbitral international ou devant la Cour internationale de Justice de La Haye en invoquant le droit international de la décolonisation. Faut-il ici le rappeler ? Le différend territorial franco-malgache est en fait le procès du décret français du 1er avril 1960, ainsi rédigé de manière péremptoire : « Les îles Tromelin, Glorieuses, Juan de Nova, Europa et Bassas da India sont placées sous l’autorité du ministre chargé des départements d’outre-mer et des territoires d’outre-mer ». Un faisceau d’indices démontre que ces îlots ou groupes d’îlots revendiqués par le Gouvernement d’Antananarivo à partir du 18 mai 1972 ont été, pour la plupart, des dépendances du Royaume souverain de Madagascar jusqu’à son annexion par la France, le 6 août 1896. Par la suite, il apparaît que ces îlots ont tous été – sans exception – des dépendances administratives de Madagascar jusqu’au décret du 1er avril 1960. En réalisant le démembrement de la Grande Ile sans consultation du peuple malgache ou de ses représentants élus et au mépris du principe de l’intangibilité des frontières héritées de la colonisation à la veille de son accession à l’indépendance, proclamée le 26 juin 1960, le décret méphistophélique du 1er avril 1960 déroge aux principes généraux de la succession d’États .

    En dernière analyse, rien ne doit être entrepris par la France qui aurait pour finalité de spolier le véritable souverain du récif de Tromelin qui est, sans conteste, Madagascar et de remettre, par suite, en cause l’amitié franco-malgache, une amitié multiséculaire à laquelle nous sommes tous très attachés.
    _

  28. Plaidoyer pour une cogestion franco-malgache sur le récif de Tromelin

    par André ORAISON, Professeur des Universités, Juriste et Politologue

    À la demande du Gouvernement, l’Assemblée nationale a retiré in extremis de son ordre du jour l’examen du projet de loi autorisant l’approbation de l’accord-cadre franco-mauricien signé à Port-Louis le 7 juin 2010 dont l’objectif est l’établissement d’une cogestion économique, scientifique et environnementale sur l’île de Tromelin et sa vaste zone économique exclusive (280 00 kilomètres carrés de superficie). À la suite d’une levée de boucliers suscitée contre un vote de l’Assemblée nationale en faveur de l’autorisation d’approbation, émanant de parlementaires et de personnalités scientifiques , le Gouvernement a voulu éviter une polémique à la veille des élections présidentielles.

    Profitons donc de ce moment de répit pour formuler une série d’observations critiques et une objection rédhibitoire à l’encontre d’une éventuelle cogestion franco-mauricienne sur le récif de Tromelin ainsi qu’une suggestion prospective en faveur de la République de Madagascar.

    1) Les observations critiques. On peut d’emblée s’interroger sur le bien-fondé de la cogestion franco-mauricienne sur le récif de Tromelin. Sans exagération, l’accord-cadre qui l’institue peut être qualifié de « marché de dupes », dès lors que la France accorde à Maurice des avantages substantiels sans contreparties véritables, tout particulièrement dans le domaine de l’exploitation des ressources halieutiques au détriment des pêcheurs français de La Réunion. Il en est ainsi également dans la mesure où ce traité ne règle pas la question de la souveraineté. Le traité est équivoque dans la mesure où chaque Partie peut l’interpréter à son avantage. L’ambiguïté principale du traité apparaît nettement à la lecture de son article 2 qui indique que le régime franco-mauricien de cogestion ainsi mis en place ne saurait être interprété comme une renonciation de la souveraineté de la France sur Tromelin établie en 1722 ou à une remise en cause de la revendication mauricienne sur ce récif qui remonte à 1976.

    Ainsi, la cogestion de Tromelin par la France et Maurice ne règle pas le différend territorial qui oppose les deux États. En dépit de certains « garde-fous » imposés par la France, le député centriste Philippe Folliot considère que l’engagement international de Port-Louis consacre un processus progressif d’« abandon de souveraineté » de la part de la France. De fait, pour être un traité équilibré, il aurait fallu qu’en contrepartie de la cogestion consentie sur Tromelin par la France dans des secteurs stratégiques, comme celui de l’exploitation des ressources halieutiques, une obligation ciblée soit mise à la charge de Maurice : l’obligation de renoncer à revendiquer cet îlot pendant la durée d’exécution du traité. Dans la mesure où cette obligation – le gel de la revendication mauricienne sur Tromelin – n’a pas été exigée par la France ou acceptée par Maurice, l’accord-cadre du 7 juin 2010 peut effectivement être considéré comme une porte ouverte à l’abandon de la souveraineté française sur Tromelin.

    Faute d’être assujettie à cette obligation, Maurice peut en effet continuer de revendiquer Tromelin tout étant désormais associée par la France à un système de cogestion du récif ! Pour les autorités gouvernementales de Port-Louis, la cogestion n’est au demeurant qu’une étape intermédiaire. Certes, dans son intervention à l’Assemblée générale des Nations Unies, dès le 24 septembre 2011, Navin Ramgoolam a considéré comme un « progrès » le traité portant sur la cogestion du récif. Mais le Premier ministre mauricien a souhaité que le dialogue continue afin de permettre « le retour de Tromelin » dans le giron mauricien. C’est dire qu’on n’a pas fini d’entendre parler de la querelle franco-mauricienne sur Tromelin, de l’accord-cadre du 7 juin 2010 et de ses conventions d’application.

    2) L’objection rédhibitoire. Même si elle n’a pas d’implication en matière de souveraineté, la convention d’application du traité de Port-Louis qui porte sur la cogestion de la recherche archéologique sur Tromelin pose un double problème. D’abord, la cogestion a-t-elle vraiment sa raison d’être dans un domaine aussi restreint que celui de la recherche archéologique ? On peut en douter.

    Ensuite, pour des raisons d’éthique, il semblerait beaucoup plus rationnel d’envisager une cogestion franco-malgache dans le domaine de la recherche archéologique en raison des origines exclusivement malgaches des naufragés abandonnés sur Tromelin à la suite du naufrage, le 31 juillet 1761, de la flûte française l’Utile qui avait heurté le récif alors qu’elle se rendait de Madagascar – où elle avait pris en fraude une « cargaison » de 160 esclaves – à Maurice. Dans le naufrage du navire de la Compagnie Française des Indes Orientales, 20 marins et 72 esclaves périrent noyés. Mais le reste de l’équipage et des esclaves parvint à se réfugier sur le récif. Au nombre de 122, les blancs rescapés construisirent une embarcation de fortune avec les matériaux récupérés sur les débris du vaisseau. Ils s’embarquèrent sur la Providence le 27 septembre 1761 et rejoignirent Maurice, après avoir promis aux esclaves qu’on les enverrait chercher. Mais ces derniers, du moins les survivants, durent attendre plus de 15 ans. Le 29 novembre 1776, le chevalier Jacques-Marie Boudin de Tromelin, enseigne de vaisseau du Roi de France, commandant la corvette la Dauphine, réussit à débarquer sur le récif. Il ramena à Maurice les survivants du naufrage de l’Utile. Sur 88 esclaves abandonnés en 1761, sept femmes et un bébé de 8 mois avaient survécu sur cet îlot brûlé par le soleil et balayé par les cyclones.

    Pour Christian Chadefaux, si une île de l’océan Indien doit être considérée comme malgache, « c’est bien Tromelin qui conserve dans ses « tripes » les vestiges de l’esclavage dont furent victimes les Malgaches dans cette zone. Pas d’autres traces d’une présence humaine durable que malgaches à Tromelin. Pas d’autres drames humains à Tromelin que celui du séjour forcé de la centaine d’esclaves malgaches, abandonnés comme des épaves sur ce caillou de l’océan Indien par des marins français » . C’est aussi notre intime conviction : prévoir par un engagement international de longue durée une coopération principalement franco-mauricienne pour la cogestion du récif de Tromelin dans le domaine ciblé de la recherche archéologique nous paraît attentatoire à la réalité historique.

    3) La suggestion prospective. Ainsi, le traité franco-mauricien soulève de graves critiques en raison autant de ses ambiguïtés intrinsèques que des avantages que la France accorde à Maurice sans contrepartie véritable et surtout de manière injustifiée. À ce sujet, une remarque majeure s’impose : la revendication mauricienne sur le récif de Tromelin repose sur des arguments juridiques qui sont faibles et peu convaincants . Dès lors, si la France tient à tout prix à mettre en œuvre le concept novateur de cogestion du récif de Tromelin et de ses eaux avoisinantes, elle doit désormais envisager ce concept avec la République de Madagascar dans le cadre d’une politique résolument anticolonialiste.

    Madagascar a en effet des droits solides sur le récif de Tromelin qu’elle pourrait faire valoir avec succès devant un tribunal arbitral international ou devant la Cour internationale de Justice de La Haye en invoquant le droit international de la décolonisation. Faut-il ici le rappeler ? Le différend territorial franco-malgache est en fait le procès du décret français du 1er avril 1960, ainsi rédigé de manière péremptoire : « Les îles Tromelin, Glorieuses, Juan de Nova, Europa et Bassas da India sont placées sous l’autorité du ministre chargé des départements d’outre-mer et des territoires d’outre-mer ». Un faisceau d’indices démontre que ces îlots ou groupes d’îlots revendiqués par le Gouvernement d’Antananarivo à partir du 18 mai 1972 ont été, pour la plupart, des dépendances du Royaume souverain de Madagascar jusqu’à son annexion par la France, le 6 août 1896. Par la suite, il apparaît que ces îlots ont tous été – sans exception – des dépendances administratives de Madagascar jusqu’au décret du 1er avril 1960. En réalisant le démembrement de la Grande Ile sans consultation du peuple malgache ou de ses représentants élus et au mépris du principe de l’intangibilité des frontières héritées de la colonisation à la veille de son accession à l’indépendance, proclamée le 26 juin 1960, le décret méphistophélique du 1er avril 1960 déroge aux principes généraux de la succession d’États .

    En dernière analyse, rien ne doit être entrepris par la France qui aurait pour finalité de spolier le véritable souverain du récif de Tromelin qui est, sans conteste, Madagascar et de remettre, par suite, en cause l’amitié franco-malgache, une amitié multiséculaire à laquelle nous sommes tous très attachés.
    _

  29. Plaidoyer pour une cogestion franco-malgache sur le récif de Tromelin

    par André ORAISON, Professeur des Universités, Juriste et Politologue

    À la demande du Gouvernement, l’Assemblée nationale a retiré in extremis de son ordre du jour l’examen du projet de loi autorisant l’approbation de l’accord-cadre franco-mauricien signé à Port-Louis le 7 juin 2010 dont l’objectif est l’établissement d’une cogestion économique, scientifique et environnementale sur l’île de Tromelin et sa vaste zone économique exclusive (280 00 kilomètres carrés de superficie). À la suite d’une levée de boucliers suscitée contre un vote de l’Assemblée nationale en faveur de l’autorisation d’approbation, émanant de parlementaires et de personnalités scientifiques , le Gouvernement a voulu éviter une polémique à la veille des élections présidentielles.

    Profitons donc de ce moment de répit pour formuler une série d’observations critiques et une objection rédhibitoire à l’encontre d’une éventuelle cogestion franco-mauricienne sur le récif de Tromelin ainsi qu’une suggestion prospective en faveur de la République de Madagascar.

    1) Les observations critiques. On peut d’emblée s’interroger sur le bien-fondé de la cogestion franco-mauricienne sur le récif de Tromelin. Sans exagération, l’accord-cadre qui l’institue peut être qualifié de « marché de dupes », dès lors que la France accorde à Maurice des avantages substantiels sans contreparties véritables, tout particulièrement dans le domaine de l’exploitation des ressources halieutiques au détriment des pêcheurs français de La Réunion. Il en est ainsi également dans la mesure où ce traité ne règle pas la question de la souveraineté. Le traité est équivoque dans la mesure où chaque Partie peut l’interpréter à son avantage. L’ambiguïté principale du traité apparaît nettement à la lecture de son article 2 qui indique que le régime franco-mauricien de cogestion ainsi mis en place ne saurait être interprété comme une renonciation de la souveraineté de la France sur Tromelin établie en 1722 ou à une remise en cause de la revendication mauricienne sur ce récif qui remonte à 1976.

    Ainsi, la cogestion de Tromelin par la France et Maurice ne règle pas le différend territorial qui oppose les deux États. En dépit de certains « garde-fous » imposés par la France, le député centriste Philippe Folliot considère que l’engagement international de Port-Louis consacre un processus progressif d’« abandon de souveraineté » de la part de la France. De fait, pour être un traité équilibré, il aurait fallu qu’en contrepartie de la cogestion consentie sur Tromelin par la France dans des secteurs stratégiques, comme celui de l’exploitation des ressources halieutiques, une obligation ciblée soit mise à la charge de Maurice : l’obligation de renoncer à revendiquer cet îlot pendant la durée d’exécution du traité. Dans la mesure où cette obligation – le gel de la revendication mauricienne sur Tromelin – n’a pas été exigée par la France ou acceptée par Maurice, l’accord-cadre du 7 juin 2010 peut effectivement être considéré comme une porte ouverte à l’abandon de la souveraineté française sur Tromelin.

    Faute d’être assujettie à cette obligation, Maurice peut en effet continuer de revendiquer Tromelin tout étant désormais associée par la France à un système de cogestion du récif ! Pour les autorités gouvernementales de Port-Louis, la cogestion n’est au demeurant qu’une étape intermédiaire. Certes, dans son intervention à l’Assemblée générale des Nations Unies, dès le 24 septembre 2011, Navin Ramgoolam a considéré comme un « progrès » le traité portant sur la cogestion du récif. Mais le Premier ministre mauricien a souhaité que le dialogue continue afin de permettre « le retour de Tromelin » dans le giron mauricien. C’est dire qu’on n’a pas fini d’entendre parler de la querelle franco-mauricienne sur Tromelin, de l’accord-cadre du 7 juin 2010 et de ses conventions d’application.

    2) L’objection rédhibitoire. Même si elle n’a pas d’implication en matière de souveraineté, la convention d’application du traité de Port-Louis qui porte sur la cogestion de la recherche archéologique sur Tromelin pose un double problème. D’abord, la cogestion a-t-elle vraiment sa raison d’être dans un domaine aussi restreint que celui de la recherche archéologique ? On peut en douter.

    Ensuite, pour des raisons d’éthique, il semblerait beaucoup plus rationnel d’envisager une cogestion franco-malgache dans le domaine de la recherche archéologique en raison des origines exclusivement malgaches des naufragés abandonnés sur Tromelin à la suite du naufrage, le 31 juillet 1761, de la flûte française l’Utile qui avait heurté le récif alors qu’elle se rendait de Madagascar – où elle avait pris en fraude une « cargaison » de 160 esclaves – à Maurice. Dans le naufrage du navire de la Compagnie Française des Indes Orientales, 20 marins et 72 esclaves périrent noyés. Mais le reste de l’équipage et des esclaves parvint à se réfugier sur le récif. Au nombre de 122, les blancs rescapés construisirent une embarcation de fortune avec les matériaux récupérés sur les débris du vaisseau. Ils s’embarquèrent sur la Providence le 27 septembre 1761 et rejoignirent Maurice, après avoir promis aux esclaves qu’on les enverrait chercher. Mais ces derniers, du moins les survivants, durent attendre plus de 15 ans. Le 29 novembre 1776, le chevalier Jacques-Marie Boudin de Tromelin, enseigne de vaisseau du Roi de France, commandant la corvette la Dauphine, réussit à débarquer sur le récif. Il ramena à Maurice les survivants du naufrage de l’Utile. Sur 88 esclaves abandonnés en 1761, sept femmes et un bébé de 8 mois avaient survécu sur cet îlot brûlé par le soleil et balayé par les cyclones.

    Pour Christian Chadefaux, si une île de l’océan Indien doit être considérée comme malgache, « c’est bien Tromelin qui conserve dans ses « tripes » les vestiges de l’esclavage dont furent victimes les Malgaches dans cette zone. Pas d’autres traces d’une présence humaine durable que malgaches à Tromelin. Pas d’autres drames humains à Tromelin que celui du séjour forcé de la centaine d’esclaves malgaches, abandonnés comme des épaves sur ce caillou de l’océan Indien par des marins français » . C’est aussi notre intime conviction : prévoir par un engagement international de longue durée une coopération principalement franco-mauricienne pour la cogestion du récif de Tromelin dans le domaine ciblé de la recherche archéologique nous paraît attentatoire à la réalité historique.

    3) La suggestion prospective. Ainsi, le traité franco-mauricien soulève de graves critiques en raison autant de ses ambiguïtés intrinsèques que des avantages que la France accorde à Maurice sans contrepartie véritable et surtout de manière injustifiée. À ce sujet, une remarque majeure s’impose : la revendication mauricienne sur le récif de Tromelin repose sur des arguments juridiques qui sont faibles et peu convaincants . Dès lors, si la France tient à tout prix à mettre en œuvre le concept novateur de cogestion du récif de Tromelin et de ses eaux avoisinantes, elle doit désormais envisager ce concept avec la République de Madagascar dans le cadre d’une politique résolument anticolonialiste.

    Madagascar a en effet des droits solides sur le récif de Tromelin qu’elle pourrait faire valoir avec succès devant un tribunal arbitral international ou devant la Cour internationale de Justice de La Haye en invoquant le droit international de la décolonisation. Faut-il ici le rappeler ? Le différend territorial franco-malgache est en fait le procès du décret français du 1er avril 1960, ainsi rédigé de manière péremptoire : « Les îles Tromelin, Glorieuses, Juan de Nova, Europa et Bassas da India sont placées sous l’autorité du ministre chargé des départements d’outre-mer et des territoires d’outre-mer ». Un faisceau d’indices démontre que ces îlots ou groupes d’îlots revendiqués par le Gouvernement d’Antananarivo à partir du 18 mai 1972 ont été, pour la plupart, des dépendances du Royaume souverain de Madagascar jusqu’à son annexion par la France, le 6 août 1896. Par la suite, il apparaît que ces îlots ont tous été – sans exception – des dépendances administratives de Madagascar jusqu’au décret du 1er avril 1960. En réalisant le démembrement de la Grande Ile sans consultation du peuple malgache ou de ses représentants élus et au mépris du principe de l’intangibilité des frontières héritées de la colonisation à la veille de son accession à l’indépendance, proclamée le 26 juin 1960, le décret méphistophélique du 1er avril 1960 déroge aux principes généraux de la succession d’États .

    En dernière analyse, rien ne doit être entrepris par la France qui aurait pour finalité de spolier le véritable souverain du récif de Tromelin qui est, sans conteste, Madagascar et de remettre, par suite, en cause l’amitié franco-malgache, une amitié multiséculaire à laquelle nous sommes tous très attachés.
    ___

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *