RAKRISY SY NY FORONGONY : NIDABOKA FA TSY NANARA-DALANA

mapar

xsiNamoaka didy androany ny Fitsarana avo momba ny lalam-panorenana, tsy ara-dalana sy manaraka ny lalam-panorenana ny fifidianana ireo birao maharitry ny antenimiera hoy ity rafitra ity. Nidaboka sahady araka izany ry Ra-Krisy sy ny forongony ary tsy maintsy hiditra amin’ny fifidianana vaovao indray ireo solombavambahoaka.

Potika tanteraka ny Mapar-ndRajoelina, izao rava izao ny birao maharitra izay mapar 100% (Razanamahasoa Christine filoha, Honoré Rasolonjatovo filoha lefitra avy eto Antananarivo, Irmah Naharimamy filoha lefitra avy any Toamasina, Abel Zafimahatratra filoha lefitra avy any Fianarantsoa, Tinoka Roberto filoha lefitra avy any Toliara, Rahelihanta Jocelyne filoha lefitra avy any Antsiranana ary Rahantanirina Lalao filoha lefitra avy any Mahajanga ),  vao tamin’ny alahady lasa teo no nisy Mapar nisintaka taminy ihany koa , miisa 25 notarihan’ny Ndalana Hasina. Androany ihany koa dia nanao fanambarana ny solombavambahoaka avy amin’ny GPS fa tsy hiaradia intsony amin’ny Mapar (tsy tonga nanatrika izany i Jaona Elite).

Décision n°05-HCC/D3 du 27 mars 2014 concernant une requête aux fins de contrôle de conformité à la Constitution d’un extrait de règlement intérieur et d’annulation d’élections au sein de l’Assemblée Nationale

La Haute Cour Constitutionnelle,

Vu la Constitution ;

Vu l’ordonnance n°2001-003 du 18 novembre 2001 portant loi organique relative à la Haute Cour Constitutionnelle ;

Les rapporteurs ayant été entendus ;

Après en avoir délibéré conformément à la loi ;

 

Considérant que par lettre datée du 10 mars 2014 et enregistrée au Greffe de la Haute Cour Constitutionnelle le 11 mars 2014, quarante des députés de Madagascar composant le quart d’entre eux à l’Assemblée Nationale, ont saisi la Haute Cour  de céans, conformément à l’article 118 alinéa 1er de la Constitution, aux fins de contrôler la constitutionnalité d’un extrait de projet de règlement intérieur de l’Assemblée Nationale, de déclarer non applicable ledit extrait  de projet de règlement intérieur non soumis au préalable au contrôle de constitutionnalité, et de déclarer nuls les résultats des élections du Président de ladite Assemblée en date du 18 février 2014 et du bureau permanent en date du 19 février 2014 obtenus par l’application dudit extrait de projet de règlement intérieur ;

Considérant que les requérants demandent à la Haute Cour de céans de déclarer non applicable un extrait de projet de règlement intérieur annexé à leur requête, lequel  a servi de fondement textuel à l’organisation des élections du Président de l’Assemblée Nationale en date du 18 février 2014 et du bureau permanent en date du 19 février 2014 ;

Qu’ils soutiennent que : « Le règlement intérieur dont s’agit n’a même pas été adopté par l’Assemblée plénière des députés élus ;

Qu’il n’a pas non plus fait l’objet de contrôle de constitutionnalité prévu par l’article 117 alinéa 4 de la Constitution;

Que les élections précitées  sont alors inconstitutionnelles et irrégulières au regard de l’article 117 alinéa 1erde la Constitution de la quatrième République ; qu’il y a lieu en conséquence de déclarer nuls les résultats des élections de l’Assemblée Nationale en date du 18 février 2014 organisées en vertu dudit Règlement intérieur. » ;

*          *

*

           Considérant que dans son mémoire en défense en date du 14 mars 2014, la Présidente de l’Assemblée Nationale, conclut au rejet de la demande en exposant en substance :

 

 

I – Sur le contrôle préalable de la Haute Cour Constitutionnelle

Qu’aucune affaire n’est entamée avant l’élection du Président de l’Assemblée Nationale, que le Président est toujours élu à la première séance, session spéciale, de la législature ; que le rôle du doyen d’âge se limite à la direction de la séance conduisant à l’élection du Président de l’Assemblée Nationale ;

Que compte tenu de ces principes, malgré les dispositions constitutionnelles suscitées lesquelles concernent en pratique le règlement intérieur intégral dûment adopté par la chambre lors de sa première session ordinaire, la session spéciale se limite souvent à l’élection du Président et les autres membres du bureau permanent  pour que l’Assemblée puisse fonctionner en tant qu’Institution de la République ;

Qu’en outre, la spécificité du droit parlementaire, qui est une branche autonome du droit constitutionnel, réside dans le fait que la définition, l’application et l’interprétation des règles de procédures en son sein relèvent de l’Assemblée elle-même ; que de même, au niveau de chaque Assemblée, les précédents, les usages et la pratique constituent une source importante de la procédure ;

II – La régularité des élections des membres du bureau permanent

Que ce groupe de députés a participé à toutes les élections des membres du bureau permanent et ayant des candidats à chaque catégorie d’élection ;

Que tous les députés ont participé aux différents scrutins pour les élections des membres du Bureau permanent et qu’ils ont assisté aux dépouillements ; que l’Assemblée a aussi statué sur les réclamations  qui ont été soulevées concernant le déroulement des  scrutins;

Que la base juridique principale de l’élection des membres du bureau permanent de l’Assemblée Nationale sont les articles 74 et 78 de la Constitution ; qu’étant donné que le constituant, par respect du principe de la séparation des pouvoirs, n’a pas déterminé le mode de scrutin à appliquer pour les élections des membres du Bureau permanent, il revenait à l’Assemblée Nationale de le fixer souverainement ; que ce fut le cas lors de la séance plénière du 18 février 2014 ;

Que « Le Règlement, c’est la loi intérieure de chaque chambre, fixée par elle-même. La chambre agit en établissant son règlement non comme une branche du pouvoir législatif mais à titre de corporation autonome dotée d’un pouvoir d’organisation et possédant sur ses membres une autorité disciplinaire. » ;

III- La jurisprudence de la Haute Cour Constitutionnelle en la matière

Que la Haute Cour Constitutionnelle, dans son Avis n° 01-HCC/AV du 8 mai 2006 considère en tout cas qu’ « en application de l’article 75 de la Constitution, il n’appartient pas à la Haute Cour Constitutionnelle d’établir ou de fixer les modalités de vote applicable dans une Institution souveraine, et que depuis sa création, l’Assemblée Nationale a toujours voté malgré l’absence de précision sur les modalités de vote et que devant ses responsabilités actuelles, il lui appartient d’adopter souverainement un mode de vote susceptible de régler la question en cours. » ;

Que l’élection du Président de l’Assemblée Nationale et celle des autres membres du bureau permanent  sont des actes parlementaires qui, par nature, échappent à tout contrôle juridictionnel ; que ceci est un principe universel qui découle de celui de la séparation des pouvoirs législatif et judiciaire ;

Que l’Assemblée Nationale est  elle-même juge de la régularité des élections et de celle des actes administratifs qui les ont préparées ;

Que de tout ce qui précède, il est demandé à la Haute Juridiction de rejeter la demande de ce groupe de députés et de lui demander de se conformer aux règles et usages qui régissent la vie parlementaire ;

*          *

*

Considérant que par mémoire en réplique en date du 21 mars 2014 les requérants soutiennent à nouveau :

Que la requise admet, elle-même, et de prime abord, que les dispositions de l’article 117 alinéa 4 de la Constitution ne peuvent être contournées en aucune manière ;

Que le contrôle de constitutionnalité prescrit par la Constitution, ainsi que les dispositions de l’article 27 alinéa 2 de l’ordonnance n° 2001–003 du 18 novembre 2001 relative à la Haute Cour Constitutionnelle, est un principe de droit constitutionnel malgache applicable en toutes circonstances ;

Que cet alinéa 2 de l’article 27  de l’ordonnance suscitée stipule que la Haute Cour Constitutionnelle « … statue également sur la conformité à la Constitution des traités, des lois, des ordonnances, des conventions interprovinciales et des règlements autonomes édictés par le pouvoir central ainsi que des règlements intérieurs  des Assemblées parlementaires. » ;

Que mettre en avant des « principes et traditions parlementaires » et « des usages universellement reconnus », et affirmer « une tolérance » de la Haute Cour Constitutionnelle « depuis l’indépendance jusqu’à nos jours », ainsi que l’absence « d’intérêt pratique » de la démarche des députés requérants, selon les propos de la requise dans son mémoire en défense, ne pourrait annihiler un principe constitutionnel s’imposant à tous les pouvoirs publics et à toutes les institutions de l’Etat sans exception aucune, et transformer une tolérance en principe ;

Que l’Assemblée Nationale étant une institution de l’Etat, est tenue, comme toutes les autres institutions, au strict respect  des dispositions constitutionnelles ;

Que les élections au niveau d’une assemblée parlementaire, bien que constituant une affaire interne à ladite assemblée ne saurait échapper à tout contrôle constitutionnel sans plonger dans un régime d’assemblée despotique, voire un Etat de non-droit ;

 

 

 

 

EN LA FORME

Considérant qu’aux termes de l’article 118 alinéa 1er de la Constitution : « Un Chef d’Institution ou le quart des membres composant l’une des Assemblées Parlementaires ou les Organes des Collectivités Territoriales Décentralisées  ou le Haut Conseil  pour la Défense de la Démocratie et de l’Etat de Droit peuvent déférer à la Cour Constitutionnelle, pour contrôle de constitutionnalité, tout texte à valeur législative ou règlementaire ainsi que toutes matières relevant de sa compétence… » ;

Considérant que la requête, signée par quarante députés, soit plus du quart des membres de l’Assemblée Nationale, est régulière, donc recevable ;

AU FOND

Sur le contrôle de constitutionnalité préalable à l’application d’un règlement intérieur

Considérant qu’aux termes de l’article 117 alinéa 4 de la Constitution : « Le règlement intérieur de chaque Assemblée est soumis au contrôle de constitutionnalité avant sa mise en application. Une disposition jugée inconstitutionnelle ne peut être appliquée. » ;

Considérant que la Haute Cour Constitutionnelle ne saurait procéder au contrôle de constitutionnalité d’un extrait de projet comportant un certain nombre d’articles sans disposer du  règlement intérieur pris dans son ensemble, au cas où il existe, lequel règlement intérieur serait destiné exclusivement à l’Assemblée Nationale de la quatrième République, composée de députés nouvellement élus au suffrage universel direct ;

Que s’agissant d’une Assemblée différente de l’ancien Congrès de la Transition, elle devrait nécessairement adopter son propre règlement intérieur ;

Considérant qu’une décision de conformité à la Constitution rendue par la Cour de céans confère au règlement intérieur adopté définitivement par une Assemblée son applicabilité une fois les étapes procédurales y requises observées ;

Considérant en effet qu’aux termes de l’article 79 de la Constitution « Les règles relatives au fonctionnement de l’Assemblée Nationale sont fixées dans leurs principes généraux par une loi organique et dans leurs modalités par son règlement intérieur. Le règlement intérieur est publié au Journal Officiel de la République. » ;

Qu’il ressort des prescriptions dudit article 79 que, préalablement à sa mise en application, le règlement intérieur définitif, dans son intégralité, requiert l’observation de   dispositions clairement définies par la Constitution ;

Considérant qu’ un certain nombre de dispositions qualifié d’extrait de projet  à un règlement intérieur encore inexistant ou à venir,  est encore susceptible d’être aménagé  au cours  de l’élaboration du règlement intérieur final ;  que lesdites dispositions  pourraient donner lieu à un changement, une complémentarité ou un élargissement de certaines structures d’organisation ou autres, voire de suppression  avant la  soumission au contrôle de constitutionnalité de la Haute Cour de l’ensemble du futur règlement intérieur;

Considérant ainsi, que dans le cas d’espèce,  la Haute Cour Constitutionnelle ne saurait procéder au contrôle de conformité à la loi fondamentale, tel que  prévu à l’article 117 alinéa 4 de la Constitution énoncé ci-dessus ;

Considérant, par ailleurs, qu’afin de permettre à l’institution de la République qu’est l’Assemblée Nationale d’être en état de fonctionner au début même de la législature,  l’article 78 alinéa 1er de la Constitution dispose que :  « L’Assemblée Nationale se réunit de plein droit en session spéciale le deuxième mardi qui suit la proclamation des résultats de son élection pour procéder à la constitution de son bureau et à la formation des commissions. » ;

Qu’ainsi, étant appelée à constituer son bureau et à former des commissions, dès la tenue de ladite session spéciale, l’Assemblée Nationale peut être amenée à adopter, compte tenu de son statut d’institution souveraine établie dans le cadre de la séparation des pouvoirs, certaines modalités de scrutin de vote, au cas où son propre règlement intérieur fait encore défaut ; que de telles modalités doivent recevoir l’approbation des députés ;

Sur la nécessité d’adoption du règlement intérieur pour l’Assemblée Nationale

Considérant que l’une des premières tâches de toute institution comme l’Assemblée nationale, est de se doter d’un règlement intérieur ;

Que l’inexistence de règlement intérieur ou sa non application peut handicaper son organisation administrative et porter atteinte à l’exercice du pouvoir législatif tel que défini par les dispositions constitutionnelles;

Considérant qu’en tout état de cause, le règlement intérieur de l’Assemblée Nationale doit être conforme à la Constitution et aux lois organiques prises pour son application ;

Qu’en effet il contribue à l’organisation de son fonctionnement interne, précise les modalités d’élection de ses organes, les procédures de délibération et détermine les règles disciplinaires applicables à ses membres ;

Que le règlement intérieur constitue un instrument nécessaire pour éviter d’éventuels litige ou conflit internes au sein de l’Assemblée ; qu’il requiert une grande célérité quant à son élaboration ;

Sur les élections tenues au sein de l’Assemblée Nationale

Considérant qu’aux termes de l’article 74 alinéa 1er de la Constitution : « Le Président de l’Assemblée Nationale et les membres du bureau sont élus au début de la première session pour la durée de la législature. » et à ceux de l’article 78 alinéa 1er de la Constitution elle-même : « L’Assemblée Nationale se réunit de plein droit en session spéciale le deuxième mardi qui suit la proclamation des résultats de son élection pour procéder à la constitution de son bureau et à la formation de ses commissions. » ;

Considérant que le décret présidentiel pris en conseil des ministres n° 2014 – 097 du 12 février 2014 portant convocation de l’Assemblée Nationale en session spéciale, avec comme ordre du jour la constitution du bureau de l’Assemblée Nationale et la formation des commissions, a été pris pour satisfaire aux  dispositions sus-énoncées des articles 74 alinéa 1er et 78 alinéa 1er de la Constitution ;

Considérant que la Constitution a octroyé à l’Assemblée Nationale, en tant qu’institution souveraine, le pouvoir d’adopter des mesures d’ordre interne concernant l’élection des membres du bureau permanent ;

Que des élections ont pu avoir lieu à l’Assemblée Nationale les 18 et 19 février 2014 ;

Considérant qu’en l’absence du règlement intérieur définitif ayant été soumis à contrôle de constitutionnalité, la Haute Juridiction ne saurait se substituer aux députés pour déterminer leur choix de scrutin ou modalités de vote ;

Considérant néanmoins  qu’ à défaut d’un  règlement intérieur propre ayant été soumis au préalable au contrôle de  conformité à la Constitution,  les résultats des élections obtenus à l’Assemblée Nationale, bien que leurs organisation ou  modes de scrutin  aient été  tirés de la pratique, lesquels doivent faire  l’objet  d’une convention ou accord librement  consentis entre députés , ne revêtent un caractère définitif pour la législature qu’après leur confirmation ou infirmation par l’application des dispositions d’un  règlement intérieur déclaré conforme à la Constitution ;

 

En conséquence,

D é c i d e :

 

 

Article premier.- Le contrôle de constitutionnalité du règlement intérieur de chaque Assemblée, avant sa mise en application prévue par l’article 117 alinéa 4 de la Constitution, concerne le règlement intérieur considéré dans son intégralité, et ses amendements.

 

Article 2.- Un règlement intérieur non soumis à la Haute Cour Constitutionnelle pour contrôle de constitutionnalité  est inapplicable.

 

Article 3.- L’Assemblée Nationale adoptera son règlement intérieur, à soumettre au contrôle de constitutionnalité de la Haute Cour Constitutionnelle.

 

Article 4.-  En vertu du principe constitutionnel de continuité de l’Etat, les organes de l’Assemblée Nationale élus les 18 et 19 février 2014 restent en place, jusqu’à l’élection des nouveaux organes organisée en application des dispositions du règlement intérieur définitif.

 

Article 5.-La présente décision sera publiée au journal officiel de la République.

 

Ainsi délibéré en audience privée tenue à Antananarivo, le jeudi vingt-sept mars l’an deux mille quatorze à dix heures, la Haute Cour Constitutionnelle étant composée de :

 

M. RABENDRAINY Ramanoelison, Haut Conseiller-Doyen, Président

M. ANDRIAMANANDRAIBE RAKOTOHARILALA Auguste, Haut Conseiller

Mme ANDRIANARISOA RAVELOARISOA Fara Alice, Haut Conseiller

Mme RASAMIMANANA RASOAZANAMANGA Rahelitine, Haut Conseiller

Mme RAHARISON RANOROARIFIDY Yvonne Lala Herisoa, Haut Conseiller

M. RABEHAJA-FILS Edmond, Haut Conseiller

M. RAKOTOARISOA Jean-Eric, Haut Conseiller

26 pensées sur “RAKRISY SY NY FORONGONY : NIDABOKA FA TSY NANARA-DALANA”

  1. Ho hita ny vahoaka eo @zay ny adinareo ry PMP izay milaza fa mitombo isa foana,ary ho tsaraina arak-izany ihany koa hampitombo na hampihena ny fahatokisan’olona anareo io indrindra ny mouvance Ravalomanana ataovy mihintsy izay ahalasa ny avy @nareo ho prezida manohy ny vitany ing Mamy Rakotoarivelo ahatanteraka ny ara-dalàna.

  2. Tohizo fa tsy ampy ê !

    Manan-kery ve io lazaina fa Lalampanorenan’ny Repoblika faha-efatra io ?
    Nandika an’ilay tondrozotra ve ny foza mpanongam-panjakàna sa tsia ?

    Dia rehefa eo ihany, mba asaivo mitady ny « Fehiborin-dRanavalona » izay nangalarin’ny sasany, ny paolisy ; raha tsy hita io, tsy hisy ny Fampihavanana !

    Ahoana no angalarina fotsiny izao, ny febiborin-drazambenay ?

  3. Misy adino kely ô !

    Fanontaniana apetrak’aminareo avy ao amin’ny HCC ihany : Ara-dalàna ve ireo hoe MAPAR ireo, satria na ilay Lanto Rakotomavo avy ao amin’ny TGV aza ni sy milaza fa TSIA ????

    Ny anarana nentina ary mbola entina aza dia mifanipaka amin’izay voalazan’ny tondrozotra, ary efa nofoananareo ihany koa ilay « decret scélérat » ; izany hoe tsy manan-kery intsony ary tsy TOKONY HO ARA-DALÀNA DAHOLO KOA NY VOKATR’ILAY DECRET NOFOANANA.

  4. Mankasitraka e! JAy ny atao hoe Pression, satria raha Mbola eo io de tsy hivoaka ity Gasikara iaraha manana ity.

  5. Ity razanakisoa ity ,za-dratsy tamin’ny fitondeana mpaongam-panjakana , dia nanao lalan-kita kisoa….
    Tsy misy izany république faha-efatra izny ary noho izany dia ny Lalam-panorena mahefa tamin’ny République faha6TELO no ampiarina , mandra-pahatsangana ny République faha-efatra§
    Satria ankehitriny dia ohatra ny manaonao foana .ary eo am-piandrsana izay dia ny feuille de route ,efa ao anatin’ny fe-dàlam-panjakana ,no hiankinana !
    Je pense fortement que ces élections bidon truquées empoisonnent notre vie !Et qu’il est souhaitable de sortir de cette situation générée par les putschistes dans lle but de légaliser le coup d’état : heureusement qu’ils ont échoué mais n’empêche que l’assaissement et la dépollution ne sont pas faits à fond !

  6. hihihiiihihihiihihihihihihihihiihihihihih tena tsy hilamina ity tany sy firenena ity raha tsy RAVALOMANANA Marc no tonga sy mitondra eto e!!!rediredy doly izay lazaina rehetra eto @ty gasikara ity raha tsy ny ara-dalàna dia ingahy RAVALOMANANA Marc no tonga mandamina anio eto e!!! mila samborina doly koa ny mpanongampanjakana retraretra fa ireo no mitondra OZONA tsy mampihavana ny malagasy e! raha tsy tanteraka izay lazaiko izay dia HISAO NDRAY NY DIMAMPOLO TAONA MANARAKA FA TSY HISY FANDROSOANA VANONA INTSONY ETO EEEEEE!!!!!!

  7. Efa lazaina foana eto fa tsy hisy raharaha vanona raha tsy madio tanteraka ny tanàna !

    Ho gadraina itony sa avela hanoy ny adalàny ? Hisy marina ve ny fihavanana rahatoa ka tsy ampiarina ny fanarahan-dalàna ?

    Niakatra sehatra indray Ragistà, talentany mihintsy io mihaogahoaga io ! Moa ve tsy toy ny nataony teny amin’ny ambasady tamin’ny 2008 indray no ataony ?

    Ingahy Resampa sy ny tariny mba aiza, sa dia i lery ihany aloha no alefa manao savaranon’ando ?

    Hiongana izany ny « fery vao efa tonta sahady » !

    Milay ê ! Tohizo mba ho hitan’izao tontolo izao ny adalanareo ê ! Mba ampio tosika letsy ragista ry Mirary sy ny tariny, fa aza dia avela ho singila irery eo â ! Lazao koa i risara baomba hanampy anareo !

    Amin’izay, mba maromaro ny ho samborina !

    Sandry zatra mivokona, tsy afaka mitsotra intsony ê !

    http://www.tananews.com/2014/03/mapar-la-tentation-dun-nouveau-coup-detat/

  8. Ô ry razanamatay â!

    on parle d’autorité judiciaire et non de pouvoir judiciaire

    Les joges ne sont pas élus comme aux USA

    L’exécutif est en charge de ces juges qui ne sont que des fonctionnaires de l’Administration

    Ce qui n’exclut pas le RESPECT de leur déontologie professionnelle , comme on respecte la

  9. Hi hi hi ! Tena tezitra sy mba miteny ratsy tahakan’i Alidera koa angaha izato izy ?

    Tsy manome tsiny tsiny ê ! Sendra an’izay Firenena voahozona, ka olona midegany sy tsy mpanara-dalàna no ho atao Filohan’antenimierampirenena !

    Tonga dia mba tadiavo kely remenabila, mba ho atao ministry ny fitsaràna ry zareo â !

    Razanamahavery, Razanamanga-n’i Hery, na koa Razanat.y, fa tsy razanamatay izany !!!

    Mdr !!

  10. tezitra ry KM â

    quid de la « constitutionalité » d’une pseudo 4° République mise en place par un régime de transition de putschistes ???

    La constitiution n’est pas une affaire courante que pouvait toucher la HAT , un gouvernement provisoire NON ELU , de surcroit PUTSCHISTE , pour prétendre être constituante

    TOUT EST ENCORE BIEN TROP BIDONNE

    Hery démissionnaire également serait un pas pour sortir de cette logique de république bananière

    Les fraudes de son élection étaient patentes , sans sanction aucune !!!!!!!!!!

    TSY MISY ARADALANÂ !!!!!!!!!!!!!!!!!

  11. Voa mafy ny mpams mpivoaka alina ary tena nivilana mihitsy ny vavany voan’ny teha mainan’ny HCC!!! Mila ampiana ny tahaka izao ry hery vaovao raha hanao ihany ianao an! Nefa izahay aloa dia mitehaka mirefodrefotra fotsiny isaky ny mahavita fanozongozonana ireo akamanao teo aloha ireo ianao. Mailo hatrany izahay fa ianao mantsy tsy hita izay handraisana azy ary mbola mety hanondrana grave be atsy ho atsy mody mandraoka malaso dahalo jiolahy DJ fa hampiditra dahalo vaovao indray na ianareo hery vaovao mihitsy no mety ho hivadika malaso vaovao indray koa tsy ho ela! wait and see!

  12. Tsy hoe noho ny maha-vehivavy, na koa tsy dia mifanentana amin’izay mba endrika tiako ny endriny, fa dia tsy misy ilàn’azy io olona io ê !
    Ny mpangalatra indray ity no miantso paolisy ! Izy mpanongam-panjakàna sy tsy mpanara-dalàna indray no be vava !

    Tsy mpanara-dalàna ve no avela « hanao Lalàna » ?? Tsy hamokatra zava-tsoa !

    Tsy alika mihintsy no azo hianteherana, mba hiambina saosisy manta na masaka !!

  13. Cette chute attendue de razanajsoa n’étonne personne,car cette sans foi ni loi croit bien conaître drit ,loi, réglèment…Et ainsi croit pouvoir ignorer et passer outre les dispositions du réglèment intérieur , qui d’ailleurs n’ a passé le terst de constitutionnalté…!
    C’est le sort de tout fruit pourri de tomber de l’arbre !
    Cette chute confirme notre analyse qu’ existe un travai de sape initiatives aventurières des putschites il faut minimaliser leur influence , il faut anéantir leur capacté de nuisance au Pays
    Cette chute arrive derrière l’éviction de rajoelina de la politique à Madagasikara.
    Avec un président eajao..fanina ,sans pouvoir car incapable de nommer le premier ministre .
    Ce mars il a prévu de procéder à cette nomination
    Il a reçu la délégation du Gouvernement américain ,qui lui a rappelé que :
    –1 )que les relations USA- MADAGASCAR restent d’actualités
    –2)mais les USA ne débloquent leurs aides financières pour le développement tant que MADAGASCAR ne respecte pas le Droit de l’Homme et les règles démocratiques !
    Les aides humanitaires n’ont jamais été rompues ,mais ces aides sont gérées par le PNUD !
    La nomination du remier ministre reste toujours coincé , mais peut-être une nomination -rprise est en cours….!
    Pour défendre son trône à l’AN ,razanakiso a présenté plusieurs raisons qui expliquent l’invalidation de son élection à ce trône : entre autre raison parce qu’elle de la gent féminine et le jugement est faux !
    La déconfiture des putschistes se poursuit de façon inéxorable !
    Et la situation de rajao….fanina devient de plus en plus difficile après la mise en demeure des Américains et devant sa perpléxité quant à la désignation u premier ministre dont le profil oit correspondre aux normes posées par les Américains qui ne veulent se laisser faire ni attendrir !
    Pas d’état d’âme ni de compassion !

  14. 29 MARS 1947–29 MARS 2014 !

    67 TAONA IZAY NO NANODIKODINANA NY FAHALEOVANTENAN’NY MALGASY ARY
    NOVIRAVIRAINA SY SY NAKORONTANA KA NAHATONGA IREO MPANJANAKA SY NY MPOMBA AZY IREO NITENY HOE: » JEREO IRETO MALAGASY FA MIADT AN-TRANO !TSY POROFO VE IZANY FA TSY MBOLA MATOTRA ARY TSY HAHAZAKA NY FAHALEOVANTENA IZY IREO ? »
    Izay ilay fiteny rehefa tiana ho vonoina ny alika
    Romotra io ka vonoy !Izany dia anisan’ireo alibis  » entina hanazavana ny faharetan’ny fanjahana ny Tany tsy an’ny tena !

    « RY MALAGASY MPIRAY TANINDRAZANA HAJAINA !
    MiaraHAba Antsika Rehetra mahatratra amin’ izao ANDRO FAHATSIAROVANA IREO MALAGASY NIADY ARY MIADY MBA HANAFAKA TANTERAKA NY TANY AMIN’NY MPANJANAKA !
    Ny teny entiko Aminareo dia tena fahatsirovana ireo namoy ny ainy tamin’ireny TOLONA ireo atrami’ny mars 1947 ka atrizao ary ho fisaorana ireo mola mitolona mba ho MAZAVA NY FIANDRIANAM-PIRENENTSIKA fa tsy takotakonana amin’ny voka-pifidianana halatra izay mifandraika amin’ny politika nataon’ireo mpanongam-panjakana ary mbola tadiavina hanamora ny mbola hitondrana ny Firenena ,ka izay no hilazana fa ireny fifidianana ireny dia natao mba haharitra eo amin’ny fitondrana ny Tany sy ny Fienena ireo nanongam-panjakana ireo !
    Amin’izao fotoana hanaovantsoka ireo hetsika maro ezahantika hatao amin’ny fitsingerenan’ny TOLON’IREO MAHERY FO REHETRA NANDRITR’IZAY 67 TAONA IZAY DIA MISY TSIO-DRIVOTRA MAMAFA NY VOKA-DRATSY NATERAKA IRENY FIFIDANANA TSY NANAJA NY ZON’OLOMELONA ARY INDRNDRA TSY NANAJA NY HASINA SY NYFIANDRIANAN’NY MALAGASY:
    —NY TSY FANEKENA NY FANDRAISAN’INENY RAVALOMANANA LALAO NANDRAY ANJARA TAMIN’NY FIFIDIANANA IZAY HO FILOHA-PIRNENA
    —NY NANAIKENA ( NY HCC TSY NANDINIKA TSARA NA TY NANAZAVA TSARA TAMIN’IREO MPANOGAM-PANJAKA NY ATAO HOE « MAJORITE ASBSLUE-ATSASA MANILA ILAINA MBA HAFAKA HANAO NY ASANY IREO DEPUTES MANANA IZANY MAJORITE ABSOLUE IZANY ) NY SEKOSEKON’NY DEPUTES AVY AO AMIN’NY MPANONGAM-PANJAKANA NAKA NY FAHEFANA AO AMIN’NY AN NA TSY MANANANA NY ISA MIFANARAKA AMIN’IO ATSASA MANILA IO ! NY ISAN’IZY IREO DIA TSY MAHAFENO NA MAHATRATRA NY ATSASA MANILA IZAY NY 147/2 +1 !ja
    –NY FIFIDIANANA TAMIN’NY HALA-BATO MIAOMPAMPANA SY NY FIvIDIANANA NY VATON’IREO MALAGASY IZAY IARAHA MAHALALA FA SAHIRANA ,KA TSY HANDA VOLA IZY IZY IRENY (ESCROQUERIE INTELLECTUELLE SY ABUS DE POUVOIR IZANY ) HO FILOHAN’NY FIRENENA OLONA NANONGAM-PANJAKANA ,NANGALATRA S NANODINA NY VOLAM-BAHOAKA !
    NY VOKA-DRATSY AMIN’NY MAHA FILOHA NY FIRENENA AN’IO RAJAO..FANINA O DIA INDRINDRA NY TSY FANEKENA NY USA SY IREO FMI SY BN ANOME FANAMIANA ANTSIKA !NY DIKAN’IZANY MAZAVA DIA MIALA AMIN’IO FITONDRANA IO ‘TY RAJAO..FANINA ‘TY FA MBA HO ELA VAO HIOVA ZANAK’ONDRY ITY ALIKA DIA ‘TY..RAHA VAO TAFATSANGANA NY MAJORITE ABSOLUE DIA TSY MAINTSY SAKAN’IZY IREO HANOHY NY ASA MAHA FILOHA AZY IO RANGAHY SATRIA :
    —HO TORIANA MIARAKA AMIN’IREO MPANONGAM-PANJAKANA IO RAJAO IO
    –MIFANTOKA AMINY NY FEPETRA AO MIN’ny ACCORDS DE COTONU
    DIAHIFIDY NY « IMPEACHMENT  » IREO DEPUTES MANANA NY MAJORITE ABSOLUE !
    KOA AOKA HO DIOVINA NY FIRENENA ARY HIFIDY IZAY HO ILOHAN’NY FIRENENA ISIKA !HIFIDY AM-PAHALALANA SY AMIN’NY FANAJANA NY ZON’OLOMBELONA SY NY DEMOCRATIE !
    ARY NY MALAGASY RHETRA IZAY MIZAKA NY ZO-PIRENENA MALAGASY DIA HO HAFAKA HILATSAKA HO FIDIANA !
    KOA NY 29 MARS 1947- 29 MARS 2014 IZAY TSAROVANTSIKA ANIO DIA HITONDRANTSIKA IO « IMPEACHMENT  » io EO AM6PELATANAN’IREO SOLOMBAVABAHOAKA-N’NY MADAGASIKARA MAHEFA SATRIA MANANA ISA MAHAFENO NA MIHAOTRA AZA IO ATSASA MANILA IO !
    ENTINTSIKA AM-BAVAKA NY FIRENENA SY NY MALAGASY MANONTOLO ! »
    Docteur CELESTIN Robin
    Paris

  15. feedback KM a GBD: LOL

    [Hi hi hi ! Tena tezitra sy mba miteny ratsy tahakan’i Alidera koa angaha izato izy ?
    ……

    Razanamanga-n’i Hery, na koa Razanat.y]

  16. Ity haratsy razanakisoa ô!!!ratsy be ity izy!!ary mbola ratsy lavitra ny ao anatiny,tsy ahy fa azy!!!

    Maromaroa hono ny VOALAVO toa an’i Kotovelo ray olona a!!hoy Andrianiaina ambony iry a!
    misy olona tena efa maty tapaka mihintsy eto an! sa manao fanainiana???MAHONENA an!!!
    I kotovelo no anisan’ny namantsika fantsika rezatra ny sezan’i joely kely teo dia mbola misy tsy
    afa-po fa maro2 hono ny toa azy?efa hay koa io olona io fa tsy dia lasa lavitra fa naman’ irony
    MPISOLELAKA manaram-penitra .Asa na aiza ny azy no mijery sy misaina ary mandinika???

  17. « Mpisolelaka manaram-penitra angaha » ??? Tsy hita intsony ity izy ê !! Izay angamba ilay hoe tsy mahita zavatra mihaotry ny tendron’orona ???

  18. raha petaka koa anefa ilay orony dia mety tsy ho hitany akory ny tendrony an!MDR
    De ahoana lesy ? mbola misy fanantenana sa dia mbola ny omaly no hiverina ?
    ny hetsika betsaka aloha fa ny vokatra no mbola tena …. mbola vitsy ny bainga voavadika sa za ve no tsy mahita?
    eny e! tsy mora ny manao zavatra e!tsy mifanomė tsiny e!

  19. Nahoana no i Manoela irery ihany, no nahatsiaro an’ireo « Mahery fon’i Madagasikara » ?

    Iza indray ireo mivadik’ondana sahy nilaza fa tsy tokony hametraka fehim-boninkazo izany, fa sao dia ho lazain’ny olona hoe « mpanakotaba », ary tsy tokony « manakorontana ny Filoha vaovao » ?

  20. Sao dia mba tsy mety kosa ? ity vava e!
    N mahagaga @’itony dia inona no mbola hijanonany ao raha izany?
    hafa indray ny hoe tanindrazan’ny tena tsy azo hialana.Tsy haiko aloha an!

  21. Nahoana kosa ê ? Ny sasany aza manjakazaka any amin’ny taniny ! Ianao sao dia tropin’ilay penina fandroatana ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *